Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Grand déballage et contradictions au procès Ntumpa Lebani

Auteur/Source: · Date: 3 Mar 2011
Catégorie(s): Société

Le procès Ntumpa Lebani, général de la Garde républicaine accusé d’avoir projeté un coup d’Etat, en est à plus d’une semaine d’audience. Comme on pouvait s’y attendre, les auditions en vue de l’instruction de cette affaire qui font défiler à la barre des personnalités importantes, occasionnent autant de révélations que de surprises.
Le général Jean-Philippe Ntumpa Lebani, ex-dirigeant du Conseil national de sécurité du Gabon, accusé de complot a affirmé son innocence devant la Cour de Sûreté de l’État qui a ouvert son procès le 21 février dernier. Incarcéré depuis septembre 2009, Ntumpa Lebani, initialement accusé de «tentative d’atteinte à la sûreté de l’État» avec cinq co-prévenus, est jugé pour «complot» pendant la transition qui a suivi la mort du président Omar Bongo Ondimba en juin 2009.

Ce «complot», élaboré à l’insu de son bénéficiaire pressenti, aurait visé à placer Ali Bongo Ondimba au pouvoir. Les différentes auditions durant le procès sont le lieu de nombreuses révélations. On apprend notamment qu’Omar Bongo avait été empoisonné, transporté à l’Hôpital d’Instruction des Armées avant d’être évacué en Espagne ; que les sondages étaient en défaveurs d’Ali Bongo au moment de sa candidature ; que le pouvoir équato-guinéen a alimenté les caisses de nombreux leaders politiques gabonais durant la transition ayant suivi le décès d’Omar Bongo ; que des sommes d’argent étaient versés, hors solde, aux militaires en vue d’assurer «la fidélité» et «renforcer la cohésion» de l’armée durant les périodes électorales ou les moments de tension ; que Ntumpa Lebani a versé en liquide un total de 1,4 million de francs CFA aux lieutenants Akandas et Boukoumbi ainsi qu’au capitaine Oura Amegue ; que chaque soldat de l’armée avait reçu des primes d’environ 6 500 francs CFA à la mort d’Omar Bongo mais que ceux de la Garde républicaine (GR) avaient reçu 75 000 francs.

Aux dires du général Jean-Philippe Ntumpa Lebani, le président Omar Bongo avait choisi d’être remplacé à la tête de l’Etat par son fils Ali Bongo. Voyant que Rose Francine Rogombé, présidente de la République par intérim, pouvait fausser cette volonté et que les sondages commandés par le pouvoir n’étaient pas en faveur d’Ali Bongo, le général avait envisagé un scénario «à la togolaise» mais, ayant tout le mal du monde à rencontrer Ali Bongo, il en serait resté au stade de l’idée.

Ce procès pourrait n’être alors qu’un règlement de comptes du fait que par le passé, Ntumpa Lebani avait eu une aventure avec une maîtresse du commandant de la GR Thomas Andimi Oprah. Celui-ci avait brûlé tous les vêtements de sa maîtresse lorsqu’il avait découvert cette liaison et il se serait juré d’avoir un jour la peau de Ntumpa Lebani. La rumeur d’un coup d’Etat en préparation aurait donc été une occasion en or.

Le passage à la barre des témoins est parfois l’occasion de quelques esbroufes. A l’instar du commandant de la GR, Paul Richard Mvou, qui est arrivé avec une importante batterie d’avocats alors qu’il n’est qu’un «simple témoin dans cette affaire». Se réfugiant derrière son devoir de réserve militaire en assénant à chaque fois «je suis assermenté», il assuré n’avoir jamais entendu parler de coup d’Etat mais que le commandant Oligui Nguéma l’avait informé de ce qu’il figurait, lui, dans une liste d’officiers de la GR à abattre.

Pas du tout cocasse mais plutôt déplorable pour un militaire de haut rang, Brice Clotaire Oligui Nguéma, ancien aide camp d’Omar Bongo, qui a également affirmé n’avoir «aucun élément, aucune preuve d’un complot fomenté par le général Ntumpa Lebani», est tombé dans les pommes au moment où l’avocat de la défense, Me Bongo Mavoungou, lui a lu un passage de sa déposition suivi de quelques questions confondantes.

On ne manquera pas de signaler que le témoin principal de ce procès, le capitaine Pacôme Bongo Ondimba, au demeurant frère cadet du président Ali Bongo, a demandé à la présidente de l’audience de retirer l’expression «coup de force» qu’il juge maintenant inapproprié. Pacôme Bongo est pourtant à l’origine de ce procès pour avoir, en septembre 2009, rapporté au président de la République nouvellement élu les “révélations” du lieutenant Doguino. A la barre, il s’est plutôt montré compatissant avec les accusés et a soutenu ne pas croire que Ntumpa Lebani aurait voulu faire un coup d’Etat.

