Socialisez

FacebookTwitterRSS

Communiqué du ministère de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur suite aux grèves dans le secteur

Auteur/Source: · Date: 11 Avr 2011
Catégorie(s): Education

« De façon intempestive, la vie du système éducatif gabonais est demeurée, durant les dix (10) à quinze (15) dernières années, rythmée par des grèves et des solutions approximatives dictées par des circonstances, mais dont nous pouvons tous constater que, tout cela a abouti à une très grave dégradation des infrastructures et équipements scolaires sur toute l’étendue du territoire national, ainsi qu’une baisse sans précédent du niveau et du rendement scolaires. En ce qui concerne, particulièrement nos bacheliers, pour les raisons indiquées ci-haut, rares sont ceux qui rentrent au Supérieur et qui accomplissent leur cycle universitaire sans être aux prises avec des pires difficultés d’adaptation ; ce qui compromet gravement leur réussite.

A cet titre, nos bacheliers, orientés dans les pays partenaires durant les cinq (05) à six (06) dernières années, ont eu beaucoup de mal à être inscrits sans un ensemble de tests préalables ou encore sont orientés dans des établissements supérieurs privés ; les Universités d’Etats des pays amis, n’étant plus suffisamment prédisposées à les accueillir.

Pour remédier à cette situation et permettre à notre système éducatif de retrouver sa crédibilité nationale et internationale, un ensemble de réformes sont envisagées et mises en œuvre depuis fin 2009 début 2010 ; réformes renforcées par les conclusions des Etats Généraux de l’Education, de la Recherche, et de la Formation, tenus à Libreville les 17 et 18 mai 2010.

Mais, force est de constater que certaines forces d’inertie, regroupées au sein de certains syndicats poursuivant des objectifs extra-professionnels, tentent à chaque fois, sans succès jusqu’à présent, de bloquer la mise en œuvre des réformes en cours.

C’est à cette fin, qu’en octobre 2009, les syndicats regroupés au sein de la CONASYSED, ont lancé un mot d’ordre de grève, qui a abouti au non paiement des salaires de certains enseignants qui les ont suivis, pour les mois d’octobre et novembre 2009. Mais comme le plus grand nombre d’enseignants a continué à exercer, avec conscience professionnelle, l’année scolaire 2009-2010, quoique perturbée, a été sauvée.

A la rentrée d’octobre 2010, les mêmes nostalgiques de l’ordre ancien et des déviances qui les nourrissaient à souhait, ont à nouveau tenté, mais en vain, d’appeler les enseignants du Pré-primaire, du Primaire et du Secondaire, à une grève.

Cette nouvelle tentative, quoique vaine, ayant été orchestrée en violation du statut général de la Fonction Publique et des textes qui régissent l’exercice du droit syndical dans un service public, ont donné lieu à la traduction, devant le Conseil de Discipline, des agents de l’Etat ayant ainsi gravement porté atteinte au principe fondamental de continuité du service public, du fait simplement de leur tentative hors la loi.

Le Conseil de Discipline, après audition des intéressés, a proposé à leur encontre, des sanctions extrêmes de licenciement. Mais, suite à la sollicitation de la Haute Chambre du Parlement, le Sénat, qui a souhaité une atténuation des sanctions, le Ministre en charge de l’Education Nationale a saisi, en date du 25 mars 2011, le Ministre en charge du Budget et de la Fonction Publique, pour que les sanctions à infliger à ces enseignants hors la loi, ainsi qu’à ceux du SECEG ne se limitent, pour la dernière fois, qu’à un blâme avec inscription au dossier assorti d’une mise en débet pour les quinze (15) jours de grève qu’ils avaient lancés.

Par ailleurs, le Ministre en charge de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, en synergie avec celui en charge du Budget et de la Fonction Publique, continuent à honorer les échéances de paiement de rappels, chaque trimestre, et poursuivent aussi bien les intégrations que la régularisation des situations administratives des Enseignants, des Chercheurs et d’autres personnels.

Dans ce registre, et après la séance de travail organisée conjointement par les deux Ministres, avec les syndicats de l’Enseignement Supérieur et les syndicats de l’Enseignement scolaire dont les membres n’étaient pas traduits en Conseil de Discipline, l’Education Nationale a saisi le Budget et la Fonction Publique par courrier en date du 16 mars 2011 pour communiquer la liste des responsables de l’Administration et des représentants des syndicats, aux fins du suivi des dossiers concernant l’ensemble des personnels du système éducatif national. Ces personnels enseignants, ainsi que d’appui multiforme, peuvent noter que la Prime d’Incitation à la Fonction Enseignante (PIFE) de l’année dernière leur a été payée au mois de mai 2010. La Prime d’Incitation à la Fonction Enseignante de 2011 (PIFE), sera payée au mois de mai prochain comme expliqué dans tous les bassins pédagogiques.

