Socialisez

FacebookTwitterRSS

Les conditions du retour volontaire rappelées au réfugiés congolais dans l’Ogooué-Lolo

Auteur/Source: · Date: 15 Fév 2011
Catégorie(s): Société

La Commission nationale des réfugiés a invité les réfugiés congolais vivant dans la province de l’Ogooué-Lolo, dans le sud-est du Gabon, désireux de regagner leur pays, à s’inscrire sur les listes ouvertes à cet effet en vue de leur rapatriement volontaire, a appris l’AGP.

En revanche ceux désireux de rester au Gabon doivent se rapprocher des bureaux de la DGDI pour déposer leurs dossiers en vue de la transformation de leur statut de réfugié en celui de migrant conformément à la législation gabonaise.

La semaine dernière, une forte délégation de la Commission nationale des Réfugiés, conduite par le conseiller juridique, M. Juste Basile Lessa, a rencontré les responsables administratifs à Koula-Moutou pour leur rappeler les conditions exigées à tout réfugié congolais pour bénéficier du statut de migrant : être titulaire d’un formulaire d’enregistrement et d’une carte d’identité de réfugié ou d’une attestation de demandeur d’asile, justifier d’un emploi et s’acquitter des frais pour l’établissement d’une carte de séjour.

Le demandeur d’asile dont le statut n’aura pas été reconduit ou transformé en migrant sera considéré comme en situation irrégulière, a indiqué M. Lessa, qui a demandé que soient respectés les droits des réfugiés et demandeurs d’asile congolais dont le statut ne prendra fin qu’à l’issue de l’échéance fixée par le gouvernement gabonais.

Il a demandé d’éviter tout dérapage à l’approche de l’échéance en cours, afin que les efforts consentis par le Gabon lui soient reconnus par la Communauté internationale.

Selon les observateurs, de nombreux congolais installés à Koula-Moutou et ses environs manifestent peu d’empressement à s’inscrire sur les listes ouvertes en vue de leur rapatriement.

En dépit des assurances données par le représentant du HCR, M. Serge Likoumbit, de les accompagner durant le processus de rapatriement, plusieurs d’entre eux ont choisi de demeurer au Gabon, craignant pour leur sécurité et les conditions de leur retour au Congo.

A l’issue de la 9ème réunion de la commission tripartite Congo-Gabon-HCR, tenue le 23 décembre 2010 à Brazzaville, au Congo, il a été établi que « toutes les conditions sont désormais réunies pour que les réfugies congolais qui ont fui la guerre de 1997 puissent regagner leur pays.

Le gouvernement gabonais et le HCR ont intensifié les actions, aussi bien à Libreville qu’à l’intérieur du pays, en vue du rapatriement volontaire des réfugiés : production de dépliants et affiches, sensibilisation de proximité et évaluations participatives.

L’opération a débouché sur le rapatriement volontaire de 75 réfugiés seulement, un quasi échec que le HCR a mis sur le compte du déficit d’information sur les zones de retour, la dispersion des réfugiés sur le territoire, le calendrier scolaire, les ressources insuffisantes, le cycle des cultures, la dégradation des axes routiers en rapport avec l’arrivée de la saison des pluies et enfin l’épidémie de poliomyélite sauvage.


