Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Recrudescence des crimes rituels dans l’Ogooué-Ivindo

Auteur/Source: · Date: 23 Mai 2011
Catégorie(s): Culture,Société

La province de l’Ogooué-Ivindo est décidément le lieu de prédilection des crimes rituels qui, à l’observation, se produisent souvent à l’approche des élections ou à l’annonce d’un remaniement du gouvernement. Deux cas de corps mutilés y ont été enregistrés durant le mois en cours tandis que la disparition du gardien de Maxime Ngozo Issoundou, ex-ministre du Travail, de l’Emploi et de la Prévoyance sociale, y défraie la chronique. Les contours de ce climat lugubre.

La psychose s’est à nouveau emparée des populations de l’Ogooué-Ivindo du fait de la recrudescence des crimes rituels dans cette province. On note qu’il y a bientôt un mois, un corps humain atrocement mutilé a été retrouvé en plein centre-ville de Mékambo, deuxième ville de la province. Le samedi 15 mai dernier, un jeune homme d’environ 19 ans qui rentrait d’une virée nocturne a été enlevé puis retrouvé au fond d’un puits également mutilé de nombreux organes. Si ses assassins ont été retrouvés et emprisonnés par la gendarmerie, ils restent muets quant au commanditaire de leur crime odieux.

Presque synchroniquement avec le cas de ce malheureux jeune homme, le gardien de Maxime Ngozo Issoundou, ex-ministre du Travail, de l’Emploi et de la Prévoyance sociale, a été «enlevé» et reste introuvable. Du fait qu’il s’est produit dans le giron d’une personnalité politique, ce cas suscite tous les commentaires possibles dans la capitale ogivine.

Joint au téléphone, l’ex-ministre du Travail, Maxime Ngozo Issoundou, explique que ce gardien est «Littéralement membre de ma famille. Sa famille fait partie des orphelines d’une lointaine parenté de mon père. C’est dans ce cadre qu’ils ont été recueillis par mon père il y a plus de quinze ans. Il travaille avec moi depuis longtemps.»

Une rumeur a parcouru Makokou le mercredi 18 mai dernier selon laquelle, la dépouille mortelle du gardien disparu avait été retrouvée contre la clôture du domicile de Ngozo Issoundou. Ce qui a provoqué une ruée de badauds en ces lieux alors qu’il n’en était rien. La police a cependant mis aux arrêts le petit frère du ministre, non sans l’avoir molesté, assure-t-on. Il y est encore emprisonné. L’ex-ministre a commis un avocat en vue d’examiner le cas.

«Ma concession aujourd’hui est sans sécurité. Je voudrais une autorisation du tribunal pour y affecter un autre gardien. Du fait qu’il résidait chez moi et qu’il est porté disparu, il me faut une autorisation pour casser la porte de la pièce dans laquelle il dormait, faire évacuer ses affaires et y faire installer un autre gardien. Ce que je ne peux faire si la Police judiciaire n’a pas terminé son constat et autres vérifications pour les besoins de l’enquête», assure le ministre avant d’ajouter : «Je veux qu’on me dise où est passé mon gardien. Et si on venait à me dire qu’il a été assassiné, je me demanderais sérieusement qu’est-ce qu’on cherche. Je suis un serviteur de la République. S’agit-il d’une disparition ordinaire comme c’est parfois le cas ?»

Ressortissant d’un village situé à 15 km en amont de Makokou et accessible par le fleuve, le gardien disparu se livrait également à des activités de pêche et de chasse, selon certains témoignages qui se demandent s’il ne s’est pas égaré dans la forêt ou s’il n’y a pas été victime des multiples dangers de la jungle. Vraisemblablement, il n’y a pas eu d’investigations sur le trajet qu’empruntait le gardien pour aller à la rivière ou à la chasse.

Invité à faire un commentaire sur cette affaire, l’ex-ministre du Travail, toujours au téléphone, a laissé entendre : «Le commentaire que je puis avoir serait un commentaire de tristesse, de douleur et selon les commandements que j’ai reçu de mes maîtres, la mort est une action de Dieu qui donne la vie et qui la reprend et j’espère vraiment qu’il ne s’agit pas de ces choses odieuses dont entend parler ces derniers temps. Et si c’est le cas, j’espère que les services compétents retrouveront les coupables et qu’ils seront punis conformément à ce que prévoit la loi.»

