Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Ali Bongo au centre d’une plainte pour usage de faux

Auteur/Source: · Date: 25 Mai 2011
Catégorie(s): Politique

En compagnie de 51 autres personnes, le président du Mouvement de redressement national (MORENA, originel), Luc Bengone Nsi, un des premiers opposants du pays, a déposé, le 24 mai dernier auprès du tribunal de grande instance de Libreville, une plainte pour «usage de faux» au sujet d’un présumé acte de naissance du président Ali Bongo Ondimba. Il a rendez-vous avec le juge le 9 juin prochain.

Des Gabonais détenteurs d’un acte de naissance qui aurait été délivré à Ali Bongo, le 29 mai 2009, soit dix jours avant le décès d’Omar Bongo et qui lui aurait permis de concourir à l’élection présidentielle anticipée de 2009, ont décidé de saisir la justice. Une plainte contre X a été déposée au tribunal de grande instance de Libreville pour «usage de faux», le 24 mai 2011. Selon des sources proches de l’affaire, le tribunal a donné rendez-vous aux plaignants le 9 juin prochain à 10 heures.

Si la liste du collectif des plaignants comporte 51 noms, la plainte pour «usage de faux avec constitution de partie civile» est signée par Luc Bengono Nsi, seul personne à figurer dans l’entête de la correspondance adressée au Procureur de la République près le tribunal de grande instance de Libreville.

Luc Bengono Nsi spécifie qu’il porte plainte «d’abord comme ancien candidat à l’élection présidentielle 2009 au cours de laquelle ledit acte a servi à l’un des candidats pour son dossier de candidature à cette élection. Je le fais ensuite comme citoyen gabonais soucieux du respect des lois de notre pays. D’autres compatriotes, dont la liste est jointe en annexe, se sont associés à cette démarche au même titre.»

Interpellé sur le fait qu’une démarche similaire avait essuyé une fin de non recevoir à la Cour constitutionnelle lors du contentieux électoral d’août 2009, Luc Bengono Nsi, président du Mouvement de redressement national (MORENA, originel), un des premiers opposants du pays, se lance dans l’explication :

«Je ne peux pas dire que c’était une fin de non recevoir. En réalité nous avions introduit à la fois une contestation des résultats officiels et une requête sur les origines douteuses du candidat du PDG avec l’ensemble des éléments qui étaient en notre disposition. La Cour constitutionnelle a donné sa conclusion, en retenant notre requête, uniquement dans la forme, parce qu’elle me demandait d’apporter l’acte d’adoption. On ne peut donc pas dire que le dossier avait été rejeté. Mais, aujourd’hui, nous attaquons, en sa forme, l’acte de naissance qui est un document faux. Voilà pourquoi nous mettons en cause le maire qui a établi à quelqu’un un acte de naissance après cinquante ans. D’abord, on ne peut pas établir, au Gabon, un acte de naissance à une personne qui déclare être née au Congo. Ensuite, dans notre pays, ce n’est pas le maire du 3è arrondissement de Libreville qui établi les actes de naissance aux personnes nées hors du Gabon, mais celui du 1er arrondissement. Et vous n’êtes pas sans savoir que ce 3è arrondissement de Libreville c’est un petit peu l’arrondissement du sénateur Assélé qui déclare être le parent direct d’Ali Bongo. Enfin, dans l’acte de naissance mis en cause, le concerné s’appelle Ali Bongo Ondimba. Or, quand son père a pris le pouvoir, il ne s’appelait pas Omar Bongo Ondimba. Il s’appelait Albert Bernard Bongo.»

Interrogé sur sa conviction et sa garantie de ce que ledit acte de naissance, qui a circulé comme un tract durant la présidentielle anticipée de 2009, est bien celui qui figure dans le dossier du candidat PDG d’alors, Luc Bengono Nsi réplique : « Sauf si on le substitue, parce qu’il en existait un autre auparavant. Vous n’avez qu’à lire l’une des livraisons du journal “La Une” du mois d’août 2009, si mes souvenirs sont bons, qui relate toutes les tractations qui avaient eu lieu à ce sujet en ce moment là. J’avais déjà cité cet acte de naissance, je l’avais introduit dans de ma requête à la Cour constitutionnelle pour le règlement du contentieux électoral, parce que c’était cet acte de naissance qui figurait dans le dossier du candidat du PDG.»

