Socialisez

FacebookTwitterRSS

A Tunis, le gouvernement provisoire joue sa survie

Auteur/Source: · Date: 24 Jan 2011
Catégorie(s): Monde

Méprisé par l’ancien président Ben Ali, qui quittait rarement son palais de Carthage, la Kasbah, le siège du gouvernement à Tunis, concentre aujourd’hui tous les regards. Le premier ministre, Mohamed Ghannouchi, tente de s’y maintenir, tandis que des manifestants très déterminés réclament tous les jours la disparition du gouvernement provisoire qu’il a formé.
Sous ses murs, dimanche 23 janvier, des marcheurs de Sidi Bouzid, la ville agricole du centre d’où est parti le soulèvement tunisien, ont rejoint des milliers de personnes. “On a déclenché la révolution, on est venus la finir”, assure Nizar Faleh, un instituteur de 24 ans.
Détermination des uns à tout changer après vingt-trois ans de dictature, volonté des autres de composer pour éviter le chaos: la Tunisie est tiraillée entre ces deux aspirations, sous les yeux d’une armée très présente dans les rues mais, jusqu’ici du moins, impassible.
Afet M’Saad, une enseignante à la retraite de Tunis, était devant la Kasbah aux premières heures du matin. “Je suis venue pour ces gens qui viennent des zones oubliées”, explique-t-elle en désignant la caravane de Sidi Bouzid. “J’ai visité quatre villas des Trabelsi , poursuit cette sexagénaire, et cela m’a choquée.” A côté d’elle, un homme distribue un tract signé d’un mystérieux “Front du 14 janvier” (date de la chute de Ben Ali), constitué de huit partis pour la plupart hier encore inconnus: extrême gauche, nationalistes, “unionistes nassériens” et même “baâthistes” (baasistes). Un objectif commun: faire tomber le gouvernement.
MOT D’ORDRE DE GRÈVE “ILLIMITÉ”
La plus grande force motivée par la chute du nouveau pouvoir est l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), la centrale syndicale. Alors qu’Ahmed Brahim, ministre de l’enseignement supérieur, a appelé à une reprise progressive des cours, lundi 24 janvier, l’UGTT a lancé un mot d’ordre de grève “illimité” dans le secteur. “On ne peut pas appliquer un ordre d’un gouvernement qu’on ne reconnaît pas”, lance Nejib Sellami, membre de la fédération de l’enseignement secondaire. “Le gouvernement pense que le mouvement va décroître avec le temps. Voilà notre réponse”, ironise-t-il.
Hier, c’était au tour des policiers de manifester dans la rue, un tissu rouge autour du bras, offrant un spectacle surréaliste. Ici, un policier en tenue hurlant dans sa radio de service le slogan favori des manifestants: “Dégage, dégage !”; là, un brigadier de la police des frontières haranguant la foule pour exiger la création d’un syndicat policier et réclamer de meilleurs salaires: “Je gagne 360 dinars par mois [187euros] après quinze ans de service”, affirme-t-il. Symbole de l’état répressif de l’ancien régime, la police tente de paraître sous un jour nouveau, comme en témoignent les énormes inscriptions tracées sur l’avenue Habib-Bourguiba: “Ben Ali, la police te crache dessus”, ou “le peuple a libéré la police”.
Tous ces contestataires, unis dans le refus affiché de voir des anciens ministres de M. Ben Ali rester en place au sein du gouvernement provisoire, forment désormais un groupe hétéroclite sur lequel des responsables tunisiens s’interrogent ouvertement. “Les manifestations sont sincères mais ceux qui sont à la pointe du mouvement sont parfois ceux qui redoutent le plus la transition”, souligne Mahmoud Ben Romdhane, membre de la direction d’Ettajdid, un ancien parti d’opposition représenté au gouvernement et qui a organisé, dimanche, un meeting dans la capitale pour dire “non au chaos”. A Tunis, le soupçon se répand de plus en plus sur un possible coup d’Etat militaire que justifierait une situation rendue incontrôlable…
MESURES INAUDIBLES
Autour du premier ministre, la consigne est claire: “Il faut tenir”, lance Faouzia Charfi, secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur. Personnalité indépendante respectée, elle était l’épouse de feu Mohamed Charfi, le seul ministre de Ben Ali qui ait jamais osé démissionner. “Je n’ai pas hésité à faire partie de ce gouvernement, souligne-t-elle, car il faut avancer.” Quitte à faire face au ministre de l’intérieur, Ahmed Friaa, qui remplaça en 1994 son mari? “Pas besoin de sourires inutiles et déplacés entre nous, nous travaillons”, coupe-t-elle.
Convaincu que l’urgence commande de protéger coûte que coûte les institutions et de remettre l’économie en route, le nouveau pouvoir passe outre au mécontentement populaire, tandis que l’élite, elle, paraît dépassée. “Le vrai gouvernement légitime sera celui qui sortira des urnes dans six mois”, soutient Afif Chelbi, le ministre de l’industrie, un poste qu’il occupait déjà depuis quatre ans – sans être membre, précise-t-il, du parti de M.Ben Ali, le RCD. “Mais nous devons nous remettre au travail, et chaque recul en entraînera un autre.”
Reste qu’il manque toujours cinq ministres à l’appel (affaires sociales, agriculture, transports, santé et développement) et que les mesures prises comme autant de gages donnés de rupture avec le passé – amnistie politique générale, fin de la censure, séparation de l’Etat et du RCD – paraissent inaudibles.
 


