Socialisez

FacebookTwitterRSS

Côte d’Ivoire: les conflits ethniques à leur apogée‎

Auteur/Source: · Date: 8 Avr 2011
Catégorie(s): Afrique

Un centaine de corps a encore été retrouvée dans l’Ouest de la Côte d’Ivoire, notamment à Duékoué, qui symbolise les conflits ethniques, religieux et raciaux qui ont jalonné l’histoire du pays. Là-bas, crise politique ivoirienne et crise inter-communautaire ne font qu’une.

Marie Desnos – Parismatch.com

Des cadavres découverts par dizaines ces derniers jours, par centaines ces deux dernières semaines. Selon Rupert Colville, porte-parole du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU à Genève, 15 cadavres ont été trouvés à Duékoué jeudi, ainsi qu’une soixantaine à Guiglo et une quarantaine à Bloloquin. En somme, plus d’une centaine de corps ont été repérés par le personnel des Nations unies en moins de 24 heures, certains brûlés vifs, d’autres jetés dans des puits, ou simplement gisant en pleine rue. Les victimes, en tenues civiles, semblent avoir été abattues en tentant de s’enfuir, a-t-il précisé à Reuters. Selon lui, alors que les deux camps s’accusent mutuellement au fil de ce genre de découvertes macabres, qui se multiplient ces derniers temps, il est très difficile de déterminer qui sont les responsables de ces massacres. Les victimes de Duékoué semblent appartenir à l’ethnie Guéré (traditionnellement favorable à Laurent Gbagbo), a-t-il néanmoins précisé ; elles auraient été tuées le jour où les forces loyales à Alassane Ouattara (les Forces républicaines, ou FRCI) ont repris la main sur la ville, à l’issue de combats sanglants le 28 mars. Il pourrait aussi s’agir de représailles après la fusillade de cent personnes mi-mars, dans la même ville, par les forces pro-Gbagbo.

Il y a une semaine déjà –au lendemain de la prise de Duékoué par les FRCI), le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) faisait état de 800 corps trouvés dans cette ville de l’Ouest. Dans une interview au «Monde», un porte-parole du CICR, confirmait hier ce chiffre d’au moins 816 morts, et rappelle que ce sont ses équipes qui «ont ramassé les corps, soit dans les maisons, soit à l’extérieur, pour les enterrer dans la dignité» et donc qui ont compté les morts. Il est également très difficile d’établir l’appartenance ethnique des victimes, et celle de leurs meurtriers. Après ce carnage des 29 et 30 mars, seule la mission des Nations unies (Onuci) a désigné les Forces pro-Ouattara comme responsables de «la plupart» des exactions. Les ONG, elles, restent prudentes et évoquent plusieurs pistes. Elles plaident pour une enquête indépendante, menée par la Cour pénale internationale. «Certains disent que les responsables sont des forces pro-Ouattara. D’autres disent que ce sont les forces pro-Gbagbo et d’autres encore l’attribuent à des milices. Je ne suis pas certaine même que l’enquête parvienne à déterminer les coupables», a résumé Valérie Amos, la chef des opérations humanitaires à l’ONU, sur RFI.

Duékoué, ville d’environ 75 000 habitants (en majorité guérés), est clairement devenu l’épicentre des conflits post-électoraux en Côte d’Ivoire. Outre ces affrontements politiques, qui se sont intensifiés à travers le pays depuis la fin mars, les tensions sont exacerbées dans cette zone, qui porte les stigmates des luttes ethnico-religieuses qui ont rythmé l’Histoire du pays. Située à la frontière angolaise, cette commune avait déjà été, en 2005, le théâtre d’une tuerie intercommunautaire, faisant plus de 40 morts. Depuis 1997, les tensions entre autochtones guérés et ceux que l’on appelle les «allogènes» (immigrés de la fin des années 90, venus pour la plupart d’autres pays d’Afrique de l’Ouest, et considérés comme pro-Ouattara), se multiplient sur fond d’exploitation forestière et de croissance non contrôlée de la population de cette ville cacaoyère et caféière (l’ancienne colonie française est le premier producteur mondial de cacao, et un des premiers de cafés). Rappelons que ce pays de plus de 21 millions d’habitants, compte plus d’un quart d’étrangers, et une soixantaine d’ethnies, regroupées en groupes. Autrement dit, les tensions ethnico-raciales ont attisé les tensions politiques, et vice-versa.