En 2010, et pour la première fois, les enseignants désignés pour organiser les examens et concours dans d’autres provinces, ont perçu des frais de mission en plus des vacations. Les arriérés des vacations 2009 que nous avons trouvés, ont été payés pour un montant de deux cent (200) millions de Francs CFA. Les vacations des examens et concours de 2010, ont été intégralement payées sans plus jamais accumuler des arriérés. Pour les vacations des examens et concours 2011, qui vont commencer au mois de mai, leur paiement se fera également avec la même célérité et la même transparence dans chaque Trésorerie Provinciale. Pour la première fois, la Journée de l’Enseignant a été organisée sur toute l’étendue du territoire national, en impliquant tous les Enseignants et Chercheurs ainsi que tous les personnels d’appui administratif, technique et logistique.

Devant tous ces efforts fournis par le Gouvernement, force est de constater, que les mêmes qui visent d’autres objectifs, ces quelques enseignants regroupés au sein de la CONASYSED, pour mieux faire diversion, essayent de distiller dans l’opinion, au moyen des tracts, des messages téléphoniques et de l’usage de l’internet, des rumeurs en tous genres, notamment en essayant de dévoyer la mesure prise pour garantir la réfection des salles de classe avant chaque rentrée scolaire, faisant croire que les inscriptions budgétaires à cet effet, d’un montant de cinq cent treize millions deux cent seize mille cent vingt (513.216.120) Francs CFA, pour tout le pays, seraient destinés à enrichir les Directeurs d’Académie Provinciales dont ils disent qu’ils seraient tous originaires d’un même groupe ethnique.

A cet effet, le Ministère fait la mise au point suivante :

1- Cette dotation est inscrite au Budget de l’Etat et répartie, province par province. Elle sera gérée par les différentes Trésoreries provinciales, conformément à la note circulaire prise à cet effet, dans le cadre d’un comité de gestion collégiale, pour éviter tout détournement et en choisissant librement une à trois entreprises installées dans chaque province, afin qu’à la rentrée prochaine, enseignants et élèves, trouvent les établissements attrayants comme ce fut le cas dans l’ancien temps.

2- Les Directeurs d’Académies provinciales sont au nombre de neuf (09) et sont choisis en raison d’un (01) originaire de chaque province, depuis toujours.

3- Sur 131 Chefs d’établissements d’enseignement secondaire, cette année, les nominations ont été effectuées sur la base d’une liste d’aptitude aux fonctions de Chef d’établissement selon trois critères : l’expertise, les capacités managériales, la citoyenneté civique, sociale et sociétale. Sur la base de ces critères scientifiques, sur cent trente et un (131) Proviseurs et Principaux, trente quatre (34) sont Fang, dix huit (18) sont Punu, treize (13) sont Nzébi, neuf (09) sont Eshira, sept (07) sont Myènè, six (06) sont Tsogho, quatre (04) sont Obamba, deux (02) sont Ndoumou, deux (02) sont Kota ; deux (02) sont Vili, un (01) Aduma, un (01) Awandji, un (01) Téké, un (01) Kaningui, un (01) Vungu, un (01) Kuélé, un (01) Lumbu, un (01) Okandè, un (01) Massango, un (01) Puvi (et les vingt quatre autres sont des expatriés Chefs d’établissements privés reconnus d’utilité publique).

4- Au niveau de l’Administration Centrale, sur neuf (09) Directeurs Généraux choisis en raison de leur expertise et de leur esprit civique ainsi que sur la base de leurs capacités managériales, et non pas sur des bases géopolitiques, il y a trois (03) Fang, un (01) Punu, un (01) Awandji, un (01) Obamba, un (01) Puvi, un (01) Vili et un (01) Nzébi.

L’application des critères scientifiques n’a marginalisé, ni favorisé un groupe ethnique comme cela s’est toujours passé durant ces dix (10) à quinze (15) dernières années.

En appelant à cette nouvelle grève, ces auteurs et instigateurs croient pouvoir perturber les examens de fin d’année. A cet effet, les Directeurs d’Académies Provinciales, les Chefs de Circonscriptions Scolaires, les Chefs de Bases Pédagogiques et les Chefs d’Etablissements, chacun en ce qui le concerne, et sous la supervision nationale de l’Inspection Générale des Services, sont chargés de poursuivre le processus engagé depuis toujours, d’identification des enseignants et d’autres personnels qui ne font pas preuve de ponctualité et d’assiduité et qui ne remplissent pas avec efficacité, soit leurs tâches pédagogiques, soit leurs tâches administratives, soit encore leurs tâches d’appui logistique ou technique.

