Socialisez

FacebookTwitterRSS

Côte d’Ivoire, Libye, Afghanistan: les forces françaises sous pression

Auteur/Source: · Date: 5 Avr 2011
Catégorie(s): Afrique

De Dominique CHABROL (AFP) PARIS — Côte d’Ivoire, Libye, Afghanistan : engagées simultanément dans trois conflits extérieurs, les armées françaises sont soumises à forte pression en terme d’effectifs et de matériel, en dépit de la nature très différentes des opérations.

Combien ça va coûter ? L’empressement de la presse à connaître le montant de la facture dès le début des conflits irrite le ministère de la Défense.

“Ca coûtera beaucoup moins cher que le déshonneur de voir un peuple se faire massacrer parce qu’un tyran l’avait décidé”, a résumé jeudi le ministre Gérard Longuet, de retour d’une visite sur le Charles-de-Gaulle au large de la Libye.

Les ministres des Affaires étrangères et de la Défense, Alain Juppé et Gérard Longuet, seront auditionnés ce mardi à 17H15 en commission à l’Assemblée nationale sur la Côte d’Ivoire, lors d’une réunion ouverte à la presse, a annoncé son président Bernard Accoyer.

L’engagement français est financé sur le budget des Opex, les opérations extérieures, qui s’élève à près de 900 millions d’euros pour 2011.

L’édifice repose en fait sur la durée des opérations. Plus de dix ans pour l’Afghanistan, une opération-éclair envisagée en Côte d’Ivoire et l’incertitude totale en Libye, où personne ne peut prédire l’issue du conflit.

“Sur la Côte d’Ivoire, ils tablent sur une période d’engagement assez brève. Le dispositif est en place, l’effort de Licorne était déjà là avec des gens opérationnels”, souligne Richard Labévière, spécialiste de Défense, ancien collaborateur de la revue “Défense” de l’IHEDN.

Le surcoût tient essentiellement à la protection des expatriés, et à une éventuelle évacuation massive de civils qui mobiliserait des navires et avions de transport, mais qui ne semble pas à l’ordre du jour.

En Libye en revanche, l’armée française doit gérer une opération supplémentaire dont la durée reste une parfaite inconnue. Après les frappes aériennes des deux premières semaines, le conflit s’apparente de plus en plus à une guérilla entre les forces pro-Kadhafi et les insurgés.

Le regroupement des moyens aériens français sur la base de Solenzara en Corse et le déploiement du porte-avions Charles de Gaulle au large de la Libye ont permis de limiter le coût des opérations en réduisant le nombre d’heures de vol, de l’ordre de 10/13.000 euros pour un Rafale.

Autre surcoût important, les bombes et les missiles, à plusieurs centaines de milliers d’euros pièce, largués au dessus de la Libye. Mais la diminution du nombre de frappes, moins adaptées qu’aux premiers jours, modère la facture.

En revanche, le passage sous commandement de l’Otan ne semble pas de nature à réduire les coûts. “Ce n’est pas parce que l’Otan entre dans la danse que ça va nous alléger en terme de ravitaillement ou de logistique. Au contraire, ça complexifie la chaîne de commandement et au final ça coûte plutôt plus cher”, note Richard Labévière.

En terme de capacités opérationnelles, trois opérations en cours multiplient les effectifs, mais aussi les avions ou les hélicoptères mobilisés.

“Globalement, nous avons deux opérations supplémentaires, mais ce ne sont pas les mêmes moyens qui sont engagés et ceux de Licorne étaient déjà déployés”, souligne le porte-parole de l’état-major, le colonel Thierry Burkhard.

Des avions de combat, des avions-radar et des ravitailleurs en Libye, des hélicoptères et des avions de transport en Côte d’Ivoire.

Reste l’Afghanistan, dont plus personne ne parle, la plus lourde des trois opérations, avec 4.000 soldats français sur le terrain. Un dispositif qui nécessite des moyens logistiques considérables en période de restrictions budgétaires. Avec un désengagement partiel envisagé au plus tôt en 2014.


