Socialisez

FacebookTwitterRSS

les notes de wikileaks:”Ali Bongo inverse le décompte des voix et se déclare président du Gabon.”

Auteur/Source: · Date: 10 Fév 2011
Catégorie(s): Politique

WikiLeaks met à mal la Françafrique.
Des notes diplomatiques américaines s’interrogent sur l’usage fait de la trentaine de millions d’euros détournés à la Banque des Etats d’Afrique centrale. Selon une de leurs sources, ils auraient permis d’enrichir Omar Bongo et de financer des partis politiques français.
Des notes diplomatiques américaines divulguées par WikiLeaks et publiées le 29 décembre sur le site du quotidien espagnol El País, assurent que des dirigeants gabonais, dont Omar Bongo, auraient détourné une trentaine de millions d’euros de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) à leur profit mais aussi pour financer des partis politiques français. On savait que le chef d’Etat français, Nicolas Sarkozy, et surtout son prédécesseur, Jacques Chirac, étaient très proches du président gabonais Omar Bongo. Mais de nouvelles révélations de WikiLeaks viennent alimenter des soupçons coupables sur cette relation entre Paris et Libreville.

En effet, selon des notes diplomatiques en possession de WikiLeaks et visibles depuis le 29 novembre sur le site du quotidien espagnol El País, quatre jours après la mort d’Omar Bongo, un haut fonctionnaire de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) a confié à un diplomate américain que les dirigeants gabonais auraient détourné près 30 millions d’euros. La source précise que les dirigeants gabonais ont utilisé les fonds détournés pour leur enrichissement personnel et, suivant les instructions de Bongo, auraient remis une partie de l’argent à des partis politiques français, y compris en soutien au président français Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac auraient donc bénéficié de cet argent pour leur activité politique ; le Parti socialiste français aussi. Mais, l’information contenue dans le câble diplomatique révélé par WikiLeaks est à prendre avec des pincettes. Car, la note diplomatique, postée de l’ambassade des États-Unis à Yaoundé (Cameroun) sous le N° 215456, précise que les fonctionnaires américains n’ont pas été en mesure de vérifier si les hommes politiques français avaient bel et bien bénéficié de ces détournements de fonds.

Le patrimoine de la famille Bongo est déjà sous le feu d’une enquête en France, à la suite d’une plainte de l’ONG Transparency International. Le 9 novembre dernier, en effet, la Cour de cassation française a ordonné, contre l’avis du parquet, la reprise d’une instruction concernant les logements de luxe et les avoirs bancaires détenus en France par trois présidents africains, parmi lesquels Omar Bongo Ondimba.

Ce n’est pas la première fois que le Gabon est mentionné dans les révélations de WikiLeaks, le site de Julian Paul Assange. Les occurrences pour le Gabon sont de l’ordre de 300 documents. C’est le cas du télégramme enregistré sous le numéro 1473 début novembre 2009 et censé demeurer secret jusqu’au 3 novembre 2019. Un ambassadeur américain y note ceci: “Pour ce qui est de l’Afrique, la France peine à mettre en pratique la rupture prônée par [Nicolas] Sarkozy. Ceci découle en partie du fait que lorsque des crises liées à la gouvernance ont éclaté dans plusieurs pays francophones, notamment en Mauritanie, au Gabon, à Madagascar, au Niger et en Guinée [Conakry], la France a privilégié de manière expéditive le maintien de l’ordre ancien au détriment des principes plus nobles.”

Le télégramme note qu’en octobre 2009 “Ali Bongo inverse le décompte des voix et se déclare président du Gabon.” Toujours selon WikiLeaks, Mme Clinton a alors conseillé au président américain Barack Obama de ne pas reconnaître celui donné vainqueur à Libreville. Il a fallu attendre que le Gabon assure la présidence du Conseil de sécurité de l’ONU en mars 2010 pour que la situation se normalise. 


