Socialisez

FacebookTwitterRSS

Laurent Gbagbo : «Il y a un complot contre moi»

Auteur/Source: · Date: 26 Déc 2010
Catégorie(s): Afrique

INTERVIEW EXCLUSIVE – Le président ivoirien sortant rejette les menaces d’intervention militaire brandies par ses voisins.
La menace d’une intervention militaire en Côte d’Ivoire se précise. Vendredi, à l’issue d’un sommet exceptionnel de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), les présidents de la région ont à nouveau enjoint Laurent Gbagbo de quitter le pouvoir. La Cédéao s’est dite prête à utiliser la «force légitime» et a évoqué des poursuites internationales contre les responsables des violences à Abidjan. Une mission diplomatique est attendue mardi dans la capitale économique ivoirienne, composée des présidents béninois, sierra-léonais et cap-verdien, pour tenter de convaincre le président sortant de quitter le pouvoir.
LE FIGARO. – La Cédéao a menacé d’utiliser la force si vous ne renonciez pas au pouvoir. Prenez-vous cette annonce au sérieux ?
Laurent GBAGBO. – Toutes les menaces doivent êtres prises au sérieux. Mais, en Afrique, ce serait bien la première fois que des pays africains seraient prêts à aller en guerre contre un autre pays parce qu’une élection s’est mal passée ! Regardez un peu la carte de l’Afrique, regardez où ça se passe plus ou moins bien, ou plus ou moins mal, et regardez là où il n’y a pas d’élection du tout. Si on devait aller en guerre dans tous ces cas-là, je crois que l’Afrique serait perpétuellement en guerre. Donc je prends au sérieux les menaces mais je reste tranquille. J’attends de voir.
Vous ne croyez donc pas à la possibilité d’une intervention militaire ?
Les gens peuvent déraper. Mais ils ont aussi décidé de m’envoyer une délégation. On aurait dû commencer par là. On aurait économisé beaucoup de malentendus. Il faut venir voir ce qui se passe en Côte d’Ivoire. Quand on a vu, alors on prend une décision. Ici, nous avons des lois, nous avons une Constitution, des règles. C’est ça qui fait une élection, comme dans tous les pays modernes. Et selon cette Constitution, c’est moi qui suis élu président de la République de Côte d’Ivoire. C’est tout, et c’est simple.
Est-ce pour vous la condition préalable à une solution pacifique ?
Je ne pose jamais de préalable à une discussion. Il faut aller au fond des choses. Moi je constate que les règles en vigueur dans ce pays, qui n’ont jamais été discutées par qui que ce soit, font que je suis président de la République. Je mettrai ça sur la table. Avant, personne ne se plaignait du Conseil constitutionnel.
Outre la Cédéao, l’organe financier régional, l’Umoa, a décidé de transférer une partie des pouvoirs à Alassane Ouattara…
C’est gênant, mais il y a toujours une solution. Dans ce domaine qui est très délicat, il faut mieux ne pas parler. Mais ce n’est pas la Banque centrale africaine qui paye les salaires des fonctionnaires. C’est l’argent de la Côte d’Ivoire. La décision de l’Umao n’a aucun sens.
Vous mettez aussi en cause l’objectivité de l’ONU, dont vous demandez le départ. Comment comptez-vous forcer l’Onuci à partir ?
Je l’ai dit. J’ai demandé ce départ par voie diplomatique et nous l’obtiendrons par voie diplomatique. On va discuter. Ce n’est pas par la guerre que l’on va obtenir cela. Ici, l’ONU et son chef se sont montrés partisans. Or l’ONU devait être une force impartiale. Ces forces sont maintenant partisanes, on se demande ce qu’elles font là.
Vous vous sentez victime d’un complot ?
