Socialisez

FacebookTwitterRSS

Résurgence des crimes rituels au Gabon

Auteur/Source: · Date: 24 Jan 2011
Catégorie(s): Société

Les crimes rituels ont à nouveau refait surface au Gabon, notamment dans la province de l’Ogooué-Ivindo, dans le nord-est du pays, où le gouverneur Rufin Moutessayigoué, a dénoncé de ‘’basses manœuvres perpétrées à des fins fétichistes’’.

« Avons-nous le droit, dans l’Ogooué-Ivindo, de supprimer la vie de nos enfants, parfois avec la complicité des parents, en échange de deux ou trois millions de FCFA », a interrogé M. Moutessayigoué, s’exprimant au cours d’une réunion regroupant les responsables administratifs, politiques, les tradithérapeutes et les parents d’élèves.

Le gouverneur a aussi dénoncé la profanation des tombes et l’inceste qui deviennent des pratiques courantes. Autant de basses manœuvres ayant pour objectif de rechercher une ascension sociale, conquérir un poste électif ou une nomination dans la haute administration.

M. Moutessayigoué a accusé les hommes politiques et les tradithérapeutes de connaître les commanditaires et les auteurs de ces actes crapuleux. Il a affirmé que les tradithérapeutes connaissent les commanditaires ou les assassins parce que ces derniers ont souvent recours à eux pour ‘’étouffer’’ leurs basses besognes au travers de protections maléfiques.

Pour sa part, le deuxième maire adjoint de la commune de Makokou, Etienne Mvéang Nzoghé, a affirmé que ’’ceux qui commettent ces actes sont parmi nous’’, déplorant cependant le fait que les auteurs ne sont jamais rattrapés par la justice, même s’ils sont formellement identifiés par des témoins. « Je suis inquiet. Nous sommes tous des potentiels victimes », a poursuivi le gouverneur, soulignant que la réussite sociale est le fruit du travail et n’est pas conditionnée par une quelconque puissance acquise par le sang ou au travers de ‘’pièces détachés’’, (des parties humaines sectionnées lors de ces assassinats, ndlr).

Le gouverneur a exhorté ses compatriotes à dénoncer systématiquement auprès des autorités les auteurs de ces crimes ignobles et annoncé la mise en place prochaine d’un numéro vert que pourrra appeler tout individu informé ou soupçonnant un acte funeste.

Des crimes rituels particulièrement horribles endeuillent régulièrement des familles au Gabon, un pays où a été créée, en 2004, une association de lutte contre les crimes rituels (ALCR), afin de mettre fin au silence et à l’impunité entourant ces pratiques.

Avec l’appui de l’Organisation des Nations unies pour l’Education, la science et la culture (UNESCO), l’ALCR a organisé en 2006 une conférence, la première du genre au Gabon, consacrée aux crimes rituels, une pratique qui tend même à dépasser les frontières nationales.

Selon des études de Michel Fromaget, président du département de Psychologie de l’Université de Libreville de 1981 à 1983, il existe chez certaines tribus, “un culte de sorciers, avec des sacrifices humains et du cannibalisme, dont le but final est magique, en vue de l’acquisition des pouvoirs surnaturels.”

Anthropologue à l’Université Omar Bongo de Libreville, Bernadin Minko Mvé cite le cas de Mba Ntem (actuellement en prison), tradipraticien et gourou d’une secte animiste cannibale qui, en 1986, avait décrit devant le tribunal comment lui et ses fidèles assassinaient et mangeaient les organes de leurs victimes.

« Malgré ces révélations, le phénomène n’a pas cessé. Bien au contraire, il a même pris des proportions inquiétantes »”, affirme l’anthropologue, ajoutant que les crimes rituels se sont amplifiés depuis que le multipartisme, instauré dans les années 90, a exacerbé la concurrence politique.

