Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Suspicions autour des milliards de la biométrie

Auteur/Source: · Date: 2 Mai 2011
Catégorie(s): Politique

Le coût de l’acquisition de la biométrie annoncé le 28 avril dernier lors d’une concertation de la classe politique gabonais à ce sujet, suscite des interrogations et des soupçons de concussion auprès de certains acteurs et observateurs de la scène politique gabonaise. Mais personne ne veut jeter le pavé dans la mare à visage découvert. Synthèse et caricature de ce qui se murmure à ce sujet.

Le coût total de l’opération a été donné par l’hebdomadaire “La Griffe” qui a titré : «Une biométrie à 100 milliards». Et ce satirique de s’offusquer de ce qu’aucun des 30 partis politiques invités le 28 avril à la Cité de la Démocratie à Libreville, ne se soit étonné de la «montée en flèche de ce chiffre» qui était de 30 milliards de francs CFA en 2007 alors qu’André Mba Obame était ministre de l’Intérieur.

La facture de Morpho-Safran au Gabon

Les remarques de “La Griffe” font suite à la concertation dernièrement organisée par le président Ali Bongo avec la classe politique gabonaise et la société civile au sujet de l’utilisation de la biométrie lors des prochaines législatives. La rencontre a été l’occasion pour le directeur des programmes zone Afrique-Asie de la société française Morpho (groupe Sagem/Safran), spécialiste des solutions techniques de sécurité et des systèmes de reconnaissance automatiques d’empreintes digitales ou de visages, et pour le ministre gabonais de l’Intérieur, Jean-François Ndongou, d’édifier les invités sur la faisabilité, les coûts et les différentes hypothèses de calendrier électoral consécutives aux dépenses à engager pour l’obtention de la biométrie.

Il en ressort que l’opération dite “express”, s’étalant sur cinq mois, se chiffrerait à 30 milliards de francs CFA. Morpho-Safran empochant au passage 24 milliards de francs CFA pour sa prestation, l’opération reviendrait à 54 milliards de FCFA. L’opération standard, quant à elle, dure 13 mois et se facture à près de 100 millions. A l’unanimité, les acteurs de la concertation sur la biométrie ont reconnu que cette somme est trop élevée et non prévue dans la loi des finances 2011.

Le contre-exemple ivoirien

Au terme de cette rencontre autour du président Ali Bongo, des voix off ont commencé à se montrer méfiantes avec ce marché confié à la société Morpho dans des conditions qui restent à déterminer. Persuadés qu’un appel d’offres international aurait débouché sur des coûts moins élevés, les plus informés, on rappelé qu’en 2007 la facture pro format de cette opération était de 30 milliards de francs CFA et qu’en avril 2008, Sagem Sécurité, filiale de Safran, avait facturé 66,7 milliards de francs CFA à la Côte d’Ivoire pour émettre, en sept mois de travail, 11 millions de cartes d’identité à puce hautement sécurisées et 9 millions de cartes d’électeur dans un pays de 21 millions d’âmes.

Branche du groupe Safran, Sagem Sécurité a modifié son nom en avril 2010 pour devenir Morpho. Avant ce changement de nom, en Côte d’Ivoire on qualifiait de «deal fumeux» le contrat que cette entreprise avait remporté face à six concurrents. On parlait alors d’une commission de dix milliards de francs CFA versée au Premier ministre Guillaume Soro et à Désiré Tagro, alors ministre ivoirien de l’Intérieur. Il se racontait alors que la facture de Sagem Sécurité avait atteint le montant de 66,7 milliards de francs CFA à cause des pots-de-vin réclamés par les parties qui avaient œuvré pour la désignation de Sagem. Cette entreprise a donc des antécédents en Afrique en matière d’obtention des marchés publics.

Le questionnement gabonais en off

Ainsi, face à la facturation au Gabon des prestations de Morpho, l’hebdomadaire “La Griffe” s’est étonné de ce que l’ACR, dont le leader Pierre Mamboundou est réputé tatillon et méticuleux, se soit «comporté comme de nouveaux élèves, à leur premier jour de classe». Dans les faits, des avis dissonants ont été recueillis après la rencontre du 28 avril. Mais, ils n’ont été livrés qu’en requérant l’anonymat. Ces avis discordants portent sur le non-respect du Code des marchés public qui oblige à un appel d’offres pour un tel montant. Ils s’interrogent sur les modalités et conditions du choix de la société française Morpho. Et, nombreux pensent, toujours en off, que le ministre de l’Intérieur et le Premier ministre devraient s’expliquer sur ce choix.

