- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Marche des femmes pour réclamer de l’eau potable au Cap Estérias

Une vingtaine de femmes habitants le Cap- Estérias au nord de Libreville a battu le bitume mardi dernier pour réclamer de l’eau potable, lors de la célébration de la journée mondiale de l’eau.

Ces femmes étaient vêtues de robes blanches portant des récipients vides sur la tête ont marché sur 300 m de la rivière Gabaga jusqu’à l’entrée de la commune du Cap-Estérias.

‘’ Nous organisons cette marché afin d’attirer l’attention des plus hautes autorités du pays sur la situation qui prévaut actuellement dans la localité au sujet de l’absence d’eau potable. Nous buvons encore de l’eau de rivière ici et cela commence à nous agacer’’, se plaint Germaine Lekou, une des marcheuses.

Nouvellement érigé en département et en commune, le Cap Estérias et ses environs sont dépourvus des infrastructures d’adduction d’eau et de l’électricité.

La seule entité possédant des troupes électrogènes dans la contrée, est l’Ecole nationale des eaux et forêts (ENEF) qui désert exceptionnellement les administrations installés au Cap Estérias. 


SUR LE MÊME SUJET
Le manque d'eau potable dans le département du Cap Estérias, à une trentaine de km de Libreville, depuis un mois, a entrainé une recrudescence des maladies diarrhéiques et de la peau dans la contrée. "Huit consultations sur dix sont dues à ces maladies depuis le début de la saison sèche", a confié une infirmière sous couvert de l’anonymat. Les 14 villages du département du Cap Estérias sont au régime sec, depuis le début de la saison sèche qui a fait tarir tous les cours d’eau dans la contrée. De Bolokobouet à Koubou-Koubou, en passant par le Premier Campement, le Cap Santa Clara ...
Lire l'article [1]
Les femmes pêcheurs du Cap Estérias, à qui la première Dame Sylvia Bongo Ondimba a offert un bateau de pêche, dimanche dernier, réclament que cette localité à une trentaine de km de Libreville soit pourvue en électricité, afin de leur permettre une meilleure conservation des produits de la pêche, a appris l’AGP. A l’occasion d’une réunion ordinaire de leur association, les femmes pêcheurs, spécialisées dans la pêche des fruits de mer (couteaux de mer, moules, crabes et autres crevettes), ont indiqué ne disposer d’aucun moyen pour conserver les produits de la pêche alors que leurs prises vont ...
Lire l'article [2]
La première dame du Gabon Sylvia Bongo Ondimba a offert dimanche dernier, un bateau et des gilets de sauvetage à une association des femmes pêcheurs de la commune du Cap Estérias, situé à une trentaine de kilomètres, au nord de la capitale gabonaise Libreville. Ce don s’inscrit dans le cadre des actions de la première dame Sylvia Bongo Ondimba qui accentue l’action sociale en faveur du développement socio économique de la femme rurale. Cette action a été réalisée sur le terrain par M. Patrick Mouguima Daouda, le chargé du cabinet de la première Dame qui a indiqué dans son intervention que ...
Lire l'article [3]
Le président de la société espagnole Ciexon, Garcia Moya Enrique et les autorités municipales de la commune du Cap Estérias (nord de Libreville) ont évoqué lundi, l’éventualité d’une signature de partenariat entre leurs deux entités. ‘’Ce partenariat portera sur la réalisation des projets en rapports avec les secteurs tels que la construction (BTP), la technologie solaire et le traitement de l’eau’’, a affirmé Séraphin Medico, maire de la ville du Cap Estérias. Il est même envisagé un possible jumelage entre cette commune et la ville espagnole de Valence où est basée la société Ciexon. Grâce à ce partenariat, les autorités municipales du Cap ...
Lire l'article [4]
Les habitants d'Ayemé-Plaine (à une quinzaine de Km de Ntoum), éprouvent depuis de nombreuses années d'énormes difficultés à s'approvisionner en eau potable, rapporte le correspondant local de l'AGP. Ces populations sont obligées de parcourir de longues distances, et parfois à pied, pour se procurer le précieux liquide, indique-t-on. ''Nous souffrons ici, par manque d'eau, et en saison sèche'', a lâchée une dame cherchant à remplir des bidons dans une borne fontaine villageoise, mais qui produit une eau non potable. La difficulté est plus ressentie par les femmes ayant des bébés, ne pouvant assurer convenablement la propreté du nouveau-né et de la maman elle-même. La ...
Lire l'article [5]
La présidente de l'ONG Sifos, Chantal Sassé a promis la construction d'un centre de formation professionnelle en faveur des enfants de la rue dans la commune du Cap Estérias, au cours d'un entretien mardi avec le maire de cette ville, Séraphin Medico, a constaté le correspondant local de l'AGP. ''Nous allons construire avec l'appui des autorités locales un centre de formation professionnelle pour les enfants de la rue dans le département et la commune du Cap Estérias'', a déclaré la présidente de Sifos. En prélude à la construction de ce centre de formation, les responsables de Sifos ont lancé depuis lundi une ...
