Socialisez

FacebookTwitterRSS

Libye : la désillusion s’installe dans le camp des insurgés

Auteur/Source: · Date: 8 Avr 2011
Catégorie(s): Afrique

Funérailles de combattants tués par erreur dans une frappe de l’OTAN, qui a fait au moins cinq morts et plus de 20 blessés dans leurs rangs jeudi. Crédits photo : MAHMUD HAMS/AFP

À Benghazi, on commence à réaliser que le soutien de l’aviation occidentale n’est pas en mesure de renverser à lui seul le colonel Kadhafi qui s’accroche au pouvoir, à Tripoli.

On célébrait les derniers martyrs de la révolution libyenne, vendredi pendant la prière publique du vendredi à Benghazi. Des cercueils ont été amenés en véhicules sur la place remplie de fidèles devant l’hôtel de ville, sur le front de mer, nouveaux noms venus s’ajouter à ceux dont les portraits décorent les murs du tribunal sur cette place symbolique de la révolution libyenne. Mais ces dernières victimes n’étaient cette fois pas celles de la répression des troupes de Kadhafi, mais des combattants tués jeudi dans un bombardement de l’Otan.

Un avion a pris pour cible les chars déployés pour la première fois par les révolutionnaires face aux forces de Kadhafi qui tiennent toujours le terminal pétrolier de Brega, sur la route du golfe de Syrte, faisant entre quatre et six morts, selon des bilans difficiles à vérifier.

Cette nouvelle erreur, la troisième depuis le début des bombardements, n’est pas seulement un tir fratricide, méprise hélas classique dans n’importe quelle guerre. Elle illustre les limites de l’emploi de l’arme aérienne dans un affrontement confus entre des insurgés désorganisés et des forces loyalistes qui gardent l’ascendant moral et l’initiative. Mais aussi l’absence de communication entre les révolutionnaires et les forces de l’Otan.

Cette bavure est venue ajouter au sentiment de désillusion qui prévaut désormais à Benghazi, où l’on commence à réaliser que le soutien de l’aviation occidentale n’est pas en mesure de renverser à lui seul le colonel Kadhafi qui s’accroche au pouvoir, à Tripoli. Et que les forces révolutionnaires n’ont pas la capacité de reprendre leur avance vers l’ouest, voire de s’opposer à une nouvelle offensive des forces de Kadhafi sur Benghazi.

«On n’a plus le moral», dit M. Gibani, un Libyen exilé rentré de Los Angeles pour «soutenir la révolution». «Beaucoup de gens ont peur, et ont fait partir leur famille de Benghazi vers le nord, au cas où Kadhafi reviendrait. On ne sait pas ce qui va se passer.»

L’équipement ne fait pas une armée
Quelques signes indiquaient pourtant cette semaine que les révolutionnaires libyens avaient entrepris d’organiser un peu leurs forces. Des tanks, de vieux T-55 datant des années 1960 et des T-72 plus modernes capturés aux forces de Kadhafi et remis en service, avaient été transportés par semi-remorques jeudi matin sur la route de Brega. Des camions lance-roquettes avaient aussi été envoyés pour mener une contre-offensive sur cette bourgade reprise par Kadhafi la semaine dernière.

Mais l’équipement ne fait pas une armée, et la désorganisation plus difficile à pallier que les déficiences en armement. Le commandement de l’Otan n’avait pas été prévenu de l’arrivée des chars, jusqu’à présent seulement utilisés par les forces loyalistes, et la méprise, facile depuis les airs où rien ne ressemble plus à un char qu’un autre char, n’a pas tardé plus de quelques heures.

«Nous sommes dans une situation de guerre, et des erreurs comme celle-là arrivent», a déclaré le commandant militaire des forces révolutionnaires, Abdul Fattah Younès. «Nos forces se sont repliées sur des positions près d’Ajdabiya, où nous nous trouvons actuellement.»

À écouter le général, très sûr de lui dans son uniforme camouflé et ses épaulettes rouges, debout derrière son pupitre dans la salle de conférence de l’hôtel Aouzou à Benghazi, on penserait presque qu’il décrit des opérations militaires dont il a le contrôle. La situation sur le terrain est beaucoup plus confuse et inquiétante. Les quelques forces dont disposent les révolutionnaires continuent à se montrer incapables de tenir le terrain.

