Socialisez

FacebookTwitterRSS

La Côte d’Ivoire suspendue à l’assaut final contre Gbagbo

Auteur/Source: · Date: 7 Avr 2011
Catégorie(s): Afrique

Les combattants pro-Ouattara ont attaqué mercredi à Abidjan la résidence du président sortant Laurent Gbagbo, qui continue de négocier avec l’ONU. La justice internationale souhaite ouvrir une enquête sur les massacres.

Plus de quatre mois après le scrutin présidentiel du 28 novembre, une page d’histoire est en train de se tourner en Côte d’Ivoire. Lassées d’attendre l’issue des pourparlers engagés avec Laurent Gbagbo, les forces armées d’Alassane Ouattara ont décidé d’intervenir manu militari pour capturer le président sortant, retranché dans un bunker avec quelques fidèles. Un assaut qui semble s’être heurté à une résistance féroce. Les riverains de la résidence présidentielle ont évoqué « une lutte terrible », marquée par d’importants échanges de coups de feu et de violentes explosions. Mercredi soir, un calme inquiétant était revenu dans ce quartier appelé Cocody, sans qu’il soit possible de dire précisément qui avait l’avantage sur le terrain. Les soldats du président ivoirien reconnu par la communauté internationale obéissent à des consignes précises : « Alassane Ouattara a donné des instructions formelles pour que Gbagbo soit pris vivant car nous voulons le traduire en justice », a indiqué un porte-parole. Accusée d’interventionnisme par le camp du président sortant, la France a démenti toute participation aux combats. « Nous n’obéissons à aucune force politique en Côte d’Ivoire », a insisté le ministre de la Défense, Gérard Longuet. Paris agit officiellement en vertu de la résolution 1975 de l’ONU, qui vise à protéger les populations civiles. « Les militaires français ont neutralisé les armes lourdes de Gbagbo, sur le même principe que les opérations menées en Libye. Si la France voulait le renverser, cela serait fait depuis plusieurs années », estime Jérôme Evrard, ancien conseiller politique de l’ONU en Côte d’Ivoire.

Vers une enquête internationale

Le chef de la diplomatie, Alain Juppé, a tenu à préciser que les conditions de la reddition de Laurent Gbagbo avaient été fixées par Alassane Ouattara, et non par la France. Le président légitimement élu exige que son rival reconnaisse sa défaite. En vain : Laurent Gbagbo refuse toujours obstinément de céder le pouvoir malgré l’écroulement de son régime et la demande de cessez-le-feu de son armée. Un porte-parole des Nations unies a néanmoins assuré que les négociations avec la communauté internationale n’étaient pas interrompues. D’après Alain Juppé, les « conditions » du départ du président sortant sont « la seule chose qui reste à négocier ». Laurent Gbagbo pourrait chercher à obtenir un départ en exil dans un pays d’accueil, comme l’ont fait certains dictateurs africains. Mais la menace de représailles judiciaires risque de changer la donne : le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a annoncé mercredi qu’il souhaitait ouvrir une enquête sur les « massacres commis de façon systématique ou généralisée » en Côte d’Ivoire. « Le Bureau continue de recueillir des informations au sujet de ces crimes qui auraient été perpétrés par différentes parties du conflit », a précisé Luis Moreno-Ocampo, sans citer les personnes impliquées.

La menace de nouvelles violences

Déjà durement touchés, les Ivoiriens ne sont sans doute pas au bout de leurs peines. « A court terme, le risque de guérilla urbaine est réel. On ignore quelle sera l’attitude des Jeunes Patriotes de Charles Blé Goudé, des milices pro-Gbagbo ultra-violentes qui ont déjà attaqué à plusieurs reprises la population civile ainsi que les représentants de la communauté internationale », explique Jérôme Evrard. Pour ce spécialiste, la route vers la paix est encore longue. « Il est fondamental qu’un Parlement ivoirien soit rapidement élu dans la transparence afin d’exercer un contrôle démocratique sur le gouvernement d’Alassane Ouattara. Ensuite, la mise en place d’un programme de désarmement du pays représente une étape indispensable. Mais la pacification de la Côte d’Ivoire n’aura pas lieu si le nouveau président ne désarme pas ses propres partisans. C’est un vrai défi politique. »

Une enquête sur des massacres

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, a annoncé mercredi vouloir ouvrir une enquête sur des « massacres commis de façon systématique ou généralisée » en Côte d’Ivoire. Selon l’ONU et plusieurs autres organisations internationales, la prise de Duékoué, un important carrefour de l’Ouest ivoirien, le 29 mars, par les combattants des forces d’Alassane Ouattara, s’est accompagnée de massacres de grande ampleur, les bilans allant de 330 tués à un millier de « morts ou disparus ». « Le bureau continue de recueillir des informations au sujet de ces crimes qui auraient été perpétrés par différentes parties au conflit », a précisé M. Moreno-Ocampo.

