Socialisez

FacebookTwitterRSS

Wikileaks : Bongo et cie auraient fait des cadeaux à Chirac et Sarkozy

Auteur/Source: · Date: 2 Jan 2011
Catégorie(s): Françafrique,Société

D’après une note de l’ambassade des Etats-Unis au Cameroun, l’élite gabonaise aurait détourné de nombreux milliards à la Beac pour leur compte et pour quelques cadeaux aux partis politiques français.
Les révélations Wikileaks des notes de l’ambassade américaine au Cameroun continuent. Après le document de Janet Garvey sur la présence chinoise au Cameroun, un document autrement plus polémique a été publié, faisant état de « cadeaux » d’Omar Bongo à Jacques Chirac et à son successeur, Nicolas Sarkozy.

Ces cadeaux du président gabonais, d’après le document auraient été financés par de gros détournements de fonds à la Banque des Etats d’Afrique Centrale (Beac), détournements pouvant atteindre 30 millions d’euros – 19.6 milliards de francs cfa. Des détournements faits par les hauts fonctionnaires du Gabon à la Beac, chapeautés par Omar Bongo. L’information aurait été transmise à un diplomate de l’ambassade des Etats-Unis à Yaoundé par un haut-fonctionnaire à la Beac.

Le document affirme aussi que Philibert Andzembe, ancien gouverneur de la Beac débarqué en Janvier 2010, aurait placé 500 millions d’euros – près de 330 milliards de francs cfa – sur un placement risqué de la banque française Société Générale.

Traduction de la note
Des hauts fonctionnaires gabonais en exercice à la Banque des Etats d’Afrique Centrale (BEAC) ont comploté pour détourner plus 18.3 milliards de francs cfa – près de 36 millions de $ – des réserves communes aux six Etats de la Communautés Economique et Monétaire d’Afrique Centrale (CEMAC) sur les cinq dernières années, d’après un contact à la Beac d’un haut placé à l’ambassade.

Lors d’une réunion du 12 Juin avec Poloff, la source, un haut fonctionnaire d’un pays tiers a affirmé que la Beac a découvert la malversations durant les audits internes conduits dans la foulée de la découverte que le gouverneur gabonais de la Beac Philip Andzembe avait placé en secret 500 millions d’euros dans un investissement hautement risqué à la banque française Société Générale.

D’après la source à l’ambassade, l’élite politique gabonaise, incluant l’ancien président Omar Bongo et son fils, le ministre de la défense et présidentiable Ali Bongo ont bénéficié des détournements. La source a affirmé que les fonctionnaires gabonais ont utilisé les détournements pour leur propre enrichissement et, sous la direction de Bongo, fourni des fonds à des partis politiques français, incluant des financements en faveur du président français Nicolas Sarkozy. Fin de la note.
 