L’Ogooué-Ivindo est la province la plus marquée par la récurrence de ce genre de crimes. En mars dernier, à l’occasion du conseil des ministres délocalisé à Makokou, le président Ali Bongo, s’exprimant sur le sujet avait souhaité que les coupables avérés soient transférés devant la justice pour répondre de leurs actes. Au début du même mois, le Cercle de réflexion des notables (CRN) de la province de l’Ogooué-Ivindo avait organisé une marche dans les rues de Makokou en vue prévenir les acteurs politiques et les autorités locales contre tous les sévices observés dans leur province… En vain.

Député de Makokou et ancien ministre, Alain Claude Bilié-Bi-Nzé, déplore le fait que certaines personnalités politiques rejettent la voie des urnes ou de la compétence comme moyen d’accéder aux postes électifs ou gouvernementaux, pensant que les pratiques mystico-macabres en sont la voie royale ou le moyen le plus sûr. L’ancien ministre déplore le fait que la justice n’est pas tenace concernant ces crimes et que seul le menu fretin, commis à l’exécution de ces actes, va en prison. Il donne l’exemple d’une personnalité reconnue par le passé d’avoir commandité un crime de ce genre et qui s’en tiré à bon compte en s’exilant un moment aux USA. L’élu de Makokou compte se rendre très prochainement dans la localité pour tenir des causeries et des meetings dans le but de dénoncer ces pratiques dont la recrudescence a toujours lieu à l’approche des élections.  