Avant qu’on aille aux élections, j’avais demandé que l’accord de Ouagadougou soit appliqué. Si j’ai fait ma part, je demande que les autres fassent leur part en désarmant. Cela n’a pas été fait. Puis tout le monde s’entête pour que l’on vote quand même. Là, on peut parler du début du complot. On me dit : le désarmement, ce n’est pas très grave et moi-même je n’avais pas de raison de douter des rebelles avec lesquels je gérai la sortie de crise et qui se comportaient de façon loyale. Je ne pensais pas qu’ils utiliseraient les armes pour pervertir les élections à venir. Ensuite les institutions sont en place. Elles proclament le résultat et là tout le monde dit que c’est Alassane Ouattara qui est reconnu…
Qui sont les acteurs de ce complot ?
C’est surtout l’ambassadeur de France et l’ambassadeur des États-Unis. (…). Ils sont allés chercher Youssouf Bakayako, le président de la Commission électorale indépendante, pour le conduire à l’hôtel du Golf qui est le quartier général de mon adversaire. Là-bas, alors qu’il se trouve hors délais et tout seul, ce qui est grave, on apprend qu’il a dit à une télévision que mon adversaire est élu. Pendant ce temps-là, le Conseil constitutionnel travaille et dit que Laurent Gbagbo est élu. À partir de là, Français et Américains disent que c’est Alassane Ouattara. C’est tout ça que l’on appelle un complot.
C’est le discours que vous tiendrez mardi à la délégation de chefs d’État envoyée en Côte d’Ivoire par la Cédéao ?
Ce sont les faits ! Et je dirai les faits en toutes circonstances ! Je ne cherche pas à convaincre. Je leur dis de vérifier la matérialité des faits. Quand les gens se détachent des faits, c’est qu’ils ne veulent pas la vérité. Je ne comprends pas pourquoi ils cherchent à créer un conflit, (…) pourquoi ils poussent à un affrontement interne.
Le porte-parole du gouvernement évoque un risque de guerre civile si la Cédéao intervient, un risque pour les communautés étrangères, africaines et européennes, vivant en Côte d’Ivoire…
S’il y a un désordre intérieur, une guerre civile, il y aura des risques, car nous n’allons pas laisser piétiner notre droit, notre Constitution, ça il faut que cela sorte de la tête des gens. Nous n’avons pas peur. C’est nous qui sommes agressés. C’est nous qui avons le droit pour nous. Jusqu’où ceux qui nous agressent sont-ils prêts à aller ? Quand j’ai été attaqué en 2002, nous n’avons vu ni la France, ni les États-Unis, ni la Cédéao prendre la moindre sanction. Les agresseurs de l’époque étaient connus. Tout le monde était sourd et muet, comme les singes de la parabole. Ce qui se passe aujourd’hui est la continuation de l’agression de 2002. Aujourd’hui ils retrouvent tous la parole et ils disent «haro sur Gbagbo». Mais Gbagbo, il a le droit avec lui !
L’ONU parle tout de même de 173 morts dans des affrontements, de cas d’enlèvements, d’exécutions extrajudicaires…
En 2000, quand j’ai pris le pouvoir, les mêmes gens avaient sorti des histoires de charnier à Yopougon, des assassinats. On avait demandé à l’ONU de faire une enquête. Il y avait eu un rapport. Le fond du débat aujourd’hui, c’est : qui est élu ? Et comme on ne veut pas de ce débat, on glisse vers les entraves aux droits de l’homme, les assassinats. Il faut constater la similitude entre 2000 et 2010. Je vais demander au ministre de la Justice d’ordonner des enquêtes. On n’a pas peur de ce débat.
La CPI pourrait-elle se joindre à cette enquête ?
Lors des discussions de paix de Marcoussis en janvier 2003, un chef d’État voisin, qui vient d’être réélu à 80 %, avait déjà dit que je devais être livré à la CPI. C’était succulent venant de lui. Peut-être aurais-je dû me faire élire à 80 %, j’aurais été moins suspect. Aujourd’hui, en 2010, c’est le même scénario. Je ne suis pas surpris. Il y a un complot qui vise à installer Ouattara au pouvoir.
Des pays africains aussi, comme le Nigeria, demandent votre départ…
Je ne veux pas parler de cela. Dans les réunions des pays africains, les représentants des pays occidentaux sont plus nombreux dans les couloirs que les Africains. Les pressions sont énormes. On n’en peut plus. Et quand on subit ce que je subis, on se dit que Mugabe (toujours président du Zimbabwe, malgré sa défaite aux élections, NDLR) n’avait pas totalement tort.
