Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Ali Bongo préfère être “un amateur de la politique qu’un professionnel du ridicule”

Auteur/Source: · Date: 28 Jan 2011
Catégorie(s): Politique

S’il enrage sans doute en privé, le président gabonais Ali Bongo Ondimba oppose en public une attitude calme et ferme à l’autoproclamation de André Mba Obama comme président de la République du Gabon. Sa stratégie : minimiser les actes de l’ancien ministre de l’Intérieur, qui souhaite profiter d’une baisse de popularité de l’homme fort de Libreville.

« Je préfère être un “amateur” de la politique qu’un professionnel du ridicule ». La sentence qu’a énoncée jeudi Ali Bongo Ondimba (ABO) lors d’une conférence de presse à Tchibanga (sud-ouest), où il avait présidé un Conseil des ministres décentralisé, exprime avec une certaine retenue – et beaucoup de moquerie – toute sa colère face à André Mba Obame. Lequel s’était autoproclamé président mercredi dernier, revendiquant la victoire à l’élection présidentielle à un tour d’août 2009, avant de se réfugier dans une agence du Pnud et de demander la reconnaissance de la communauté internationale.

“Un caillou dans la chaussure d’Ali”

« Vous avez devant vous le président de la République gabonaise, les Gabonais attendent de lui qu’il fasse un certain travail, et au terme de son mandat, les Gabonais estimeront, eux seuls, s’il doit ou non partir », a dit Ali Bongo. Avant de clôturer sa rencontre avec la presse par des questions d’ordre économique – comme si Mba Obame n’était pas un sujet d’inquiétude.

De fait, ABO n’a pas modifié son agenda ni le déplacement du gouvernement. Et il a reçu le soutien de la communauté internationale (Union africaine, CEEAC, France et États-Unis notamment). Objectif de sa communication : montrer que la contestation d’André Mba Obame, qui continue à le défier en mettant en cause sa légitimité, est un non-événement. Une attitude que valident certains diplomates.

Mba Obame, « c’est un caillou dans la chaussure d’Ali et un caillou dans la chaussure, ça énerve et ça fait mal, mais ça n’inquiète pas », a estimé une source diplomatique jeudi, alors que les forces de l’ordre dispersaient la centaine de sympathisants pro-Mba Obame devant le siège du Pnud. Il y a eu des « interpellations » et « plusieurs blessés » sans gravité, selon des sources hospitalières.

“Des pitreries qui ne font pas rire”

« Ce genre d’actes entraînent souvent des conséquences incalculables. C’est un comportement similaire qui avait déclenché des émeutes à Port-Gentil » (ouest du Gabon), a réagi Mba Obame, dont le parti, l’Union nationale, a également été dissout par les autorités le 26 janvier.

« Les pitreries d’André Mba Obame et sa compagnie ne font pas rire, et leur imposture est une anarchie dont l’objectif est de ruiner la stabilité du pays. Bien sûr, on imagine que les auteurs de ces enfantillages voudraient se rendre martyrs, être traduits en justice pour prétendre être des héros », écrit le quotidien étatique Gabon Matin.

Pour Anaclé Bissielo, ex-ministre d’Omar Bongo et professeur d’université : « Les éléments qui faisaient craindre une crispation à la mort d’Omar Bongo sont à nouveau là. Mba Obame l’a compris et veut sans doute surfer dessus. Les gens bougent-ils parce qu’ils ont faim ou parce qu’ils ont des aspirations politiques ? On ne peut pas dissocier les deux. » (Avec AFP)


