Socialisez

FacebookTwitterRSS

André Mba Obame, président autoproclamé, s’insurge après la dispersion de ses partisans

Auteur/Source: · Date: 27 Jan 2011
Catégorie(s): Politique

André Mba Obame, s’insurge contre la dispersion de ses supporteurs devant le siège du Pnud à Libreville, par les forces de l’ordre jeudi matin. Il s’y est réfugié mardi après s’être autoproclamé président sur sa chaîne de télévision privée.

André Mba Obame fait feu de tout bois… Et Libreville continue de lui en donner le prétexte. Ce jeudi matin, à l’aube, quelques-uns de ses partisans, qui avaient entamé un sit-in devant le siège du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) (il s’y est abrité depuis deux jours après s’être autoproclamé président du Gabon) ont été dispersé par les forces de l’ordre. Ils avaient installé une tente, des chaises en plastique et des appareils de sonorisation.

L’intervention a été menée vers 5 heures du matin par des « gendarmes et des militaires bérets rouges », selon Michel Ongoundou, opposant et « ministre de la Défense » du « gouvernement » du président autoproclamé.

Quelques interpellations

« Il y a eu des tirs de grenades lacrymogènes. Il y a eu des blessés et une trentaine d’arrestations. J’étais sur la terrasse [du bâtiment Pnud, où il a passé la nuit avec Mba Obame et une trentaine de partisans] et j’ai vu deux camions arriver puis une colonne de forces anti-émeute. Immédiatement, ils ont chargé », a-t-il poursuivi.

« Les jeunes [sympathisants] ont crié. Certains ont été blessés et ont escaladé les murs pour se réfugier ici. D’autres ont été pourchassés dans les quartiers avoisinants », a assuré Michel Ongoundou.

À 6h15, le quartier était bouclé par la police et les forces de l’ordre. Un journaliste de l’AFP, venu couvrir les faits, a été poliment éconduit. Sur le bilan de cette opération, un responsable du ministère de l’Intérieur a simplement concédé qu’il était « possible qu’il y ait eu des interpellations ». « Mais si ces gens sont de simples sympathisants, ils ne resteront pas en prison », a-t-il ajouté.

Joint au téléphone, André Mba Obame s’est insurgé : « C’est de l’irresponsabilité totale. Vous savez que ce genre d’actes entraînent souvent des conséquences incalculables. Il n’y avait vraiment pas besoin de ça. C’est un comportement similaire qui avait déclenché des émeutes à Port-Gentil », a-t-il déclaré. Faisant référence aux émeutes postélectorales de septembre 2009 qui avaient fait trois morts selon les autorités (cinq selon l’opposition) dans cette ville qui dispose de nombreuses installations pétrolières.

“ABO va assumer”

« Le 3 septembre 2009, c’était déjà ça: des Bérets rouges… C’est Ali [le président Ali Bongo Ondimba] qui est en tête puisque c’est lui qui pilote directement la Défense et la sécurité. Il faut qu’il assume, il va assumer », a-t-il promis.

« C’est l’escalade : on veut traduire les gens devant la haute juridiction, radier les fonctionnaires, on dissout le parti, on suspend TV+. Maintenant, on vient agresser inutilement et sauvagement des militants qui faisaient un sit-in pacifique, qui ne gênaient personne, même pas la circulation. À 5h du matin! », a ajouté André Mba Obame.

Sur décision du ministère de l’Intérieur, le parti de la coalition de l’opposition dont il est une figure, l’Union nationale (UN), a été dissous avec effet immédiat pour avoir « violé gravement la Constitution » et commis un acte de « haute trahison ». André Mba Obame et ses collaborateurs encourent des poursuites judiciaires et une radiation de la Fonction publique, a indiqué le ministre.

Quant à TV+, sa chaîne privée, qui avait diffusé et rediffusé sa prestation de serment sur la Constitution gabonaise mardi, elle a été suspendue pour trois mois par le Conseil national de la communication (CNC).