Alassane Ouattara, qui a confirmé par écrit qu’il reconnaissait la compétence de la Cour, a communiqué des informations au bureau du procureur. La CPI, qui siège à La Haye, peut ouvrir une enquête sur saisine du Conseil de sécurité des Nations unies, comme dans le cas de la Libye, à la demande d’un Etat signataire du Statut de Rome, fondement juridique de la Cour, ou sur initiative du bureau du procureur. La Côte d’Ivoire, qui n’a pas ratifié ce statut, avait reconnu la compétence de la Cour en 2003 par une déclaration ad hoc. Celle-ci porte sur les crimes commis après septembre 2002, époque à laquelle Laurent Gbagbo avait été victime d’une tentative de coup d’Etat de la part des rebelles. Un examen préliminaire avait alors été ouvert et se poursuit. La CPI est le premier tribunal international permanent chargé de poursuivre les auteurs présumés de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et de génocide.

Par Marie-Laure Hardy 


SUR LE MÊME SUJET
Côte d’Ivoire: un mois après sa chute, l’ex-président Gbagbo devant la justice
Près d'un mois après son arrestation et la chute de son régime, l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo va être entendu pour la première fois vendredi par la justice ivoirienne, dans le cadre d'une enquête préliminaire portant notamment sur des accusations de crimes et exactions. Les violences qui ont secoué la Côte d'Ivoire ont fait près de 3.000 morts selon le nouveau président Alassane Ouattara, et causé le déplacement d'environ un million de personnes. AFP - Sia KambouPrès d'un mois après son arrestation et la chute de son régime, l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo va être entendu pour la première fois vendredi par la justice ...
Lire l'article
Massacres en Côte d’Ivoire: la CPI compte ouvrir prochainement une enquête
Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, a indiqué mardi dans un entretien à l'AFP que ses services préparaient une demande au tribunal pour ouvrir une enquête en Côte d'Ivoire concernant des massacres. "C'est la première étape", a-t-il expliqué. "Après cela, nous pourrons entamer des enquêtes". M. Moreno-Ocampo avait indiqué début avril vouloir ouvrir une enquête sur des "massacres commis de façon systématique ou généralisée" en Côte d'Ivoire. Le bureau du procureur procède à "un examen préliminaire de la situation en Côte d'Ivoire et le procureur va ensuite, de sa propre initiative, demander à la Chambre préliminaire de l'autoriser à ...
Lire l'article
Des "enquêtes préliminaires" ont été ouvertes contre le président ivoirien déchu Laurent Gbagbo et ses proches, a annoncé mardi le gouvernement du nouveau chef d'Etat Alassane Ouattara sur la télévision ivoirienne TCI. "Concernant les personnes capturées depuis le 11 avril (...), l'ancien chef d'Etat, son épouse et une soixantaine de personnes de son clan ont été assignées en résidence surveillée à Abidjan et dans d'autres villes", a déclaré le porte-parole Patrick Achi dans son compte-rendu du conseil des ministres. "Des procédures d'enquêtes préliminaires sont en cours pour les crimes et délits commis par Laurent Gbagbo et son clan", a-t-il ajouté. Laurent Gbagbo, son ...
Lire l'article
L'implication de plus en plus forte de la force française Licorne en Côte d'Ivoire suscite des critiques en France. Sur RFI, le porte-parole du Parti socialiste, Benoît Hamon, a exprimé de sérieuses réserves. A Paris, a eu lieu une importante manifestation de partisans du président sortant Laurent Gbagbo. Invité ce dimanche 10 avril 2011 de l'émission Internationales, le porte-parole du Parti socialiste, Benoît Hamon, a estimé que « ce n'est pas un service à rendre à la Côte d'Ivoire et à M. Ouattara que ce soient les forces militaires françaises qui obtiennent la reddition de M. Gbagbo et que ce soit ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire: assaut final contre le camp Gbagbo?
Abidjan résonne ce mardi matin de tirs à l'arme lourde, où les forces pro-Ouattara affrontent celles de son rival Laurent Gbagbo, après des frappes de l'ONU et de la France. Des tirs à l'arme lourde étaient entendus mardi matin dans Abidjan, où les forces du président ivoirien reconnu par la communauté internationale Alassane Ouattara affrontent celles de son rival Laurent Gbagbo, après des frappes de l'ONU et de la France. Les tirs étaient entendus depuis le quartier du Plateau, où se situe le palais présidentiel. Ils interviennent au deuxième jour d'une offensive des combattants pro-Ouattara contre les ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire : l’assaut final contre Gbagbo “ne saurait tarder”
