Socialisez

FacebookTwitterRSS

Analyse: La jurisprudence Gbagbo, fragile espoir pour la démocratie africaine

Auteur/Source: · Date: 27 Avr 2011
Catégorie(s): Afrique

L’argument était fort avant les événements d’Abidjan. Il le reste : le maintien au pouvoir de Laurent Gbagbo, vaincu de l’élection présidentielle ivoirienne de novembre 2010, aurait sonné le glas de la démocratie en Afrique. Si le perdant d’un scrutin (dont il avait négocié les règles pendant des années avant de les accepter) peut demeurer dans son palais comme si de rien n’était, à quoi bon organiser des élections ? Or, il se trouve que pas moins de dix-huit scrutins présidentiels sont programmés sur le continent pour la seule année 2011. La chute de M. Gbagbo, par son caractère emblématique, redonne crédibilité à l’idée selon laquelle les Africains, comme les autres peuples de la planète, ont le droit de choisir leur dirigeant et leurs représentants.

L’arrestation de l’ancien président ivoirien est pourtant loin de garantir une éclosion démocratique. Il se trouve en effet que de nombreux palais africains sont occupés par des perdants à des élections présidentielles. Des perdants qu’aucune résolution des Nations unies n’a jamais condamnés ; des usurpateurs dont la France, loin d’être allée les déloger manu militari comme M. Gbagbo, a salué l’élection, la réélection, voire la ré-ré-réélection.

En janvier, le général François Bozizé a ainsi été réélu président de la République centrafricaine avec plus de 66 % des voix, lors d’une élection dont les observateurs de l’Union européenne (UE) ont dénoncé les “multiples carences, dysfonctionnements et irrégularités”. Le 13 février, le parti du colonel et président tchadien Idriss Déby a remporté 113 des 188 sièges du Parlement de N’Djamena lors d’un vote si calamiteux que le rapport des observateurs européens n’a pas été publié, afin, dit-on à Bruxelles, de… “ne pas parasiter” l’élection du 25 avril qui devrait plébisciter le président au pouvoir depuis plus de vingt ans.

De Djibouti au Togo et du Burkina Faso au Gabon, des présidences sont peuplées de “Gbagbo”, sur lesquels la communauté internationale ferme les yeux, par lâcheté, intérêt, ou les deux. Pareille contradiction produit des effets doublement dévastateurs : non seulement elle donne des arguments aux partisans de M. Gbagbo qui tentent de le présenter comme un résistant victime de l’ancien colonisateur (alors qu’il a confié les concessions ivoiriennes les plus juteuses à Bolloré, Bouygues ou Orange), mais elle mine aussi l’idée démocratique dans les autres pays où le résultat électoral proclamé contredit la volonté populaire, nourrissant la colère contre la France, éternelle faiseuse de rois.

Des plus humbles aux plus éduqués des Africains, monte ainsi le sentiment qu’il existe “deux poids, deux mesures”, autrement dit une injustice, perpétuée par ceux-là mêmes – les Occidentaux – qui se présentent comme des parangons de vertu démocratique.

Or, un demi-siècle après les indépendances, les Africains abordent probablement une troisième phase de leur développement démocratique. Avec la fin de la guerre froide qui enchaînait chaque Etat africain à l’un des camps, la décennie 1990 avait sonné le glas des partis uniques, au prix de mobilisations populaires parfois réprimées dans le sang.

Souvent, cette première révolution n’a été que cosmétique et bien des potentats ont prolongé leur bail au prix d’un simple ravalement aux couleurs d’un multipartisme de façade. Mais cette époque est révolue. De véritables alternances démocratiques ont eu lieu comme au Sénégal, au Ghana ou au Bénin, et l’idée que les électeurs, et pas seulement la mort, peuvent interrompre l’exercice du pouvoir s’est imposée. Comme l’écrit l’africaniste Jean-François Bayart, “si les lignes de l’inégalité sociale” n’ont pas été modifiées en profondeur, les “conditions de l’exercice du pouvoir” ont été transformées : le multipartisme – dont Jacques Chirac parlait en 1990 à Abidjan comme d'”une sorte de luxe” pour les Africains – s’est banalisé, tout comme la liberté d’association et celle de la presse.

Mieux informés, plus expérimentés, les Africains sont devenus plus exigeants. Non seulement à l’égard de leurs dirigeants, dont les frasques et les privilèges sont vécus comme insupportables, sentiment que les révoltes arabes exacerbent. Non seulement à l’égard des bailleurs de fonds, dont les petits calculs et les grandes ingérences sont dénoncés. Mais aussi à l’égard de l’idée démocratique elle-même.

