Socialisez

FacebookTwitterRSS

Ali Bongo Ondimba/André Mba Obame : les frères ennemis du Gabon

Auteur/Source: · Date: 2 Mar 2011
Catégorie(s): Politique

C’est Omar Bongo Ondimba qui les a fait se rencontrer. Mais à sa mort, en juin 2009, les appétits se sont aiguisés. Aujourd’hui, rien ne va plus entre le président Ali Bongo Ondimba et l’ancien ami André Mba Obame, devenu opposant.

L’un est installé à la présidence du Gabon. L’autre rêve de l’en déloger. Vingt-cinq ans d’amitié ont viré, le temps d’une transition mal négociée, en un duel implacable. Face à face : Ali Bongo Ondimba (ABO), 52 ans, proclamé vainqueur de l’élection présidentielle en août 2009, et André Mba Obame (AMO), 54 ans, arrivé troisième. À Libreville, la classe politique compte les coups.

Germain Ngoyo Moussavou, sénateur de la Nyanga et chef du groupe parlementaire du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), est un familier des deux hommes. De Mba Obame, qu’il connaît depuis les années 1980, il dit aujourd’hui que « le courage n’est pas sa qualité première ». Il a levé les yeux au ciel lorsqu’il a appris, le 25 janvier, un an et demi après l’élection, que l’ancien ministre de l’Intérieur revendiquait la présidence de la République. « Et à peine a-t-il orchestré sa prestation de serment qu’il a filé se cacher dans les bureaux du Pnud [le Programme des Nations unies pour le développement, NDLR] », soupire-t-il. Ngoyo Moussavou a renoncé à réconcilier ses deux anciens amis et a choisi son camp. Pour lui, c’est « Ali ».

Déclarée pendant les obsèques d’Omar Bongo Ondimba (OBO), décédé le 8 juin 2009, la guerre qui oppose les « frères ennemis » n’a plus connu de répit. Mêlant la politique et l’intime, elle empoisonne la classe politique et divise les Gabonais. « Mon ami d’enfance, qui est ministre au gouvernement, ne m’adresse plus la parole », raconte Franck Ndjimbi, encarté à l’Union nationale de Mba Obame. Le duel a déjà fait des victimes. Les premiers à tomber furent ceux qui avaient frayé avec AMO. Parmi eux, des fonctionnaires, à l’instar de Jean-Gaspard Ntoutoume Ayi, un énarque désormais au chômage qui travaillait comme conseiller auprès du ministre délégué aux Finances. C’est comme ça. Quand on choisit son camp, on s’expose aux balles de l’autre. Tour à tour alliés, complices puis concurrents, « Ali » et « André » ne se sont plus reparlé depuis juillet 2009. Les attaques se font par médias interposés. « Je préfère être un amateur de la politique qu’un professionnel du ridicule », dit le chef de l’État de son rival.

La rencontre

L’histoire avait pourtant bien commencé. En 1984, le président Bongo met les deux jeunes gens en relation. À 27 ans, Mba Obame vient de rentrer au Gabon avec un doctorat de sciences politiques en poche et, déjà, un passé d’agitateur. Il est membre du Mouvement de redressement national (Morena), parti d’opposition qu’il anime aux côtés de l’ancien adversaire historique du régime, Paul Mba Abessole, qui vit alors en exil à Paris. Bongo apprécie ce jeune homme ambitieux et déterminé au point de le recommander à son fils.

Au cabinet du chef de l’État, au secrétariat général de la présidence, puis d’un ministère à l’autre, Ali et André apprennent le métier. À eux les missions sensibles, telles que la négociation, en 1989, du retour puis du ralliement de Mba Abessole. Puis viennent les années 1990 et le temps des combats contre les caciques du PDG, opposés à la rénovation de l’ancien parti unique. Zacharie Myboto, aujourd’hui passé à l’opposition, en fera les frais. Le Vieux, qui connaît leur passion pour les belles voitures, couvre ses protégés de cadeaux. Mercedes, Lexus, Bentley et Porsche Cayenne garnissent le parc automobile d’Ali. Pour ses 40 ans, le président offre à André une Jaguar de collection. Les jeunes gens apprécient également les petits plats que leur mitonne Patience Kama Dabany, ex-madame Bongo et mère d’Ali. Tous deux se connaissent des ennemis, et avec toutes ces histoires de barons empoisonnés que l’on se raconte à la cour de Bongo père, on n’est jamais trop prudent.