André Mba Obame fonde notamment sa légitimité sur les propos tenus par Michel de Bonnecorse, ex-conseiller Afrique du président français Jacques Chirac, dans un documentaire diffusé par France 2. Il y affirmait que les résultats obtenus par Ali Bongo Ondimba (arrivé en tête) et André Mba Obame (troisième) à la présidentielle de 2009 avaient été inversés.

Michel de Bonnecorse s’était ensuite rétracté évoquant une déformation de ses propos après le « montage ». (avec AFP)


SUR LE MÊME SUJET
COMMUNIQUÉ: Santé de M. André MBA OBAME
Le 13 mai 2011, Monsieur André MBA OBAME a été examiné par un Neurologue. Une IRM demandée en urgence a été réalisée le 14 mai 2011 à la Polyclinique EL RAPHA de Libreville. Cet examen radiologique a mis en évidence la présence d’une hernie discale postéro-latérale qui a entrainé une sciatique paralysante et hyperalgique. Le traitement de cette pathologie est chirurgical. Le 26 mai 2011, l’évolution de l’état de santé de Monsieur André MBA OBAME a amené le Médecin à conclure à la nécessité et à l’urgence d’une évacuation sanitaire pour une intervention en milieu spécialisé. Dans les prochains jours, l’état de ...
Lire l'article
8 avril (Xinhua) -- Les partisans de l'opposant gabonais André Mba Obame ont fait un sitting vendredi devant le palais de l'Assemblée nationale à Libreville. Ces partisans boudent du fait que leur leader est en train d'être auditionné par ces paires députés pour la levée ou pas de immunité parlementaire d'André Mba Obame. "Nous sommes ici pour soutenir notre leader, il est le député de notre localité, nous n'accepterons pas que nous ne soyons pas représentés à l'Assemblée", déclaraient les manifestants. L'opposant gabonais André Mba Obame, qui conteste l'élection d'Ali Bongo Ondimba à la tête du Gabon depuis 2009, s'était autoproclamé en janvier ...
Lire l'article
Entré en fonction le 25 janvier 2011 comme président de la république Gabonaise, André Mba Obame s'adresse pour la première fois à la nation depuis la sortie de son gouvernement des locaux du Pnud République Gabonaise Union-Travail-Justice Adresse de M. André Mba Obame, Président de la République, à la Nation Citoyens, Depuis qu’un pouvoir illégitime s’est imposé, par la force, dans notre pays, l’inquiétude gagne les esprits, le doute s’empare des âmes. Le trouble des esprits n’a pas sa seule origine dans le coup d’état électoral du 3 septembre 2009 et des vicissitudes de la Société internationale. Il provient surtout ...
Lire l'article
Dans une interview «exclusive» publiée le 21 février par le bimensuel gabonais "Nku’u le messager", André Mba Obame l'autre Président élu , le secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN, opposition) qui s'est autoproclamé président du Gabon et réfugié depuis le 25 janvier au siège du PNUD à Libreville, explique les motivations de son esclandre, justifie sa participation aux législatives partielles de juin dernier et laisse entrevoir sa position quant au dialogue de sortie de crise invoqué par différents acteurs politiques Gabonais. Quinze mois après l’élection présidentielle anticipée du 30 août 2009, qu’est-ce qui justifie l’acte que vous avez posé le 25 ...
Lire l'article
Message du BDP à André Mba Obame et partisans : Une insurrection ne s’improvise pas – On l’assume jusqu’au bout ou on laisse tomber
En tant que leader du mouvement politique en exil « Bongo Doit Partir » (BDP-Gabon Nouveau), je tiens aujourd’hui à faire, dans ce message à Monsieur André Mba Obame et partisans, mais aussi au peuple gabonais, le point sur la situation actuelle au Gabon, et partager mes réflexions avec ceux que ces réflexions pourraient intéresser, tout en clarifiant, pour ceux qui se posent des questions sur l’engagement du BDP-Gabon Nouveau, la position officielle de notre mouvement ainsi que la mienne propre. Je demande donc à tous ceux qui auront le temps de lire ce message de le lire jusqu’au bout, malgré sa longueur. Devant ...
Lire l'article
