Socialisez

FacebookTwitterRSS

Influencé par la Côte d’Ivoire et la Tunisie, Mba Obame se proclame président du Gabon

Auteur/Source: · Date: 26 Jan 2011
Catégorie(s): Politique

L’opposant gabonais André Mba Obame s’est autoproclamé président du Gabon en s’inspirant des exemples ivoirien et tunisien. Même s’il n’appelle pas explicitement à l’insurrection, l’ancien ministre de l’Intérieur est accusé d’avoir commis un crime de “haute trahison” par le gouvernement d’Ali Bongo Ondimba.
Un coup d’État institutionnel en Côte d’Ivoire, une révolution en Tunisie et la diffusion d’un documentaire intitulé Françafrique ont eu une conséquence imprévisible : l’arrivée d’un second président au Gabon, André Mba Obame. Le 25 janvier, dans une « adresse au peuple gabonais » diffusée sur sa propre chaîne de télévision privée TV+, le candidat malheureux à la présidentielle à tour unique du 30 août 2009 (25,33 % des voix contre 25,66 % pour Pierre Mamboundou et 41,79 % pour Ali Bongo Ondimba), s’est tout simplement autoproclamé président.
Solennellement, en fin de journée, l’ex-ministre gabonais de l’Intérieur, qui a toujours revendiqué la victoire à la présidentielle, prête serment sur la Constitution gabonaise « consacrant l’entrée en fonction du président de la République ». La cérémonie a lieu devant une foule de partisans et de journalistes à Libreville, au siège de l’Union nationale (UN), coalition d’opposition fondée avec les ex-candidats à la présidentielle Jean Eyéghé Ndong (ex-Premier ministre), Casimir Oyé Mba (ex-Premier ministre et ex-ministre des Mines), Jean Ntoutoume Ngoua Bruno Ben Moubamba et Zacharie Myboto.
« Le vote des Gabonais est plus fort que la décision d’une Cour constitutionnelle aux ordres. […] Le Gabon doit être dirigé par celui que les Gabonaises et les Gabonais ont réellement choisi », a-t-il estimé, citant et répétant avec insistance un article de « la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793 » : « Quand le gouvernement viole le droit du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. »
“Nous y sommes !”
« Mes chers compatriotes, nous y sommes! […] Prenons nos responsabilités. Personne ne le fera à notre place. Nous ne sommes pas plus lâches que les Ivoiriens. Nous ne sommes pas plus lâches que les Tunisiens. Alors, l’Histoire est en marche, on y va ! », a-t-il lancé. Et de joindre la parole aux actes en nommant son propre gouvernement. Son Premier ministre est Raphaël Bandega Lendoye, professeur à l’université Omar Bongo de Libreville et cadre de l’UN. Suivent les noms de 18 ministres, dont Bruno Ben Moubamba aux Affaires étrangères.
Mais Mba Obame n’appelle pas explicitement à l’insurrection, il demande une adhésion populaire à ses principes et objectifs tout en précisant être « prêt à tout ». « J’avais décidé qu’il était de ma responsabilité de vainqueur de cette élection de privilégier l’intérêt supérieur de notre pays et accepter la mort dans l’âme l’inacceptable en laissant l’imposture s’installer au pouvoir. C’est pourquoi à l’époque, je n’avais pas donné le mot d’ordre que tous attendaient et que plusieurs me suggéraient fortement. Je ne vous avais pas demandé à l’époque de descendre dans la rue », a-t-il dit, avec beaucoup d’ambiguïté.
Il en a aussi appelé « aux amis du Gabon, à la communauté internationale » : « La restauration de la démocratie effective est la condition de la stabilité du Gabon. […] Je n’ai ni arme, ni armée. J’ai le peuple gabonais et sa détermination. » Mais Mba Obame a surtout en face de lui un régime qui a déjà treize mois de pouvoir. Et la réaction du gouvernement ne s’est pas fait attendre.
« En prenant la lourde responsabilité de s’autoproclamer président de la République et en formant une équipe gouvernementale insurrectionnelle », M. Mba Obame, les membres de son équipe et « ceux qui les y ont encouragés et soutenus viennent de violer gravement les dispositions constitutionnelles » du Gabon, selon un communiqué lu par le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Jean-François Ndongou, dans la nuit de mardi sur la télévision publique RTG1.
“Haute trahison”
« La violation de ces dispositions […] constitue un crime de haute trahison puni par la loi », a ajouté Ndongou, entouré de ses collègues de la Défense nationale, Pacôme Rufin Ondzounga, et de la Communication, Paul Ndong Nguema, tous présents à Tchibanga (sud-ouest) où le président et le gouvernement séjournent en prélude à un Conseil des ministres sur place, jeudi.
Selon Ndongou, André Mba Obame et son gouvernement « encourent les sanctions et les peines prévues par la loi », dont « la traduction des intéressés devant les tribunaux compétents, la demande de la levée de l’immunité parlementaire » de Mba Obame auprès de l’Assemblée nationale. La loi prévoit aussi la dissolution possible du parti et « la radiation de la Fonction publique des agents de l’État concernés ».
Par ailleurs, le gouvernement se réserve le droit de prendre « toute autre mesure légale et réglementaire nécessaires dans cette situation », a poursuivi M. Ndongou. Il a invité les populations à « vaquer librement à leurs occupations » et à « ne donner aucun crédit à cette situation incongrue et bien inutile ». Enfin, il a demandé aux diplomates et étrangers vivant au Gabon de garder leur sérénité. Une chose est sûre : au Gabon, l’opposition n’a pas fini de faire parler d’elle. (Avec AFP)
 