Un autre témoignage non moins important a été celui du sergent-chef Rodrigue Okounougou qui a été radié de la GR du fait d’être le frère de Ntumpa Lebani. Son témoignage a porté sur le caractère grotesque de son arrestation et de l’instruction militaire du dossier. Le jeune homme avait déjà fait un témoignage similaire au journal “Le Peuple” dans lequel il dénonçait des abus, notamment, la torture morale, les conditions de détention exécrables, les abus d’autorité des supérieurs de la GR. On a retenu qu’il avait été mis dans un cachot étroit, privé de lumière, ne pouvant ni se baigner ni se brosser la bouche. Il dormait à même le sol, devait se soulager et faire ses besoins dans un petit seau qui pouvait rester dans la cellule avec la matière fécale 3 à 4 jours sans être vidé.

Le général Grégoire Kouna, commandant en chef de la GR, dont le témoignage est très attendu, n’a pas fait le déplacement du palais de Justice. Son audition est la plus importante qui reste avec celle de Frédéric Bongo, le patron des services secrets gabonais.
 


SUR LE MÊME SUJET
Gabon – Le procès de l’opposant Jocktane est un procès “politique” (société civile)
La plateforme de la société civile "Ca suffit comme ça" (proche de l'opposition) a estimé mercredi que le procès de l'opposant Mike Jocktane, poursuivi pour trouble à l'ordre public après une manifestation en janvier 2011, était "politique" après ses accusations contre la Françafrique. Ancien conseiller du président Omar Bongo, passé dans l'opposition, cadre de l'Union nationale dissoute en janvier 2011, M. Jocktane a été au centre de l'attention médiatique en novembre après la parution du livre "Le scandale des biens mal acquis", dans lequel il affirme qu'Omar Bongo a contribué au financement de la campagne présidentielle du candidat Nicolas Sarkozy en ...
Lire l'article
Me Ruphin Nkoulou-Ondo a été l'un des avocats du général Ntumpa Lebani au cours du procès qui a débouché sur la condamnation de celui-ci, le 11 mars dernier. La note de plaidoirie de l’avocat, parvenue à la rédaction de Gaboneco, est un résumé final de cette affaire : Rappel et qualification des faits, irrégularité de la procédure, rétraction des témoins, absence de preuves et appel émouvant à la reconnaissance de la vérité. Synthèse et larges extraits de cette plaidoirie pour un procès dont l’issue a presque interloqué tout le monde. La plaidoirie de Maître Nkoulou-Ondo commence par un rappel des ...
Lire l'article
Le procès du général Ntumpa Lébani a connu son épilogue ce 11 mars à Libreville. Jugé pour «tentative d’atteinte à la sûreté de l’Etat», l’ancien patron du Conseil national de sécurité (CNS) a écopé de 7 ans de prison dont 2 avec sursis. Débuté le 21 février à Libreville devant la Cour de Sûreté de l'Etat, le procès du général Jean-Philippe Ntumpa Lébani, jugé pour «tentative d’atteinte à la sûreté de l’Etat», a donné son verdict ce 11 mars. Le général Ntumpa Lébani, l’ancien patron du Conseil national de sécurité (CNS), a écopé de 7 ans de ...
Lire l'article
Le général Jean-Philippe Ntumpa Lebani, ex-dirigeant du Conseil national de sécurité (CNS) du Gabon incarcéré depuis septembre 2009 pour "tentative d'atteinte à la sûreté de l'Etat" doit être jugé par la Cour de Sûreté de l'Etat lundi, a appris l'AFP auprès de sa famille. Les lieutenants Emile Akandas Areno et Cédric Boukoumbi, également incarcérés, ainsi que trois autres personnes seront jugés eux aussi. "Nous avons reçu la convocation. Nous ne savons pas encore si les débats seront publics, nous l'espérons", a affirmé à l'AFP Gisèle Okome-Ntumpa, l'épouse du général. "Le procès semble pipé d'avance. On va juger quelqu'un sur la base ...
Lire l'article
Le général Jean-Philippe Ntumpa Lebani, ex-dirigeant du Conseil national de sécurité (CNS) du Gabon incarcéré depuis septembre 2009 pour "tentative d'atteinte à la sûreté de l'Etat" doit être jugé par la Cour de Sûreté de l'Etat lundi, a appris l'AFP auprès de sa famille. Les lieutenants Emile Akandas Areno et Cédric Boukoumbi, également incarcérés, ainsi que trois autres personnes seront jugés eux aussi. "Nous avons reçu la convocation. Nous ne savons pas encore si les débats seront publics, nous l'espérons", a affirmé à l'AFP Gisèle Okome-Ntumpa, l'épouse du général. "Le procès semble pipé d'avance. On va juger quelqu'un sur la base ...
