Socialisez

FacebookTwitterRSS

Affaire DSK : Trois révélations explosives alimentent la polémique

Auteur/Source: · Date: 25 Mai 2011
Catégorie(s): Monde,Photos

Même si la police « officiellement » ne communique pas, les avocats laissent filtrer des « scoops ». C’est la guerre des petites et grandes révélations…

Première fuite : l’ADN de DSK retrouvé sur le chemisier

Deux chaînes de télévision américaines et une française ont rapporté mardi que de l’ADN de Dominique Strauss-Kahn avait été retrouvé sur les vêtements de sa victime présumée. Citant des sources proches de l’enquête, les chaînes américaines ABC et NBC assuraient que les résultats des analyses avaient été communiqués dimanche aux autorités, la chaîne de télévision France 2 avait ajouté qu’il s’agissait de sperme de l’ancien patron du FMI retrouvé sur le col de chemise de la plaignante.

La police affirme de son côté n’avoir donné « aucune information ni résultat » concernant les prélèvements ADN effectués sur l’ancien directeur général du Fonds monétaire international et sur la femme de chambre de 32 ans qui l’accuse de crimes sexuels.

Deuxième fuite : le dialogue entre DSK à la femme de chambre

Deux médias, deux bombes : tandis que Fox News rapporte le dialogue qu’auraient échangé DSK et la femme de chambre dans la suite 2806 du Sofitel, le New York Post affirme que des proches de DSK auraient déjà tenté d’acheter le retrait de la plainte de Nafissatou Diallo, en joignant le village de sa famille par téléphone.

La chaîne d’informations américaine Fox News affirme savoir ce qui s’est dit entre Nafissatou Diallo et Dominique Strauss-Kahn dans la suite 2806, samedi 14 mai autour de midi. Il s’agit du dialogue tel qu’il a été rapporté par Nafissatou Diallo dans sa déposition, puis transmis à la Fox par des sources policières anonymes.
Lorsque DSK serait sorti nu de la salle de bain, Nafissatou Diallo se serait d’abord couvert les yeux avant qu’il n’agrippe sa poitrine et la jette sur le lit. Toujours selon elle, l’agression aurait duré une trentaine de minutes. « Tu sais qui je suis ? », aurait plusieurs fois menacé DSK durant l’agression présumée. « Arrêtez, arrêtez s’il vous plaît. Non ! », aurait répondu la femme de chambre. « S’il vous plaît, j’ai besoin de ce job. Ne faites pas ça. Je vais perdre mon emploi… », aurait-elle insisté. Ce à quoi DSK aurait répondu : « Non baby [“chérie”], ne t’inquiète pas. Tu ne vas pas perdre ton job… Ne t’inquiète pas, chérie, s’il te plaît. »

Elle affirme l’avoir repoussé, puis avoir glissé sur un journal par terre et être tombée à genoux ; c’est là, selon elle, que Dominique Strauss-Kahn l’aurait contrainte à pratiquer une fellation. Elle l’aurait repoussé une fois encore, contre l’angle aigu d’une armoire avant de s’échapper définitivement de la suite ; des sources affirment que le dos de DSK porte une trace du choc dans le dos. La présence d’ADN sur le chemisier de l’employée a également été évoquée par les médias américains.

Troisième fuite : Des proches de DSK auraient déjà parlé à la famille de la victime

Autre révélation, du désormais fameux New York Post. Le tabloïd assure que des proches de DSK auraient tenté d’acheter l’entourage de Nafissatou Diallo en passant plusieurs coups de fil dans son village natal de Thia Koullé, en Guinée Conakry. Et c’est « une femme d’affaires française, proche de DSK et de sa famille », qui serait la source de cette nouvelle bombe. « Ils ont déjà parlé à sa famille, a-t-elle assuré au journal ; ça va se terminer en douceur, c’est certain. » La source avance que les proches de DSK auraient proposé « une somme à sept chiffres », c’est-à-dire un million de dollars au minimum, pour que la plainte soit retirée.