Les tirs à l'arme lourde ont repris samedi matin à Abidjan, alors que les militaires pro-Gbagbo ont appelé à la mobilisation des troupes. Les tirs d'armes lourdes ont repris samedi 2 avril au matin à Abidjan, autour des derniers bastions tenus par les combattants fidèles à Laurent Gbagbo, rapportent des habitants et des journalistes de l'AFP. La bataille avait fait rage vendredi toute la journée dans la capitale économique ivoirienne. Plusieurs fronts A Cocody, au nord d'Abidjan, "on entend des tirs irréguliers, des coups sourds d'armes lourdes et des rafales d'armes automatiques", témoigne un résident. Les affrontements parmi les plus intenses se déroulaient ...
Lire l'article
Les trois chefs d'Etat ouest-africains envoyés à Abidjan pour demander à Laurent Gbagbo de quitter le pouvoir, ont entamé mardi leur entretien avec lui peu avant 14H00 au palais présidentiel. Les présidents béninois Boni Yayi, sierra-léonais Ernest Koroma et capverdien Pedro Pires, sont arrivés dans des voitures séparées qui se suivaient au palais présidentiel du Plateau, quartier administratif d'Abidjan. Laurent Gbagbo les attendait à la sortie de leurs véhicules et a donné l'accolade à chacun d'eux, avant de les faire entrer dans un salon de la présidence. Les trois émissaires venaient de rencontrer Choï Young-jin, patron de l'Opération des Nations unies en Côte ...
Lire l'article
La demande par Laurent Gbagbo du départ de la mission onusienne et de la force française Licorne est "ridicule" car Laurent Gbagbo "n'est plus président", a affirmé ce soir Guillaume Soro, premier ministre d'Alassane Ouattara, l'autre président proclamé de Côte d'Ivoire. "Cette décision ne peut pas être (appliquée) puisque M. Gbagbo n'est plus président", a déclaré Guillaume Soro. "Nous trouvons tout à fait ridicule et ubuesque cette démarche d'un président vaincu". "Tout le monde sait que M. Gbagbo n'a aucune qualité pour prétendre demander le départ de la force Licorne et de la force onusienne", l'Onuci, a-t-il insisté. Guillaume Soro a souhaité ...
Lire l'article
L'Union européenne va prendre des sanctions à l'encontre de onze proches de Laurent Gbagbo, ont indiqué, mardi 14 décembre, des sources diplomatiques européennes. Parmi les noms se trouvant sur cette liste figurent le conseiller pour la sécurité de M. Gbagbo, Kadet Berlin, le secrétaire général de la présidence, Désiré Tagro, et le président du Conseil constitutionnel, Yao N'Dre. Y figurent également les noms de Pascal Affi N'Guessan, secrétaire général du parti de Laurent Gbagbo, le Front populaire ivoirien et le directeur général de la radio-télévision d'Etat, Pierre Israël Amessan Brou. Lundi, l'UE avait annoncé qu'elle comptait accroître la pression sur le ...
Lire l'article
Le chef de l`Etat sortant de la Côte d`Ivoire et candidat à la présidentielle de dimanche, Laurent Gbagbo, se dit certain de l`emporter et affirme craindre des "violences" de la part des mauvais perdants, dans un entretien au Journal du Dimanche paru samedi. Interrogé pour savoir s`il redoutait des violences liées à un scrutin qui doit clore une décennie de crise dans un pays coupé en deux depuis le putsch manqué d`une rébellion en 2002, Laurent Gbagbo a répondu: "Oui, je le crains". "Ces violences viendront de ceux qui perdront. Et comme ce n`est pas moi qui vais perdre...", dit-il, sans toutefois ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire: un mois après sa chute, l’ex-président Gbagbo devant la justice
Massacres en Côte d’Ivoire: la CPI compte ouvrir prochainement une enquête
Côte d’Ivoire: “enquêtes préliminaires” contre Laurent Gbagbo et ses proches
Côte d’Ivoire: critique du PS contre l’intervention militaire française et manifestations pro-Gbagbo à Paris
Côte d’Ivoire: assaut final contre le camp Gbagbo?
Côte d’Ivoire : l’assaut final contre Gbagbo “ne saurait tarder”
Côte d’Ivoire: début des entretiens entre Gbagbo et les émissaires africains
Côte d’Ivoire: Gbagbo “ridicule” (Soro)
Côte d’Ivoire : sanctions européennes contre onze proches de Gbagbo
Côte d’Ivoire: Gbagbo, sûr de gagner, craint des “violences” post-électorales


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 7 Avr 2011
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*