Un Internaute gabonais connu pour sa perspicacité n’a pas manqué d’écrire sur le “forum” de Gaboneco : «On ne peut qu’être étonné du choix fait sur la Sagem, quand on sait les méfaits (doublons, électeurs bidons, etc.) dont elle a truffé la liste électorale ivoirienne… et aussi le cout exorbitant des prestations qu’elle y a facturées!» (sic) avant de conclure : «Il serait bon de lancer un appel d’offres internationales… et on verra le devis être réduit de ses 2 tiers». N’assiste-t-on pas là à un remake de ce que les Ivoiriens avaient nommé chez eux “l’affaire Tagro-Sagem” ?


SUR LE MÊME SUJET
Gabon : Confirmation de la tenue des législatives en 2011… sans biométrie
La Cour constitutionnelle a rendu son verdict quant à sa saisine, le 16 mai dernier, par le Premier ministre sollicitant le report de l’élection législative de 2011. Elle n’a trouvé aucun "cas de force majeure" et a mis en exergue l’inexistence de textes réglementant l’utilisation de la biométrie au Gabon. Les élections législatives auront donc bien lieu entre le 25 juillet et le 24 décembre 2011. Le report des élections législatives, de 2011 à 2012, tel qu’envisagé par une bonne partie de la classe politique gabonaise, n’a pas été validé par la Cour constitutionnelle. Le 3 juin dernier, Marie Madeleine Mborantsuo, ...
Lire l'article
Le président gabonais Ali Bongo Ondimba a invité jeudi l'opposition et la société civile à un débat sur la biométrie, proposant de décider ensemble de son utilisation lors d'une grande réunion à la Cité de la Démocratie à Libreville. Le président gabonais a notamment émis l'idée de décaler les législatives qui doivent se tenir 2011 en 2011 à une date restant à fixer selon les délais légaux. Si un des principaux opposants historiques Pierre Mamboundou, de l'Union du Peuple gabonais (UPG) ainsi que de plusieurs autres figures étaient présents, aucun représentant du parti dissous l'Union nationale (UN) du président autoproclamé André Mba ...
Lire l'article
Vraisemblablement étonné de l’exposé et de la facturation de la société Morpho, concernant la mise en en place de la biométrie pour les prochaines législatives, le Collectif des organisations de la société civile gabonaise, précédemment auteur d’un "Mémorandum sur la situation sociopolitique au Gabon", a publié un communiqué de presse à travers lequel il suggère le lancement d’un appel d’offre international et la mise en place d’une commission (opposition, majorité et société civile) chargée de la rédaction des termes de référence. Ci-après, l’intégralité dudit communiqué presse. Communiqué de Presse du Collectif des Organisations de la Société Civile relatif à l’introduction ...
Lire l'article
Le président Ali Bongo a invité, le 28 avril, la classe politique gabonaise et la société civile à un débat sur l’utilisation de la biométrie lors des prochaines législatives. Au terme des exposés qui ont établi les coûts et mis en contrepoids l’organisation en janvier prochain de la coupe d’Afrique des nations (CAN), un dilemme se pose, à propos duquel il s’agit désormais de décider ensemble de l’utilisation de la biométrie ou du report des législatives. Un autre rendez-vous à ce sujet est prévu le 9 mai. En vue de donner une suite aux différentes revendications de l’opposition au sujet ...
Lire l'article
Selon la Banque des Etats de l’Afrique Centrale, (BEAC) le Gabon a, pour le compte de l’exercice de l’année 2010, réalisé 1.703, 6 milliards de francs CFA de recettes publique. Justifiant ces statistiques, la BEAC soutien que cette performance est tirée par le niveau d’encaissement des recettes pétrolières en hausse de 38%. Il ressort aussi que le pétrole a permis de réaliser 982,1milliards de francs CFA tandis que les recettes hors-pétrole s’élèvent à 721,5 milliards de francs CFA. Les dépenses, quant à elles, s’élèvent à 1511,7 milliards de francs CFA, selon des statistiques de la BEAC de fin novembre 2010. L’exécution du budget de ...
Lire l'article