A ce titre, les uns et les autres de ces responsables, sont instruits de renforcer ce contrôle à partir du lundi 11 Avril 2011 et de nous faire rapport, en fin de chaque journée, de la présence effective des personnels qui leur sont affectés ainsi que de l’effectivité de l’accomplissement de leurs tâches. Chaque Chef d’Etablissement et chaque Chef de Circonscription Scolaire, sous le contrôle des Directeurs d’Académies Provinciales, est instruit de proposer, parmi les enseignants et autres personnels, qui seront appelés à être enrôlés dans le processus de l’organisation des examens et concours, rien que ceux qui, durant l’année, auront, de façon avérée, fait preuve de ponctualité, d’assiduité et d’efficacité dans l’accomplissement des tâches pédagogiques ou autres, afin que les résultats desdits examens puissent refléter réellement le niveau de l’enseignement. La PIFE 2011 et celles futures, ne seront également payées qu’en proportion du nombre de jours de travail effectif.

Pour ce qui est de la grève lancée par le Syndicat National des Enseignants et Chercheurs (SNEC), le Ministère constate que la procédure a été respectée mais demande, dans ce cadre partenarial franc, que la circulaire d’application des modalités du service minimum soit respectée pour ne pas tomber dans l’illégalité et notamment en faisant poursuivre les examens, en cours, dans chaque Faculté ou dans chaque Grande Ecole.

Enfin, dans tous les cas, la Commission Administrative Paritaire prévue pour le Statut Général de la Fonction Publique, et organisée par l’Arrêté de Monsieur le Premier Ministre pris en février 2010, reste le cadre de dialogue et de consultation avec les partenaires sociaux ainsi que les audiences éventuelles auxquelles nous sommes toujours ouverts.

Je vous remercie. »