SUR LE MÊME SUJET
Gabon : Le Produit intérieur brut de la BEAC se situerait à 7316,7 milliards de francs CFA en 2011
Le Produit intérieur brut (PIB) nominal dans les Etats membres de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), s’établirait à 7316,7 milliards de francs CFA en 2011 contre 3686, 1 milliards de F CFA en 2010 dans un document publié ce samedi dans le quotidien gabonais l’Union. Le taux de croissance prévisionnel en 2011 est de 4,4% contre 6,3% en 2010, selon la BEAC qui ajoute que la croissance restera élevée en 2011 et c’est le secteur hors-pétrole qui sera le principal contributeur au PIB. Le rapport de la BEAC fait ressortir également que le taux d’investissements s’élèverait à 34,4% ...
Lire l'article
WikiLeaks met à mal la Françafrique. Des notes diplomatiques américaines s'interrogent sur l'usage fait de la trentaine de millions d'euros détournés à la Banque des Etats d'Afrique centrale. Selon une de leurs sources, ils auraient permis d'enrichir Omar Bongo et de financer des partis politiques français. Des notes diplomatiques américaines divulguées par WikiLeaks et publiées le 29 décembre sur le site du quotidien espagnol El País, assurent que des dirigeants gabonais, dont Omar Bongo, auraient détourné une trentaine de millions d'euros de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) à leur profit mais aussi pour financer des partis politiques français. ...
Lire l'article
Des notes diplomatiques américaines s'interrogent sur l'usage fait de la trentaine de millions d'euros détournés à la Banque des Etats d'Afrique centrale. Selon une de leurs sources, ils auraient permis d'enrichir Omar Bongo et de financer des partis politiques français. es notes diplomatiques américaines divulguées par WikiLeaks et publiées le 29 décembre sur le site du quotidien espagnol "El Pais", assurent que des dirigeants gabonais, dont Omar Bongo, auraient détourné une trentaine de millions d'euros de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) à leur profit mais aussi pour financer des partis politiques français. On savait que le chef d'Etat ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais a vivement dénoncé, la cabale orchestrée ces derniers temps par les médias français à l’encontre de l’ancien chef de l’Etat feu Omar Bongo Ondimba qui serait à l’origine des détournements présumés à la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) estimés à 30 millions d’euros, indique un communiqué officiel dont l’AGP a reçu copie vendredi. « Profondément surpris par ces allégations grotesques et inopportunes, le gouvernement gabonais tient à préciser que la gestion des ressources des Etats placées à la BEAC est entièrement déléguée à cette institution par les Etats membres de la Communauté Economique et Monétaire ...
Lire l'article
Des dirigeants gabonais, dont Omar Bongo, auraient détourné une trentaine de millions d'euros d'une banque africaine à leur profit mais aussi pour financer des partis politiques français, selon un télégramme diplomatique américain obtenu par WikiLeaks et publié par El Pais. Ce télégramme de juillet 2009, en provenance de l'ambassade des Etats-unis au Cameroun, repris par le site internet du quotidien espagnol, s'appuie sur les dires d'un responsable anonyme de la Banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC). Son auteur mentionne l'ancien président français Jacques Chirac et son successeur Nicolas Sarkozy parmi les bénéficiaires de ce financement politique, tout en affirmant ne pas être ...
Lire l'article
Près de 30 millions d'euros auraient été détournés de la Banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC) à son profit par le défunt président gabonais Omar Bongo et auraient aussi profité à des partis français, selon des notes diplomatiques américaines divulguées par Wikileaks, visibles mercredi sur le site de El Pais. Cette information a été donnée quatre jours après la mort de M. Bongo, en juin 2009, par un haut fonctionnaire de la BEAC à un diplomate de l'ambassade américaine au Cameroun, précise le journal espagnol. Selon la même source, "les dirigeants gabonais ont utilisé les fonds détournés pour leur enrichissement personnel et, ...
Lire l'article
Après les dénonciations de détournements de fonds dont la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) fait l'objet, le gouverneur de cette institution, Philibert Andzembé, a confirmé la disparition de 15 milliards de FCFA dans les caisses du bureau parisien de la banque. Lors d'un entretien accordé au quotidien camerounais Cameroon Tribune, le patron de la BEAC dit avoir pris des mesures pour gérer cette nouvelle crise. Le gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), Philibert Andzembé, vient de confirmer «un écart de trésorerie» de l’ordre de 15 milliards FCFA environ, découvert au 31 décembre 2007 entre les ...
Lire l'article
Le président français Nicolas Sarkozy, accompagné de son prédécesseur Jacques Chirac, a rendu mardi à Libreville un dernier hommage à Omar Bongo, le doyen des chefs d'Etat africains qui a régné sans partage sur cet "émirat pétrolier" du golfe de Guinée pendant 41 ans. Une quarantaine de chefs d'Etat africains ou de leurs représentants ont également fait le déplacement pour la cérémonie d'hommage au défunt, qui sera suivie d'un défilé militaire. La dépouille de "Papa Bongo", comme l'appelaient affectueusement ses compatriotes, gagnera ensuite par avion Franceville, dans sa province natale du Haut-Ogooué, dans le sud-est du pays, pour y être inhumée jeudi ...
Lire l'article
La présence, mardi à Libreville, du président français et de son prédécesseur, rappelle les liens particuliers qui unissent Paris à son ancienne colonie. L'arrivée aura valeur de symbole. À Libreville, la venue, mardi matin, de Nicolas Sarkozy, accompagné de Jacques Chirac, pour les funérailles du président gabonais Omar Bongo, soulignera à nouveau les intérêts qui lient la France à son ancienne colonie. Depuis lundi, le boulevard du bord de mer, le cœur de la capi­tale, a été placé sous haute surveillance, des militaires ayant été postés devant le palais présidentiel, mais aussi le long de bâtiments voisins : l'ambassade de France, le ...
Lire l'article
Gabon : Le Produit intérieur brut de la BEAC se situerait à 7316,7 milliards de francs CFA en 2011
les notes de wikileaks:”Ali Bongo inverse le décompte des voix et se déclare président du Gabon.”
WikiLeaks met à mal la Françafrique
Le Gabon fustige la cabale orchestrée contre le défunt Omar Bongo Ondimba par la presse occidentale
Omar Bongo aurait financé des partis français, selon WikiLeaks
WikiLeaks: des détournements de fonds par Bongo auraient profité à des partis français
Bongo Doit Partir
CEMAC : Le gouverneur de la BEAC confirme «un écart de trésorerie» de 15 milliards de FCFA
Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac aux funérailles d’Omar Bongo
Sarkozy et Chirac réunis pour les funérailles de Bongo


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 2 Jan 2011
Catégorie(s): Françafrique,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*