Socialisez

FacebookTwitterRSS

Crise post-électorale : Le pseudo-nationalisme de Gbagbo tue les Ivoiriens

Auteur/Source: · Date: 14 Jan 2011
Catégorie(s): Afrique

Alors que la communauté internationale convaincue de sa défaite aux dernières élections ne fait que lui demander de respecter le verdict des urnes qui le donne perdant au scrutin présidentiel du 28 novembre dernier, Laurent Gbagbo et ses partisans ont déclaré la guerre à cette communauté internationale. Une guerre aux relents pseudo-nationalistes qui tue surtout les Ivoiriens.

En un mois, ce sont près de 300 personnes qui ont directement trouvé la mort, du fait de la crise post-électorale qui secoue le pays. A ces victimes, généralement tombées sous des balles, il faut certainement plus d’un millier d’autres qui ont certainement succombé à des arrêts cardio-vasculaires, qui ont ”pété un câble” ou qui n’ont pu avoir les soins nécessaires à cause de la situation exceptionnelle dans laquelle est plongée le pays depuis le 28 novembre dernier. Victimes innocentes de la crise post-électorale, elles paient surtout le prix fort de la pseudo-guerre nationaliste que Laurent Gbagbo et son clan ont engagée contre la communauté internationale.

Les victimes de violences

Tout a commencé lorsque, par une volonté de confisquer le pouvoir, le chef de l’Etat sortant a instauré, le 27 novembre, un couvre-feu nocturne qui s’est étalé sur environ trois semaines. Durant cette période d’exception, sans sommation, des centaines de personnes ont été abattues, sans autre forme de procès. Le bilan macabre de ces tueries s’élevait, si l’on en croit le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) qui y a perdu de nombreux militants, à près de 85 morts. Suivant le scénario de ces attaques nocturnes, une descente musclée des Fds au siège du Rassemblement des républicains (Rdr), le parti d’Alassane Ouattara à Yopougon, fait cinq morts. La psychose se généralise, vu que la violence s’exporte à l’intérieur du pays. Les populations se barricadent comme elles peuvent. C’est dans la veine de ces tueries gratuites attribuées aux miliciens et autres mercenaires qui auraient infesté les forces de défense et de sécurité, que le blocus du Golf hôtel, quartier général du nouveau président de la République et de son gouvernement est organisé. Sur la foi de la légitimité populaire conférée par le verdict des urnes, le Premier ministre, Guillaume Soro, décide d’aller installer, le 16 décembre 2010, les nouveaux dirigeants de la Radiodiffusion-télévision ivoirienne (Rti) et, le lendemain, de s’installer lui-même et son gouvernement, dans leurs bureaux au Plateau. Il n’en fallait pas plus que les soldats fidèles à Laurent Gbagbo sortent leurs armes lourdes avec lesquelles ils ”neutralisent” les populations qui s’étaient engagées à accompagner le Premier ministre ivoirien à la Rti, à Cocody et au Plateau. 150 morts ont résulté de la violente répression de la marche pacifique. Dans la foulée, les autres mouvements populaires tendant à faire partir Laurent Gbagbo, sont également réprimés dans le sang. Dans cette atmosphère quasi insurrectionnelle contre le régime autocratique de Laurent Gbagbo, des violences à caractère inter-communautaires éclatent à Duékoué. Les miliciens libériens recrutés à tour de bras par l’ancien régime au pouvoir, pour créer le chaos dans le pays, s’y invitent. Leur mise en jambe tourne au drame. Une trentaine de personnes ”tombent” sous leurs balles assassines. A peine ce foyer de tension a-t-il commencé à s’éteindre qu’un autre est allumé, en plein Abidjan. Au terme de deux jours d’un face-à-face tendu entre Fds pro-Gbagbo et populations à Abobo, on dénombre une vingtaine de tués. Entre-temps, le Sud-Bandama qui s’est embrasé, livre son décompte macabre : 13 morts en deux jours d’affrontements. Ils s’ajoutent à la liste de toutes les victimes politiques, tombées depuis l’avènement de Laurent Gbagbo au pouvoir. C’est le prix à payer pour la résistance face à la communauté internationale qui lui demande de se plier au verdict des urnes. « Si je quitte le pouvoir, ce sera le chaos », avait prévenu le patron de La majorité présidentielle. C’est visiblement un bout de ce chaos que l’ancien chef de l’Etat et les siens sont en train de créer pour dissuader la communauté internationale de recourir à « la force légitime » pour les déloger.