SUR LE MÊME SUJET
Six cent (600) réfugiés congolais, sur les six mille (6000) vivants actuellement au Gabon, réclament depuis cinq jours au Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR) d’être envoyés en asile dans un autre pays. Cette réclamation fait suite à l’expiration du délai donné par le Gabon du statut de réfugiés à ces congolais arrivés dans le pays pendant la période de guerre que le Congo a vécu entre 1997 et 2003. En 2011, le Gabon avait annoncé la fin du statut de réfugiés pour les citoyens congolais vivant dans le pays tout en leur accordant un délai pour régulariser leur situation dans ...
Lire l'article
Près de 700 réfugiés congolais résidant au Gabon depuis une dizaine d'années ont été rapatriés en un peu plus d'un mois dans leur pays après avoir perdu leur statut le 31 juillet dernier, a annoncé jeudi à Brazzaville le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR). Depuis le 22 juillet, date du début du rapatriement volontaire, quelque "692 réfugiés sont rentrés au Congo (...) par voies terrestres et aériennes", a indiqué à la presse Philippe Bateza, du bureau du HCR à Brazzaville. "Le HCR organise ce rapatriement depuis les formalités d'enregistrement jusqu'au départ", a-t-il expliqué, affirmant que depuis la signature en ...
Lire l'article
Après l’exil au Gabon, des réfugiés congolais sur la route du retour
De Xavier BOURGOIS (AFP) - LIBREVILLE — "Je suis contente de rentrer chez moi", lance Colette Bonanga, au moment où une soixantaine de réfugiés congolais chargent les camions affrétés par le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) pour la route du retour, après des années d'exil au Gabon. "Je préfère encore rentrer souffrir chez moi, même s'il n'y a pas de travail. Là-bas (au Congo), il y a la famille", explique cette mère de famille de 38 ans, qui avait quitté son pays à pied avec mari et enfants en 1999. Entre 1997 et 2003, près de 20.000 Congolais ...
Lire l'article
Par Yves-Laurent Goma Au Gabon, le HCR poursuit le rapatriement volontaire des réfugiés congolais de Brazzaville. Un accord tripartie entre les gouvernements du Congo et du Gabon ainsi que le HCR a proclamé la cessation du statut des réfugiés congolais du Gabon le 31 juillet dernier. Sur 9 500 réfugiés seulement 450 ont accepté de rentrer au pays. Les autres ont préféré devenir de simples migrants et donc d’acheter une carte de séjour.
Lire l'article
Près de 450 des 9 500 réfugiés et demandeurs d’asile congolais vivant au Gabon ont manifesté le désir de regagner leur pays, au lendemain de la décision du gouvernement gabonais de mettre fin à leur statut de réfugié. Les convois de rapatriement des réfugiés congolais ont démarré la semaine dernière, sous l’égide du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), notamment dans les provinces du Haut-Ogooué (sud-est), de la Ngounié (sud) et de la Nyanga (sud), frontalières du Congo-Brazzaville. D’autres convois doivent partir vers le Congo, jeudi et vendredi prochains, a-t-on indiqué au bureau du HCR à Libreville. Les candidats ...
Lire l'article
Le Haut commissariat pour les réfugiés (HCR) et ses partenaires ont initié, du 22 au 23 juillet dernier, la première phase de rapatriement volontaire, vers leur pays d’origine, des réfugiés congolais vivant au Gabon. 51 réfugiés ont pris part à cette opération. Du 22 au 23 juillet dernier, le Haut commissariat pour les réfugiés (HCR), en partenariat avec les gouvernements gabonais et congolais, ont organisé la première phase de rapatriement volontaire des réfugiés congolais du Gabon, au départ de Franceville vers la ville de Dolisie, au Congo. Pour cette première opération, 51 réfugiés figuraient sur la liste des départs volontaires. Ceux-ci ...
Lire l'article
La majorité des réfugiés congolais vivant dans la province du Haut Ogooué (Sud-est) refuseraient de rentrer chez eux, selon une enquête menée en 2010 par le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Selon l’enquête, les réfugiés congolais justifient leur refus par les liens matrimoniaux tissés au Gabon, la peur d’être tué une fois de retour au pays et la difficulté de trouver un emploi sur place. Le conseiller juridique de la Commission nationale des réfugiés (CNR), Juste Basile Lessa, a demandé aux autorités administratives et militaires du Haut-Ogooué d’être souples avec les réfugiés congolais qui ont encore ...
Lire l'article
Le ministère gabonais des Affaires étrangères a annoncé lundi à Libreville, qu’il ne reconnaît plus le statut de réfugiés aux ressortissants du Congo Brazzaville, arrivés en masse lors des trois guerres civiles que ce pays a connues en 1997, 1999 et 2001. ‘’Le Congo, de l’avis de tous, a retrouvé la paix et la stabilité d’antan, les conditions ayant prévalu à l’octroi du statut de réfugié sont donc éteintes’’, a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Jean Claude Franck Mendome, ajoutant que la décision a été prise au regard de la convention de Genève de 1951 ...
Lire l'article
La situation des réfugiés congolais au Gabon fait toujours l'objet de discussions entre Brazzaville et Libreville. 21Des dizaines de milliers de Congolais ont fui leur pays entre 1997 et le début des années 2000. Il y a eu pourtant un accord tripartite de rapatriement signé en septembre 2001 entre le gouvernement gabonais, le gouvernement congolais et le HCR. Ils sont encore aujourd'hui environ 10 000 à vivre dans l'incertitude au Gabon.
Lire l'article
Les ministres des Affaires étrangères gabonais, Paul Toungui, et congolais, Basile Ikouébé, ont tenu une séance de travail le 25 février pour examiner le cas des réfugiés et demandeurs d’asile congolais au Gabon. Face au bilan mitigé des opérations de rapatriements volontaires, les deux parties ont décidé de planifier un chronogramme pour la cessation du statut de réfugié et de demandeur d’asile congolais. Arrivés au Gabon après les guerres civiles de 1997, 1998 et 2000, les réfugiés et demandeurs d’asile congolais seraient aujourd’hui plus de 10 000 accueillis sur l’étendue du territoire national. Malgré les diverses opérations ...
Lire l'article
600 réfugiés congolais réclament un asile hors du Gabon
Près de 700 réfugiés congolais rapatriés du Gabon
Après l’exil au Gabon, des réfugiés congolais sur la route du retour
Gabon : retour au pays des réfugiés du Congo-Brazzaville
Environ 450 réfugiés congolais candidats à un retour volontaire dans leur pays
Gabon : Rapatriement volontaire des réfugiés congolais
La majorité des réfugiés congolais vivant dans le sud-est du Gabon refusent de regagner leur pays (HCR)
Les réfugiés congolais déchus de leur statut au Gabon
Les réfugiés congolais du Gabon manifestent peu d’empressement à rentrer chez eux
Gabon : L’ultimatum annoncé pour les réfugiés congolais

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 15 Fév 2011
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*