Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: l’étrange stratégie de Mba Obame

Auteur/Source: · Date: 27 Mai 2011
Catégorie(s): Politique

Le principal adversaire du président gabonais Ali Bongo est sous la menace d’un procès pour «haute trahison». Le pouvoir reproche à André Mba Obame, ancien baron du régime au Gabon, de s’être autoproclamé président.

Ali Bongo élection présidentielle Fang haute trahison Mba Obame Omar Bongo PNUD politique Zacharie Myboto
A quand le prochain épisode du feuilleton dont André Mba Obame, dit «AMO», est le héros? Le principal opposant au président gabonais Ali Bongo, dont il fut pendant 25 ans un ami très proche, fait à lui seul l’actualité du Gabon depuis bientôt deux ans. Dernier événement en date: la levée par l’Assemblée nationale, le 5 mai 2011, de son immunité parlementaire, qui donne la possibilité aux autorités de lancer une procédure judiciaire contre lui. Mba Obame, 54 ans, pourrait bien être poursuivi pour haute trahison.

Son fait d’arme du 25 janvier dernier n’a pas plu: inspiré par la crise ivoirienne et la révolution tunisienne, il s’était autoproclamé président du Gabon, avant de se réfugier aussitôt avec son «gouvernement» dans les locaux du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), à Libreville. Son parti, l’Union nationale (UN), avait été dissout deux jours plus tard pour «non-respect des principes démocratiques, atteinte à la forme républicaine de l’Etat, atteinte à la souveraineté nationale, et trouble à l’ordre public».

Alors qu’il avait jusque-là évité d’évoquer publiquement son ex-ami, Ali Bongo avait sèchement commenté son coup d’éclat:

«Je préfère être un amateur de la politique qu’un professionnel du ridicule.»

L’ONU avait dû jouer la médiatrice pour obtenir qu’AMO quitte librement ses locaux au bout d’un mois.

Ancien cacique du régime Bongo

Mba Obame n’a pas toujours été opposant —loin de là. C’est en militant activement, lorsqu’il était étudiant à Paris, au sein du Mouvement de redressement national (Morena, à l’époque un mouvement d’opposition) de son oncle Paul Mba Abessole alors en exil, qu’il a été remarqué par Omar Bongo. De retour au Gabon en 1984, muni d’un doctorat en sciences politiques, il est happé par le régime: à 27 ans, il intègre le cabinet du président, auprès duquel il se rend peu à peu indispensable.

«Pendant 25 ans, j’étais à côté (de Bongo), de jour comme de nuit», dira-t-il plus tard.

C’est lui qui a œuvré au ralliement au pouvoir de Mba Abessole, alors premier opposant à Bongo. En échange de sa fidélité, AMO a été ministre de 1997 à 2009.

Tout le monde, cependant, ne garde pas un bon souvenir de son passage dans les arcanes du pouvoir. Ses détracteurs lui reprochent notamment d’avoir été un ministre de l’Intérieur particulièrement dur. Fin 2008, il avait fait arrêter plusieurs figures de la société civile, sous un drôle de prétexte: il les accusait de détenir une lettre ouverte, écrite par un Gabonais vivant en France et réclamant la transparence financière à Bongo. Inculpés pour «détention d’un document en vue de sa diffusion pour déstabiliser l’Etat», les accusés avaient été mis en liberté provisoire au bout d’une dizaine de jours de garde à vue et de prison (PDF), sur ordre de Bongo. D’autres de ses contempteurs ont surnommé Mba Obame le «prince des ténèbres», estimant qu’il a été «de tous les coups tordus du régime».

Selon un conseiller à la présidence, «il faisait allumer un feu» en incitant les syndicats à faire grève, «et après, il allait voir le président et disait: “Je connais les meneurs, je peux l’éteindre”». Bongo lui donnait alors beaucoup d’argent pour régler le prétendu problème. Dans les coulisses du pouvoir, il se dit aussi que Mba Obame est allé jusqu’à tenter de vendre l’île de Mbanié à la Guinée équatoriale. Cette île est l’objet d’un contentieux territorial entre le Gabon et ce pays frontalier.