SUR LE MÊME SUJET
Entré en fonction le 25 janvier 2011 comme président de la république Gabonaise, André Mba Obame s'adresse pour la première fois à la nation depuis la sortie de son gouvernement des locaux du Pnud République Gabonaise Union-Travail-Justice Adresse de M. André Mba Obame, Président de la République, à la Nation Citoyens, Depuis qu’un pouvoir illégitime s’est imposé, par la force, dans notre pays, l’inquiétude gagne les esprits, le doute s’empare des âmes. Le trouble des esprits n’a pas sa seule origine dans le coup d’état électoral du 3 septembre 2009 et des vicissitudes de la Société internationale. Il provient surtout ...
Lire l'article
Dans une interview «exclusive» publiée le 21 février par le bimensuel gabonais "Nku’u le messager", André Mba Obame l'autre Président élu , le secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN, opposition) qui s'est autoproclamé président du Gabon et réfugié depuis le 25 janvier au siège du PNUD à Libreville, explique les motivations de son esclandre, justifie sa participation aux législatives partielles de juin dernier et laisse entrevoir sa position quant au dialogue de sortie de crise invoqué par différents acteurs politiques Gabonais. Quinze mois après l’élection présidentielle anticipée du 30 août 2009, qu’est-ce qui justifie l’acte que vous avez posé le 25 ...
Lire l'article
Un Gabon, deux présidents. André Mba Obame Mba, qui s’est proclamé président de la République mardi et a nommé son propre gouvernement, continue de défier Ali Bongo Ondimba. Retranché au siège du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) à Libreville, il déclare vouloir, au nom du peuple gabonais, chasser Ali Bongo reconnu après l’élection présidentielle 2009 par le Conseil constitutionnel. Samedi après-midi, son service de presse rapportait que des affrontements avaient eu lieu entre des étudiants de l’Université Omar Bongo, des lycéens et la police, à Rio, un quartier populaire de Libreville. Officiellement classé 3ème à la présidentielle ...
Lire l'article
André Mba Obame, s’insurge contre la dispersion de ses supporteurs devant le siège du Pnud à Libreville, par les forces de l’ordre jeudi matin. Il s’y est réfugié mardi après s’être autoproclamé président sur sa chaîne de télévision privée. André Mba Obame fait feu de tout bois... Et Libreville continue de lui en donner le prétexte. Ce jeudi matin, à l’aube, quelques-uns de ses partisans, qui avaient entamé un sit-in devant le siège du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) (il s’y est abrité depuis deux jours après s’être autoproclamé président du Gabon) ont été dispersé par les forces ...
Lire l'article
L'opposant et député gabonais André Mba Obame, qui conteste le pouvoir d'Ali Bongo Ondimba, a "violé gravement" la Constitution et commis "un crime de haute trahison" en s'autroclamant mardi président du Gabon, a affirmé le gouvernement gabonais dans un communiqué. "En prenant la lourde responsabilité de s'autoproclamer président de la République et en formant une équipe gouvernementale insurrectionnelle", M. Mba Obame, les membres de son équipe et "ceux qui les y ont encouragés et soutenus viennent de violer gravement les dispositions constitutionnelles" du Gabon, selon ce communiqué lu dans la nuit de mardi sur la télévision publique RTG1 par le ministre ...
Lire l'article
1. Premier ministre, chef du Gouvernement Dr Raphaël BANDEGA-LENDoye 2. Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Bruno Ben MOUBAMBA 3. Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation Professeur John NAMBO 4. Ministre de la Solidarité nationale, de la Santé et de la Sécurité sociale Marie-Agnès KOUMBA 5. Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, chargé de la Réforme des Institutions constitutionnelles Francis AUBAME 6. Ministre des Finances, du Budget et de la Fonction publique Fabien MBENG EKOROZOCK 7. Ministre de la Défense nationale Michel ONGOUNDOU 8. Ministre de l’Économie, du Commerce, de l’Industrie et des PME-PMI Arthur NDOUNGOU 9. Ministre ...