Lorsque Ali épouse Sylvia Valentin, en 2000, André est tout naturellement le témoin que choisit le marié. Les deux prendront des parts dans le capital de l’agence immobilière montée par la jeune femme et mettront la chaîne de télévision TV+ et Radio Nostalgie, créées par AMO, au service de leurs ambitions. À cette époque, les amis sont communs. Parmi eux, un jeune agent immobilier parisien, Maixent Accrombessi. Sa sœur, Isnelle, est la meilleure amie de l’épouse béninoise de Mba Obame, dont il est aujourd’hui divorcé. Au départ proche d’AMO, « Maixent » devient un intime d’ABO, dont il est le collaborateur au ministère de la Défense, avant d’être promu tout-puissant directeur de cabinet du président au sein de la nouvelle administration.

Autre point commun, et pas des moindres : les deux hommes fréquentent la même loge maçonnique, la Grande Loge du Gabon, même si l’ancien séminariste Mba Obame se rend à la messe avec la régularité d’un jeune communiant, tandis que « Baby Zeus » cultive sa foi islamique.

La rupture

Pendant les dernières années du long règne du « Boss », l’un est à la Défense et l’autre à l’Intérieur. Ils sont dans l’antichambre du pouvoir. Mais OBO vieillit. Il a vu et revu le film Gladiator de Ridley Scott, s’est repu de l’inimitié entre le fils et le protégé de l’empereur Marc-Aurèle. Il sent monter la rivalité entre son fils biologique et le fils adoptif et, selon ses visiteurs, s’en inquiète. Le « Patriarche » se sent-il dépassé par des appétits qu’il a intentionnellement aiguisés ?

Les premières fissures apparaissent mi-juin 2009. Depuis quelques mois déjà, ABO et AMO ne se sont plus entretenus en tête-à-tête. Dans les jours qui précèdent le retour du corps d’OBO, décédé en Espagne, un remaniement ministériel est opéré et AMO perd le portefeuille de l’Intérieur. André en est sûr, ce limogeage, c’est à Ali, « son frère », qu’il le doit. Sentant venir l’orage, Robert Bourgi, l’éminence grise de Nicolas Sarkozy pour le Gabon, propose sa médiation. Il essaie de reconstituer le « ticket » AMO-ABO, propose la direction de la campagne du candidat Ali Bongo Ondimba à Mba Obame et lui fait miroiter le poste de Premier ministre. Bourgi, entretemps tombé en disgrâce au Palais du bord de mer, a-t-il surestimé son influence ? AMO voulait-il plus ? Difficile à dire. Mais pendant et après les obsèques, les deux s’ignorent. Las d’attendre un signe de son « frère », AMO s’envole vers Paris, où il rencontre notamment le patron de la cellule Afrique de l’Élysée, Michel Joubert, et Brice Hortefeux, alors ministre de l’Immigration. Sa décision est prise, il se lance dans la course.

Mba Obame est convaincu que Bongo père n’a jamais souhaité une succession « dynastique » à la tête du Gabon. L’Ivoirien Laurent Gbagbo, habitué de Libreville quand il était opposant et fin connaisseur de la politique intérieure gabonaise, soutient le contraire. « Bongo m’avait clairement dit qu’il souhaitait que son fils lui succède », nous a-t-il confié juste avant le second tour de la présidentielle ivoirienne.

AMO est donc candidat, mais quelles sont ses chances de l’emporter ? Lui que l’on disait impopulaire pour avoir été longtemps « ministre de la police »… Comment pouvait-il seulement y penser, lui qui fut l’âme damnée du président, celui qui embastillait les trublions de la société civile, retenait les passeports des hommes politiques en disgrâce, multipliait les voyages discrets en Falcon 50 entre Libreville et Paris pour négocier le retrait des plaintes dans l’affaire dite des biens mal acquis visant la famille présidentielle ? Comment osait-il, lui qui fut accusé par ses ennemis d’avoir tenté de « vendre » l’île de Mbanié à la Guinée équatoriale ?

Dans cette guerre fratricide, Ali laisse les caciques du PDG en première ligne. Mais Mba Obame a beau susciter imprécations et anathèmes, l’homme n’est pas du genre à reculer devant l’obstacle. Imperturbable, il entame une campagne électorale qui révèle l’animal politique au cuir épais et le tribun populiste. Déboulant de son Hummer ou de son avion loué en Afrique du Sud et peint aux couleurs d’« AMO président », il danse, harangue les foules, demande à genoux l’absolution pour les « fautes » commises quand il était aux affaires. La magie opère. Pourtant, le 30 août 2009, il ne réunit officiellement que 25,33 % des suffrages. Résultat qu’il conteste aussitôt.