OUATTARA, UN “ÉTRANGER”

Le président reconnu par la communauté internationale, Alassane Ouattara, fils de riches commerçants, est lui-même au cœur de la polémique sur «l’ivoireté» *. Issu du groupe ethnique des Dioulas –venus principalement du Mali et du Burkina Faso, et globalement regroupés dans le Nord-Est de la Côte d’Ivoire- il est pointé par une partie de la population comme un étranger –et certains en ont allègrement fait un argument de campagne. Il a d’ailleurs fait ses études aux Etats-Unis, et sur le registre des étudiants boursiers africains qui ont étudié aux Etats-Unis, ADO est recensé parmi les «Burkinabés» -une polémique sur son acte de naissance continue de diviser les Ivoiriens. En outre il a épousé une Française, et est musulman –alors que Laurent Gbagbo, qui était catholique, a viré évangélique sous l’influence de sa femme.

La crise post-électorale a d’ailleurs aussi un aspect religieux, dans la mesure où, comme l’expliquait l’écrivain ivoirien Venance Konan sur Europe 1 ce vendredi, le président sortant serait persuadé d’avoir été choisi par Dieu. Selon cet opposant à Gbagbo réfugié en France, le groupe de pasteurs qui l’entoure a «réussi à lui mettre dans la tête qu’il est l’élu de Dieu. Il a réussi à faire traîner les élections pendant cinq ans, en répétant tous les jours aux Ivoiriens: “c’est Dieu qui m’a mis là, c’est Dieu qui m’enlèvera de là”, a-t-il déclaré. Et à force de le répéter, je crois que lui-même a fini par y croire.» A ses yeux, le dirigeant acculé dans son bunker d’Abidjan «est en plein délire» mystique. «Ses partisans, même à Paris, organisent des séances de prière, et ils attendent l’arrivée de l’armée de Dieu, qui va descendre sur le bunker pour le protéger», relate-t-il. De même, l’ambassadeur ivoirien à Paris (proche d'”ADO”), Ali Coulibaly avait décrit l’état d’esprit de Gbagbo mardi sur i>Télé. «Ce qu’avait prédit le prophète n’est pas avéré. Il avait dit qu’un miracle se produirait quelques temps après les difficultés qu’il traverse en ce moment. (…) Il ne faut pas oublier la dimension messianique» de la crise actuelle», avait-il souligné.

* concept attribué à l’ancien président Charles Konan Bédié, successeur de Félix Houphouët-Boigny, établissant des critères très strictes de nationalité ivoirienne, et ayant donné lieu à des dérives racistes et xénophobes.  