SUR LE MÊME SUJET
Le ministre Gabonais en charge de l’Education nationale, Séraphin Moundounga a interpellé, via un communiqué parvenu ce lundi à GABONEWS, les syndicats de l’Education nationale et ceux de l’enseignement supérieur sur le respect des closes de partenariat en période de grève, notamment en ce qui concerne le service minimum, fustigeant du coup le comportement des syndicats qui se serviraient des mouvements d’humeur pour semer la diversion. L’objet de ce communiqué fait suite à l’entrée en grève respective de la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (CONASYSED) et du syndicat national des enseignants et chercheurs (SNEC) qui revendiquent globalement ...
Lire l'article
Les ingénieurs agronomes de la 7e promotion de l’institut national supérieur d’agronomie et de biotechnologies (INSAB) ont soutenu lundi et mardi leurs thèse de mémoire de fin de cycle à Franceville, a constaté sur place un journaliste de l’AGP. 9 d’entre eux ont soutenu leur mémoire en production végétale et 6 en production animale. Les thèmes de cette soutenance ont un lien avec le développement de la banane, du manioc, du café, de l’hévéa, mais aussi de l’élevage de cobaye et des brebis… aussi bien au Gabon que dans les pays de la sous-région d’Afrique Centrale. Les 14 ingénieurs constituent une aubaine ...
Lire l'article
La mise sur bons de caisse des agents du secteur Education d’octobre à janvier dernier à permis au ministère de la Fonction publique de faire le ménage dans ce département qui comptaient plus de 200 postes budgétaires fictifs. Les économies réalisées et les postes budgétaires dégagés devraient permettre aux autorités de satisfaire les revendications pressantes des enseignants dont les mouvements de grève perturbent gravement le système scolaire national depuis la rentrée 2008. Décriée par de nombreux enseignants comme une brimade supplémentaire de la tutelle, la mise sur bons de caisse des agents du secteur Education aura tout ...
Lire l'article
Les enseignants gabonais du secteur public, en grève depuis le 6 octobre dernier pour des revendications notamment financières, ont suspendu mercredi à Libreville leur mouvement de grève. '' Les enseignants ont décidé unanimement de suspendre le mouvement. Ça veut donc dire que nous suivrons attentivement l'application du protocole d'accord à travers la mise en place du comité de suivi'', a déclaré Alain Mouangouadi, modérateur de la Conasysed. ''Demain (jeudi), les enseignants vont se retrouver dans leurs salles de classe, mais nous suivrons les négociations attentivement'', a insisté M. Mouangouadi. Fin février et le 26 mai, les syndicats feront le point si les ...
Lire l'article
La rentrée académique 2008-2009 a été effective lundi à l’Université Omar Bongo (UOB) où le corps administratif, les enseignants et les étudiants ont pris d’assaut leurs bureaux et les amphithéâtres. Les étudiants, venus nombreux pour cette première journée, étaient agglutinés devant les bureaux des Chefs de Département que ce soit de la Faculté des lettres et sciences humaines (FLSH) ou la Faculté de droit et de sciences économiques (FDSE), à la recherche des emplois du temps. Pour Glawdis Akangouane, 23 ans, nouvelle étudiante au Département de sociologie, « avant de prendre le chemin des amphis, il est nécessaire de s’informer sur ...
Lire l'article
Une campagne d’information et d’orientation est organisée depuis le 29 septembre dernier, jusqu’à ce jour à l’Université Omar Bongo (UOB), par le secrétariat général de ladite institution, en vue de réguler les flux d’effectif tant décrier dans cette académie. En prélude aux inscriptions, le secrétariat général à travers le service d’orientation de la scolarité de l’Université Omar Bongo a lancé une campagne d’information et d’orientation à l’endroit des nouveaux bacheliers qui s’est achevé ce lundi. A travers cette campagne, « une semaine durant, nous avons distribué, les dépliants, et autres éléments d’explication sur les filières que proposent la Faculté des lettres et ...
Lire l'article
Le ministre de l'Enseignement supérieur, Dieudonné Pambo, a récemment signé avec le président de la Conférence épiscopale du Gabon, monseigneur Timothée Modibo Nzockena, une convention de partenariat visant à impliquer l'Eglise catholique dans le renforcement des capacités de l'enseignement supérieur et de la recherche. Le 26 juin dernier, le chef de l’Eglise catholique avait annoncé ses ambitions de sceller des accords avec le gouvernement gabonais pour le soutien et le renforcement du secteur de l’enseignement. Dans la lignée de l'accord cadre conclu le 12 décembre 1997 portant définition et délimitation des relations et de la collaboration entre le Gabon et ...
Lire l'article
Le Cercle de réflexion des étudiants en droit (CRED) de l’Université Omar Bongo a organisé, samedi sur l’esplanade de l’amphithéâtre Isaac Nguéma, une foire des métiers du droit dont l’objectif, selon les organisateurs, est d’informer les étudiants et les élèves des classes de 1ère et de Terminale sur les différents débouchés auxquels ouvrent les études de droit et, éventuellement, susciter des vocations. Ainsi, ont été organisées des conférences-débats, des stands d’exposition ont également été montés et où des magistrats, des avocats, des huissiers, des notaires, des enseignants-chercheurs…sont venus nombreux «vendre » leurs métiers respectifs.
Lire l'article
Après 24 heures de débrayage, les enseignants de l’Université Omar Bongo, membres du syndicat des enseignants et chercheurs du Gabon (SNEC), ont décidé de la suspension de leur mouvement de grève suite aux « fermes engagements » pris par les autorités rectorales pour régler, dans les meilleurs délais, les honoraires professionnels et les primes d’incitation à la recherche (PIR), a constaté GABONEWS. Selon le communiqué signé du président de ce syndicat, les activités académiques et de recherche devraient, en principe, reprendre depuis mercredi. En rappel, exigeant le paiement et plus de transparence dans la gestion de ces différentes primes, ces ...
Lire l'article
Gabon: Enseignement supérieur: Suspension des cours à l’Université Omar Bongo de Libreville
Les enseignants de l’Université Omar Bongo (UOB) de Libreville, réunis au sein du Syndicat des enseignants et chercheurs du Gabon (SNEC), qui réclament le paiement régulier de leurs frais de vacation et une gestion décentralisée, transparente et concertée des budgets alloués à cet effet par l’Etat aux différentes universités, ont décidé d’une suspension des cours qui a pris effet mardi, constaté GABONEWS. Ils exigent, en effet, que, comme cela se fait à l’Université des sciences et techniques de Masuku (USTM), la gestion de cet argent ne soit plus dévolue au rectorat, mais plutôt à une Commission paritaire enseignant-décanat afin ...
Lire l'article
Education / Le ministre de l’Education nationale dénonce les mouvements de grèves utilisés par les syndicalistes pour semer la diversion
Enseignement supérieur: La 7e promotion des ingénieurs agronomes de l’INSAB soutient à Franceville
Gabon : Louembé débusque les fantômes du secteur Education
Education : Les enseignants du secteur public suspendent leur grève
Gabon: Enseignement Supérieur: rentrée académique effective à l’UOB
Gabon: Enseignement supérieur: campagne d’information et d’orientation à l’UOB
Gabon : Enseignement supérieur et Eglise catholique main dans la main
Gabon: Enseignement supérieur/ Foire des métiers du droit à l’université Omar Bongo
Gabon: Enseignement supérieur : Après 24 heures, les enseignants de l’UOB suspendent leur mouvement de grève
Gabon: Enseignement supérieur: Suspension des cours à l’Université Omar Bongo de Libreville

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 11 Avr 2011
Catégorie(s): Education
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*