L’entrée d’Ajdabiya, presque vidée de ses habitants, n’est pas sérieusement défendue, et rien ne semble pouvoir arrêter les forces de Kadhafi, à une quarantaine de kilomètres à peine, de rouler à nouveau vers la ville. 


SUR LE MÊME SUJET
Libye: Bani Walid aux mains de pro-Kadhafi, 5 morts dans l’assaut
Il s'agit des violences les plus graves à Bani Walid depuis la "libération" en octobre 2011 de la Libye après huit mois d'un conflit meurtrier. La ville n'était tombée que quelques jours avant la mort dans la ville de Syrte de l'ancien dirigeant, capturé par les révolutionnaires ou thowars. Des partisans lourdement armés du régime libyen déchu de Mouammar Kadhafi ont pris lundi le contrôle de la ville symbolique de Bani Walid, tuant cinq ex-rebelles, au moment où les nouvelles autorités font face à la crise politique la plus grave depuis leur prise du pouvoir. Des fidèles au défunt colonel Kadhafi, armés ...
Lire l'article
Les services de renseignement britanniques ont permis pendant le conflit en Libye de déjouer une tentative des forces pro-Kadhafi de tuer des représentants occidentaux et d'attaquer le CNT, a déclaré le ministre des Affaires étrangères William Hague. Dans un discours, William Hague a affirmé que les services secrets avaient "efficacement soutenu" l'intervention militaire en Libye contre l'ancien dirigeant Mouammar Kadhafi. "Ils ont permis de sauver des vies. Par exemple le régime de Kadhafi a essayé d'attaquer le Conseil national de transition (CNT) à Benghazi et de tuer certains représentants occidentaux en Libye", a-t-il affirmé, sans plus de précision. "Les services ...
Lire l'article
Libye: les pro-CNT dans les bastions kadhafistes de Bani Walid et de Syrte
Le Conseil national de transition (CNT) a annoncé que ses forces étaient entrées vendredi à Bani Walid, à 170 km au sud-est de Tripoli, tandis que des combattants pro-CNT ont assuré avoir pris le contrôle de la moitié de Syrte, l'autre grand bastion pro-Kadhafi en Libye. "Les révolutionnaires sont entrés dans Bani Walid", a déclaré à l'AFP Mahmoud Chammam, porte-parole du CNT, qui a dit ne pas disposer de plus de détails, assurant cependant que "la situation sera réglée ce soir". En début d'après-midi, des combats se déroulaient sur le marché de la ville, selon un photographe de l'AFP sur place. Jeudi soir, ...
Lire l'article
Libye: violents combats dans les deux principaux bastions du régime déchu
Les forces des nouvelles autorités en Libye sont entrées vendredi dans l'oasis de Bani Walid et avançaient dans la ville de Syrte, où de violents combats se déroulaient pour la conquête de ces bastions du régime déchu de Mouammar Kadhafi. Au lendemain des visites en Libye des premiers leaders occidentaux depuis la chute du régime Kadhafi, le Français Nicolas Sarkozy et le Britannique David Cameron, c'est le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan qui a fait le déplacement vendredi pour saluer "la victoire" de la démocratie dans ce pays. "Les révolutionnaires sont entrés dans Bani Walid", située dans le désert à 170 ...
Lire l'article
Les autorités du Zimbabwe ont expulsé l'ambassadeur de Libye et son personnel diplomatique pour leur ralliement au Conseil national de transition (CNT) hostile au régime de Mouammar Kadhafi. «Le gouvernement zimbabwéen ne reconnaît pas le CNT en tant que gouvernement représentatif du peuple libyen», a déclaré ce mardi aux journalistes Simbarashe Mumbengegwi, ministre des Affaires étrangères. Le diplomate, Taher Elmagrahi, et le personnel de la mission libyenne disposent de 72 heures pour quitter Harare. Le président Robert Mugabe est un proche allié du Guide libyen déchu dont le pays fournit du pétrole au Zimbabwe enclavé. Le chef de la diplomatie du Zimbabwe ...
Lire l'article
Libye: Kadhafi lâché par Moscou, le conflit entre dans une nouvelle phase