SUR LE MÊME SUJET
Sénégal : Paris et Washington mettent Wade sous pression
Les heurts s'enchaînent à Dakar. Mercredi soir, c'est l'Université Cheikh Anta Diop, au centre de la capitale sénégalaise, qui était le théâtre d'affrontements entre les forces de l'ordre et des étudiants. Ils protestaient contre la mort, la veille, de l'un des leurs lors de la dispersion d'une précédente manifestation. La mort de ce jeune homme, qui aurait été renversé par une voiture de police, porte à cinq le nombre de victimes des heurts. Un bilan lourd pour un pays peu habitué aux violences politiques. La colère des étudiants et d'une large partie des Sénégalais fait suite à la décision d'Abdoulaye Wade, ...
Lire l'article
L’Otan tire un premier bilan de son action en Libye
Par RFI La Libye était au centre d'une réunion de l'Otan à Bruxelles jeudi 6 octobre. Les ministres de la Défense des pays membres ont fait le point sur leur intervention dans le pays six mois après le lancement de l'opération Protecteur unifié. Les opérations de l'Otan en Libye sont maintenant beaucoup moins intenses. Depuis dimanche, les avions alliés ont effectué en moyenne 20 à 30 sorties quotidiennes, contre 40 à 50 depuis le début de l'opération fin mars. Très peu de frappes ont eu lieu, on en recense une seule mardi et huit à Bani Walid mercredi. Pour autant, aucune date n'a ...
Lire l'article
Libye : Syrte résiste aux forces du CNT
Les combats sont toujours d'une extrême violence jeudi au abord de Syrte. Le dernier bastion des pro-Kadhafi résiste aux assauts CNT et de l'OTAN empêchant la « libération » totale de la Libye. La situation est toujours la même en Libye. Malgré d'âpres combats, les forces du Conseil national de transition (CNT) libyens ne parviennent pas à prendre aux pro-Kadhafi la ville de Syrte. Mercredi, l'OTAN a réaffirmé que les combats ne cesseraient pas tant que « toute » la Libye ne serait pas libérée. Le Conseil national de transition (CNT), ex-rebelles qui ont renversé le régime Kadhafi, attendent désormais la ...
Lire l'article
Libye: violents combats à Bani Walid entre forces du CNT et pro-Kadhafi
De violents combats opposaient samedi les forces du Conseil national de transition (CNT) aux loyalistes pro-Kadhafi retranchés à Bani Walid (140km au sud-est de Tripoli), l'un des derniers bastions fidèles au "Guide" libyen toujours introuvable. L'ultimatum donné par le CNT aux kadhafistes a expiré samedi, mais les combats ont éclaté dès vendredi, s'intensifiant depuis. Samedi à la mi-journée, des combattants de l'insurrection ont été pris sous de violents tirs des kadhafistes, à environ trois kilomètres de Bani Walid. De fortes explosions faisaient trembler l'air tandis que des obus de mortier tombaient sur le sol, soulevant des nuages de sable et de fumée. ...
Lire l'article
François Fillon a visité les forces armées françaises au Gabon
Par RFI François Fillon a terminé sa tournée en Afrique. Le Premier ministre français a rendu visite dimanche 17 juillet 2011 aux forces françaises basées au Gabon. Celles-ci doivent constituer le nouveau dispositif avancé en Afrique de l'Ouest dans le cadre des accords de défense que Paris est en train de négocier avec ses ex-colonies. Frappé de ses deux étoiles, le général Commins, commandant des forces françaises du Gabon, est heureux d’ouvrir les portes du camp De Gaulle à François Fillon et sa délégation. Après la visite guidée de quelques armes de ce dispositif militaire, le général Commins a expliqué à ses ...
Lire l'article
Libye: les rebelles avancent vers Tripoli, l’Otan maintient la pression