SUR LE MÊME SUJET
La fin du régime Bongo est proche . C’est sûrement l’innocence et la naïveté des débutants qui a fait dire à Henri de Raincourt, le ministre français de la Coopération, que la France soutient le président gabonais, Ali Bongo, face à son ex-copain d’enfance devenu opposant, André Mba Obame, car « personne ne se hasarde à contester son élection » (TV5-Monde, 26 janvier). Réflexion tout à fait hasardeuse puisque Obame, ancien ministre des basses oeuvres d’Omar Bongo, poulain des services français, s’est autoproclamé président du Gabon à la suite des propos de Michel de Bonnecorse, ancien Monsieur Afrique de Chirac avouant, ...
Lire l'article
Une mission tunisienne économique multisectorielle séjournera à Libreville du 23 au 26 novembre prochains dans le cadre d’un forum de partenariat et de prise de contacts professionnels et des contacts institutionnels notamment. Elle sera conduite par Sadok Fayala, coordinateur général de la promotion des échanges économiques avec les pays d’Afrique sub-saharienne, auprès du ministère tunisien des Affaires étrangères. A l’initiative du Centre de promotion des exportations (CEPEX) et de la Fédération nationale de l’exportation (FEDEX) de Tunisie, une mission économique multisectorielle sera au Gabon les 23, 24, 25 et 26 novembre prochains. Le programme de cette mission comportera entre ...
Lire l'article
Le ministre des Mines, Julien Nkoghe Bekalé, a reçu le 2 février le directeur général de CIMGABON, David Jamieson, pour faire le point sur la santé de la société qui souffre depuis quelques années de la concurrence extérieure sur le marché local. Malgré des invendus record ce début d’année, la société cimentière envisage d’ouvrir de nouvelles carrières pour augmenter sa production et récupérer ses parts de marché. Malgré de grosses pertes enregistrées en 2009 et un début 2010 peu reluisant, la société cimentière CimGabon envisage d’investir pour augmenter sa production et récupérer ses parts de marché. A ...
Lire l'article
Le président gabonais, Ali Bongo, arrivé hier dans la capitale française, prendra part ce 16 décembre à un mini sommet des chefs d'Etats des pays du Bassin du Congo organisé par le président français, Nicolas Sarkozy, pour définir une position commune au Sommet de Copenhague sur le changement climatique qui s'ouvre demain. En chemin pour Copenhague, le chef de l'Etat gabonais, Ali Bongo, prend part ce 16 décembre à Paris à une réunion des chefs d’Etat des pays du Bassin du Congo organisée par le président français, Nicolas Sarkozy, pour harmoniser leurs positions avant le Sommet de demain qui doit aboutir ...
Lire l'article
lors que les Gabonais aspirent à la démocratie et au changement après les 41 ans de gabegie du règne d’Omar Bongo, Ali Ben Bongo, fils du précédent, vient, non sans difficulté, d’être déclaré vainqueur de l’élection présidentielle au terme d’une mascarade électorale et d’un coup de force qui vise à prolonger la mainmise du clan Bongo sur le pays, avec la bénédiction des autorités françaises. Ali Ben Bongo, fils et ex-ministre de la Défense d’Omar Bongo, également visé en France par une plainte sur les " biens mal acquis ", a été déclaré vainqueur de l’élection présidentielle gabonaise du 30 ...
Lire l'article
Le ministre français des Affaires étrangères, ancien ministre de la Santé Bernard Kouchner, a entrepris de porter plainte en diffamation pour le livre du journaliste Pierre Péan remettant en cause ses activités de consultant menée dans le secteur de la santé en Afrique, notamment au Gabon. Le célèbre docteur français a fourni un ensemble de pièces justificatives à son avocat, qui tend à démontrer que les chiffres faramineux avancés par l’auteur du livre sur ses rémunérations au Gabon seraient démesurés. Face aux accusations contenues dans le livre «Le monde selon K.» de Pierre Péan, parut le 4 février dernier, le ...