 


SUR LE MÊME SUJET
Réconciliation en Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara reçoit les partisans de Laurent Gbagbo
Le président Alassane Ouattara a reçu, le jeudi 29 septembre 2011, la coalition de partis soutenant le chef de l'Etat déchu Laurent Gbagbo. Le Congrès national pour la résistance et la démocratie fait planer la menace d'un boycott des législatives du 11 décembre prochain, ce qui serait un coup dur pour la réconciliation. Le FPI, le parti de Laurent Gabgbo, a déjà annoncé le 21 septembre qu'il suspendait sa participation à la Commission électorale indépendante. La délégation du CNRT (Congrès national pour la résistance et la démocratie) a-t-elle reçu des réponses à tous les problèmes qu’elle a soulevés en une heure ...
Lire l'article
Juger Laurent Gbagbo pourrait prendre des années
Il faudra peut-être des années avant de pouvoir juger l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et ses collaborateurs pour les crimes de guerre et les affaires de corruption dont les accusent leurs adversaires, a déclaré mardi le ministre ivoirien de la Justice à Abidjan. Les nouvelles autorités ivoiriennes enquêtent sur des accusations de graves violations des droits de l'homme commises entre l'élection présidentielle du 28 novembre dernier et la capture le 11 avril de Laurent Gbagbo, qui refusait de reconnaître la victoire de son rival Alassane Ouattara. Des investigations sont également en cours sur de possibles détournements de fonds par l'ancien président et ...
Lire l'article
Ouattara en appelle à la CPI pour juger Laurent Gbagbo
INFO LE FIGARO - Le nouveau président ivoirien a écrit à la Cour pénale internationale pour lui demander d'enquêter sur les massacres. Que faire de Laurent Gbagbo, assigné à résidence dans le nord de la Côte d'Ivoire depuis son arrestation, le 11 avril dernier ? Alassane Ouattara a tranché en décidant de soumettre son ancien rival à la justice internationale. Le nouveau président ivoirien, qui sera investi samedi prochain, a écrit le 3 mai dernier en ce sens au procureur de la Cour pénale internationale (CPI). Dans sa lettre, dont Le Figaro a pu prendre connaissance, il demande à Luis Moreno ...
Lire l'article
Des "enquêtes préliminaires" ont été ouvertes contre le président ivoirien déchu Laurent Gbagbo et ses proches, a annoncé mardi le gouvernement du nouveau chef d'Etat Alassane Ouattara sur la télévision ivoirienne TCI. "Concernant les personnes capturées depuis le 11 avril (...), l'ancien chef d'Etat, son épouse et une soixantaine de personnes de son clan ont été assignées en résidence surveillée à Abidjan et dans d'autres villes", a déclaré le porte-parole Patrick Achi dans son compte-rendu du conseil des ministres. "Des procédures d'enquêtes préliminaires sont en cours pour les crimes et délits commis par Laurent Gbagbo et son clan", a-t-il ajouté. Laurent Gbagbo, son ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire: La traque des proches de Laurent Gbagbo
Ralliement à Alassane Ouattara, fuite ou arrestation: tels sont les trois scénarii qui s'offrent aux caciques du clan Gbagbo, après l'arrestation du président déchu lundi. Parfois, les informations sont très confuses, comme pour Charles Blé Goudé, annoncé entre la vie et la mort hier avant que cela ne soit démenti. Marie Desnos - Parismatch.com La confusion est totale sur le sort de Charles Blé Goudé, ancien leader des "Jeunes Patriotes" ivoiriens et ministre de la Jeunesse de Laurent Gbagbo. Hier, des sources, dont Patrick Achi, l'un des porte-paroles du nouveau président ivoirien, Alassane Ouattara, annonçaient l'arrestation de cet activiste, qui était activement ...