« Ce n’est plus un secret pour les Gabonais que ce sont les personnalités politiques et de la haute société qui recourent à ce genre de pratiques pour se hisser ou se maintenir dans les hautes sphères de l’État », a-t-il conclu.


SUR LE MÊME SUJET
Gabon : Les crimes rituels dans la ligne de mire de l’Eglise
Réunis à Libreville en assemblée plénière, du 15 au 21 janvier dernier, les évêques du Gabon ont réfléchi à l’auto-prise en charge de leur Eglise, aux normes nationales en matière d’administration et d’aliénation des biens temporels de l’Eglise et au fléau des crimes rituels au Gabon. A-t-on appris de source ecclésiastique. A en croire cette source, les évêques sont montés au créneau pour condamner un phénomène devenu récurrent au Gabon, celui des crimes rituels. Des pratiques contraires à toute valeur humaine et chrétienne, et auxquelles la Conférence Episcopale compte s’attaquer, avec le concours de toutes les personnes qui craignent encore Dieu. D’après ...
Lire l'article
Président de l’Association de lutte contre les crimes rituels au Gabon, Jean-Elvis Ebang Ondo, mène son combat depuis une demi-décennie déjà. Dans cette interview accordée à "RFI", le professeur Ebang Ondo, dont l’un des fils fut kidnappé puis retrouvé mutilé sur une plage de Libreville, fait état de 119 crimes rituels recensés depuis 2008. Vous existez depuis 5 ans, est-ce que le nombre de crimes rituels a baissé ou pas ? Depuis la création de notre association, le nombre de cas enregistré par l’association ne fait qu’augmenter. Je voudrais prendre les cas des trois dernières années. En 2008, l’association a ...
Lire l'article
La province de l’Ogooué-Ivindo est décidément le lieu de prédilection des crimes rituels qui, à l’observation, se produisent souvent à l’approche des élections ou à l’annonce d’un remaniement du gouvernement. Deux cas de corps mutilés y ont été enregistrés durant le mois en cours tandis que la disparition du gardien de Maxime Ngozo Issoundou, ex-ministre du Travail, de l’Emploi et de la Prévoyance sociale, y défraie la chronique. Les contours de ce climat lugubre. La psychose s’est à nouveau emparée des populations de l’Ogooué-Ivindo du fait de la recrudescence des crimes rituels dans cette province. On note qu’il y a ...
Lire l'article
Les crimes rituels seraient récurrents en période électorale. Combien de cas avez-vous enregistré depuis le 15 août dernier, date à laquelle le Gabon est entré en campagne électorale en vue de la présidentielle anticipée? Trois personnes ont été retrouvées mortes et quatre autres ont disparu. Au Gabon et dans la sous-région, l’accession aux postes politiques et la préservation du pouvoir nécessitent, selon une conception bien évidemment fausse, le sang et les sacrifices humains. Et tout cela se passe au nez et à la barbe des autorités judiciaires du pays. La période électorale est fertile en crimes rituels. ...
Lire l'article
L’Association de lutte contre les crimes rituels (ALCR) a dénoncé le 25 octobre la recrudescence des crimes rituels au Gabon, avec 13 nouveaux cas enregistrés depuis le mois de septembre dernier. L’Organisation non gouvernemental (ONG) a dénoncé également la banalisation de ce phénomène par les autorités et l’inertie de la justice contribuant à l’augmentation croissante des victimes de ces crimes qui seraient perpétrés par des réseaux organisés.Le président de l’Association de lutte contre les crimes rituels (ALCR), Jean Elvis Ebang Ondo, a dénoncé le 25 octobre à Libreville la recrudescence des victimes de crimes rituels, dont treize nouveaux cas auraient ...
Lire l'article