Lire l'article
Les responsables syndicaux sont rentrés mardi en possession de la mouture provisoire relative à la création du Conseil national du dialogue social (CNDS). C’est Jean François Ndongou, ministre du travail, de l’emploi et de la prévoyance sociale, qui a remis ladite monture aux partenaires sociaux. « Le ministre a demandé à chaque partenaire de méditer sur sa construction pour en faire des propositions au Gouvernement avant l’amendement des textes relatifs au fonctionnement de cette importante structure », précise la source. Le Conseil national du dialogue social sera pour la société civile un cadre de concertation et de propositions au Gouvernement.
Lire l'article
La commune de Bakoumba ( 108 Km au Sud-Ouest de Franceville), ex-cité minière connaît d’énormes difficultés depuis la fermeture du téléphérique qui faisait sa fierté et sa renommée jusqu’en 1992. La fin de la construction du chemin de fer Transgabonais et la décision de l’Etat de ne plus faire passer le manganèse de la compagnie minière de l’Ogooué (Comilog) par le Congo vont précipiter la ville dans le désarroi. L’activité économique majeure tombe et les activités connexes prennent un coup. Le rythme de la vie ralentit et les habitudes changent subitement. L’entretien de la cité ne se fait plus et les infrastructures tombent ...
Lire l'article
Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales, de la Décentralisation, de la Sécurité, et de l’Immigration, André Mba Obame, dans le prolongement des rencontres initiées avec la Société civile en vue de l’apaisement du climat social délétère, a privilégié mardi, la méthode pédagogue pour ramener de l’ordre dans le champ d’action des ONG environnementales, qui exerçaient déjà dans l’anarchie, en annonçant la levée l’interdiction empêchant d’exercer à ces ONG En levant, la sanction qui pesait sur elles, André Mba Obame, a voulu rappeler à ces ONG, regroupées au sein des coalitions« Publiez Ce que vous payez, Lutte contre la vie chère ...
Lire l'article
Le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales, de la Décentralisation, de la Sécurité, et de l'Immigration, André Mba Obame, a effectué mercredi, une sortie publique fort opportune sur le terrain de la politique environnementale en vue d'exprimer la volonté des autorités de l'Etat à ramener l'ordre dans le champ d'action des ONG, dont les discours de plus en plus frondeurs s'apparentent, de l'avis unanime des dirigeants du pays, à ceux des partis politiques en lutte pour la conquête du pouvoir.  Sans vouloir donner l'impression de manier à la fois le bâton et la carotte, le ministre de l'Intérieur, André Mba Obame, ...
Lire l'article
Ali Bongo: imposteur selon l’ONG Survie
Gabon : Tunis se cherche des partenaires à Libreville
Gabon : CIMGABON joue la politique du rhinocéros
Sarkozy joue le diapason de l’Afrique centrale avant Copenhague
Gabon – Association SURVIE – Coup de Force Africain
France : Kouchner joue la transparence sur ses travaux pour le Gabon
Gabon: Social : les responsables syndicaux rentrent en possession de la mouture provisoire du CNDS
Gabon: Bakoumba, entre déclin et survie
Gabon: Environnement: le gouvernement gabonais annonce la levée de la « suspension provisoire » des activités des ONG
Gabon: Environnement : le gouvernement gabonais annonce la « suspension provisoire » des actions des ONG


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 24 Jan 2011
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*