Socialisez

FacebookTwitterRSS

Côte d’Ivoire: le camp Gbagbo appelle les jeunes à rejoindre l’armée

Auteur/Source: · Date: 20 Mar 2011
Catégorie(s): Afrique

L’escalade des violences a poussé samedi des milliers d’habitants vers la gare routière d’Adjamé (nord), la plus grande de la capitale économique, et à celle de Yopougon (ouest), pour se “mettre à l’abri” dans leur village.
Le camp du président ivoirien sortant Laurent Gbagbo a appelé samedi ses jeunes partisans à “s’enrôler dans l’armée” pour faire face aux insurgés qui le défient en plein Abidjan, où des milliers d’habitants fuyaient des violences de plus en plus meurtrières.

La crise née du scrutin de novembre entre Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara, reconnu président élu par la communauté internationale, menace chaque jour davantage de virer à la guerre civile.

A Abidjan, les combats entre forces armées fidèles au président sortant et insurgés pro-Ouattara s’étendent jusqu’aux abords du Plateau, quartier du palais présidentiel.

Chef des “jeunes patriotes”, fervents partisans de M. Gbagbo, Charles Blé Goudé a appelé les jeunes Ivoiriens “qui sont prêts à mourir pour leur patrie, qui ne supportent plus l’humiliation que subit” leur pays, à se rendre lundi matin à l’état-major “pour se faire enrôler dans l’armée afin de libérer la Côte d’Ivoire de ces bandits”.

“Est-ce que vous êtes prêts à aller dans l’armée pour servir votre pays?”, a-t-il demandé à plusieurs milliers de partisans lors d’un meeting dans le quartier de Yopougon (ouest), considéré comme un bastion de M. Gbagbo à Abidjan. “Oui! libérez! libérez!”, a répondu la foule. Des jeunes levaient les mains vers le ciel tandis que d’autres se frappaient la poitrine.

Vendredi, Laurent Gbagbo avait réclamé “une plus grande responsabilité et une plus grande collaboration” entre les citoyens et les Forces de défense et de sécurité (FDS) pour que “les présences suspectes” soient “neutralisées”.

Son ministre de la Jeunesse Charles Blé Goudé a directement visé l’ONU, dont la mission en Côte d’Ivoire (Onuci) est accusée par les siens de soutenir les “rebelles”. “Ce n’est pas Ouattara” mais l’ONU “qui nous mène la guerre”, a affirmé celui qui fut le fer de lance de manifestations parfois violentes aux heures chaudes de la crise politico-militaire de 2002, visant en particulier les Français.

Les violences liées à la crise post-électorale ont déjà fait près de 440 morts, selon l’Onuci. La mission a accusé les forces armées du camp Gbagbo d’avoir tué jeudi, avec des tirs de mortiers, entre 25 et 30 civils dans le quartier d’Abobo, fief électoral de M. Ouattara à Abidjan et de nouveau cible de tirs à l’arme lourde vendredi soir.

Objet d’une large réprobation internationale après ce drame, le gouvernement Gbagbo a dénoncé un “complot”. La France, ex-puissance coloniale régulièrement mise en cause par le régime Gbagbo, a estimé samedi que l’Onuci “devrait jouer son rôle sans doute plus efficacement”.

“Elle a un mandat qui lui permet d’utiliser la force si des confrontations ou des violences s’exercent”, a souligné le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé.

L’escalade des violences a poussé samedi des milliers d’habitants vers la gare routière d’Adjamé (nord), la plus grande de la capitale économique, et à celle de Yopougon (ouest), pour se “mettre à l’abri” dans leur village. Une foule de familles attendaient leur tour pour monter dans des cars, emportant bagages et même appareils électro-ménagers. “J’ai peur. Je quitte Abidjan pour me réfugier au village”, a déclaré à l’AFP Marguerite, entourée de ses quatre enfants.

Depuis le début de la crise, près de 500.000 personnes ont fui leur habitation, dont 200.000 à Abidjan et 90.000 qui se sont réfugiées au Liberia selon l’ONU, plongeant le pays dans une grave crise humanitaire, en particulier depuis la flambée des violences à la mi-février.