Les victimes silencieuses

A côté de ceux qui meurent dans des conditions atroces, il y a ceux qui sont contraints de s’en aller dans l’indifférence la plus totale. Invariablement, ce sont des affections cardio-vasculaires qui ont fini par avoir raison d’eux. Ils se recrutent généralement dans le lot de ceux qui ont tout perdu dans la crise : emploi, biens mobiliers. Si en mars 2009, on évaluait à 300.000, le nombre d’emplois perdus, aujourd’hui, il faut compter avec les entreprises qui, du fait de la présente crise, ont commencé à remercier leurs agents. A ces victimes silencieuses de la crise, il faut ajouter tous les malades du Sida, du paludisme, de la tuberculose, les insuffisants rénaux, etc. Car, du fait de la crise, les organisations internationales, pourvoyeuses de fonds pour la prise en charge de ces malades ont décidé de geler leurs programmes en Côte d’Ivoire jusqu’à nouvel ordre, c’est-à-dire jusqu’à la prise de fonction du nouveau président, Alassane Ouattara. Le premier bailleur de fonds du secteur de la santé à fermer le robinet, a été la Banque mondiale. Très vite, elle a été imitée par le Fonds mondial, un organisme basé en Suisse qui soutient la Côte d’Ivoire dans plusieurs secteurs de la santé. « En raison de l’instabilité politique actuelle du pays, le secrétariat du Fonds mondial a décidé de prendre un certain nombre de mesures parmi lesquelles, le gel des déboursements aux récipiendaires principaux des programmes du Fonds et ce, jusqu’à nouvel ordre », a expliqué Véronique Taveau, la porte-parole du Fonds. Une décision qui fait perdre près de 41 milliards. Et, selon des indiscrétions, l’autre partenaire important de la lutte contre le sida, en l’occurrence le Pepfar, pourrait suivre la même voie. Toute chose qui mettrait environ 80.000 séropositifs en situation de sursis, comme le sont déjà les insuffisants rénaux qui commencent à mourir comme des mouches, fautes de moyens pour réaliser correctement leurs soins.

Nationalisme débridé

Alors que la vraie question consiste à dire qui a gagné les élections, la majorité présidentielle et son chef de file ont choisi de déporter le débat sur le terrain du nationalisme. « La France et les Etats Unis complotent contre moi » ou encore « qu’on laisse les Ivoiriens régler leurs problèmes », tels sont les discours qu’ils ressassent à longueur de journée. Mais paradoxe, tout en affamant leurs compatriotes, ces nationalistes d’une autre race ont choisi de confier leur destin à l’étranger.

En témoigne le fait qu’ils ont tous placé des fortunes colossales dans des paradis fiscaux et envoyé leurs proches dans des pays occidentaux pendant que l’école ivoirienne est perturbée par les caprices de la Fesci. C’est ce qui leur vaut le gel de leurs avoirs et l’interdiction de voyager décrétée contre eux par la même occident qui ne peut comprendre la confiscation du pouvoir par le perdant.