Lire l'article
Le procès des officiers gabonais dit ‘’ affaire Ntumpa’’, accusés d’atteinte à la sûreté de l’Etat est, au grand étonnement des familles des accusés réunies en collectif, est temporairement suspendu, en raison de la sortie du territoire national de personnes constituant l’accusation, une attitude jugée surprenante par les familles des accusés, pour qui, cette sortie du territoire des personnes concernées par une affaire aussi grave, cache bien de choses. Des familles des accusés qui restent médusées devant l’indifférence de la justice face à ces sorties, mieux, face à la curieuse ignorance du juge de cette cour, de signer un mandat ...
Lire l'article
Véritable contradiction, le président de l’Union Nationale Zacharie Myboto, dénonce une tentative de modification des listes électorales utilisées pendant la dernière élection présidentielle de 2009 qui a vu la victoire du candidat du PDG Ali Bongo Ondimba, alors que pendant cette période Zacharie Myboto, Bruno Ben Moubamba et les autres, combattait pour le changement des listes électorales, grande est notre surprise de constater qu’aujourd’hui ils sont les premiers à dénoncer une tentative de modification du fichier électoral. «Les manœuvres frauduleuse du pouvoir » c’est en ces termes, que le président de l’UN Zacharie Myboto s’exprimait samedi dernier, lors de la ...
Lire l'article
La famille du général Jean-Philippe Ntumpa Lebani, ex-dirigeant du Conseil national de sécurité (Cns) du Gabon et incarcéré depuis septembre pour "tentative d’atteinte à la sûreté de l’Etat", a déploré lundi le silence entourant son dossier. "On ne sait pas à quel niveau est son dossier", a déclaré à l’Afp un membre de sa famille qui a requis l’anonymat. "Le juge d’instruction qui suivait l’affaire a été dessaisi il y a environ deux semaines et nous ne savons pas depuis sur quelle table le dossier du général a été posé". "On attend qu’on nous dise pourquoi" il a été incarcéré, "personne ne ...
Lire l'article
Le général Samuel Mbaye à la tête du secrétariat général du Conseil national de sécurité (CNS) à la présidence de la République depuis 1991 a passé ce mercredi le flambeau à son frère d’arme le colonel major Jean Philippe Ntumpa Lebani, rapporte la presse présidentielle. Le secrétaire général à la présidence de la République, Mamadou Diop représentant le Chef de l’Etat, Chef suprême des armées a présidé la cérémonie de passation de flambeau entre le général Samuel Mbaye (sortant) et le colonel major Jean Philippe Ntumpa Lebani (rentrant), nommé par décret du président de la république le 1er décembre dernier. Créée ...
Lire l'article
Il a suffi d'un incident hélas routinier -l'expulsion brutale de deux Gabonais en situation administrative irrégulière en France- pour ouvrir les vannes. Après le discours de Dakar de Nicolas Sarkozy, l'affaire de l'Arche de Zoé au Tchad, les rancoeurs accumulées par la politique française d'immigration, l'heure du grand déballage est-elle arrivée entre le continent noir et l'ancienne métropole? A la fois dans les commentaires de plusieurs articles de Rue89, dont le dernier sur le pied de nez d'Omar Bongo décidant de renvoyer en France tout Français en situation irrégulière au Gabon, mais aussi dans des contributions reçues de la part ...
Lire l'article
Gabon – Le procès de l’opposant Jocktane est un procès “politique” (société civile)
Gabon : La plaidoirie de Me Nkoulou-Ondo au procès Ntumpa Lebani
Gabon : 7 ans de prison pour Ntumpa Lébani
Gabon: le général Ntumpa accusé d’un complot jugé le 21 février
Gabon: le général Ntumpa accusé d’un complot jugé le 21 février
Gabon: Grains de sable dans l’affaire de ‘’putsch Ntumpa Lebani’
Gabon / Politique : Les contradictions de l’Union Nationale…
INCARCÉRATION DU GENERAL NTUMPA AU GABON : La famille du déplore le silence
Gabon: Sécurité : Jean Philippe Ntumpa Lebani remplace Samuel Mbaye à la tête du secrétaire général du conseil national de sécurité
France-Afrique, l’heure du grand deballage?


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne 3,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 3 Mar 2011
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*