Lire l'article
En mission à l’extérieur selon Mr Zacharie MYBOTO, Président de l’UN lors du dernier meeting de l’opposition à rio, le Secrétaire Exécutif de ce parti André MBA OBAME rentrera de sa longue mission dans les tous prochains jours. Absent du pays depuis plusieurs mois, André MBA OBAME, Secrétaire Exécutif de l’Union Nationale est attendu à Libreville la semaine prochaine avons-nous appris des sources proches de son parti. AMO (pour les militants de son parti et ses sympathisants) dont les services secrets français et certains acteurs de la françafrique révèlent la victoire aux dernières élections présidentielles dans un documentaire qui parcourt ...
Lire l'article
Le Gabon célèbre mardi son demi-siècle d’indépendance dans une stabilité politique qui n’efface pas les critiques sur l’emprise que la France a maintenu sur l’Etat pétrolier africain et le développement souvent jugé insuffisant au regard des richesses naturelles. Les progrès politiques et sociaux, dans un pays qui n’a connu ni conflits avec ses voisins, ni guerre interne ou coup d’Etat depuis 1964, n’éclipsent pas l’absence d’alternance politique. Omar Bongo, décédé en 2009, a gouverné pendant 41 ans, avant que son fils ne lui succède, au terme d’une élection controversée il y a moins d’un an. Ce règne sans partage est sans doute ...
Lire l'article
L'ex-ministre de l'Intérieur gabonais André Mba Obame, arrivé deuxième à l'élection présidentielle mais qui revendique la victoire, assure qu'il sera bel et bien "président" du Gabon et dénonce une dérive sécuritaire du gouvernement. "Je serai président de la République. Je ne peux pas dire dans combien de temps mais tant que je ne trahis pas l'immense confiance du peuple gabonais, l'issue est inéluctable", affirme André Mba Obame, 52 ans, surnommé "AMO". Comme l'opposant Pierre Mamboundou, arrivé 3e, il réside actuellement dans un "lieu sûr" où il a reçu l'AFP. "Je suis prêt à accepter toutes les tracasseries, les provocations. Je m'expose à des ...
Lire l'article
La liste des onze ministres ivoiriens frappés d’une suspension de salaire au mois de mars, pour n’avoir pas honoré de leur présence la première réunion du comité technique interministériel sur la lutte contre l’insalubrité dans le district d’Abidjan, a été rendu publique mercredi dans la presse ivoirienne, rapporte la correspondante de Gabonews. Le ministre d’Etat Paul-Antoine Bohoun Bouabré, (Plan et développement), les ministres Charles Koffi Diby (Economie), Gilbert Bleu-Lainé (Education nationale), Dagobert Banzio (Sport), Marcel Amon Tanoh (Construction), Désiré Tagro (Intérieur), Youssouf Soumahoro (Commerce), Patrick Achi (Infrastructures), Albert Mabri Toikeusse (Transport), Amah Tehoua (Industrie) et Ibrahim Sy Savané (Communication) ...
Lire l'article
Gabon : André Mba Obame le Président Elu s’adresse à la Nation
Gabon : André Mba Obame le Président élu s’explique
Président André Mba Obame : « Il n’y a rien à attendre d’Ali Bongo »
André Mba Obame, président autoproclamé, s’insurge après la dispersion de ses partisans
André Mba Obame autoproclamé président du Gabon: “crime de haute trahison”
Le gouvernement du président élu Mba Obame
Gabon: Retour imminent d’André MBA OBAME, vrai Président élu du Gabon avec 42%
Le Gabon célèbre 50 ans d”indépendance” sous influence française
L’opposant gabonais André Mba Obame: “Je serai président”
Côte d’Ivoire: 11 ministres suspendus de salaire par le président Laurent Gbagbo