source: abidjan.net 


SUR LE MÊME SUJET
Des leaders de la galaxie patriotique (jeunesse pro-Gbagbo) ont lancé mardi à Abidjan un appel à la réconciliation et au respect des nouvelles autorités ivoiriennes. Lors d'un meeting à Yopougon (quartier pro-Gbagbo), ceux-ci ont demandé à leurs camarades de cesser définitivement les violences et ont exhorté les Ivoiriens au pardon. "Il est temps de tourner la page. Ce qui est passé est passé. Le sang a trop coulé et nous devons nous pardonner les uns les autres", a plaidé le chef d'une milice pro-Gbagbo, Maguy le Tocard. "Le nouveau président de la République est Alassane Ouattara. C'est un homme tolérant et nous demandons ...
Lire l'article
Des "enquêtes préliminaires" ont été ouvertes contre le président ivoirien déchu Laurent Gbagbo et ses proches, a annoncé mardi le gouvernement du nouveau chef d'Etat Alassane Ouattara sur la télévision ivoirienne TCI. "Concernant les personnes capturées depuis le 11 avril (...), l'ancien chef d'Etat, son épouse et une soixantaine de personnes de son clan ont été assignées en résidence surveillée à Abidjan et dans d'autres villes", a déclaré le porte-parole Patrick Achi dans son compte-rendu du conseil des ministres. "Des procédures d'enquêtes préliminaires sont en cours pour les crimes et délits commis par Laurent Gbagbo et son clan", a-t-il ajouté. Laurent Gbagbo, son ...
Lire l'article
● Dans une interview exclusive sur RFI, le président sortant de Côte d'Ivoire reconnaît que son armée a été en grande partie détruite mais il refuse pour le moment de parler de reddition ● Laurent Gbagbo rejette la demande de Paris de reconnaître la victoire d’Alassane Ouattara ● «Pas encore de reddition » du président sortant ivoirien, affirme la présidence française, mais «des tractations» ● Paris exige que Gbagbo signe un document de renonciation au pouvoir ● «Deux généraux proches de Gbagbo négocient une reddition», déclare François Fillon. ● Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a déclaré ce ...
Lire l'article
Les trois chefs d'Etat ouest-africains envoyés à Abidjan pour demander à Laurent Gbagbo de quitter le pouvoir, ont entamé mardi leur entretien avec lui peu avant 14H00 au palais présidentiel. Les présidents béninois Boni Yayi, sierra-léonais Ernest Koroma et capverdien Pedro Pires, sont arrivés dans des voitures séparées qui se suivaient au palais présidentiel du Plateau, quartier administratif d'Abidjan. Laurent Gbagbo les attendait à la sortie de leurs véhicules et a donné l'accolade à chacun d'eux, avant de les faire entrer dans un salon de la présidence. Les trois émissaires venaient de rencontrer Choï Young-jin, patron de l'Opération des Nations unies en Côte ...
Lire l'article
La demande par Laurent Gbagbo du départ de la mission onusienne et de la force française Licorne est "ridicule" car Laurent Gbagbo "n'est plus président", a affirmé ce soir Guillaume Soro, premier ministre d'Alassane Ouattara, l'autre président proclamé de Côte d'Ivoire. "Cette décision ne peut pas être (appliquée) puisque M. Gbagbo n'est plus président", a déclaré Guillaume Soro. "Nous trouvons tout à fait ridicule et ubuesque cette démarche d'un président vaincu". "Tout le monde sait que M. Gbagbo n'a aucune qualité pour prétendre demander le départ de la force Licorne et de la force onusienne", l'Onuci, a-t-il insisté. Guillaume Soro a souhaité ...
Lire l'article
Le chef de l`Etat sortant de la Côte d`Ivoire et candidat à la présidentielle de dimanche, Laurent Gbagbo, se dit certain de l`emporter et affirme craindre des "violences" de la part des mauvais perdants, dans un entretien au Journal du Dimanche paru samedi. Interrogé pour savoir s`il redoutait des violences liées à un scrutin qui doit clore une décennie de crise dans un pays coupé en deux depuis le putsch manqué d`une rébellion en 2002, Laurent Gbagbo a répondu: "Oui, je le crains". "Ces violences viendront de ceux qui perdront. Et comme ce n`est pas moi qui vais perdre...", dit-il, sans toutefois ...
Lire l'article
Au moment où nous mettons cette dépêche en ligne, les présidents Ali Bongo Ondimba du Gabon et Laurent Gbagbo de la Côte-d’Ivoire son en tête-à-tête à la villa des hôtes de Yamoussokro, dégustant concomitamment la projection du film intitulé « Grand Abidjan, projet ambitieux et réaliste pour la Côte-d’Ivoire », a-t-on appris de source diplomatique. Selon notre source à Yamoussokro, le Président Ali Bongo Ondimba, à la faveur de la visite qu’il effectue actuellement en Côte-d’Ivoire, aura fait montre de sa ferme volonté, de son engagement et de ses nobles ambitions de faire du Gabon le « Dragon de l’Afrique » ...
Lire l'article
Au moment où nous mettons cette dépêche en ligne, les présidents Ali Bongo Ondimba du Gabon et Laurent Gbagbo de la Côte-d’Ivoire son en tête-à-tête à la villa des hôtes de Yamoussokro, dégustant concomitamment la projection du film intitulé « Grand Abidjan, projet ambitieux et réaliste pour la Côte-d’Ivoire », a-t-on appris de source diplomatique. Selon notre source à Yamoussokro, le Président Ali Bongo Ondimba, à la faveur de la visite qu’il effectue actuellement en Côte-d’Ivoire, aura fait montre de sa ferme volonté, de son engagement et de ses nobles ambitions de faire du Gabon le « Dragon de l’Afrique ...
Lire l'article
Précédé par un scrutin historique et auréolée par une transition apaisée l’élection présidentielle du 30 août dernier a accouchée d’un malaise profond qui écartèle la société gabonaise entre le gouvernement et le Front du refus du coup d’Etat électoral et asphyxie peu à peu la nation depuis la proclamation des résultats le 4 septembre. Le malaise est si profond que quelque soit le résultat des travaux de la Cour constitutionnelle le climat social ne sera apaisé. Pour sortir de la crise l’Observatoire national de la démocratie propose des pistes à explorer pour sauvegarder la paix et la stabilité du Gabon. Dans ...
Lire l'article
Le Président Laurent Gbagbo ne veut plus d`Accords de défense loufoques entre les pays occidentaux et ceux de l`Afrique. Il l`a vivement dit dans l`interview qu`il a accordée aux journalistes dans le cadre de l`émission, "le plateau de l`intégration". Le Président Laurent Gbagbo a profité de l`occasion offerte par l’émission Plateau de l’intégration africaine pour donner son point de vue sur la place de l`Afrique dans le concert des continents. Surtout en matière de défense. S`appuyant sur les Accords de défense signés dans les années 1960 entre la France et certains pays de l`Afrique de l`Ouest, le chef de l`Etat ivoirien ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire : des leaders pro-Gbagbo appellent à la réconciliation
Côte d’Ivoire: “enquêtes préliminaires” contre Laurent Gbagbo et ses proches
Laurent Gbagbo sur RFI : «On n’est pas au stade des négociations»
Côte d’Ivoire: début des entretiens entre Gbagbo et les émissaires africains
Côte d’Ivoire: Gbagbo “ridicule” (Soro)
Côte d’Ivoire: Gbagbo, sûr de gagner, craint des “violences” post-électorales
Les présidents gabonais et ivoiriens devisent à la villa des hôtes de Yamoussokro
Les présidents gabonais et ivoiriens devisent à la villa des hôtes de Yamoussokro
Gabon : Solutions pour sortir de la crise électorale
Le Président Gbagbo à la France: “Sortons des relations hypocrites”/ Gbagbo à ses pairs africains – “Il faut sortir des slogans, pour avancer”