La médiation

Ali Bongo Ondimba, lui, a surpris. Relooké et bien préparé par une équipe de journalistes français, il s’est révélé télégénique. Sur les podiums de la campagne marathon, on l’a vu donner la réplique à des rappeurs. Devenu chef de l’État, il essaie de prendre de la hauteur. Officiellement, c’est avec mépris qu’il traite le président de la « République du Pnud ». En privé, pourtant, il a clairement dit son mécontentement. Y compris au chef de la délégation du Pnud à Libreville, à qui il a demandé des comptes.

AMO, lui, a quitté les locaux de l’organisation onusienne avec son gouvernement mais a annoncé qu’il ne renonçait pas à faire valoir ses droits. En attendant, les médiateurs ne se bousculent pas. La France, dont les relations avec le Gabon sont tendues depuis l’affaire des biens mal acquis et la diffusion de Françafrique, 50 années sous le sceau du secret (un documentaire de Patrick Benquet), ne tient pas à s’impliquer dans l’affaire. Le Congolais Sassou Nguesso, qui n’entretient que de distantes relations avec ABO, non plus. Quant au président équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema (que certains, à Libreville, disent très proche de Mba Obame), c’est ABO qui ne veut pas en entendre parler. Même le Gabonais Jean Ping, le président de la Commission de l’Union africaine, est gêné aux entournures. Reste le Camerounais Paul Biya, qui peut revendiquer une influence sur l’un comme sur l’autre. Mais difficile d’imaginer qu’ABO et AMO puissent un jour se réconcilier. Encore que. On a vu au Gabon retournement plus inattendu.