Et le président du Morena Originel d’ajouter : «Tout le monde sait et connait la vérité. Mais, nous ne voulons pas encourager le faux. Notre effort va dans ce sens là. Nous ne voulons pas que ce genre d’acte puisse continuer. Nous avons déjà été roulés dans la farine avec Omar Bongo qui devait avoir un autre nom, si on fouille bien, et qui nous a été présenté ici comme Bongo pendant plus de 40 ans. En tous cas, nous avons beaucoup de suspicions basées notamment sur le fait que Bongo parlait couramment le Sango. Il serait sûr qu’il venait du Centrafrique. Vous devez l’écrire et moi-même je l’ai déjà écrit dans des documents. Dans cette histoire, c’est le Gabon que nous voulons défendre. Il faut mettre un frein au jeu de la France qui va chercher des gens ailleurs pour les mettre à la tête de notre pays. Pourquoi ? Qu’est-ce qu’on a fait à la France ?»

Abordant les répercussions ou le bénéfice politique qu’il escompte à travers la plainte déposée au tribunal, Bengono Nsi, intarissable, lisse comprendre : «Je pose avant tout un acte en correctionnelle. Il faudrait, là-dessus, que la justice puisse fixer les Gabonais. Nous n’y voyons pas un acte politique en tant que tel. Le président des Etats-Unis, Barack Obama, a eu à fournir son acte de naissance original à la demande du public américain. Nous avons en tous cas beaucoup de suspicions au sujet de cet acte de naissance…»

Le spectre des personnes visées par cette procédure inédite initiée par une cinquantaine de personnes qui compte de nombreux membres de l’Union nationale (UN) est assez large : le maire du 3e arrondissement qui avait établi le document, le président de la Cour constitutionnelle, son collègue de la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP). Les plaignants espèrent que le principal bénéficiaire dudit document, en l’occurrence Ali Bongo, pourrait être aussi amené à s’expliquer.