Treize crimes rituels ont été enregistrés au Gabon depuis le mois de septembre, ont affirmé des représentants de la société civile samedi à Libreville, dénonçant une augmentation de ces pratiques et une "banalisation" du phénomène par les autorités. "A Libreville, nous avons totalisé cinq cas, et à l'intérieur du pays, (...) huit cas depuis le mois de septembre", a déclaré lors d'une conférence de presse Jean-Elvis Ebang Ondo, président de l'Association de lutte contre les crimes rituels (ALCR). Ce chiffre pourrait cependant être en deçà de la réalité, l'ALCR ne disposant pas "d'antennes" dans tout le pays, a estimé M. Ebang Ondo, ...
Lire l'article
L’Association de lutte contre les crimes rituels au Gabon (ALCR) est montée au créneau samedi à Libreville au cours d’une conférence de presse, contre la recrudescence des crimes rituels après plus de 10 nouveaux cas recensés depuis septembre dernier dans le pays, rapporte un journaliste de l’AGP. Cette conférence de presse à laquelle ont assisté les membre de la coalition “Publiez ce que vous payez“ de Marc Ona, marque la reprise des activités de l’ALCR après un silence remarqué suite au kidnapping pendant trois jours, en septembre 2007, de l’un des fils du président cette association, Elvis Ebang Ondo. “Nous sommes ...
Lire l'article
Le président du Mouvement de redressement national (Morena, opposition), Luc Bengono Nsi a annoncé, mardi à Libreville, lors d'une conférence de presse, l'organisation d'une marche de protestation contre les crimes rituels samedi prochain à Libreville. Pour M. Bengono, le Morena ne peut rester insensible à ce qui s'apparente à une véritable chasse à l'homme organisée contre le peuple gabonais à l'exemple des nombreux articles parus dans le quotidien gabonais ''l'Union'' faisant état d'enlèvements, d'assassinats, de mutilations, de viol et autres abus exercés sur des mineurs pour des raisons de prestige. Par cette marche, a-t-il ajouté, ''nous voulons lancer un cri d'alarme contre ...
Lire l'article
Le président de l’Association de lutte contre les crimes rituels (ALCR), Elvis Ebang Ondo, a dénoncé samedi dernier à Libreville, au cours d’un point de presse, le mutisme de l’Etat gabonais face à la recrudescence des crimes rituels, et propose des moyens de lutter contre ces actes jugés « sataniques », « indignes » « barbares » et « inhumains », en souhaitant une révision du code pénal gabonais. Malgré la rencontre bipartite en 2005, entre le gouvernement gabonais et les agences des Nations unies, relative aux crimes atroces suivis de mutilations à la plage de Libreville des jeunes écoliers cette ...
Lire l'article
Le président de l’Association de lutte contre les crimes rituels (ALCR), Elvis Ebang Ondo, a dénoncé samedi dernier à Libreville, au cours d’un point de presse, le mutisme de l’Etat gabonais face à la recrudescence des crimes rituels, et propose des moyens de lutter contre ces actes jugés « sataniques », « indignes » « barbares » et « inhumains », en souhaitant une révision du code pénal gabonais. Malgré la rencontre bipartite en 2005, entre le gouvernement gabonais et les agences des Nations unies, relative aux crimes atroces suivis de mutilations à la plage de Libreville des jeunes écoliers cette ...
Lire l'article
Gabon : Les crimes rituels dans la ligne de mire de l’Eglise
Gabon : 119 crimes rituels sur les trois dernières années
Gabon : Recrudescence des crimes rituels dans l’Ogooué-Ivindo
Gabon : Recrudescence des crimes rituels pendant la campagne électorale
Gabon: 13 crimes rituels recensés depuis septembre
Gabon: 13 crimes rituels au Gabon depuis septembre, selon une association
Recrudescence des crimes rituels au Gabon : l’ALCR monte au créneau
Politique : Le Morena invite à une marche de protestation contre les crimes rituels samedi
Gabon: L’ALCR dénonce le mutisme de l’Etat face à la recrudescence des crimes rituels au Gabon
Gabon: L?ALCR dénonce le mutisme de l’Etat face à la recrudescence des crimes rituels au Gabon

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 24 Jan 2011
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*