Socialisez

FacebookTwitterRSS

Massacres en Côte d’Ivoire: la CPI compte ouvrir prochainement une enquête

Auteur/Source: · Date: 3 Mai 2011
Catégorie(s): Afrique

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, a indiqué mardi dans un entretien à l’AFP que ses services préparaient une demande au tribunal pour ouvrir une enquête en Côte d’Ivoire concernant des massacres.

“C’est la première étape”, a-t-il expliqué. “Après cela, nous pourrons entamer des enquêtes”.

M. Moreno-Ocampo avait indiqué début avril vouloir ouvrir une enquête sur des “massacres commis de façon systématique ou généralisée” en Côte d’Ivoire.

Le bureau du procureur procède à “un examen préliminaire de la situation en Côte d’Ivoire et le procureur va ensuite, de sa propre initiative, demander à la Chambre préliminaire de l’autoriser à ouvrir une enquête”, indiquait un communiqué.

Le nouveau président ivoirien Alassane Ouattara avait indiqué mi-avril qu’il allait demander à la CPI “d’engager des investigations” sur les massacres survenus dans l’Ouest du pays.

“Ces massacres sont inadmissibles, indignes (…), je suis révolté”, avait-il ajouté, alors que ses partisans sont accusés d’être responsables de certaines tueries, survenues notamment fin mars à l’occasion de l’offensive victorieuse de ses combattants contre les forces fidèles au président sortant Laurent Gbagbo lancée à partir de cette région.

“Je ferai tout pour que ces condamnations soient un exemple, non seulement pour les Ivoiriens, mais aussi pour l’Afrique et le monde entier”, avait promis le chef de l’Etat ivoirien, soulignant qu’il souhaitait que ces enquêtes débutent “le plus rapidement possible”.

Alassane Ouattara est au pouvoir en Côte d’Ivoire depuis l’arrestation le 11 avril de Laurent Gbagbo.