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Jan 2011
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

2 Réponses à Crise post-électorale : Le pseudo-nationalisme de Gbagbo tue les Ivoiriens

  1. Moustafa

    23 Jan 2011 a 00:37

    A quel Dr. Parles-tu? Dr. Mengara? Ne vois-tu pas que cet article est d’Abidjan.Net et pas du Dr. Mengara? Va répondre aux auteurs sur Abidjan.net. Rien à voir avec le Dr. Mengara. Désolé.

  2. nkizogoh

    16 Jan 2011 a 16:56

    Bonjour Dr.
    Je pense que le démocrate que tu es doit s’informer de la situation de la côte d’ivoire pour votre gouverne je n’ai jamais vu la communauté international soutenir la démocratie dans le monde en règle général elle a coutume de soutenir leurs candidats qui sont en général des dictateurs et la où elle organise les élections elle est toujours accusée de fraude regarde et juge:
    -Les élections du Gabon, elle représentée par la France à soutenu Bongo fils, il a triché mais elle à demandé à l’opposition de respecter les institutions.
    -Les élections au Togo, c’est Eyadema fils Fraudeur qui a gagné malgré la contestation de l’opposition.
    -En guinée, Condé à gagné malgré 18% au départ le Démocrate Diallo à respecter les institution de son pays il n’y a pas de guerre civil.
    -Au Burkina le grand démocrate Blaise a gagné avec plus de 80% pas un mot de la communauté ou de la France.
    Pour ce qui est des Etats-Unis c’est le même principe qui les animent regarde les élections afghane malgré les fraudes reconnu par l’ONU il y a validation.
    Mon chère frère évite de considérer ce que la presse américaine et international raconte dans leur journaux, ce sont des bandits de grand chemin.
    Seul les intéresse leurs intérêts, Outtara ne peut pas gagné les élections en CI si cela était possible, pourquoi elle n’accepte pas le recomptage des voix comme l’a proposé Bill Clinton pour Haîti. Outtara n’a pas gagné il n’est non plus un démocrate car un démocrate ne peut pas accepté qu’il soit élu par la fraude et refuse même que l’on recompte. Un conseil de frère enlève la photo d’OBAMA dans ta page lui aussi est un bandit, c’est un Américain laisse Obama défendre les intérêts de l’Amérique toi tu doit défendre les intérêt du Gabon et de l’Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*