SUR LE MÊME SUJET
Gabon : Les crimes rituels dans la ligne de mire de l’Eglise
Réunis à Libreville en assemblée plénière, du 15 au 21 janvier dernier, les évêques du Gabon ont réfléchi à l’auto-prise en charge de leur Eglise, aux normes nationales en matière d’administration et d’aliénation des biens temporels de l’Eglise et au fléau des crimes rituels au Gabon. A-t-on appris de source ecclésiastique. A en croire cette source, les évêques sont montés au créneau pour condamner un phénomène devenu récurrent au Gabon, celui des crimes rituels. Des pratiques contraires à toute valeur humaine et chrétienne, et auxquelles la Conférence Episcopale compte s’attaquer, avec le concours de toutes les personnes qui craignent encore Dieu. D’après ...
Lire l'article
Président de l’Association de lutte contre les crimes rituels au Gabon, Jean-Elvis Ebang Ondo, mène son combat depuis une demi-décennie déjà. Dans cette interview accordée à "RFI", le professeur Ebang Ondo, dont l’un des fils fut kidnappé puis retrouvé mutilé sur une plage de Libreville, fait état de 119 crimes rituels recensés depuis 2008. Vous existez depuis 5 ans, est-ce que le nombre de crimes rituels a baissé ou pas ? Depuis la création de notre association, le nombre de cas enregistré par l’association ne fait qu’augmenter. Je voudrais prendre les cas des trois dernières années. En 2008, l’association a ...
Lire l'article
Les crimes rituels ont à nouveau refait surface au Gabon, notamment dans la province de l’Ogooué-Ivindo, dans le nord-est du pays, où le gouverneur Rufin Moutessayigoué, a dénoncé de ‘’basses manœuvres perpétrées à des fins fétichistes’’. « Avons-nous le droit, dans l’Ogooué-Ivindo, de supprimer la vie de nos enfants, parfois avec la complicité des parents, en échange de deux ou trois millions de FCFA », a interrogé M. Moutessayigoué, s’exprimant au cours d’une réunion regroupant les responsables administratifs, politiques, les tradithérapeutes et les parents d’élèves. Le gouverneur a aussi dénoncé la profanation des tombes et l’inceste qui deviennent ...
Lire l'article
Les crimes rituels seraient récurrents en période électorale. Combien de cas avez-vous enregistré depuis le 15 août dernier, date à laquelle le Gabon est entré en campagne électorale en vue de la présidentielle anticipée? Trois personnes ont été retrouvées mortes et quatre autres ont disparu. Au Gabon et dans la sous-région, l’accession aux postes politiques et la préservation du pouvoir nécessitent, selon une conception bien évidemment fausse, le sang et les sacrifices humains. Et tout cela se passe au nez et à la barbe des autorités judiciaires du pays. La période électorale est fertile en crimes rituels. ...
Lire l'article
L’Association de lutte contre les crimes rituels (ALCR) a dénoncé le 25 octobre la recrudescence des crimes rituels au Gabon, avec 13 nouveaux cas enregistrés depuis le mois de septembre dernier. L’Organisation non gouvernemental (ONG) a dénoncé également la banalisation de ce phénomène par les autorités et l’inertie de la justice contribuant à l’augmentation croissante des victimes de ces crimes qui seraient perpétrés par des réseaux organisés.Le président de l’Association de lutte contre les crimes rituels (ALCR), Jean Elvis Ebang Ondo, a dénoncé le 25 octobre à Libreville la recrudescence des victimes de crimes rituels, dont treize nouveaux cas auraient ...
Lire l'article
Treize crimes rituels ont été enregistrés au Gabon depuis le mois de septembre, ont affirmé des représentants de la société civile samedi à Libreville, dénonçant une augmentation de ces pratiques et une "banalisation" du phénomène par les autorités. "A Libreville, nous avons totalisé cinq cas, et à l'intérieur du pays, (...) huit cas depuis le mois de septembre", a déclaré lors d'une conférence de presse Jean-Elvis Ebang Ondo, président de l'Association de lutte contre les crimes rituels (ALCR). Ce chiffre pourrait cependant être en deçà de la réalité, l'ALCR ne disposant pas "d'antennes" dans tout le pays, a estimé M. Ebang Ondo, ...
Lire l'article
L’Association de lutte contre les crimes rituels au Gabon (ALCR) est montée au créneau samedi à Libreville au cours d’une conférence de presse, contre la recrudescence des crimes rituels après plus de 10 nouveaux cas recensés depuis septembre dernier dans le pays, rapporte un journaliste de l’AGP. Cette conférence de presse à laquelle ont assisté les membre de la coalition “Publiez ce que vous payez“ de Marc Ona, marque la reprise des activités de l’ALCR après un silence remarqué suite au kidnapping pendant trois jours, en septembre 2007, de l’un des fils du président cette association, Elvis Ebang Ondo. “Nous sommes ...
Lire l'article
Le président du Mouvement de redressement national (Morena, opposition), Luc Bengono Nsi a annoncé, mardi à Libreville, lors d'une conférence de presse, l'organisation d'une marche de protestation contre les crimes rituels samedi prochain à Libreville. Pour M. Bengono, le Morena ne peut rester insensible à ce qui s'apparente à une véritable chasse à l'homme organisée contre le peuple gabonais à l'exemple des nombreux articles parus dans le quotidien gabonais ''l'Union'' faisant état d'enlèvements, d'assassinats, de mutilations, de viol et autres abus exercés sur des mineurs pour des raisons de prestige. Par cette marche, a-t-il ajouté, ''nous voulons lancer un cri d'alarme contre ...
Lire l'article
Le président de l’Association de lutte contre les crimes rituels (ALCR), Elvis Ebang Ondo, a dénoncé samedi dernier à Libreville, au cours d’un point de presse, le mutisme de l’Etat gabonais face à la recrudescence des crimes rituels, et propose des moyens de lutter contre ces actes jugés « sataniques », « indignes » « barbares » et « inhumains », en souhaitant une révision du code pénal gabonais. Malgré la rencontre bipartite en 2005, entre le gouvernement gabonais et les agences des Nations unies, relative aux crimes atroces suivis de mutilations à la plage de Libreville des jeunes écoliers cette ...
Lire l'article
Le président de l’Association de lutte contre les crimes rituels (ALCR), Elvis Ebang Ondo, a dénoncé samedi dernier à Libreville, au cours d’un point de presse, le mutisme de l’Etat gabonais face à la recrudescence des crimes rituels, et propose des moyens de lutter contre ces actes jugés « sataniques », « indignes » « barbares » et « inhumains », en souhaitant une révision du code pénal gabonais. Malgré la rencontre bipartite en 2005, entre le gouvernement gabonais et les agences des Nations unies, relative aux crimes atroces suivis de mutilations à la plage de Libreville des jeunes écoliers cette ...
Lire l'article
Gabon : Les crimes rituels dans la ligne de mire de l’Eglise
Gabon : 119 crimes rituels sur les trois dernières années
Résurgence des crimes rituels au Gabon
Gabon : Recrudescence des crimes rituels pendant la campagne électorale
Gabon: 13 crimes rituels recensés depuis septembre
Gabon: 13 crimes rituels au Gabon depuis septembre, selon une association
Recrudescence des crimes rituels au Gabon : l’ALCR monte au créneau
Politique : Le Morena invite à une marche de protestation contre les crimes rituels samedi
Gabon: L’ALCR dénonce le mutisme de l’Etat face à la recrudescence des crimes rituels au Gabon
Gabon: L?ALCR dénonce le mutisme de l’Etat face à la recrudescence des crimes rituels au Gabon


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 23 Mai 2011
Catégorie(s): Culture,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*