Le duo qu’il a longtemps formé avec Ali Bongo, dont il a été le témoin à son mariage en 2000, a aussi été critiqué. Certains assurent qu’il a été le «mauvais génie» d’Ali. Tous deux ont en tout cas mené un mouvement réformateur au sein du parti présidentiel, le Parti démocratique gabonais (PDG), qui a poussé vers la sortie et mécontenté plusieurs de ses barons. Sous la pression de ce tandem de «rénovateurs», le cacique Zacharie Myboto avait par exemple démissionné du gouvernement en 2001.

La rupture avec son ami Ali

C’est la maladie puis la mort d’Omar Bongo, en juin 2009, qui ont séparé ces «frères siamois» et marqué le début de la saga AMO. Comme Ali, Mba Obame s’est lancé dans la course à la présidence, mais en «candidat indépendant». Peu d’observateurs lui donnaient alors une chance de faire jeu égal avec Bongo, celui-ci ayant le soutien de la puissante machine électorale du PDG.

Appuyé en coulisses par le président équato-guinéen, AMO a déjoué les pronostics: peu à peu, il est parvenu à s’allier à plusieurs autres présidentiables pour devenir le seul candidat de poids originaire de l’aire culturelle fang, qui représente au moins un tiers de la population. Grâce à de multiples coups médiatiques, il a aussi réussi le tour de force d’incarner, aux yeux de beaucoup de Gabonais, une alternance au pouvoir de la famille Bongo, dont il a pourtant longtemps et largement bénéficié.

« Moi, André Mba Obame, grand baron parmi les grands du système, je me mets à genoux devant vous pour demander pardon», a-t-il lancé un jour à la foule lors d’un meeting.

Souvent habillé de blanc, il se comparait alors à Moïse (PDF) quittant la cour du Pharaon (Omar Bongo) pour libérer son peuple (les Gabonais).

Tout au long de la campagne, il n’a cependant jamais cité le nom de son principal adversaire, Ali Bongo. «C’est parce que même derrière la compétition politique, il y a le respect», expliquait-il à l’époque. Beaucoup de Gabonais ont longtemps pensé que les deux hommes allaient se rabibocher une fois l’élection passée, certains imaginant même qu’ils faisaient semblant d’être brouillés pour mieux torpiller la candidature de l’opposant de longue date au régime, Pierre Mamboundou. Mais après que la victoire a été définitivement attribuée à Bongo, à l’issue de nombreux tripatouillages de part et d’autre, de manifestations et de violences, rien ne s’est passé: les deux anciens amis ne se sont pas retrouvés.

Une stratégie illisible

«Mba Obame est allé trop loin, Ali ne veut plus entendre parler de lui», ont confié des proches du nouveau président, affirmant même qu’il avait tenté d’empoisonner ce dernier en 2009. La stratégie de Mba Obame, revendiquant toujours la victoire à la présidentielle, mais rétrogradé de la deuxième à la troisième place par la Cour constitutionnelle après l’examen du contentieux électoral, et visiblement peu à l’aise dans son nouveau rôle d’opposant, est devenue obscure, à l’instar de sa grève de la faim d’octobre 2009 qu’il a faite… chez lui.

Aujourd’hui, c’est AMO qui accuse le régime d’avoir cherché à l’assassiner le jour de la levée de son immunité de député. A propos de cette dernière, il s’est moqué en déclarant:

«En tant que président élu, je n’ai (de toute façon) plus d’immunité parlementaire.»

L’ancien tout puissant ministre de l’Intérieur, qui, s’il avait eu la patience d’attendre, pouvait espérer bousculer le pouvoir lors des législatives de 2012, va-t-il finir devant un tribunal? Même s’il agace, ce n’est pas sûr: il compte toujours de nombreux partisans que les autorités n’ont pas intérêt à s’aliéner.

Le monde politique gabonais possède aussi d’autres ressources que la justice pour dénouer les crises: le clientélisme et les nombreux liens familiaux unissant opposants et dirigeants permettent de renverser toutes les situations. La relation entre Myboto et Mba Obame en est la preuve: en 2010, AMO a fondé l’Union nationale avec Myboto, qu’il avait pourtant férocement combattu dix ans plus tôt.

«Lorsqu’il dit immobilisme, je pense à Myboto, quand il dit décrépitude, je pense à Myboto, quand il dit gabegie je pense encore à Myboto», avait-il notamment écrit dans son petit ouvrage Réponse à une imposture, paru en 2005.

