- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Polémique sur des allégations de financement politique par Omar Bongo

Des allégations de financement de partis politiques français par l’ex-président du Gabon Omar Bongo ont semé la controverse en France, jeudi.

Rejetant des informations révélées par WikiLeaks et diffusées mercredi par le quotidien espagnol El Pais, l’Union pour un mouvement populaire (UMP) du président Nicolas Sarkozy et le Parti socialiste (PS) ont démenti avoir reçu de l’argent du défunt chef d’État gabonais.

Selon les câbles diplomatiques rendus public, Omar Bongo aurait détourné à son bénéfice près de 40 millions de dollars de la Banque des États d’Afrique centrale (BEAC) qui auraient également servi à financer plusieurs formations politiques françaises « surtout à droite, en particulier à [l’ancien président français Jacques] Chirac, mais aussi à Sarkozy ».

Le trésorier du PS, Régis Juanico, a assuré que son mouvement « ne se sent en rien concerné » par le contenu de ces dépêches et a incité à la prudence à leur sujet.

Une même prudence a été recommandée par le porte-parole de l’UMP, Dominique Paillé, « d’autant plus que les notes citées utilisent le conditionnel, ce qui démontre la très grande fragilité de ces accusations », qu’il a qualifiées de « fantaisistes ».

Du côté du Gabon, Faustin Boukoubi, secrétaire général du Parti démocratique fondé par Omar Bongo, a dénoncé la « diffamation » dont est victime l’ancien président, déplorant qu’on en « souille la mémoire ». Un des avocats de l’actuel président du pays, Ali Bongo, a déploré qu’on accuse son père, Omar Bongo, « sans fondement ».

Des allégations non confirmées

Les informations divulguées par WikiLeaks émanaient d’un haut fonctionnaire de la BEAC qui s’était entretenu avec une diplomate de l’ambassade américaine au Cameroun. Cette dernière avait dit ne pas être « en mesure de vérifier la véracité de l’accusation » impliquant l’Élysée, selon les documents.

Ce serait la raison pour laquelle le quotidien français Le Monde, un des cinq journaux qui analysent et relaient les informations que lui envoie WikiLeaks, aurait choisi de ne pas traiter du sujet, selon Libération, un autre journal de l’Hexagone.

Tant en France qu’en Afrique, des rumeurs ont régulièrement circulé quant au financement de la classe politique française par Omar Bongo. Après la mort du chef d’État gabonais, l’ancien président français Valéry Giscard d’Estaing avait provoqué une onde de choc en affirmant que le président du Gabon avait financé en 1981 la campagne présidentielle de Jacques Chirac. Celui-ci avait plus tard condamné des propos « dénués de tout fondement ».

Répondant aux pressions d’Omar Bongo, Nicolas Sarkozy avait par ailleurs limogé en 2008 le secrétaire d’État à la Coopération Jean-Marie Bockel, qui s’était étonné publiquement du maintien d’un haut niveau de pauvreté dans les pays africains producteurs de pétrole.