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 26 Jan 2011
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

3 Réponses à Influencé par la Côte d’Ivoire et la Tunisie, Mba Obame se proclame président du Gabon

  1. @ Dr Daniel Mangara

    27 Jan 2011 a 20:36

    Au Dr Daniel Mangara,

    Bonjour j’aimerais savoir si vous pouvez m’indiquer si des manisfestations seront organisees dans la diaspora Nord Americaine (USA et Canada)?

    Si oui, j’aimerais vivement en faire partie.

    Il faut faire tomber l’usurpateur Ali Ben.

    Ensemble, peuple uni, cela est possible.

    Svp, ne laisse pas lettre morte ma requete.

    Merci et que Dieu benisse le Gabon.

  2. lafricain

    27 Jan 2011 a 03:37

    Le problème du Gabon est avant tout le manque d’impliacation de sa jeunesse (élite) dans la politique. En effet, nous avons une jeunesse instruite, talentueuse. Mais elle est malheureusement peu interressée par la politique. C’est normal avec toute ces années d’endoctrinement menées par le PDG( partie maçonique). Comme dans toutes les révolutions actuelles, le changement du Gabon viendra avec l’implication de ses enfants pour défendre et construire leur avenir. Pour se faire, il faut créer des résaux de communication, d’implication afin de promouvoir le débat. Cette vision des choses manque terriblement à nos leadeurs politiques.
    Je vous invite à une discution sur ce sujet. Que Dieu bénisse la jeunesse Gabonaise.

  3. alexandraus

    26 Jan 2011 a 14:40

    La parole du peuple, c’est la Parole de Dieu, et personne, quoique fut-il fils d’un ancien président ne peut changer cette donne. Ce qu’on constate avec les Franc maçons, ils se prennent pour les dieux de l’Afrique, voire du monde.li BONGO; peuvent-ils dire que son opposant s’est-il autoproclamé? La libération totale de l’Afrique du joug colonial a sonnée et nul ne pourra l’arrêté. Les gabonais doivent entrer dans l’histoire la tête haute. Les patriotes Ivoiriens sont prêts à les y accompagnés. Envoyé nous des bateaux, des avions, et nous boosterons ce régime de sorciers dehors.
    Vive l’Afrique indépendant, vive l’Afrique fier de ses fils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*