Socialisez

FacebookTwitterRSS

Bongo aurait alimenté les partis français

Auteur/Source: · Date: 29 Déc 2010
Catégorie(s): Politique

Wikileaks révèle que les partis politiques auraient profité de sommes détournées par Omar Bongo.
Après le Pentagone, après la Maison Blanche ou encore le Moyen-Orient, le site internet Wikileaks s’attaque à la diplomatie africaine. Selon le site de renseignement américain, près de 30 millions d’euros auraient été détournés de la Banque des Etats d’Afrique centrale par le défunt président gabonais Omar Bongo.

Les partis politiques français soupçonnés
C’est le site espagnol El Pais qui a révélé l’information mercredi. D’après des notes diplomatiques américaines divulguées par Wikileaks, l’argent détourné par Omar Bongo aurait aussi profité à des partis français
Cette information a été donnée juste après la mort d’Omar Bongo, en juin 2009, par un haut fonctionnaire de la Banque des Etats d’Afrique centrale à un diplomate de l’ambassade américaine au Cameroun, précise le journal espagnol.

Sarkozy et Chirac cités
Selon la même source, “les dirigeants gabonais ont remis une partie de l’argent à des partis politiques français, y compris au président Nicolas Sarkozy”. Cette information est bien évidemment à mettre au conditionnel mais elle alimente une nouvelle fois les soupçons de corruption entre Paris et Libreville.
L’argent aurait profité “aux deux camps, mais surtout à droite”. Dans cette histoire de détournements de fonds, le document implique aussi directement l’ancien président Jacques Chirac.

28 millions d’euros
C’est en fait un audit de la Banque des Etats d’Afrique centrale qui aurait “révélé des malversations liées à la hiérarchie des officiels gabonais”, a indiqué le fonctionnaire à l’origine de cette information.
“L’enquête interne a montré que 36 millions de dollars (environ 28 millions d’euros) ont été détournés via des chèques à des hauts responsables du Gabon”, a expliqué ce haut-fonctionnaire dans les notes diffusés par Wikileaks.
Une incertitude demeure toutefois dans le document révélé. “Cette ambassade n’est pas en mesure de vérifier la véracité de l’accusation selon laquelle des hommes politiques français ont bénéficié du détournement de fonds”, conclut dans sa note l’ambassadeur américain au Cameroun Janet Garvey.
En France, une enquête a été ouverte sur le patrimoine de trois présidents africains et de leurs proches, dont Omar Bongo, suite à une plainte déposée par Transparency International, une ONG spécialisée dans la lutte contre la corruption.
 