Les rebelles, soutenus par des frappes de l'Otan, progressaient jeudi vers Tripoli à partir des montagnes du sud et de l'enclave côtière de Misrata, au deuxième jour de leur offensive contre les forces du régime de Mouammar Kadhafi dans l'ouest de la Libye. Alors que le conflit s'enlisait, les insurgés ont déclenché mercredi leur attaque après avoir reçu selon eux "le feu vert" de l'Otan. Ils ont réussi à repousser les pro-Kadhafi de plusieurs kilomètres et à s'emparer du hameau de Goualich, dans les montagnes berbères au sud de Tripoli, bastion du régime. Néanmoins, tout en confirmant que les rebelles avaient pris ...
Lire l'article
Alain RUELLO Trois mois après son déclenchement, la guerre en Libye a coûté 87 millions d'euros à la France, a indiqué hier le ministre de la Défense : 60 millions pour les munitions, 25 millions pour les primes des soldats, et le solde en frais divers de logistique. Les missiles représentent en particulier un coût élevé, notamment les Scalp à environ 500.000 euros pièce, dont 11 exemplaires ont été tirés dans les premières semaines de la guerre. Ces 87 millions d'euros représentent le double de la somme constatée après un gros mois d'intervention. A ce rythme, la facture de l'opération Harmattan ...
Lire l'article
Intervention en Libye : la France est placée sous commandement américain
Par Marion Cocquet Par Jean Guisnel Au deuxième jour de l'opération occidentale contre la Libye, et alors que les Français ont repris leurs vols au-dessus de la Libye dans une configuration proche de celle de la journée de samedi, de nombreux points ont été éclaircis. Il est très clair que les Américains sont aux commandes. Lors d'un briefing organisé samedi au Pentagone, le vice-amiral William E. Gortney a précisé que l'opération a été baptisée Odyssey Dawn (Aube de l'odyssée) et qu'elle est placée sous le commandement du général Carter F. Ham, chef du U.S. Africa Command (Africom), basé à ...
Lire l'article
Les Forces françaises au Gabon, ont rendu ce vendredi à Libreville au Camp de Gaulle et à Port-Gentil un hommage aux soldats morts pour la France durant la Seconde guerre mondiale, à l’occasion du 64ème anniversaire de la capitulation de l’Allemagne nazie, le 8 mai 1945, en présence de l’Ambassadeur, Haut représentant de la France au Gabon, Jean Didier Roisin, a constaté un reporter de GABONEWS. Les cérémonies de commémoration de cette date historique ont débuté avec le dépôt de gerbes au monument du Capitaine N’Tchoréré qui a servi dans l'Armée française lors des deux guerres mondiales. Il est mort exécuté ...
Lire l'article
Le 1er mai, au Camps de Gaulle de Libreville, à l’occasion de leur Journée portes ouvertes, les Forces de défense françaises installées sur le territoire gabonais, commandées par le général Réglat, donneront la latitude au grand public, de découvrir ce jeudi, l’ensemble des activités de ces corps de défense et de sécurité de la France déployés sur le continent africain, en particulier au Gabon, en attente d’une éventuelle intervention pour ramener l’ordre, la sécurité et la paix où besoin se fait sentir; ils feront ainsi, à cette occasion, des démonstrations de saut en parachute, tout en accordant une place singulière ...
Lire l'article
Sénégal : Paris et Washington mettent Wade sous pression
L’Otan tire un premier bilan de son action en Libye
Libye : Syrte résiste aux forces du CNT
Libye: violents combats à Bani Walid entre forces du CNT et pro-Kadhafi
François Fillon a visité les forces armées françaises au Gabon
Libye: les rebelles avancent vers Tripoli, l’Otan maintient la pression
La guerre en Libye a déjà coûté 90 millions d’euros à la France
Intervention en Libye : la France est placée sous commandement américain
Les forces françaises au Gabon rendent hommage aux soldats morts pour la France lors de la Seconde guerre mondiale
Gabon: Les Forces françaises au Gabon en parade jeudi à l’occasion de leur Journée portes ouvertes

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 5 Avr 2011
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*