SUR LE MÊME SUJET
La Loi sur les caractère des données biométriques devrait être désormais appelée : « La Loi Pierre Mamboundou », a annoncé lors de la lecture de l’oraison funèbre Maître Louis Gaston Mayila, compagnon politique de l’illustre disparu. Selon lui, le défunt Pierre Mamboudou aura été l’initiateur de ce combat qui participe à l’amélioration du système électoral au Gabon. Pour Louis Gaston Mayila, parler de biométrie rappelle forcement le défunt qui s’était engagé dans ses derniers jours à accroitre la campagne de l’introduction de la biométrie au côté de la société civile et des partis politiques de l’opposition tous regroupés ...
Lire l'article
L'opposant André Mba Obame, qui s'est autoproclamé président du Gabon et réfugié depuis le 25 janvier dans une agence onusienne de Libreville, a répondu vendredi au président Ali Bongo, estimant qu'il n'était pas "ridicule de se battre pour ses droits". "Il nous trouve +ridicule+ parce que pour lui, c'est ridicule de se battre pour ses droits. C'est un monarque qui trouve ridicule que des gens, des Gabonais puissent vouloir se lever pour leurs droits", a affirmé à l'AFP M. Mba Obame au téléphone, un blocus policier empêchant tout étranger ou journaliste de s'approcher du bâtiment du Programme des Nations unies pour ...
Lire l'article
En marge du sommet du G8 tenu au Canada les 25 et 26 juin 2010, Barack Hussein Obama annonçait aux leaders africains présents qu’il comptait convier 18 de ses homologues africains en Août prochain à Washington. La raison de cette invitation, disait il, résidait dans la volonté de célébrer le 50e anniversaire des indépendances de leurs pays respectifs. Mais moins d’un mois après, le président des Etats-Unis d’Amérique (USA) a décidé de procéder autrement. Il a choisi, le week-end dernier de convier plutôt les leaders des sociétés civiles africaines à un forum pour faire le point sur la ...
Lire l'article
Politique : L’opposition se couvre de ridicule
Lors d’un entretien obtenu avec le président français, Nicolas Sarkozy mercredi à Libreville, les responsables de huit partis politiques de l’opposition, lui ont remis un mémorandum en vue de susciter son soutien à notre démocratie. Est-ce une distraction de plus ? Tout est-il que huit partis de l’opposition on rencontré le président français, Nicolas Sarkozy, lors de son séjour dans notre pays, à l’effet de l’exhorter à soutenir, selon eux, sincèrement, l’émergence d’une démocratie effective dans notre pays. Qui sont donc ces opposants qui ont décidé d’aller rencontrer le chef de l’Etat français ? Il s’agit d’Alexandre Ndaot Riloghé (PDS), ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Ali Bongo Ondimba, candidat du pouvoir, a affirmé lundi à Libreville être ’’largement vainqueur’’ au Gabon et à l’étranger, un jour après le scrutin présidentiel de dimanche, qui s’est déroulé dans le calme. ’’Des informations fondées reçues des différents circonscriptions au Gabon et à l’étranger me donne largement vainqueur’’, a affirmé M. Bongo Ondimba, lors d’une déclaration à la presse, confirmant les propos de Faustin Boukoubi, secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), qui donnait Ali Bongo ’’gagnant’’ de l’élection, sans avancer de chiffres. ’’J’attends maintenant que les instances compétentes annoncent officiellement ces résultats’’, a-t-il ajouté devant ...
Lire l'article
Le Secrétaire général du Parti démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir), à la tribune du Congrès extraordinaire de cette formation, ce dimanche a égrainé les différents critères, « Engagement politique, fidélité et parcours professionnel » ayant prévalu dans le choix d’Ali Bongo Ondimba en tant que candidat au fauteuil présidentiel. Faustin Boukoubi a fortement insisté sur le « consensus » qui a abouti au sein du Bureau politique pour la désignation d’Ali Bongo Ondimba. Membre du PDG depuis 1981, Monsieur Ali Bongo Ondimba est député, vice-président élu, un des négociateurs aux Accords de Paris, présence effective au gouvernement depuis ...
Lire l'article
Parmi les ''enfants biologiques'' que compte le président Omar Bongo Ondimba, Ali est sans doute, l'un des plus influents. Physique de rappeur, Ali Bongo Ondimba est ministre gabonais de la Défense depuis 1999, et sa nationalité n'est pas sa préoccupation. Représentant personnel du chef de l'État, puis ministre des Affaires étrangères (1989-1991), Ali Bongo Ondimba s'est constitué un réseau relationnel très solide aussi bien à l'étranger qu'au Gabon, même dans les casernes où soldats, officiers et généraux lui font confiance. Au sein de la galaxie du pouvoir, il est soupçonné par ''ses ennemis'' de se positionner dans la course à la succession ...
Lire l'article
Barack Obama, candidat global ? "L'"obamania" est devenue un phénomène planétaire d'une ampleur peut-être plus grande que celle de la "dianamania"", a écrit Timothy Garton Ash, professeur d'études européennes à Oxford. C'est dire. Vu de l'étranger, l'homme séduit. D'abord, le sénateur de l'Illinois se distingue par son opposition résolue à la guerre en Irak. M. Obama l'a répété : une fois élu, il retirera les troupes américaines. Il marque les consciences collectives en nourrissant l'idée d'un véritable changement au Moyen-Orient. Ensuite, ses origines familiales et son parcours, de sa naissance à l'âge adulte, renvoient l'image d'un personnage politique nouveau. C'est un Américain ...
Lire l'article
A Port–Gentil, pour échapper à l’oisiveté, la pratique du football amateur, les week-ends, reste la principale préoccupation des jeunes en manque de distraction et de loisirs dans cette cité pétrolière, a constaté GABONEWS. De préférence, ces jeunes notamment des écoliers, investissent les cours de jeux de différents établissements scolaires de la capitale économique pour s’adonner au football sur des aires sablonneux. Ainsi, l’on constate que sur un seul terrain, peuvent se jouer plusieurs matchs de football avec des équipes différentes. L’objectif, explique Rodrigue (élève au collège Delta en classe de 6ème), est de faire jouer tout le monde dans des ...
Lire l'article
Politique / La loi sur la biométrie devrait être rebaptisée loi Pierre Mamboundou
Gabon: Mba Obame estime que “se battre pour ses droits” n’est pas “ridicule”
Cinquantenaire des Indépendances Forum: Barack Obama préfère la société civile aux dictateurs africains
Politique : L’opposition se couvre de ridicule
Bongo Doit Partir
Présidentielle : Ali Bongo Ondimba affirme être ’’largement vainqueur’’ au Gabon et à l’étranger
Gabon: « Engagement politique, fidélité et parcours professionnel ont prévalu dans le choix d’Ali Bongo Ondimba », Faustin Boukoubi
Politique : ”Etre Nigérian ? Cela ne me préoccupe pas, affirme Ali Bongo (Par Jean Rovys DABANY)
Barack Obama est le candidat que préfère le reste du monde
Gabon: À Port – Gentil, la pratique du football amateur les jours de week-ends reste la principale préoccupation des jeunes en manque de distraction

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 2,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 28 Jan 2011
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

2 Réponses à Gabon : Ali Bongo préfère être “un amateur de la politique qu’un professionnel du ridicule”

  1. philmote

    28 Jan 2011 a 19:06

    voler la victoire et jouer les président, c’est tres ridicule.

  2. Mikendi

    28 Jan 2011 a 16:42

    Ah ah ah, la guerre des pseudo frères pseudo ennemis?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*