Socialisez

FacebookTwitterRSS

WikiLeaks: des détournements de fonds par Bongo auraient profité à des partis français

Auteur/Source: · Date: 29 Déc 2010
Catégorie(s): Société

Près de 30 millions d’euros auraient été détournés de la Banque des Etats d’Afrique centrale (BEAC) à son profit par le défunt président gabonais Omar Bongo et auraient aussi profité à des partis français, selon des notes diplomatiques américaines divulguées par Wikileaks, visibles mercredi sur le site de El Pais.
Cette information a été donnée quatre jours après la mort de M. Bongo, en juin 2009, par un haut fonctionnaire de la BEAC à un diplomate de l’ambassade américaine au Cameroun, précise le journal espagnol.
Selon la même source, “les dirigeants gabonais ont utilisé les fonds détournés pour leur enrichissement personnel et, suivant les instructions de Bongo, ont remis une partie de l’argent à des partis politiques français, y compris en soutien au président Nicolas Sarkozy”.
L’argent aurait profité “aux deux camps, mais surtout à droite, en particulier à (l’ancien président français Jacques) Chirac mais aussi Sarkozy”. “Bongo était le président africain préféré de la France”, a ajouté cette source.
La BEAC regroupe les réserves des Etats membres de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale: le Gabon (qui en désigne le gouverneur), le Cameroun (où est situé le siège), la République du Congo, la République centrafricaine, le Tchad et la Guinée Equatoriale.
Selon le câble datant de juillet 2009, le gouverneur de la BEAC, le Gabonais Philip Andzembe, avait placé en secret 500 millions d’euros dans un investissement à haut risque de la banque française Société Générale.
Après que ce placement non autorisé a été rendu public, un audit de la BEAC a été mené et “a révélé des malversations encore plus larges et plus audacieuses, liées à la hiérarchie des officiels gabonais”, a indiqué le fonctionnaire à l’origine de cette information.
“L’enquête interne a montré que 36 millions de dollars (environ 28 millions d’euros, ndlr) ont été détournés via des chèques à des hauts responsables du Gabon”, a-t-il dit.
Le clan au pouvoir au Gabon, “dont le défunt président Omar Bongo et son fils Ali, ministre de la Défense et candidat à la présidence (élu depuis à la tête du pays, ndlr), a bénéficié du détournement de fonds”, indique le document.
“Cette ambassade n’est pas en mesure de vérifier la véracité de l’accusation selon laquelle des hommes politiques français ont bénéficié du détournement de fonds”, se contente de conclure le câble, signé de l’ambassadeur américain au Cameroun Janet Garvey.
Une enquête est en cours en France sur le patrimoine dans l’Hexagone de trois présidents africains et de leurs proches, dont Omar Bongo, suite à une plainte de Transparency International, une ONG spécialisée dans la lutte contre la corruption.
 