Le conflit en Libye a connu vendredi un développement politique majeur, avec la décision de la Russie de lâcher Mouammar Kadhafi, et pourrait entrer dans "une nouvelle phase" militaire avec le déploiement d'hélicoptères d'attaque britanniques au côté des français. Sur le terrain, le régime libyen ne semblait pourtant prêt à aucune concession. L'Otan l'a accusé d'avoir posé "un champ de mines" autour de Misrata, une ville que Kadhafi cherche à reprendre. Ahmed Omar Bani, porte-parole militaire de la rébellion à Benghazi (est), a affirmé que les forces de Kadhafi avaient posé les mines juste avant de partir "quand elles ont senti qu'elles ...
Lire l'article
Les insurgés libyens annoncent avoir repris la ville disputée de Misrata
De Karin Laub et Maggie Michael, The Associated Press TRIPOLI, Libye — D'intenses combats avaient toujours lieu dans la ville libyenne de Misrata, faisant 24 tués samedi, alors que les forces de Mouammar Kadhafi cédaient davantage de terrain au sein de la troisième plus importante ville du pays. Les États-Unis ont indiqué que leur première attaque à l'aide d'un drone Predator dans le pays avait permis de détruire un lance-roquettes gouvernemental qui menaçait les habitants de cette ville de l'ouest libyen. Khaled Kaim, vice-ministre des Affaires étrangères de la Libye, a annoncé que les troupes avaient mis un terme aux opérations à Misrata, ...
Lire l'article
L'Union africaine a exhorté mardi à Addis Abeba les rebelles libyens à "pleinement coopérer" après leur rejet du cessez-le-feu proposé par l'organisation. Le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, a pour sa part affirmé mardi à Paris que l'Otan ne jouait "pas suffisamment" son rôle en Libye pour neutraliser les armes lourdes des forces de Mouammar Kadhafi et protéger les populations civiles, en particulier à Misrata. La rébellion libyenne a rejeté lundi à Benghazi le cessez-le-feu proposé par l'Union africaine (UA), pourtant accepté la veille par Mouammar Kadhafi, expliquant qu'elle refuserait toute médiation ne prévoyant pas un départ immédiat du dirigeant. "L'initiative ...
Lire l'article
Au moins trente insurgés libyens ont été tués samedi en repoussant une offensive gouvernementale contre Misrata, la troisième ville du pays à environ 200 km à l'est de la capitale Tripoli. L'Otan a mené plusieurs raids pour venir en aide aux rebelles assiégés par les soldats de Mouammar Kadhafi. Un responsable de l'Otan a annoncé dans la soirée que, vendredi et samedi matin, 15 chars des forces gouvernementales avaient été détruits dans ces attaques près de Misrata et deux autres au sud de Brega, sur le front oriental. C'est apparemment le bilan le plus lourd subi par les soldats de Kadhafi depuis ...
Lire l'article
Les forces régulières libyennes ont repris lundi Zouara, une des dernières villes de l'ouest du pays que tenaient les insurgés. A l'est, Ajdabiya se prépare à subir un assaut des forces de Mouammar Kadhafi. Des bombardements ont déjà visé la ville dans la matinée. Les rebelles en déroute depuis quelques jours, ont promis de défendre Ajdabiya, carrefour routier vital entre plusieurs villes de l'Est. Sur la route entre Ajdabiya et Benghazi, de nombreux civils fuyaient lundi à bord de camionnettes chargées de valises, de sacs et de matelas. Inquiétude à Benghazi Benghazi, fief de l'insurrection situé à 160 km au nord d'Ajdabiya, ...
Lire l'article
Libye: Bani Walid aux mains de pro-Kadhafi, 5 morts dans l’assaut
Libye: le renseignement efficace
Libye: les pro-CNT dans les bastions kadhafistes de Bani Walid et de Syrte
Libye: violents combats dans les deux principaux bastions du régime déchu
Zimbabwe: L’ambassadeur de Libye expulsé pour son ralliement aux insurgés
Libye: Kadhafi lâché par Moscou, le conflit entre dans une nouvelle phase
Les insurgés libyens annoncent avoir repris la ville disputée de Misrata
Libye: l’Union africaine demande aux rebelles de coopérer “pleinement”
Trente insurgés libyens tués dans les combats à Misrata
Libye: les pro-Kadhafi reprennent Zouara et marchent sur Benghazi


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 8 Avr 2011
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*