Nafissatou Diallo a été mise depuis le début de l’affaire en résidence surveillée par l’Etat de New York. Elle est donc injoignable, et ses conversations téléphoniques sont sur écoute. Les proches de DSK se seraient donc rabattus sur sa famille, affirme le journal. Le village de Thia Koullé ne dispose pas de téléphone fixe, selon l’AFP, il est donc probable que la conversation se soit faite par téléphone portable. « Il va s’en tirer et prendra l’avion pour la France. Il ne fera pas de prison. La femme de chambre va recevoir un tas d’argent », croit savoir la mystérieuse femme d’affaires française.  


SUR LE MÊME SUJET
Deux jours après leurs arrestations, le photographe François-Marie Banier et son ami Martin d'Orgeval ont été mis en examen et laissés en liberté sous contrôle judiciaire. Dans le même temps, un troisième homme a été appréhendé ce mercredi 14 décembre à Paris à la descente d'un avion en provenance du Gabon : Patrice de Maistre, ancien homme de confiance de Liliane Bettencourt. La justice de Bordeaux, où a été transféré le dossier, les soupçonne d'abus de faiblesse à l'encontre de l'héritière de L'Oréal. Ils ont été piégés par le rapport médical. Si l'affaire rebondit un an exactement après l'accord passé entre ...
Lire l'article
Le fondateur de l’Église Christ révélé aux nations soutient que l'ancien président du Gabon, Omar Bongo Ondimba, a financé la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. « Ce que j’ai dit dans ce livre, tout le monde le sait au Gabon, même si peu de personnes osent en parler ouvertement », se défend Mike Jocktane, joint au téléphone par J.A., une pointe d’hésitation dans la voix, comme dépassé par la tempête médiatique déclenchée par les propos qu’il a tenus dans Le Scandale des biens mal acquis. Enquête sur les milliards volés de la Françafrique, de Xavier Harel et Thomas Hofnung, paru ...
Lire l'article
Echange d'enveloppes, dépenses outrancières et fraude électorale : dans leur livre-enquête "Le scandale des biens mal acquis", Xavier Harel et Thomas Hofnung balancent. Un ancien proche d'Omar Bongo y affirme notamment que l'ancien président gabonais aurait contribué au financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. La bombe est lâchée par Mike Jocktane, ex-directeur adjoint du cabinet d'Omar Bongo, président du Gabon de 1967 à 2009. "Omar Bongo a contribué au financement de la campagne présidentielle de 2007 du candidat Nicolas Sarkozy", a-t-il confié à Xavier Harel, ancien journaliste à La Tribune, et Thomas Hofnung, journaliste à Libération. Dans "Le scandale ...
Lire l'article
Affaire DSK : Au Sofitel, la clé de l’énigme
DSK a rendez-vous lundi 6 avec le procureur. Dans sa résidence surveillée, il a une semaine pour décider s’il plaide coupable ou non. Notre envoyée spéciale loge au Sofitel, où le travail a repris… Comme avant. Enfin presque. Vendredi matin. Boris supervise le petit déjeuner du Sofitel de Times Square. Le jeune Français, 24 ans, est arrivé à New York en septembre dernier après de longs mois passés dans un palace du nord de la Chine. La salle du Gaby, le restaurant dont la décoration évoque une brasserie parisienne, est encore déserte. Il raconte avec gourmandise et fraîcheur ses expériences, ...
Lire l'article
Mort de Ben Laden : les nouvelles révélations des Etats-Unis
Peu à peu, le voile se lève sur les circonstances de la mort d'Oussama ben Laden, tué dans l'assaut mené par un commando américain dans la nuit de dimanche à lundi. Ce mardi, la Maison Blanche a ainsi déclaré que le chef d'Al-Qaïda n'était pas armé lorsqu'il a été tué par des commandos américains et que sa femme, d'abord annoncée comme morte, n'est en fait que blessée. SUR LE MÊME SUJET Mort de Ben Laden : l'assaut vécu de la Maison-BlancheMort de Ben Laden : le décryptage d'un ancien patron de la DGSE 5 h 36 lundi : Obama annonce la ...
Lire l'article