SUR LE MÊME SUJET
WikiLeaks met à mal la Françafrique. Des notes diplomatiques américaines s'interrogent sur l'usage fait de la trentaine de millions d'euros détournés à la Banque des Etats d'Afrique centrale. Selon une de leurs sources, ils auraient permis d'enrichir Omar Bongo et de financer des partis politiques français. Des notes diplomatiques américaines divulguées par WikiLeaks et publiées le 29 décembre sur le site du quotidien espagnol El País, assurent que des dirigeants gabonais, dont Omar Bongo, auraient détourné une trentaine de millions d'euros de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) à leur profit mais aussi pour financer des partis politiques français. ...
Lire l'article
D'après une note de l'ambassade des Etats-Unis au Cameroun, l'élite gabonaise aurait détourné de nombreux milliards à la Beac pour leur compte et pour quelques cadeaux aux partis politiques français. Les révélations Wikileaks des notes de l’ambassade américaine au Cameroun continuent. Après le document de Janet Garvey sur la présence chinoise au Cameroun, un document autrement plus polémique a été publié, faisant état de « cadeaux » d’Omar Bongo à Jacques Chirac et à son successeur, Nicolas Sarkozy. Ces cadeaux du président gabonais, d’après le document auraient été financés par de gros détournements de fonds à la Banque des Etats d’Afrique Centrale ...
Lire l'article
Des notes diplomatiques américaines s'interrogent sur l'usage fait de la trentaine de millions d'euros détournés à la Banque des Etats d'Afrique centrale. Selon une de leurs sources, ils auraient permis d'enrichir Omar Bongo et de financer des partis politiques français. es notes diplomatiques américaines divulguées par WikiLeaks et publiées le 29 décembre sur le site du quotidien espagnol "El Pais", assurent que des dirigeants gabonais, dont Omar Bongo, auraient détourné une trentaine de millions d'euros de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) à leur profit mais aussi pour financer des partis politiques français. On savait que le chef d'Etat ...
Lire l'article
Des dirigeants gabonais, dont Omar Bongo, auraient détourné une trentaine de millions d'euros d'une banque africaine à leur profit mais aussi pour financer des partis politiques français, selon un télégramme diplomatique américain obtenu par WikiLeaks et publié par El Pais. Ce télégramme de juillet 2009, en provenance de l'ambassade des Etats-unis au Cameroun, repris par le site internet du quotidien espagnol, s'appuie sur les dires d'un responsable anonyme de la Banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC). Son auteur mentionne l'ancien président français Jacques Chirac et son successeur Nicolas Sarkozy parmi les bénéficiaires de ce financement politique, tout en affirmant ne pas être ...
Lire l'article
La ministre de la Communication gabonaise a dénoncé jeudi une "énième atteinte" au défunt président Bongo de la télévision France 24 et de Radio France internationale (RFI) qui diffusent des informations selon lesquelles il aurait versé des fonds à des partis français. Selon des notes diplomatiques américaines divulguées par WikiLeaks et rendues publiques mercredi par le quotidien espagnol El Pais, près de 30 millions d'euros auraient été détournés de la banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC) par Omar Bongo pour son propre usage mais aussi à destination de certains partis politiques français.
Lire l'article
Les accusations relatives à des détournements de fonds de la Banque des Etats d'Afrique central (BEAC) par le défunt président gabonais Omar Bongo "sont sans fondement", a affirmé jeudi l'avocat parisien de l'actuel président du Gabon, Ali Bongo. Selon des notes diplomatiques américaines divulguées par le site internet Wikileaks, près de 30 millions d'euros auraient été détournés au profit de personnalités gabonaises, dont Omar Bongo lui-même et son fils Ali, ainsi que de partis politiques français. "Un audit a révélé des détournements au préjudice de la BEAC, notamment au niveau de son bureau parisien, ce qui fait que le 19 novembre 2009, ...
Lire l'article
Wikileaks révèle que les partis politiques auraient profité de sommes détournées par Omar Bongo. Après le Pentagone, après la Maison Blanche ou encore le Moyen-Orient, le site internet Wikileaks s’attaque à la diplomatie africaine. Selon le site de renseignement américain, près de 30 millions d'euros auraient été détournés de la Banque des Etats d'Afrique centrale par le défunt président gabonais Omar Bongo. Les partis politiques français soupçonnés C’est le site espagnol El Pais qui a révélé l’information mercredi. D’après des notes diplomatiques américaines divulguées par Wikileaks, l’argent détourné par Omar Bongo aurait aussi profité à des partis français Cette information a été ...
Lire l'article
Total Gabon, filiale gabonaise du pétrolier français, a publié mardi un résultat net de 42 millions d'euros au titre du premier triemstre 2010, en hausse de 109% par rapport à la même période en 2009. Le chiffre d'affaires ressort à 338 millions d'euros, en hausse de 50%. "Au premier trimestre 2010, le prix de vente moyen des deux qualités de pétrole brut commercialisé par Total Gabon (Mandji et Rabi Light) s'est élevé à 72,3 dollars le baril, en hausse de 81% par rapport au premier trimestre 2009", indique le groupe dans un communiqué.
Lire l'article
Sous la pression du Fmi, la Banque centrale vient de livrer un rapport non exhaustif sur les malversations au bureau de Paris. 101 personnes citées dont 15 directement impliquées. La Banque centrale, sous la pression du Fmi, vient de livrer des conclusions "non exhaustives" sur les malversations au Bep. Les lignes qui suivent en constituent l'économie. En son temps, Philibert Andzembe était resté dans les généralités, bien que disposant déjà de données accablantes et de première main. Le gouverneur - "rappelé" par son pays, le Gabon - de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (Beac), dans son interview à ...
Lire l'article
les notes de wikileaks:”Ali Bongo inverse le décompte des voix et se déclare président du Gabon.”
Wikileaks : Bongo et cie auraient fait des cadeaux à Chirac et Sarkozy
WikiLeaks met à mal la Françafrique
Omar Bongo aurait financé des partis français, selon WikiLeaks
Bongo: Le Gabon critique les médias français
Fonds détournés: accusations “sans fondement”, selon un avocat d’Ali Bongo
Bongo aurait alimenté les partis français
Total Gabon profite de la hausse du baril
Bongo Doit Partir
Afrique Centrale : La Beac publie le rapport sur les détournements


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 29 Déc 2010
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*