Alors que les Occidentaux ont tendance à penser qu’une élection sans trop de violences physiques et techniquement réussie suffit à faire souffler le grand vent de la “bonne gouvernance”, la réalité – en République démocratique du Congo par exemple – se charge de multiplier les cas de dérive autoritaire et prédatrice suivant un “beau scrutin”. Pas plus qu’en Europe autrefois la démocratie n’a été livrée en kit, comme un acquis définitif. Elle suppose un niveau d’éducation, une sécurité alimentaire et une sécurité tout court, que les Africains conquièrent progressivement, avec des à-coups dont la bataille d’Abidjan est le dernier épisode sanglant. Aux Africains de se l’approprier. Aux Occidentaux et en particulier à la France de mettre sa politique en accord avec son discours universaliste.

bernard@lemonde.fr
Philippe Bernard (Service International)
 


SUR LE MÊME SUJET
Membre de la société civile gabonaise, Georges Mpaga revient de Dakar (Sénégal) où il a dernièrement pris part à des assises portant sur le processus de ratification de la Charte Africaine sur la Démocratie. Il en livre sa réflexion à travers le texte ci-après. La Charte Africaine pour la démocratie est une vision d’avenir pour régler de façon durable la crise profonde de la légitimité au pouvoir, des élections truquées, des présidences à vie, des successions héréditaire et de la corruption. Assurément Elle est une chance historique que les démocrates africains se doivent de saisir car le redressement démocratique ...
Lire l'article
Ouattara en appelle à la CPI pour juger Laurent Gbagbo
INFO LE FIGARO - Le nouveau président ivoirien a écrit à la Cour pénale internationale pour lui demander d'enquêter sur les massacres. Que faire de Laurent Gbagbo, assigné à résidence dans le nord de la Côte d'Ivoire depuis son arrestation, le 11 avril dernier ? Alassane Ouattara a tranché en décidant de soumettre son ancien rival à la justice internationale. Le nouveau président ivoirien, qui sera investi samedi prochain, a écrit le 3 mai dernier en ce sens au procureur de la Cour pénale internationale (CPI). Dans sa lettre, dont Le Figaro a pu prendre connaissance, il demande à Luis Moreno ...
Lire l'article
● Dans une interview exclusive sur RFI, le président sortant de Côte d'Ivoire reconnaît que son armée a été en grande partie détruite mais il refuse pour le moment de parler de reddition ● Laurent Gbagbo rejette la demande de Paris de reconnaître la victoire d’Alassane Ouattara ● «Pas encore de reddition » du président sortant ivoirien, affirme la présidence française, mais «des tractations» ● Paris exige que Gbagbo signe un document de renonciation au pouvoir ● «Deux généraux proches de Gbagbo négocient une reddition», déclare François Fillon. ● Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a déclaré ce ...
Lire l'article
Gbagbo négocierait “pour se rendre”
EN DIRECT - Suivez avec Europe1.fr les événements en Côte d'Ivoire. Les forces d'Alassane Ouattara, qui disent avoir lancé leur "assaut final" à Abidjan, ont annoncé lundi la prise de la résidence du président ivoirien sortant Laurent Gbagbo, dont les derniers bastions ont été bombardés par des hélicoptères des forces françaises et de l'Onu. Le président Barack Obama a exhorté le président ivoirien sortant à respecter la volonté de ses compatriotes et à "cesser de revendiquer la présidence", a indiqué la Maison Blanche. Cet article est actualisé régulièrement. Rechargez cette page pour obtenir les dernières infos. 08h44 : Gbagbo serait ...
Lire l'article
Le temps est compté pour Laurent Gbagbo, selon Washington
Le temps est compté pour le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo dont la position est considérablement affaiblie et qui devrait céder le pouvoir maintenant afin d'éviter des violences supplémentaires, ont averti jeudi les Etats-Unis. "Il est absolument clair qu'il est dans une position fortement affaiblie après avoir perdu la plus grande partie du territoire qu'il tenait dans le sud et avec les défections dans les rangs" de son armée, a déclaré le secrétaire d'Etat adjoint Johnnie Carson. "Il reste une possibilité pour Gbagbo de s'effacer de manière à prévenir une effusion de sang. Nous espérons qu'il verra et saisira cette occasion de ...