SUR LE MÊME SUJET
AFFAIRE BOURGI: Bongo aurait financé la campagne de Sarkozy
Selon un proche de l'ancien président du Gabon, ce dernier aurait financé la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Bis repetita. Le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 est à nouveau visé. Dans un livre à paraître jeudi, Le scandale des biens mal acquis (éd. La Découverte), Mike Jocktane, ancien conseiller personnel et directeur adjoint du cabinet d'Omar Bongo affirme que l'ancien président gabonais a financé la campagne présidentielle de l'actuel chef de l'État français. Dans l'ouvrage, signé des journalistes Xavier Harel et Thomas Hofnung, Mike Jocktane contredit les mots de Robert Bourgi. En septembre, l'avocat franco-libanais ...
Lire l'article
WikiLeaks met à mal la Françafrique. Des notes diplomatiques américaines s'interrogent sur l'usage fait de la trentaine de millions d'euros détournés à la Banque des Etats d'Afrique centrale. Selon une de leurs sources, ils auraient permis d'enrichir Omar Bongo et de financer des partis politiques français. Des notes diplomatiques américaines divulguées par WikiLeaks et publiées le 29 décembre sur le site du quotidien espagnol El País, assurent que des dirigeants gabonais, dont Omar Bongo, auraient détourné une trentaine de millions d'euros de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) à leur profit mais aussi pour financer des partis politiques français. ...
Lire l'article
Un câble relayé par WikiLeaks relance les rumeurs sur un possible financement de partis politiques français, notamment à droite, par l’ex-président gabonais. 201 réactions Le porte-parole de l’UMP Dominique Paillé a jugé jeudi «totalement fantaisiste» une information relayée par WikiLeaks faisant état d’un possible financement de partis politiques français, notamment à droite, par l’ex-président gabonais Omar Bongo. «Tout cela est totalement fantaisiste. J’invite d’autant plus à la prudence que les notes citées utilisent le conditionnel, ce qui démontre la très grande fragilité de ces accusations», a déclaré Dominique Paillé à l’AFP. Selon des notes diplomatiques américaines divulguées par WikiLeaks, rendues publiques mercredi par El ...
Lire l'article
Des dirigeants gabonais, dont Omar Bongo, auraient détourné une trentaine de millions d'euros d'une banque africaine à leur profit mais aussi pour financer des partis politiques français, selon un télégramme diplomatique américain obtenu par WikiLeaks et publié par El Pais. Ce télégramme de juillet 2009, en provenance de l'ambassade des Etats-unis au Cameroun, repris par le site internet du quotidien espagnol, s'appuie sur les dires d'un responsable anonyme de la Banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC). Son auteur mentionne l'ancien président français Jacques Chirac et son successeur Nicolas Sarkozy parmi les bénéficiaires de ce financement politique, tout en affirmant ne pas être ...
Lire l'article
La ministre de la Communication gabonaise a dénoncé jeudi une "énième atteinte" au défunt président Bongo de la télévision France 24 et de Radio France internationale (RFI) qui diffusent des informations selon lesquelles il aurait versé des fonds à des partis français. Selon des notes diplomatiques américaines divulguées par WikiLeaks et rendues publiques mercredi par le quotidien espagnol El Pais, près de 30 millions d'euros auraient été détournés de la banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC) par Omar Bongo pour son propre usage mais aussi à destination de certains partis politiques français.
Lire l'article
Près de 30 millions d'euros auraient été détournés de la Banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC) à son profit par le défunt président gabonais Omar Bongo et auraient aussi profité à des partis français, selon des notes diplomatiques américaines divulguées par Wikileaks, visibles mercredi sur le site de El Pais. Cette information a été donnée quatre jours après la mort de M. Bongo, en juin 2009, par un haut fonctionnaire de la BEAC à un diplomate de l'ambassade américaine au Cameroun, précise le journal espagnol. Selon la même source, "les dirigeants gabonais ont utilisé les fonds détournés pour leur enrichissement personnel et, ...
Lire l'article
20 partis politiques ont créé lundi à Libreville un bloc politique dénommé "Majorité républicaine pour l'émergence" dont la mission est d'apporter un soutien inconditionnel à l'actuel chef de l'Etat Ali Bongo Ondimba. - [ 4/20/2010 ] Les partis qui se sont ainsi liés étaient tous membres de la " majorité présidentielle" un groupement de 42 partis qui soutenaient l'action de l'ancien président Omar Bongo Ondimba. Parmi ces partis figurent le Rassemblement pour le Gabon (RPG) de Paul Mba Abessole, l'Alliance démocratique et Républicaine ( ADERE) de l'ancien vice-président de la République Dijob Di Vungui Di Ndinge et le Cercle des libéraux ...
Lire l'article
Le président gabonais aurait quitté Libreville, la capitale gabonaise, à bord d’un avion médicalisé dans la soirée du 5 mai ou dans la matinée du 6, selon une information publiée par Jeune Afrique. Le doyen des chefs d’Etat africains qui a annoncé mercredi dernier « la suspension momentanée de ses activités », compterait se reposer et se soigner en Europe. La France et la Suisse auraient été envisagées mais le président gabonais aurait finalement opté pour l’Allemagne. Aucune source officielle ne confirme, pour l’heure, cette information.
Lire l'article
Des comptes bancaires français du président gabonais Omar Bongo ont été saisis après sa condamnation en France à rembourser 457.347 EUR versés par un Français pour faire libérer son père détenu à Libreville en 1996, a indiqué jeudi l'avocat du plaignant. "Les comptes détenus par Omar Bongo dans deux banques françaises ont été saisis. Il s'agit du Crédit Lyonnais - dans lequel le président gabonais possède deux comptes de dépôt, deux comptes sur livret et un compte-titre - et de comptes à la BNP, où il possède deux comptes-chèque, un compte-épargne et un compte-titre", a indiqué Me Jean-Philippe Le Bail à ...
Lire l'article
AFFAIRE BOURGI: Bongo aurait financé la campagne de Sarkozy
les notes de wikileaks:”Ali Bongo inverse le décompte des voix et se déclare président du Gabon.”
L’UMP dément avoir été financée par Bongo
Omar Bongo aurait financé des partis français, selon WikiLeaks
Bongo: Le Gabon critique les médias français
WikiLeaks: des détournements de fonds par Bongo auraient profité à des partis français
Gabon : 20 partis forment une majorité en faveur d’Ali Bongo Ondimba
Bongo Doit Partir
Omar Bongo aurait quitté le Gabon à bord d’un avion médicalisé
Saisie de comptes bancaires français du président gabonais Bongo


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 1,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 29 Déc 2010
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Bongo aurait alimenté les partis français

  1. Pingback: Bongo aurait alimenté les partis français BDP Gabon Nouveau Thu, 30 Dec 2010 00:03:33 | Region MAG Internet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*