Lire l'article [6]
Les militaires retraités, affiliés au syndicat national des agents retraités des forces de défense (SNARFD), ont organisé ce mardi une marche pacifique, pour « réclamer les services rendus ». La marche a démarré dans le calme au quartier Akebé, dans le troisième arrondissement de Libreville, avant de passer par le camp militaire de Baraka, puis dans quelques quartiers de Libreville. Le déferlement des militaires sur le macadam a obstrué la fluidité de la circulation pendant des heures, provoquant la naissance d'un bébé dans un taxi, sur le chemin de l'hôpital. Le SNARFD a souligné par son président, le commandant major Odja Kouma Oscar, ...
Lire l'article [7]
L'Association ''CRI de FEMMES'', réunie samedi en Assemblée générale à la Chambre de commerce de Libreville, a annoncé par la voix de sa présidente, Geneviève Olui Assengone, une grande campagne de sensibilisation pour l'autonomisation des femmes et des jeunes. ''CRI de FEMMES'' a pour objectifs, l'implication de la femme dans le processus de prise de décision, de lancer des campagnes de sensibilisations auprès de la gent féminine en vue de son autonomisation, de lutter contre la précarité dans laquelle vie la femme gabonaise. Elle préconise une citoyenneté responsable par les formations, des séminaires, des campagnes d'information et de sensibilisation pour l'autonomisation des ...
Lire l'article [8]
Plusieurs manifestants, dirigés par les femmes commerçantes du marché central de la capitale gabonaise, ''Mont Bouet'', unis pour la circonstance comme un seul homme, ont procédé récemment à une gigantesque marche de protestation en vue de dénoncer, unanimement, la surenchère qui accentue la hausse des prix du poisson, orchestrée par les commerçants grossistes asiatiques exerçant dans les différents marchés de la capitale, a constaté GABONEWS. Ces femmes ont pris d'assaut les couloirs, les allées du marché, munies d’assiettes vides sur lesquelles elles frappaient en scandant « On veut manger, on veut manger, on veut manger ». Le mouvement s'est ...
Lire l'article [9]
Depuis bientôt une semaine, les habitants du quartier Alénakiri, dans la commune d’Owendo, sont privés d’eau potable. Selon les habitants, malgré la construction de deux châteaux d’eau, la pénurie d’eau potable est récurrente dans cette partie de la ville. Le quartier Alénakiri, uns des quartiers populaires de la commune d’Owendo, est paralysé depuis le début de la semaine par une coupure d’eau potable. Malgré la construction de deux châteaux d’eau, les coupures d’eau potables persistent et continuent de perturber la vie quotidienne des habitants du quartier. Selon les habitants du quartier, l’absence de l’eau potable est un ...
Lire l'article [10]
Recrudescence des maladies diarrhéiques au Cap Estérias, faute d’eau potable
Les femmes pêcheurs du Cap Estérias réclament l’électricité pour la conservation de leurs produits
Société / Le première dame Sylvia Bongo Ondimba octroie un bateau et des gilets de sauvetage aux femmes du Cap Estérias
Vers la signature d’un accord de partenariat entre la commune du Cap Estérias et une société espagnole
Gabon: Les habitants d’Ayemé Plaine éprouvent des difficultés pour s’approvisionner en eau potable
Gabon: Une ONG pourrait construire un centre de formation pour les enfants de la rue au Cap Estérias
Gabon: Marche pacifique des militaires retraités pour « réclamer les services rendus »
Gabon: ”CRI de FEMMES” s’annonce dans la lutte pour l’automatisation des femmes
Gabon: Vie chère: les femmes commerçantes du marché ” Mont Bouet” protestent contre la flambée des prix du poisson
Gabon : Alénakiri privé d’eau potable

1 Comment (Open | Close)

1 Comment To "Marche des femmes pour réclamer de l’eau potable au Cap Estérias"

#1 Comment By Rachel AMBIENGUET On 27 Avr 2011 @ 07:55

Bonjour!

J’ai été très ravie de lire vos articles sur cette localité du Cap Estérias, qui a été érigé en département depuis 2005.Toutefois, l’ érection de cette zone en commune de plein exercice reste sous forme de projet car les réalisations en termes de développement de la ville ne suivent pas.
En effet, comme me soulignait un habitant de la localité lors de mes entretiens sur le terrain:”Notre commune est oublié par l’état, car nous manquons des besoins primares, entre autres :l’eau potable et le courant.” Je loue donc vos efforts en vous intéressant à cette localité,qui je pense sera demain un pôle d’avenir pour notre pays grace à sa faune et sa flore.

Je vous remercie, coordialement. Rachel A.