SUR LE MÊME SUJET
Depuis Paris, André Mba Obame aux Gabonais (vidéo): “Tout le monde reste à la maison”
Dans une interview accordée à la chaîne TV Africa 24, c'est depuis Paris qu'André Mba Obame, manifestement en forme et de retour d'Afrique du Sud où il a longuement séjourné pour une opération chirurgicale, a lancé un appel au peuple gabonais qui se résume en ces mots: "Je dis au Gabonais, samedi, tout le monde reste à la maison". http://www.dailymotion.com/video/xn0dio_jt-live-15-12-11-edition-du-soir_news#rel-page-under-2
Lire l'article
Bruno Ben Moubamba: “Je choisis de m’extraire officiellement de la compétition politique entre André MBA OBAME et Ali BONGO ONDIMBA ”
A la veille de la fête du 17 Août 2011, marquant le 51ème anniversaire de l’indépendance du Gabon, Bruno Ben MOUBAMBA, Vice-président de l’ex Union Nationale a accordé une interview exclusive à notre rédaction après la dissolution de leur parti et le discours de Zacharie MYBOTO. Il est largement revenu sur les maux qui ont conduit l’UN au suicide. La politique nationale et d’autres sujets d’actualité, notamment le débat au Gabon sur « pas de Législatives sans biométrie » ainsi que les conflits ethniques nourris par certains politiques étaient aussi au centre de cet entretien. Sans toute fois oublier « ...
Lire l'article
COMMUNIQUÉ: Santé de M. André MBA OBAME
Le 13 mai 2011, Monsieur André MBA OBAME a été examiné par un Neurologue. Une IRM demandée en urgence a été réalisée le 14 mai 2011 à la Polyclinique EL RAPHA de Libreville. Cet examen radiologique a mis en évidence la présence d’une hernie discale postéro-latérale qui a entrainé une sciatique paralysante et hyperalgique. Le traitement de cette pathologie est chirurgical. Le 26 mai 2011, l’évolution de l’état de santé de Monsieur André MBA OBAME a amené le Médecin à conclure à la nécessité et à l’urgence d’une évacuation sanitaire pour une intervention en milieu spécialisé. Dans les prochains jours, l’état de ...
Lire l'article
Il est difficile de parler de la politique au Gabon sans citer Ali Bongo Ondimba le président de la République, sans faire référence à Mba Obame André, le nouveau leader de l’opposition gabonaise et sans nommer Pierre Mamboundou Mamboundou dont certains préfèrent garder de lui le souvenir de son positionnement passé qui faisait de lui un homme habile et cohérent. Dans le contexte politique trouble qui sévit actuellement au Gabon, plusieurs raisons sont évoquées à tort ou à raison. Cependant, l’argument sur lequel une majorité de gabonaises et de gabonais s’accorde et qui finalement constitue le point commun de nos ...
Lire l'article
Un Gabon, deux présidents. André Mba Obame Mba, qui s’est proclamé président de la République mardi et a nommé son propre gouvernement, continue de défier Ali Bongo Ondimba. Retranché au siège du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) à Libreville, il déclare vouloir, au nom du peuple gabonais, chasser Ali Bongo reconnu après l’élection présidentielle 2009 par le Conseil constitutionnel. Samedi après-midi, son service de presse rapportait que des affrontements avaient eu lieu entre des étudiants de l’Université Omar Bongo, des lycéens et la police, à Rio, un quartier populaire de Libreville. Officiellement classé 3ème à la présidentielle ...
Lire l'article
Déclaré vainqueur au cours d’un long processus de contestation du scrutin présidentiel du 30 août 2009 au Gabon, Ali Bongo avait décidé de placer son mandat sous le signe de la rupture. Du côté de ses adversaires, si le Front du refus du coup d’Etat électoral a perdu quelques membres au passage, six anciens candidats ont décidé de créer un grand parti d’opposition. Pour eux, il s’agit de proposer une alternance politique crédible face au PDG (Parti démocratique gabonais) au pouvoir. mais aussi, il s’agit de disposer d’une tribune légale pour faire entendre les voix de ceux qui continuent de ...
Lire l'article
« L'union de l'opposition est en marche (...). La manoeuvre ou l'initiative n'est pas dirigée contre une personne, elle est plutôt pour atteindre un objectif : l'alternance. » L'opposition gabonaise, qui n'a toujours pas digéré l'élection d'Ali Bongo, le 30 août dernier, se lance dans la formation d'un grand parti unifié face au régime du PDG, le parti au pouvoir. Plusieurs figures de la vie politique gabonaise, dont six candidats à l'élection présidentielle du 30 août 2009, ont décidé de créer un grand parti dont le nom reste à trouver. André Mba Obame, ancien candidat à l'élection présidentielle est l'un des ...
Lire l'article
Libreville, 31 août (GABONEWS) – André Mba Obame (candidat indépendant), ses cinq alliés: Jean Eyeghe Ndong, Paul Mba Abessole, Michel Lesley Teale, Ntoutoume Ngoua et Ayo Anna Claudine, renforcés par Zacharie Myboto (candidat de l’Union Gabonaise pour la Démocratie et le Développement (UGDD)), ont animé ce lundi en début de soirée, au Quartier général de (UGDD), une conférence de presse pour qualifier l’annonce de la victoire du candidat du PDG de « volonté manifeste de ce dernier à s’imposer par un coup d’état électoral ». Actualité du :31/08/2009 « Aux noms de ...
Lire l'article
Au cours d'une conférence de presse donnée le lundi 31 août, Andre Mba Obame, ancien ministre de l'intérieur, et naguère proche d'Ali Bongo, a critiqué la déclaration ce dernier selon laquelle il était le vainqueur de l'élection présidentielle qui venait de se dérouler et donc le nouveau président des Gabonais. Aux côtés d'Andre Mba Obame étaient présents : Jean Eyeghe Ndong, Paul Mba Abessole, Medhi Teale, Jean Ntoutoume Ngoua et Anna Claudine Ayo Assayi. La conférence se tenait dans le QG de Zacharie Myboto avec lequel Andre Mba Obame s'est déclaré en phase (Myboto a également critiqué la déclaration "précipitée" d'Ali ...
Lire l'article
Depuis Paris, André Mba Obame aux Gabonais (vidéo): “Tout le monde reste à la maison”
Bruno Ben Moubamba: “Je choisis de m’extraire officiellement de la compétition politique entre André MBA OBAME et Ali BONGO ONDIMBA ”
COMMUNIQUÉ: Santé de M. André MBA OBAME
Pourquoi Ali BONGO ONDIMBA, MBA OBAME André et Pierre MAMBOUNDOU n’émergent-ils pas ?
Président André Mba Obame : « Il n’y a rien à attendre d’Ali Bongo »
Bongo Doit Partir
Gabon : Sur RFI, André Mba Obame, candidat malheureux contre Ali Bongo, parle du grand parti d’opposition
André Mba Obame, ancien candidat à l’élection présidentielle gabonaise
Gabon: Présidentielle 2009 / André Mba Obame, ses nouveaux alliés et Zacharie Myboto qualifient l’annonce de victoire d’Ali Bongo Ondimba de “tentative de hold-up électoral”
Gabon : Andre Mba Obame dénonce une tentative de hold up électoral

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 2 Mar 2011
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*