Un Gabon, deux présidents. André Mba Obame Mba, qui s’est proclamé président de la République mardi et a nommé son propre gouvernement, continue de défier Ali Bongo Ondimba. Retranché au siège du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) à Libreville, il déclare vouloir, au nom du peuple gabonais, chasser Ali Bongo reconnu après l’élection présidentielle 2009 par le Conseil constitutionnel. Samedi après-midi, son service de presse rapportait que des affrontements avaient eu lieu entre des étudiants de l’Université Omar Bongo, des lycéens et la police, à Rio, un quartier populaire de Libreville. Officiellement classé 3ème à la présidentielle ...
Lire l'article
L'opposant et député gabonais André Mba Obame, qui conteste le pouvoir d'Ali Bongo Ondimba, a "violé gravement" la Constitution et commis "un crime de haute trahison" en s'autroclamant mardi président du Gabon, a affirmé le gouvernement gabonais dans un communiqué. "En prenant la lourde responsabilité de s'autoproclamer président de la République et en formant une équipe gouvernementale insurrectionnelle", M. Mba Obame, les membres de son équipe et "ceux qui les y ont encouragés et soutenus viennent de violer gravement les dispositions constitutionnelles" du Gabon, selon ce communiqué lu dans la nuit de mardi sur la télévision publique RTG1 par le ministre ...
Lire l'article
L’ancien ministre de l’Intérieur et candidat à l’élection présidentielle du 30 août 2009 au Gabon, André Mba Obame, a déclaré lors d’un entretien accordé à l’Express que « si rien ne change au Gabon, on va au coup d’Etat avant la fin de l’année ». M. Mba Obame, secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN-opposition), un nouveau parti créé par la fusion de trois formations politiques de l’opposition, avait été interdit de voyage durant sept mois mais finalement obtenu un nouveau passeport début mars. M. Mba Obame précise que « s’il y a eu chez nous un coup d’Etat électoral, on ne ...
Lire l'article
« L'union de l'opposition est en marche (...). La manoeuvre ou l'initiative n'est pas dirigée contre une personne, elle est plutôt pour atteindre un objectif : l'alternance. » L'opposition gabonaise, qui n'a toujours pas digéré l'élection d'Ali Bongo, le 30 août dernier, se lance dans la formation d'un grand parti unifié face au régime du PDG, le parti au pouvoir. Plusieurs figures de la vie politique gabonaise, dont six candidats à l'élection présidentielle du 30 août 2009, ont décidé de créer un grand parti dont le nom reste à trouver. André Mba Obame, ancien candidat à l'élection présidentielle est l'un des ...
Lire l'article
L'ex-ministre de l'Intérieur gabonais André Mba Obame, arrivé deuxième à l'élection présidentielle mais qui revendique la victoire, assure qu'il sera bel et bien "président" du Gabon et dénonce une dérive sécuritaire du gouvernement. "Je serai président de la République. Je ne peux pas dire dans combien de temps mais tant que je ne trahis pas l'immense confiance du peuple gabonais, l'issue est inéluctable", affirme André Mba Obame, 52 ans, surnommé "AMO". Comme l'opposant Pierre Mamboundou, arrivé 3e, il réside actuellement dans un "lieu sûr" où il a reçu l'AFP. "Je suis prêt à accepter toutes les tracasseries, les provocations. Je m'expose à des ...
Lire l'article
COMMUNIQUÉ: Santé de M. André MBA OBAME
Gabon : sitting des partisans d’André Mba Obame devant l’Assemblée nationale
Gabon : André Mba Obame le Président Elu s’adresse à la Nation
Gabon : André Mba Obame le Président élu s’explique
Message du BDP à André Mba Obame et partisans : Une insurrection ne s’improvise pas – On l’assume jusqu’au bout ou on laisse tomber
Président André Mba Obame : « Il n’y a rien à attendre d’Ali Bongo »
André Mba Obame autoproclamé président du Gabon: “crime de haute trahison”
Gabon : André Mba Obame est persuadé qu’un nouveau rapport de force politique subviendra après les législatives de 2011
André Mba Obame, ancien candidat à l’élection présidentielle gabonaise
L’opposant gabonais André Mba Obame: “Je serai président”

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 27 Jan 2011
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*