La Société d'exploitation du Transgabonais (SETRAG) va acquérir, en 2011, six nouvelles locomotives et une rame supplémentaire de voiture pour les voyageurs pour un investissement de 15 milliards de francs CFA, a annoncé dimanche la direction générale. En 2010, l'investissement prévisionnel est de 12,26 milliards de francs CFA avec un chiffre d'affaires de 35,92 milliards de FCFA. A ce jour, le parc de la SETRAG est composé de 14 locomotives de marchandises et de voyageurs et d'environ 640 wagons. Depuis la date de mise en concession, en 2005, la SETRAG a investi plus de 60 milliards de francs CFA La SETRAG est une société ...
Lire l'article
Le budget de l’exercice 2010, établi en recettes et en dépenses à hauteur de 2.096 milliards francs CFA, a été approuvé, en séance plénière par les Sénateurs, à Libreville et enregistre une hausse de 554,4 milliards de francs CFA par rapport à l’exercice précédent qui était de 1541,6 milliards de francs cfa. Cette année, on note une contraction du budget de fonctionnement de 29,39 milliards de francs CFA, liée principalement à une réduction de 36,97 milliards de fracs CFA des dépenses des biens et services. Aussi, dans l’exercice 2010, les dépenses hors amortissement de la dette s’évalueraient-elles à 1.775 milliards ...
Lire l'article
Les traitements et salaires atteindraient 370 milliards contre 336 milliards de francs CFA pour l’année 2009, soit une augmentation de 34 milliards de francs CFA liée entre autres à l’attribution d’une prime d’incitation au personnel enseignant de l’Education nationale pour un montant de 16 milliards de francs CFA, a rapporté ce jeudi à Libreville, le Porte-parole du gouvernement, René Ndémezo’Obiang, à l’issue du Conseil des ministres. Outre cette augmentation liée à l’attribution d’une prime d’incitation au personnel enseignant de l’éducation nationale, le Porte-parole du gouvernement note également que l’augmentation de l’allocation de rentrée scolaire, dont le coût global est évalué ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais a annoncé mardi soir à l'issue du conseil des ministres, que la masse salariale 2009 a été fixée à 336 de francs CFA contre 312,2 milliards en 2008. Cette augmentation s'expliquerait essentiellement par le renforcement des capacités en ressources humaines du fait de l'harmonisation et de l'élargissement de la taille de l'administration. Les dépenses relatives aux biens et service, arrêtées à 185 milliards de francs CFA en 2008 connaissent une hausse de 23,7 milliards de francs CFA pour s'établir à 212,8 milliards de francs CFA. Cette majoration permettrait de financer de nouveaux lycées, des collèges d'enseignement secondaire ...
Lire l'article
Le porte parole du gouvernement, René Ndemezo'Obiang, a annoncé mardi à Libreville, dans un communiqué à l'issue du Conseil des ministres la hausse du budget 2009 qui est passé à 2.485,5 milliards contre 1.798,1 milliards en 2008. Cette amélioration résulterait de l'augmentation conjuguée de 597,5 milliards de francs CFA des recettes pétrolières et de 87,3 milliards de francs CFA des recettes hors pétrole. Selon le communiqué gouvernemental, les recettes pétrolières, évaluées à 1.621,4 milliards de francs CFA seraient en hausse de 597,5 milliards de francs CFA par rapport au niveau arrêté dans la loi de finances 2008.
Lire l'article
Gabon : Confirmation de la tenue des législatives en 2011… sans biométrie
Gabon: le président Bongo lance un débat sur la biométrie
Gabon : La société civile suggère un appel d’offres sur la biométrie
Gabon : Le grand dilemme entre la biométrie et la CAN 2012
Economie / 1.700 milliards de francs CFA de recettes publiques en 2010 au Gabon
15 milliards de FCFA d’investissement dans le Transgabonais en 2011
Le budget de l’exercice 2010 voté à hauteur de 2.096 milliards de francs CFA par les Sénateurs
Gabon: Les traitements et salaires atteindraient 370 milliards contre 336 milliards francs CFA pour l’année 2009
Gabon: La masse salariale de 2009 plafonnée à 336 milliards contre 312,3 milliards de FCFA en 2008
Gabon: Le budget 2009 en hausse de 687,4 milliards de FCFA

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 2 Mai 2011
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*