Lire l'article
Dans les rues d'Abidjan, les forces de Laurent Gbagbo auraient regagné du terrain ce vendredi soir 8 avril 2011. Selon Alain Le Roy, chargé des opérations de maintien de la paix des Nations unies, les forces loyales au chef de l'Etat sortant contrôlent désormais les quartiers du Plateau et de Cocody et disposent toujours d'un arsenal militaire avec chars et armes lourdes. CLIQUER POUR VOIR LE PLAN D'ABIDJAN La guerre est une affaire incertaine où les promesses de victoire d’un jour se retrouvent souvent démenties le lendemain. Jeudi soir, Alassane Ouattara annonçait qu’un blocus allait être imposé autour de la résidence présidentielle. ...
Lire l'article
● Dans une interview exclusive sur RFI, le président sortant de Côte d'Ivoire reconnaît que son armée a été en grande partie détruite mais il refuse pour le moment de parler de reddition ● Laurent Gbagbo rejette la demande de Paris de reconnaître la victoire d’Alassane Ouattara ● «Pas encore de reddition » du président sortant ivoirien, affirme la présidence française, mais «des tractations» ● Paris exige que Gbagbo signe un document de renonciation au pouvoir ● «Deux généraux proches de Gbagbo négocient une reddition», déclare François Fillon. ● Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a déclaré ce ...
Lire l'article
Il est l’homme de toutes les contradictions. Au pouvoir, il se comporte comme un opposant. Après 10 ans passés au sommet de l’Etat, il entend se présenter comme un homme nouveau et neuf. A quelques petits jours de la présidentielle et après une décennie au sommet de l’Etat, il donne dans la surestimation de sa personne et dans la démagogie politique. Et pourtant, une simple analyse et un recours à une histoire récente vient le dépouiller de tous les qualificatifs qu’il s’attribue. Piteusement ! Gbagbo n’est pas un homme de paix A le voir se présenter comme un actant de paix, les ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Le président ivoirien, Laurent Koudou Gbagbo a adressé ses vives félicitations au nouveau président élu du Gabon, Ali Bongo Ondimba, indique un message officiel dont l’AGP copie jeudi. ‘’J’ai le grand plaisir de vous adresser au nom du gouvernement et du peuple ivoiriens, ainsi qu’en mon nom propre mes très vives et chaleureuses félicitations’’ a écrit le président Gbagbo. A cette occasion, précise M. Gbagbo, il me plaît de vous exprimer des vœux ardents de succès et de progrès dans cette noble mission que le peuple frère du Gabon vient de vous confier. ‘’Je voudrais saisir cette opportunité pour me ...
Lire l'article
Libreville, 17 septembre (GABONEWS) - Le président ivoirien, Laurent Gbagbo, a adressé ses félicitations au président gabonais élu, Ali Bongo Ondimba, à travers un message dont une copie est parvenue ce jeudi à GABONEWS. « J’ai suivi avec beaucoup d’intérêt le déroulement de l’élection présidentielle gabonaise qui a eu lieu le 30 août 2009 et j’ai pris connaissance des résultats officiels publiés par les instances gabonaises habilitées qui vous ont déclaré vainqueur de cette importante joute électorale », a écrit Laurent Gbagbo. « Je profite de l’occasion qui m’est offerte pour vous adresser mes chaleureuses félicitations ainsi que mes ...
Lire l'article
Réconciliation en Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara reçoit les partisans de Laurent Gbagbo
Juger Laurent Gbagbo pourrait prendre des années
Ouattara en appelle à la CPI pour juger Laurent Gbagbo
Côte d’Ivoire: “enquêtes préliminaires” contre Laurent Gbagbo et ses proches
Côte d’Ivoire: La traque des proches de Laurent Gbagbo
Côte d’Ivoire : les troupes de Laurent Gbagbo ont regagné du terrain à Abidjan
Laurent Gbagbo sur RFI : «On n’est pas au stade des négociations»
Laurent Gbagbo : L’homme des 10 impostures
Gabon-Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo félicite Ali Bongo Ondimba
Gabon: Laurent Gbagbo adresse ses ” félicitations” ainsi que ses “vœux de succès et de réussite” » à Ali Ben Bongo Ondimba


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 26 Déc 2010
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*