C’est désormais Myboto, dont un gendre est le frère de la ministre de la Communication, qui prend, en tant que président de l’UN dissoute, la défense de son ancien bourreau:

«M. Mba Obame n’a pas commis des délits qui relèvent du droit commun», a-t-il déclaré le 10 mai dans une conférence de presse, en allusion à son autoproclamation.

Toutefois, l’entêtement d’AMO pourrait bien pousser Ali Bongo à aller jusqu’au bout de sa logique judiciaire afin de lui donner une leçon, quitte à l’amnistier ensuite sous certaines conditions.

Fanny Pigeaud


SUR LE MÊME SUJET
Depuis Paris, André Mba Obame aux Gabonais (vidéo): “Tout le monde reste à la maison”
Dans une interview accordée à la chaîne TV Africa 24, c'est depuis Paris qu'André Mba Obame, manifestement en forme et de retour d'Afrique du Sud où il a longuement séjourné pour une opération chirurgicale, a lancé un appel au peuple gabonais qui se résume en ces mots: "Je dis au Gabonais, samedi, tout le monde reste à la maison". http://www.dailymotion.com/video/xn0dio_jt-live-15-12-11-edition-du-soir_news#rel-page-under-2
Lire l'article
L’opposant Mba Obame autorisé à sortir du Gabon pour aller se soigner à l’étranger
L’opposant gabonais André Mba Obame, sous le coup de poursuites judiciaires, a été autorisé à quitter le pays pour aller se soigner à l'étranger, selon une décision du procureur de la République près du tribunal de Libreville publiée vendredi dans la capitale gabonaise. Cette décision fait suite à une lettre du ministre de la Justice, Ida Réténo Assonouet, enjoignant le procureur de lever la mesure d’interdiction de sortie du territoire national prise contre M. Mba Obame. La correspondance du ministre de la justice fait suite à celle de Me Lubin Ntoutoume, avocat de M. Mba Obame, sollicitant une ...
Lire l'article
COMMUNIQUÉ: Santé de M. André MBA OBAME
Le 13 mai 2011, Monsieur André MBA OBAME a été examiné par un Neurologue. Une IRM demandée en urgence a été réalisée le 14 mai 2011 à la Polyclinique EL RAPHA de Libreville. Cet examen radiologique a mis en évidence la présence d’une hernie discale postéro-latérale qui a entrainé une sciatique paralysante et hyperalgique. Le traitement de cette pathologie est chirurgical. Le 26 mai 2011, l’évolution de l’état de santé de Monsieur André MBA OBAME a amené le Médecin à conclure à la nécessité et à l’urgence d’une évacuation sanitaire pour une intervention en milieu spécialisé. Dans les prochains jours, l’état de ...
Lire l'article
8 avril (Xinhua) -- Les partisans de l'opposant gabonais André Mba Obame ont fait un sitting vendredi devant le palais de l'Assemblée nationale à Libreville. Ces partisans boudent du fait que leur leader est en train d'être auditionné par ces paires députés pour la levée ou pas de immunité parlementaire d'André Mba Obame. "Nous sommes ici pour soutenir notre leader, il est le député de notre localité, nous n'accepterons pas que nous ne soyons pas représentés à l'Assemblée", déclaraient les manifestants. L'opposant gabonais André Mba Obame, qui conteste l'élection d'Ali Bongo Ondimba à la tête du Gabon depuis 2009, s'était autoproclamé en janvier ...
Lire l'article
L'opposant André Mba Obame, qui s'est autoproclamé président du Gabon et réfugié depuis le 25 janvier dans une agence onusienne de Libreville, a répondu vendredi au président Ali Bongo, estimant qu'il n'était pas "ridicule de se battre pour ses droits". "Il nous trouve +ridicule+ parce que pour lui, c'est ridicule de se battre pour ses droits. C'est un monarque qui trouve ridicule que des gens, des Gabonais puissent vouloir se lever pour leurs droits", a affirmé à l'AFP M. Mba Obame au téléphone, un blocus policier empêchant tout étranger ou journaliste de s'approcher du bâtiment du Programme des Nations unies pour ...