SUR LE MÊME SUJET
Deux maires adjoints écroués pour faux et usage de faux à Oyem
Deux maires adjoints de l’hôtel de ville d’Oyem, Martin Ndong Mintsa et Gisèle Mizé Mbeng, respectivement premier et deuxième maires adjoints, ont été arrêtés par les agents de l’antenne provinciale de la PJ, vendredi dernier, et transférés à la prison centrale, pour avoir établi des faux actes de naissance aux expatriés. Le premier et deuxième maires adjoints de la commune d’Oyem, chef-lieu de la province du Woleu-Ntem, Martin Ndong Mintsa et Gisèle Mizé Mbeng ont été arrêtés, vendredi dernier, par les agents de l’antenne provinciale de la police judiciaire (PJ) pour avoir établi des faux actes de naissance aux expatriés. ...
Lire l'article
Une Béninoise, la quarantaine habitant le quartier Dikongo 1 dans le deuxième arrondissement de la commune de Mouila, Falariwon Abessedem, a été placée sous mandat de dépôt pour faux et usage de faux documents et de maltraitance d’enfants de moins de 18 ans. Mme Falariwon Abessedem, d’origine béninoise, la quarantaine habitant le quartier Dikongo 1 dans le deuxième arrondissement de la commune de Mouila, a été placée sous mandat de dépôt, mardi dernier, au tribunal de première instance de la localité pour et faux usage de faux documents et de maltraitance d’enfants de moins de 18 ans. Son interpellation fait ...
Lire l'article
Ali Bongo Ondimba dépose plainte contre le porte-parole d’Eva Joly
La présidence gabonaise a déposé plainte en France contre le porte-parole de la candidate écologiste à la présidentielle, Eva Joly. Yannick Jadot avait notamment qualifié Ali Bongo Ondimba de "dictateur" dans une interview à un quotidien français. Ali Bongo Ondimba, le président gabonais, a mis sa menace à exécution. Ses services ont annoncé jeudi qu’une plainte a été déposée en France contre Yannick Jadot. Le porte-parole de la candidate d’Europe Écologie-Les Verts à la présidentielle française, Eva Joly, avait qualifié le président gabonais de « dictateur ». « C’est extrêmement violent… Les propos de M. Jadot relèvent soit de l’ignorance totale de ...
Lire l'article
Ondo Ndong Daniel, ancien Directeur national de la météo, puis ancien conseiller du ministre des Transports, a été arrêté pour faux, usage de faux et usurpation d’identité, par la Direction Générale de Recherche de la Gendarmerie nationale et sera présenté ce mardi devant procureur de la République pour répondre de ses actes. Haut cadre de l’administration gabonaise, ce compatriote d’une cinquantaine d’années, père de cinq enfants et grand père de deux petits-fils, falsifiait les actes de naissances les certificats d’admission au baccalauréat, les attestations d’emplois signés du Secrétaire général du gouvernement, les certificats de résidence, des attestations de prise en charge ...
Lire l'article
« Internationales », l’émission politique dominicale de TV5 Monde, devait être consacrée dimanche 24 janvier à une interview du président gabonais Ali Bongo Ondimba (ABO), à Libreville. Xavier Lambrechts (TV5 Monde), Bruno Daroux (RFI) et Philippe Bernard (Le Monde), qui officient conjointement tous les dimanches à 18h10 dans l’émission, avaient annoncé à l’avance cette grand-messe avec ABO. Tout semblait donc programmé. Dès le 20 janvier d’ailleurs, les trois journalistes s’étaient rendus dans la capitale gabonaise, où l’enregistrement était prévu deux jours plus tard. Mais à la surprise des téléspectateurs, l’interview a été annulée au dernier moment, sans aucune explication, pour être ...
Lire l'article
Au nom du peuple gabonais, du mouvement " Bongo Doit Partir " (BDP-Gabon Nouveau), et de mon nom propre en tant que Président de ce mouvement, je tiens ici à saluer la décision rendue ce mardi 5 mai par la juge d'instruction française Françoise Desset trouvant recevable la plainte déposée par les associations Sherpa et Transparency International contre les trois dictateurs kleptocrates africains que sont Denis Sassou Nguesso du Congo Brazza, Omar Bongo du Gabon et Teodoro Obiang Nguéma de Guinée Equatoriale. Dans ce dossier qui a connu mille revirements et rebondissements, la recevabilité de cette plainte pour recel, blanchiment et ...
Lire l'article
Sur cette page, vous trouverez des liens vers les divers meetings de la Coalition. Meeting de Bruxelles des 30 et 31 mai 2009, "Etats-Généraux de la Réforme au Gabon" portant Modification et révision de la Constitution Gabonaise Meeting de Paris des 20, 21 et 22 février 2009 portant naissance de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National Vous pouvez aussi suivre les activités et news de la Coalition.
Lire l'article
La Fondation « Amissa Bongo », a inauguré officiellement vendredi à Angondjé, dans la banlieue nord de Libreville, un centre d’accueil, d’information et de formation pour les filles-mères, a constaté GABONEWS. C'est Mme Paulette Missambo, député, ancien ministre de la Santé et vice présidente de la Fondation Amissa Bongo, a procédé à l’inauguration du centre d'accueil, qui porte le nom de « Saint-Joseph », à la faveur de la caravane médicale qu’elle organise depuis 2005 à travers le pays. Le centre d’accueil Saint Joseph est le premier de ce genre au Gabon. Il va permettre d'héberger des filles-mères en rupture ...
Lire l'article
Pour financer l'achat de voitures de luxe, la famille du président du Gabon a utilisé des fonds publics qui ont transité par la Banque de France. La Maybach 57 est le sommet de la berline allemande. Le constructeur produit moins de 300 exemplaires par an de cet écrin motorisé particulièrement prisé des grandes fortunes. En féwvrier 2004, Édith Lucie Bongo Ondimba, l'épouse du président gabonais, Omar Bongo, a fait l'acquisition d'un modèle auprès de la société Mercedes Benz Daimler-Chrysler, importateur exclusif de la marque allemande en France. Prix du véhicule : 326.752 euros. Une paille pour ce petit pays d'Afrique centrale ...
Lire l'article
Deux maires adjoints écroués pour faux et usage de faux à Oyem
Une Béninoise placée sous mandat de dépôt pour faux et usage de faux
Ali Bongo Ondimba dépose plainte contre le porte-parole d’Eva Joly
Fait- divers / Ondo Ndong Daniel, ancien conseiller du ministre des Transports aux arrêts pour faux
Bongo Doit Partir
Ali Bongo fait faux-bond à TV5 Monde
Communiqué: Le mouvement “Bongo Doit Partir” salue la décision de la justice française jugeant recevable la plainte contre Omar Bongo et appelle le parquet de
Meetings de la Coalition
Gabon: La Fondation « Amissa Bongo » ouvre un centre d’accueil pour filles-mères
Gabon: Argent public à usage privé ?

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 25 Mai 2011
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*