Radio-Canada.ca avec
Agence France Presse, Le Monde, Le Parisien et Reuters


SUR LE MÊME SUJET
Suite aux déclarations de M. Mike Jocktane, relayées par des médias internationaux, Mme Pascaline Bongo Ondimba a tenu à réagir par le biais d’un communiqué de presse dont GABONEWS vous livre l’intégralité : COMMUNIQUE DE PRESSE Dans un livre à paraître, M. Mike JOCTANE, ancien Directeur de Cabinet Adjoint de Feu le Président Omar BONGO ONDIMBA, affirme que le Président Omar BONGO ONDIMBA aurait contribué au financement de la campagne du candidat Nicolas SARKOZY à l’élection présidentielle française de 2007. Je voudrais, à cet effet, exprimer ma profonde indignation devant la légèreté de ces allégations, aussi grossières que mensongères et irresponsables. Ayant été ...
Lire l'article [1]
Le gouvernement gabonais a vivement dénoncé, la cabale orchestrée ces derniers temps par les médias français à l’encontre de l’ancien chef de l’Etat feu Omar Bongo Ondimba qui serait à l’origine des détournements présumés à la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) estimés à 30 millions d’euros, indique un communiqué officiel dont l’AGP a reçu copie vendredi. « Profondément surpris par ces allégations grotesques et inopportunes, le gouvernement gabonais tient à préciser que la gestion des ressources des Etats placées à la BEAC est entièrement déléguée à cette institution par les Etats membres de la Communauté Economique et Monétaire ...
Lire l'article [2]
Des dirigeants gabonais, dont Omar Bongo, auraient détourné une trentaine de millions d'euros d'une banque africaine à leur profit mais aussi pour financer des partis politiques français, selon un télégramme diplomatique américain obtenu par WikiLeaks et publié par El Pais. Ce télégramme de juillet 2009, en provenance de l'ambassade des Etats-unis au Cameroun, repris par le site internet du quotidien espagnol, s'appuie sur les dires d'un responsable anonyme de la Banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC). Son auteur mentionne l'ancien président français Jacques Chirac et son successeur Nicolas Sarkozy parmi les bénéficiaires de ce financement politique, tout en affirmant ne pas être ...
Lire l'article [3]
La ministre de la Communication gabonaise a dénoncé jeudi une "énième atteinte" au défunt président Bongo de la télévision France 24 et de Radio France internationale (RFI) qui diffusent des informations selon lesquelles il aurait versé des fonds à des partis français. Selon des notes diplomatiques américaines divulguées par WikiLeaks et rendues publiques mercredi par le quotidien espagnol El Pais, près de 30 millions d'euros auraient été détournés de la banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC) par Omar Bongo pour son propre usage mais aussi à destination de certains partis politiques français.
Lire l'article [4]
Bongo Doit Partir
Lire l'article [5]
Le président de la République, chef de l’Etat, son excellence El Hadj Omar Bongo Ondimba a décidé de la suspension momentanée de ses activités présidentielles pour se ressourcer dans le repos suite à l’épreuve particulièrement difficile qu’il vient de vivre avec la longue maladie de son épouse, feue la première dame Edith Lucie Bongo Ondimba décédée le 14 mars dernier, rapporte un communiqué de la présidence de la république. Cette longue épreuve et cette perte cruelle ont profondément marqué le président de la république malgré les soutiens nombreux reçus au rang desquels celui du peuple gabonais, souligne le communiqué. A la demande ...
Lire l'article [6]
Pour imprimer le PDF de la pétition et nous envoyer la pétition par Courrier postal ou par fax, cliquez ici. (et prière de faire circuler partout dans le monde): Lisez la pétition, ensuite pour signer la pétition directement sur ce site, remplissez les informations dans le formulaire ci-dessous. PETITION INTERNATIONALE POUR L'HONNEUR DU GABON ET LA DIGNITE DE L'AFRIQUE La Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National vous invite à signer la pétition ci-après. La raison principale de la présente pétition est la suivante : Le régime Bongo, au pouvoir depuis 41 ans, a perverti l'imaginaire et compromis le devenir de générations ...
Lire l'article [7]
Le président gabonais, Omar Bongo Ondimba préside ce jeudi un conseil des ministres au palais présidentiel, indique un communiqué du protocole d’Etat. Ce tour table intervient quatre jours après la mutinerie à la prison centrale de Libreville qui aurait coûté la vie à deux détenus et blessés plusieurs autres. Le conseil des ministres se tient également à la veille du sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC) que le Gabon abritera vendredi prochain.
Lire l'article [8]
Le Chef de l’Etat Gabonais Omar Bongo Ondimba quitte Libreville lundi matin en direction de Bangui où il procédera à l’ouverture officielle des travaux « du dialogue politique inclusif » inter centrafricain, selon le protocole d’Etat. À Bangui le Chef de l’Etat Omar Bongo Ondimba assistera à l’ouverture du « dialogue politique inclusif » en tant que président de suivi du comité ad hoc de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) pour les questions centrafricaines. La presse nationale et internationale annoncent plus de 200 délégués dont l’ex-chef d’Etat, Ange Félix Patassé évincé du pouvoir le 13 mars 2003. ...
Lire l'article [9]
Le « Mouvement Omar Bongo Ondimba » célèbre depuis ce samedi les 41 ans de pouvoir du président gabonais par la remise d’un prix. Le prix, est une carte du Gabon et une corbeille entre deux mains. Selon Chantal Ondo, la présidente du mouvement, ce prix traduit l’action de rassemblement, d’unité nationale et du dialogue qui caractérise l’œuvre du Chef de l’Etat Gabonais, Omar Bongo Ondimba. Elle a également indiqué que ce prix symbolise le « dévouement et le développement de la nation Gabonaise », incarnés par Omar Bongo Ondimba. « Nous sommes ici pour vous témoignez notre gratitude », a déclaré Chantal ...
Lire l'article [10]
Allégations Mike Jocktane : Réaction de Pascaline Bongo Ondimba
Le Gabon fustige la cabale orchestrée contre le défunt Omar Bongo Ondimba par la presse occidentale
Omar Bongo aurait financé des partis français, selon WikiLeaks
Bongo: Le Gabon critique les médias français
Bongo Doit Partir
Gabon: Politique : Omar Bongo suspend ses activités présidentielles
Pétition Honneur et Dignité
Gabon: Politique : Omar Bongo Ondimba préside un conseil des ministres jeudi
Gabon: Omar Bongo Ondimba à Bangui lundi pour l’ouverture « du dialogue politique inclusif »
Gabon: Politique : « le Mouvement Omar Bongo Ondimba » fête les 41 ans de son pouvoir