Dans l’ouest durement frappé, les FDS ont affirmé samedi soir avoir repris la nuit précédente la localité de Doké. Mais les ex-rebelles pro-Ouattara, qui avaient conquis coup sur coup quatre localités depuis fin février, ont démenti avoir perdu Doké.

Appelé à céder la place par l’Union africaine, M. Gbagbo s’est dit vendredi prêt à envisager un “schéma de dialogue interivoirien” mais n’a pas précisé ce qui pourrait selon lui être discuté.

Il a exhorté les combattants du camp Ouattara, des “rebelles” à ses yeux, à déposer les armes, s’attirant aussitôt une fin de non-recevoir.


SUR LE MÊME SUJET
Des leaders de la galaxie patriotique (jeunesse pro-Gbagbo) ont lancé mardi à Abidjan un appel à la réconciliation et au respect des nouvelles autorités ivoiriennes. Lors d'un meeting à Yopougon (quartier pro-Gbagbo), ceux-ci ont demandé à leurs camarades de cesser définitivement les violences et ont exhorté les Ivoiriens au pardon. "Il est temps de tourner la page. Ce qui est passé est passé. Le sang a trop coulé et nous devons nous pardonner les uns les autres", a plaidé le chef d'une milice pro-Gbagbo, Maguy le Tocard. "Le nouveau président de la République est Alassane Ouattara. C'est un homme tolérant et nous demandons ...
Lire l'article
Des "enquêtes préliminaires" ont été ouvertes contre le président ivoirien déchu Laurent Gbagbo et ses proches, a annoncé mardi le gouvernement du nouveau chef d'Etat Alassane Ouattara sur la télévision ivoirienne TCI. "Concernant les personnes capturées depuis le 11 avril (...), l'ancien chef d'Etat, son épouse et une soixantaine de personnes de son clan ont été assignées en résidence surveillée à Abidjan et dans d'autres villes", a déclaré le porte-parole Patrick Achi dans son compte-rendu du conseil des ministres. "Des procédures d'enquêtes préliminaires sont en cours pour les crimes et délits commis par Laurent Gbagbo et son clan", a-t-il ajouté. Laurent Gbagbo, son ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire: Simone Gbagbo en résidence surveillée dans le nord-ouest
Simone Gbagbo, épouse du président ivoirien déchu Laurent Gbagbo, retenue depuis le 11 avril au QG du chef de l'Etat Alassane Ouattara à Abidjan, a été placée en résidence surveillée dans le nord-ouest du pays, a indiqué samedi le ministre de la Justice. Mme Gbagbo "est partie à Odienné, en résidence surveillée, hier (vendredi), très tôt le matin", a déclaré à l'AFP Jeannot Ahoussou Kouadio. L'ancienne "dame de fer" et pasionaria du régime défait avait été arrêtée avec son mari et une centaine d'autres personnes à la résidence présidentielle à Abidjan, après une offensive des forces du nouveau chef d'Etat Alassane Ouattara, ...
Lire l'article
La situation militaire semblait s'enliser samedi à Abidjan, où les partisans de Laurent Gbagbo faisaient plus que résister. Des hélicoptères français ont par ailleurs été la cible de tirs lors d'une mission d'évacuation. Selon le commandant Frédéric Daguillon, porte-parole de la force française Licorne, aucun soldat n'a été blessé et les équipages des hélicoptères ont riposté dans la nuit de vendredi à samedi, détruisant au moins un véhicule blindé. Cette mission d'évacuation de diplomates a été annulée, a ajouté le commandant Daguillon. Vendredi soir, c'est la résidence de l'ambassadeur de France à Abidjan qui a été frappée par deux obus de ...
Lire l'article
Un partisan de Alassane Ouattara tient un pistolet mitrailleur le 9 avril 2011 à Abidjan. Pour la première fois, le Golf Hôtel d'Abidjan, le quartier général du président élu et reconnu par la communauté internationale, Alassane Ouattara, a été attaqué par les hommes du président sortant Laurent Gbagbo. La guérilla urbaine ne fait que commencer. Menée après une journée relativement calme à Abidjan, ces tirs contre le Golf Hôtel sont les premiers visant directement l'hôtel où sont retranchés M. Ouattara et son gouvernement depuis le début de la crise post-électorale ivoirienne, il y a plus de quatre mois. "Nous sommes attaqués à ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire: assaut final contre le camp Gbagbo?