SUR LE MÊME SUJET
CAN 2012. Drogba et la Côte d’Ivoire assurent leur entrée face au Soudan (1-0)
Empruntée et timorée, la Côte d'Ivoire, l'une des grandes favorites de la CAN-2012, n'a pas spécialement brillé pour ses débuts dans la compétition mais a assuré l'essentiel en dominant le Soudan grâce à un but de Didier Drogba (1-0), dimanche à Malabo (groupe B). Après l'exploit des Zambiens face aux Sénégalais (2-1), samedi, les Eléphants peuvent au moins se dire qu'ils se sont évités une bien mauvaise surprise face à l'une des formations les plus faibles de la Coupe d'Afrique. Mais leur prestation a de quoi laisser perplexe alors qu'ils font figure de prétendants sérieux à la victoire finale. Si cette ...
Lire l'article
C’est un fantôme qui a hanté Abidjan ces dernières semaines. Un ennemi légendaire de Laurent Gbagbo, qui pourrait bien troubler le sommeil du président Alassane Ouattara. Pour avoir été l’un des pères de la rébellion en 2002, son nom est célèbre dans toute la Côte d’Ivoire : Ibrahim Coulibaly, plus connu sous le pseudonyme de "IB". Après dix années d’exil en France, IB est revenu. C’était un mois avant les élections, "parce que je savais que les choses allaient se gâter", explique-t-il. Pendant des semaines, il a, tapi dans l’ombre, harcelé les forces de sécurité de l’ancien régime, à la tête ...
Lire l'article
Les Nations unies vont ouvrir en janvier prochain à Libreville un bureau régional pour l'Afrique centrale dans le but d'aider la sous-région à prévenir les confits, a annoncé lundi une représentante de l'ONU dans la capitale gabonaise. Une délégation de l'ONU est actuellement au Gabon "pour que le bureau puisse démarrer en janvier 2011", a affirmé Angèle Makombo-Eboum, conseillère politique de l'ONU et chef de la mission. "L'objectif de ce bureau, c'est aider notre sous-région d'Afrique centrale à traiter des problèmes de paix et de sécurité. Ce bureau aura un rôle de prévention des conflits. Il devra travailler en partenariat, coopérer et ...
Lire l'article
Le ministre délégué aux Affaires étrangères, de la Coopération internationale et de la Francophonie, Jules Marius Ougouebandja, a présidé ce lundi à Libreville, une réunion de travail avec une mission technique des Nations Unies pour la mise en place, d’ici à janvier 2011, d’un centre sous-régional voué à « résoudre, et prévenir les conflits », a constaté GABONEWS. Dépêchée par le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, et emmenée par la conseillère politique principale (division Afrique II) du département des affaires politiques de l’Institution, Angèle Makombo Eboum, cette « mission technique de planification » se veut « pratique ...
Lire l'article
Lin-Joël NDEMBET envoyé spécial AGP à Addis-Abeba. Le 14ème Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Africaine prend fin mardi à Addis-Abeba, sur l’urgence pour le continent d’agir vite pour ramener la paix au Soudan, en Somalie, à Madagascar, et de soutenir les processus de transition dans d’autres pays, dont la Guinée rapporte l’envoyé spécial de l’AGP. Au cours de ces assises qui ont été marquées, dès l’ouverture, par l’élection du président du Malawi à la présidence de l’Union africaine (UA), en remplacement du leader libyen Mouammar Kadhafi, qui n’avait pas fait mystère de son intention de briguer un ...
Lire l'article
Les résultats de l’élection présidentielle seront connus mercredi Le président de la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP), Réné Aboghé Ella, a annoncé que les résultats de l’élection présidentielle de dimanche seront connus mercredi prochain . Les Gabonais, redoutant que la situation ne dégénère, attendent ces résultats avec impatience et appréhension. Les trois candidats favoris, Ali Bongo Ondimba, Pierre Mamboundou et André Mba Obame se sont déjà autoproclamés vainqueurs. Pierre Eric Mbog Batassi
Lire l'article
Libreville, 13 août (GABONEWS) - De nombreuses femmes issues de l'Union des femmes du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) ont marché sur un peu plus d'un kilomètre, ce jeudi matin sur le boulevard Omar Bongo, entre le rond-point de la place de la Paix et la Primature, pour affirmer leur total soutien au candidat à la présidentielle du 30 août prochain, Ali Bongo Ondimba. Tout au long de cette marche, les femmes de l'UFPDG ont délivré des messages de paix, d'unité et de dialogue. "Nous voulons que la paix, chère à notre papa Omar Bongo Ondimba, soit préservée", ...
Lire l'article
Un atelier de formation sur le dialogue social et les techniques de négociation se tient à Libreville Sous l’initiative des autorités gabonaises, un atelier de formation sur le dialogue social et les techniques de négociation s’est ouvert ce jeudi à l’hôtel Laїco de Libreville. Le Gabon connaît, depuis quelques mois, une succession de conflits sociaux durs, dans les secteurs de la santé et de l’éducation en particulier. Responsables d’administrations, d’organisations professionnelles et patrons sont venus nombreux pour trouver des idées leur permettant de mieux gérer ces tensions. L’atelier qui se tient jusquvise la sensibilisation des acteurs sur l’importance du dialogue social ...
Lire l'article
Le programme de renforcement des capacités des organisations de la société civile dans la prévention, la gestion et la résolution des conflits en Afrique central (PREGESCO) qui organise à Libreville du 4 au 6 novembre, un atelier de formation à l'endroit des organisations gabonaises sur la question de la prévention des conflits, se veut un outil efficace de prévention des conflits dans la sous région. Crée en 2005 à Kinshasa (RDC), le PREGESCO est un projet conjoint des Organisations de la société civile (OSC) de huit pays de l'Afrique central dont, le Burundi, le Cameroun, le Gabon, le Congo, la ...
Lire l'article
La Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (HALDE), a dénoncé le 30 octobre à Paris la circulaire du 20 décembre 2007 du ministère français de l'immigration conditionnant l’embauche des ressortissants étrangers aux conditions du marché du secteur concerné et au pays d’origine du demandeur. La HALDE estime que cette circulaire ouvre «la voie à la sélection des travailleurs sur des bases ethniques» et demande au ministère de tutelle d’apporter des précisions sur les modalités d’application de cette circulaire pour prévenir les abus.Une circulaire du ministère français de l'immigration datée du 20 décembre 2007 réglementant l’embauche des ...
Lire l'article
CAN 2012. Drogba et la Côte d’Ivoire assurent leur entrée face au Soudan (1-0)
Côte d’Ivoire : les rebelles réclament leur part du gâteau
Gabon: futur bureau de l’ONU pour prévenir les conflits en Afrique centrale
Politique / L’installation au Gabon d’un centre de prévention des conflits en Réflexion à Libreville
Sommet UA : L’urgence d’agir vite pour la paix dans les zones de conflits
Les Gabonais craignent des conflits post-électoraux
Gabon: L’UFPDG marche pour exprimer leur attachement à leur ” champion” Ali Bongo Ondimba
Prévenir les conflits sociaux au Gabon
Gabon: Le PREGESCO se veut un outil efficace de prévention des conflits dans la sous région
France : Des conditions sectorielles et ethniques à l’embauche des étrangers


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 8 Avr 2011
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*