SUR LE MÊME SUJET
WikiLeaks : Robert Bourgi, le dernier des Mohicans
En 2009 et 2010, six télégrammes de l’ambassade américaine à Paris, révélés par WikiLeaks, évoquent le rôle de Robert Bourgi dans les affaires africaines. Morceaux choisis. Le 25 février 2010 : « Maréchaux [conseiller Afrique à l’Élysée, NDLR] a critiqué de façon virulente l’avocat français, l’homme d’affaires et le réputé intrigant Robert Bourgi, souvent considéré comme le dernier représentant de l’ère classique de la “France-Afrique” (dont les vestiges sont encore présents). Selon Maréchaux, Bourgi […] est toujours prêt à travailler pour son propre intérêt en gagnant la faveur des dirigeants africains, notamment Bongo au Gabon ou, plus récemment, Rajoelina [Madagascar]. » Le ...
Lire l'article
Le président français Nicolas Sarkozy recevra lundi son homologue gabonais Ali Bongo, qui a succédé à son père Omar Bongo en août 2009 à l'issue d'un scrutin contesté, a annoncé vendredi l'Elysée. "L'entretien portera sur les relations bilatérales entre nos deux pays ainsi que sur les questions régionales", écrit la présidence française dans un communiqué. Nicolas Sarkozy s'était rendu il y a un an au Gabon pour relancer la coopération entre Paris et Libreville et apporter son soutien au nouvel homme fort du pays. La France, ancienne puissance coloniale, a toujours été très proche de la famille Bongo. Omar Bongo a lontemps été considéré ...
Lire l'article
D'après une note de l'ambassade des Etats-Unis au Cameroun, l'élite gabonaise aurait détourné de nombreux milliards à la Beac pour leur compte et pour quelques cadeaux aux partis politiques français. Les révélations Wikileaks des notes de l’ambassade américaine au Cameroun continuent. Après le document de Janet Garvey sur la présence chinoise au Cameroun, un document autrement plus polémique a été publié, faisant état de « cadeaux » d’Omar Bongo à Jacques Chirac et à son successeur, Nicolas Sarkozy. Ces cadeaux du président gabonais, d’après le document auraient été financés par de gros détournements de fonds à la Banque des Etats d’Afrique Centrale ...
Lire l'article
Des notes diplomatiques américaines s'interrogent sur l'usage fait de la trentaine de millions d'euros détournés à la Banque des Etats d'Afrique centrale. Selon une de leurs sources, ils auraient permis d'enrichir Omar Bongo et de financer des partis politiques français. es notes diplomatiques américaines divulguées par WikiLeaks et publiées le 29 décembre sur le site du quotidien espagnol "El Pais", assurent que des dirigeants gabonais, dont Omar Bongo, auraient détourné une trentaine de millions d'euros de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) à leur profit mais aussi pour financer des partis politiques français. On savait que le chef d'Etat ...
Lire l'article
Un câble relayé par WikiLeaks relance les rumeurs sur un possible financement de partis politiques français, notamment à droite, par l’ex-président gabonais. 201 réactions Le porte-parole de l’UMP Dominique Paillé a jugé jeudi «totalement fantaisiste» une information relayée par WikiLeaks faisant état d’un possible financement de partis politiques français, notamment à droite, par l’ex-président gabonais Omar Bongo. «Tout cela est totalement fantaisiste. J’invite d’autant plus à la prudence que les notes citées utilisent le conditionnel, ce qui démontre la très grande fragilité de ces accusations», a déclaré Dominique Paillé à l’AFP. Selon des notes diplomatiques américaines divulguées par WikiLeaks, rendues publiques mercredi par El ...
Lire l'article
Des dirigeants gabonais, dont Omar Bongo, auraient détourné une trentaine de millions d'euros d'une banque africaine à leur profit mais aussi pour financer des partis politiques français, selon un télégramme diplomatique américain obtenu par WikiLeaks et publié par El Pais. Ce télégramme de juillet 2009, en provenance de l'ambassade des Etats-unis au Cameroun, repris par le site internet du quotidien espagnol, s'appuie sur les dires d'un responsable anonyme de la Banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC). Son auteur mentionne l'ancien président français Jacques Chirac et son successeur Nicolas Sarkozy parmi les bénéficiaires de ce financement politique, tout en affirmant ne pas être ...
Lire l'article
La ministre de la Communication gabonaise a dénoncé jeudi une "énième atteinte" au défunt président Bongo de la télévision France 24 et de Radio France internationale (RFI) qui diffusent des informations selon lesquelles il aurait versé des fonds à des partis français. Selon des notes diplomatiques américaines divulguées par WikiLeaks et rendues publiques mercredi par le quotidien espagnol El Pais, près de 30 millions d'euros auraient été détournés de la banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC) par Omar Bongo pour son propre usage mais aussi à destination de certains partis politiques français.
Lire l'article
Wikileaks révèle que les partis politiques auraient profité de sommes détournées par Omar Bongo. Après le Pentagone, après la Maison Blanche ou encore le Moyen-Orient, le site internet Wikileaks s’attaque à la diplomatie africaine. Selon le site de renseignement américain, près de 30 millions d'euros auraient été détournés de la Banque des Etats d'Afrique centrale par le défunt président gabonais Omar Bongo. Les partis politiques français soupçonnés C’est le site espagnol El Pais qui a révélé l’information mercredi. D’après des notes diplomatiques américaines divulguées par Wikileaks, l’argent détourné par Omar Bongo aurait aussi profité à des partis français Cette information a été ...
Lire l'article
Près de 30 millions d'euros auraient été détournés de la Banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC) à son profit par le défunt président gabonais Omar Bongo et auraient aussi profité à des partis français, selon des notes diplomatiques américaines divulguées par Wikileaks, visibles mercredi sur le site de El Pais. Cette information a été donnée quatre jours après la mort de M. Bongo, en juin 2009, par un haut fonctionnaire de la BEAC à un diplomate de l'ambassade américaine au Cameroun, précise le journal espagnol. Selon la même source, "les dirigeants gabonais ont utilisé les fonds détournés pour leur enrichissement personnel et, ...
Lire l'article
Certaines "clauses secrètes" des anciens accords de défense liant la France à plusieurs pays africains ont été décrite aux diplomates américains par des conseillers de Nicolas Sarkozy. De nouveaux télégrammes diplomatiques américains obtenus par Wikileaks et dont le contenu a été révélé par le quotidien français "Le Monde" samedi, rendent publiques ces échanges. Certaines clauses secrètes d'accords conclus dans les années 60 entre la France et ses ex-colonies africaines ont été évoquées devant des Américains afin de justifier leur révision, selon des mémos américains de WikiLeaks, rendus publics samedi par Le Monde. "Les accords avec le Cameroun et le Gabon contiennent des ...
Lire l'article
WikiLeaks : Robert Bourgi, le dernier des Mohicans
Nicolas Sarkozy reçoit Ali Bongo lundi à l’Elysée
Wikileaks : Bongo et cie auraient fait des cadeaux à Chirac et Sarkozy
WikiLeaks met à mal la Françafrique
L’UMP dément avoir été financée par Bongo
Omar Bongo aurait financé des partis français, selon WikiLeaks
Bongo: Le Gabon critique les médias français
Bongo aurait alimenté les partis français
WikiLeaks: des détournements de fonds par Bongo auraient profité à des partis français
WikiLeaks : les télégrammes américains dévoilent les clauses secrètes de la “Françafrique”


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Fév 2011
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*