SUR LE MÊME SUJET
Côte d’Ivoire: L’ONU dénonce de nouvelles atteintes aux droits de l’homme
Les partisans du président ivoirien Alassane Ouattara se sont encore rendus coupables récemment d'atteintes aux droits de l'homme, telles qu'exécutions sommaires et actes de torture, ont déclaré jeudi les Nations unies. Ces faits imputés à des éléments des Forces républicaines de Côte d'Ivoire se sont produits entre le 10 et le 17 juin. «Au cours de la semaine en revue, les éléments des FRCI sont (...) impliqués dans au moins sept incidents dont des cas d'exécutions sommaires», a déclaré Guillaume Ngefa, de l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (Onuci). «Lors de ces incidents, des éléments des FRCI ont tué au ...
Lire l'article
Le président ivoirien Alassane Ouattara a demandé au procureur de la Cour pénale internationale (CPI) d'enquêter sur "les crimes les plus graves" commis sur l'ensemble du territoire ivoirien depuis le 28 novembre 2010, dans une lettre datée du 3 mai publiée mercredi sur le site de la Cour. "Par la présente, j'entends confirmer mon souhait que votre bureau mène en Côte d'Ivoire des enquêtes indépendantes et impartiales sur les crimes les plus graves commis depuis le 28 novembre 2010 sur l'ensemble du territoire ivoirien", indique M. Ouattara dans une lettre clarifiant ses intentions. Le chef de l'Etat ivoirien, dont la cérémonie d'investiture ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire: un mois après sa chute, l’ex-président Gbagbo devant la justice
Près d'un mois après son arrestation et la chute de son régime, l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo va être entendu pour la première fois vendredi par la justice ivoirienne, dans le cadre d'une enquête préliminaire portant notamment sur des accusations de crimes et exactions. Les violences qui ont secoué la Côte d'Ivoire ont fait près de 3.000 morts selon le nouveau président Alassane Ouattara, et causé le déplacement d'environ un million de personnes. AFP - Sia KambouPrès d'un mois après son arrestation et la chute de son régime, l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo va être entendu pour la première fois vendredi par la justice ...
Lire l'article
L'implication de plus en plus forte de la force française Licorne en Côte d'Ivoire suscite des critiques en France. Sur RFI, le porte-parole du Parti socialiste, Benoît Hamon, a exprimé de sérieuses réserves. A Paris, a eu lieu une importante manifestation de partisans du président sortant Laurent Gbagbo. Invité ce dimanche 10 avril 2011 de l'émission Internationales, le porte-parole du Parti socialiste, Benoît Hamon, a estimé que « ce n'est pas un service à rendre à la Côte d'Ivoire et à M. Ouattara que ce soient les forces militaires françaises qui obtiennent la reddition de M. Gbagbo et que ce soit ...
Lire l'article
La Côte d’Ivoire suspendue à l’assaut final contre Gbagbo
Les combattants pro-Ouattara ont attaqué mercredi à Abidjan la résidence du président sortant Laurent Gbagbo, qui continue de négocier avec l’ONU. La justice internationale souhaite ouvrir une enquête sur les massacres. Plus de quatre mois après le scrutin présidentiel du 28 novembre, une page d’histoire est en train de se tourner en Côte d’Ivoire. Lassées d’attendre l’issue des pourparlers engagés avec Laurent Gbagbo, les forces armées d’Alassane Ouattara ont décidé d’intervenir manu militari pour capturer le président sortant, retranché dans un bunker avec quelques fidèles. Un assaut qui semble s’être heurté à une résistance féroce. Les riverains de la résidence présidentielle ...
Lire l'article
Le parquet de Monaco a classé sans suite une enquête sur les comptes bancaires détenus dans la principauté par Edith Bongo, l'épouse décédée du président du Gabon, apprend-on de source proche du dossier. Deux comptes, sur lesquels étaient déposés au 27 avril environ 2,4 millions d'euros, ont été découverts après une enquête ouverte sur plainte de l'association Sherpa, qui lutte contre la corruption en Afrique, selon un courrier envoyé par le parquet monégasque le 15 mai dont Reuters a eu connaissance. Ces deux comptes ont été ouverts en mars 1998 à la Banque populaire de la Côte d'azur et à la banque ...
Lire l'article
La doyenne des juges d'instruction du pôle financier de Paris, Françoise Desset, a jugé recevable la plainte avec constitution de partie civile déposée par l'association Transparence international France. Contre l'avis du parquet. La plainte vise les chefs d'Etats africains du Gabon, de Guinée équatoriale et du Congo. Plainte recevable Déposée le 2 décembre, cette plainte concerne les chefs de recel de détournement de fonds publics, blanchiment, abus de bien social, abus de confiance et complicités. Elle vise les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en France par Denis Sassou Nguesso (Congo), Omar Bongo Ondimba (Gabon) ...
Lire l'article
Une enquête judicaire pourrait être ouverte à Paris concernant des biens acquis en France par le Gabonais Omar Bongo, le Congolais Denis Sassou Nguesso et l'Equato-Guinéen Théodoro Obiang Nguema. Mardi, la juge d'instruction Françoise Desset a déclaré recevable la plainte déposée par deux associations. Le 20 avril dernier le Parquet de Paris s'était prononcé contre l'ouverture d'une enquête. Il dispose désormais de cinq jours pour faire appel. Le 20 avril dernier le procureur, c'est-à-dire le représentant de l'Etat français, s'était prononcé contre l'ouverture d'une information judiciaire dans l'affaire dite des « biens mal acquis ». Le procureur estimait que les plaignants, les associations ...
Lire l'article
Le parquet de Paris s'est opposé officiellement à l'ouverture d'une enquête sur le patrimoine immobilier en France de plusieurs chefs d'Etat africains, dont les présidents gabonais Omar Bongo et congolais Denis Sassou Nguesso, a-t-on appris lundi au cabinet du procureur. Dans un réquisitoire écrit versé au dossier et demandant un "refus d'informer", le procureur estime que les plaignants, les associations Transparence International France et Sherpa, ainsi que le citoyen gabonais Grégory Gbwa Mintsa, n'ont pas juridiquement qualité à agir. C'est la juge d'instruction financière Françoise Desset qui prendra la décision finale d'ouvrir ou non une information judiciaire. Elle n'est pas tenue par ...
Lire l'article
Le parquet de Monaco a ordonné l'ouverture d'une enquête sur des comptes qui auraient été ouverts dans la principauté monégasque au nom d'Edith Bongo, l'épouse décédée du chef d'Etat gabonais, Omar Bongo, a-t-on appris mardi de source judiciaire. L'ouverture de cette enquête fait suite à un courrier adressé la semaine dernière au prince Albert II et au procureur de Monaco par l'organisation non gouvernementale Sherpa signalant l'existence de plusieurs comptes ouverts dans des établissements bancaires monégasques par Edith Bongo, décédée le 14 mars. L'enquête aura pour objet de vérifier l'existence de ces comptes ainsi qu'une possible infraction, pénale ou civile, ajoute-t-on de ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire: L’ONU dénonce de nouvelles atteintes aux droits de l’homme
Ouattara demande au procureur de la CPI d’enquêter en Côte d’Ivoire
Côte d’Ivoire: un mois après sa chute, l’ex-président Gbagbo devant la justice
Côte d’Ivoire: critique du PS contre l’intervention militaire française et manifestations pro-Gbagbo à Paris
La Côte d’Ivoire suspendue à l’assaut final contre Gbagbo
Monaco classe sans suite une enquête sur l’épouse d’Omar Bongo
Feu vert pour une enquête sur trois présidents africains
Gabon: Enquête judiciaire contre 3 chefs d’Etat africains
France – Afrique: Le parquet s’oppose à une enquête sur Bongo et Sassou Nguesso
Ouverture d’une enquête sur des comptes qui appartiendraient à Edith Bongo à Monaco

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 3 Mai 2011
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*