Abidjan résonne ce mardi matin de tirs à l'arme lourde, où les forces pro-Ouattara affrontent celles de son rival Laurent Gbagbo, après des frappes de l'ONU et de la France. Des tirs à l'arme lourde étaient entendus mardi matin dans Abidjan, où les forces du président ivoirien reconnu par la communauté internationale Alassane Ouattara affrontent celles de son rival Laurent Gbagbo, après des frappes de l'ONU et de la France. Les tirs étaient entendus depuis le quartier du Plateau, où se situe le palais présidentiel. Ils interviennent au deuxième jour d'une offensive des combattants pro-Ouattara contre les ...
Lire l'article
La coalition de partis politiques soutenant Alassane Ouattara a appelé dimanche 26 décembre à "cesser les activités" en Côte d'Ivoire à compter de lundi "jusqu'au départ du pouvoir de Laurent Gbagbo". De plus en plus isolé sur la scène internationale, menacé d'être renversé militairement par ses voisins, le camp Gbagbo a mis en garde contre les graves conséquences économiques et humaines d'une telle opération qui exciterait le patriotisme et pourrait mener la Côte d'Ivoire à "la guerre civile". Le porte-parole du gouvernement Gbagbo, Ahoua Don Mello, a par ailleurs dénoncé la décision "inacceptable" des dirigeants de la Communauté économique des Etats d'Afrique ...
Lire l'article
Le camp d'Alassane Ouattara, président ivoirien reconnu par la communauté internationale, espère que l'organisation régionale de la Cédéao se prononcera vendredi sur une option militaire pour chasser du pouvoir Laurent Gbagbo, selon un de ses porte-parole. Pour résoudre la crise née de l'élection présidentielle du 28 novembre, il y avait "trois leviers, la diplomatie, les finances et l'armée", a déclaré à l'AFP Patrick Achi, soulignant que son camp l'avait déjà emporté sur les deux premiers. L'ONU a reconnu mercredi Youssouf Bamba, l'ambassadeur désigné par Alassane Ouattara auprès de l'organisation internationale. Jeudi, l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa) a reconnu que M. Ouattara était ...
Lire l'article
Alors qu'un climat de violence règne sur Abidjan, Laurent Gbagbo a été officiellement investi président de la République ce samedi après-midi un peu après 15 heures. Si le Conseil Contitutionnel avait proclamé vendredi le président sortant vainqueur des élections avec 51 % des voix, la commission électorale indépendante (cei), appuyée par l'ONU a pour sa part donné victoire à son rival Alassane Ouattara avec 54% des voix. Les contestations et les violences ont fait deux morts cette nuit à Abidjan, la capitale du pays.
Lire l'article
Le chef de l`Etat sortant de la Côte d`Ivoire et candidat à la présidentielle de dimanche, Laurent Gbagbo, se dit certain de l`emporter et affirme craindre des "violences" de la part des mauvais perdants, dans un entretien au Journal du Dimanche paru samedi. Interrogé pour savoir s`il redoutait des violences liées à un scrutin qui doit clore une décennie de crise dans un pays coupé en deux depuis le putsch manqué d`une rébellion en 2002, Laurent Gbagbo a répondu: "Oui, je le crains". "Ces violences viendront de ceux qui perdront. Et comme ce n`est pas moi qui vais perdre...", dit-il, sans toutefois ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire : des leaders pro-Gbagbo appellent à la réconciliation
Côte d’Ivoire: “enquêtes préliminaires” contre Laurent Gbagbo et ses proches
Côte d’Ivoire: Simone Gbagbo en résidence surveillée dans le nord-ouest
Côte d’Ivoire: les forces pro-Gbagbo résistent à Abidjan
Côte d’Ivoire : le camp Gbagbo a attaqué le Golf hôtel
Côte d’Ivoire: assaut final contre le camp Gbagbo?
Côte d’Ivoire : le camp Ouattara appelle à la grève générale
Côte d’Ivoire: le camp Ouattara espère une décision sur l’option militaire
Laurent Gbagbo investi président de la République
Côte d’Ivoire: Gbagbo, sûr de gagner, craint des “violences” post-électorales

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 20 Mar 2011
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*