Lire l'article
Les trois chefs d'Etat ouest-africains envoyés à Abidjan pour demander à Laurent Gbagbo de quitter le pouvoir, ont entamé mardi leur entretien avec lui peu avant 14H00 au palais présidentiel. Les présidents béninois Boni Yayi, sierra-léonais Ernest Koroma et capverdien Pedro Pires, sont arrivés dans des voitures séparées qui se suivaient au palais présidentiel du Plateau, quartier administratif d'Abidjan. Laurent Gbagbo les attendait à la sortie de leurs véhicules et a donné l'accolade à chacun d'eux, avant de les faire entrer dans un salon de la présidence. Les trois émissaires venaient de rencontrer Choï Young-jin, patron de l'Opération des Nations unies en Côte ...
Lire l'article
L'avion de Laurent Gbagbo a été immobilisé sur l'aéroport de Bâle-Mulhouse à la demande des "autorités légitimes" de Côte d'Ivoire, a-t-on appris, dimanche, auprès du ministère français des Affaires étrangères. Le porte-parole du ministère, Bernard Valero, a déclaré : "Les autorités légitimes de Côte d'Ivoire nous ont demandé l'immobilisation de l'appareil, c'est précisément ce que nous avons fait en réponse à cette requête." Le président sortant Laurent Gbagbo, qui n'est pas à bord de l'appareil immobilisé, est sous la menace d'un recours à la force de la part des chefs d'État ouest-africains qui lui demandent de démissionner après l'élection contestée ...
Lire l'article
La demande par Laurent Gbagbo du départ de la mission onusienne et de la force française Licorne est "ridicule" car Laurent Gbagbo "n'est plus président", a affirmé ce soir Guillaume Soro, premier ministre d'Alassane Ouattara, l'autre président proclamé de Côte d'Ivoire. "Cette décision ne peut pas être (appliquée) puisque M. Gbagbo n'est plus président", a déclaré Guillaume Soro. "Nous trouvons tout à fait ridicule et ubuesque cette démarche d'un président vaincu". "Tout le monde sait que M. Gbagbo n'a aucune qualité pour prétendre demander le départ de la force Licorne et de la force onusienne", l'Onuci, a-t-il insisté. Guillaume Soro a souhaité ...
Lire l'article
Face au tollé provoqué par la suppression en cascade de milliers de bourses aux étudiants gabonais, la Commission des finances de l’Assemblée nationale a auditionné le 28 septembre le ministre de l’Economie, Magloire Ngambia, sur la légalité de ces décisions. Le ministre a promis que «les bourses supprimées seront suspendues pour permettre aux étudiants de remplir les conditions exigées. Le tout dans le strict respect de la réglementation en vigueur». Les étudiants gabonais dont les bourses d’études ont été gelées ou supprimées lors des commissions de la Direction générale des bourses et stages (DGBS), peuvent entrevoir une lueur ...
Lire l'article
Le Président Laurent Gbagbo ne veut plus d`Accords de défense loufoques entre les pays occidentaux et ceux de l`Afrique. Il l`a vivement dit dans l`interview qu`il a accordée aux journalistes dans le cadre de l`émission, "le plateau de l`intégration". Le Président Laurent Gbagbo a profité de l`occasion offerte par l’émission Plateau de l’intégration africaine pour donner son point de vue sur la place de l`Afrique dans le concert des continents. Surtout en matière de défense. S`appuyant sur les Accords de défense signés dans les années 1960 entre la France et certains pays de l`Afrique de l`Ouest, le chef de l`Etat ivoirien ...
Lire l'article
Gabon : Georges Mpaga et la Charte Africaine pour la démocratie
Ouattara en appelle à la CPI pour juger Laurent Gbagbo
Laurent Gbagbo sur RFI : «On n’est pas au stade des négociations»
Gbagbo négocierait “pour se rendre”
Le temps est compté pour Laurent Gbagbo, selon Washington
Côte d’Ivoire: début des entretiens entre Gbagbo et les émissaires africains
L’avion de Laurent Gbagbo bloqué dans un aéroport franco-suisse à la demande de Ouattara
Côte d’Ivoire: Gbagbo “ridicule” (Soro)
Gabon : Un espoir pour les boursiers gabonais
Le Président Gbagbo à la France: “Sortons des relations hypocrites”/ Gbagbo à ses pairs africains – “Il faut sortir des slogans, pour avancer”


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 27 Avr 2011
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*