Le Championnat d’Afrique des nations, qui se déroule actuellement au Soudan (4-25 février), ne déchaîne pas les passions. Jeuneafrique.com a demandé à trois sélectionneurs leur avis sur cette compétition. Robert Nouzaret (RD Congo) y est favorable, Gernot Rohr (Gabon) donne un avis mitigé et Alain Giresse (Mali) préfèrerait quant à lui qu’elle soit consacrée aux moins de 23 ans. Mais tous se rejoignent sur le même constat : il faut plus médiatiser ce championnat. Ils observent, de près ou de loin, ce tournoi réservé aux Africains évoluant sur le continent, et qui n’en n’est qu’à sa deuxième édition après celle remportée ...
Lire l'article
Une enfant de 3ans, un officier de la police, une sage femme du Centre de Santé de Tchibanga dans la province de la Nyanga , ont trouvé la mort dans un accident de la circulation le week-end écoulé à 18 km de la ville de Ndendé (Sud du Gabon), rapporte l’AGP. Ce sont le Lieutenant colonel de Police, chef de service de Voie publique, Jean-Jacques Délicat, la Sage-femme du Centre régional de Santé de Tchibanga dans la province de la Nyanga (Sud), Mme Marie Gabrielle Manouga, épouse Dengou et une enfant de 3 ans, Alice de Grâce, qui ont succombé Selon ...
Lire l'article
De notre envoyé spécial à Libreville. Les résultats contreversés de l'élection présidentielle gabonaise ont donné lieu à une passe d'armes des plus classique : opposition humaniste aux mains propres contre résidus de la Françafrique. Essayons de voir au delà de cette scénographie bien rodée. L’élection présidentielle gabonaise est devenue aussi une polémique franco-française, interprétée par des acteurs médiocres ânonnant un texte sans surprise. Dans le rôle du procureur, Martine Aubry : «Le scrutin était truqué et la France est complice.», affirmation qui laisse à penser que la Première secrétaire du Parti socialiste a obtenu des informations dont les journalistes présents ...
Lire l'article
Le document ci-dessous provient d'un ancien informaticien à la solde du régime Bongo. Ce barbouze informatique déclare avoir, pendant près de trois ans, travaillé dans l'ombre dans une affaire d'espionnage politique visant à obtenir autant d'information que possible sur le BDP, dans le but d'empêcher son émergence au Gabon. Le BDP-Gabon Nouveau, mouvement d'opposition au régime Bongo, fait perdre le sommeil au dictateur gabonais depuis sa création en 1998. L'histoire présentée ci-dessous par le mercenaire de l'informatique, montre à quel point Omar Bongo désire voir le BDP disparaître du paysage politique gabonais. L'on se souviendra que le régime aura essayé, à ...
Lire l'article
Paris, 6 avril 2002 (BDP Presse) ? Décidément, la mafia bongoïste au pouvoir au Gabon ne s'émeut plus de ternir l'image du Gabon à l'extérieur. Le Gabon, on le sait déjà, est la risée du reste de l'Afrique à cause de l'incapacité chronique qui est celle d'Omar Bongo et de sa clique de développer un pays qui avait tout pour réussir et se donner en exemple pour le reste du continent. La longue liste de scandales odieux?meurtres et détournements par-ci, fraude électorale par-là, sociétés de jeux mafieuses venant finir de vider les poches d'un peuple déjà démuni, Pasqua, Elf-Gabon'a déjà plus ...
Lire l'article
Affaire Bettencourt : deux mis en examen et une interpellation
“Biens mal acquis” : les “révélations” de Mgr Jocktane
Nouvelles révélations sur la “Françafrique”
Affaire DSK : Au Sofitel, la clé de l’énigme
Mort de Ben Laden : les nouvelles révélations des Etats-Unis
Polémique : à quoi sert le Chan ?
Ndendé : Trois morts, dont une enfant de trois ans, dans un accident de la circulation
L’élection du fils Bongo au delà de la polémique francofrançaise
Révélations sur le désir d’Omar Bongo de supprimer le BDP
Révélations odieuses: Le régime Bongo se lance officiellement dans le trafic de drogue


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 25 Mai 2011
Catégorie(s): Monde,Photos
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*