Lire l'article
Figure de l'opposition gabonaise, l'ex-ministre de l'Intérieur André Mba Obame menace d'entraver les législatives d'avril 2011. "Si nous n'avons pas les garanties de transparence et d'équité requises, confie-t-il à L'Express, le scrutin n'aura pas lieu. Nous avons les moyens d'empêcher sa tenue." En creux, Obame adresse au président Ali Bongo Ondimba un appel du pied : en cas d'élections jugées satisfaisantes, lui et ses alliés pourraient reconnaître la légitimité, aujourd'hui contestée, du fils d'Omar Bongo.
Lire l'article
L'ex-ministre de l'Intérieur André Mba Obame, arrivé troisième à l'élection présidentielle du 30 août au Gabon remportée par Ali Bongo, a annoncé mardi qu'il avait cessé sa grève de la faim entamée le 12 octobre. "Je l'ai arrêtée samedi", a déclaré sans plus de précisions à l'AFP M. Mba Obame, joint par téléphone. Pendant les trois semaines qu'a duré sa grève, l'ancien ministre est toujours resté évasif sur les raisons qui le pousseraient à l'arrêter. Le 21 octobre, il avait déclaré qu'il l'arrêterait "quand la situation politique sera apaisée". Il avait entamé cette grève le jour de la validation de la présidentielle -après ...
Lire l'article
L'ex-ministre de l'Intérieur André Mba Obame, 3e à l'élection présidentielle du Gabon selon le nouveau comptage de la Cour constitutionnelle, reste gréviste de la faim mais oeuvre à la création d'un parti politique, a-t-il affirmé mercredi à l'AFP. "Je continue de jeûner", a-t-il affirmé à son domicile, précisant qu'il avait reçu une assistance médicale et une perfusion mardi. "J'arrêterai quand la situation politique sera apaisée. J'ai craint des violences", a-t-il poursuivi, restant énigmatique sur ce qui motivera l'arrêt de sa grève entamée le 12 octobre. "Nous travaillons à la création d'un parti (politique). J'ai obtenu 90.000 voix, pourquoi ne le ferais-je pas ?", ...
Lire l'article
L'ex-ministre de l'Intérieur André Mba Obame, arrivé 3e de l'élection présidentielle selon le nouveau comptage de la Cour constitutionnelle, a affirmé mercredi à la presse qu'il poursuivait sa grève de la faim entamée lundi. "J'économise mes forces. Le combat continue, vous allez voir que ce n'est pas un jeu. Et vous continuerez à entendre parler de nous", a affirmé à la presse M. Mba Obame, présent lors d'une déclaration commune de la coalition de candidats de l'opposition rejetant les résultats de la présidentielle. Visiblement fatigué, M. Mba Obame avait annoncé lundi avant la validation de l'élection d'Ali Bongo à la présidence commencé ...
Lire l'article
Au cours d'une conférence de presse donnée le lundi 31 août, Andre Mba Obame, ancien ministre de l'intérieur, et naguère proche d'Ali Bongo, a critiqué la déclaration ce dernier selon laquelle il était le vainqueur de l'élection présidentielle qui venait de se dérouler et donc le nouveau président des Gabonais. Aux côtés d'Andre Mba Obame étaient présents : Jean Eyeghe Ndong, Paul Mba Abessole, Medhi Teale, Jean Ntoutoume Ngoua et Anna Claudine Ayo Assayi. La conférence se tenait dans le QG de Zacharie Myboto avec lequel Andre Mba Obame s'est déclaré en phase (Myboto a également critiqué la déclaration "précipitée" d'Ali ...
Lire l'article
Depuis Paris, André Mba Obame aux Gabonais (vidéo): “Tout le monde reste à la maison”
L’opposant Mba Obame autorisé à sortir du Gabon pour aller se soigner à l’étranger
COMMUNIQUÉ: Santé de M. André MBA OBAME
Gabon : sitting des partisans d’André Mba Obame devant l’Assemblée nationale
Gabon: Mba Obame estime que “se battre pour ses droits” n’est pas “ridicule”
Gabon : la menace de Mba Obame
Gabon: l’ex-ministre de l’Intérieur Mba Obame a cessé sa grève de la faim
Gabon: André Mba Obame, toujours en grève de la faim, veut créer un parti
Gabon: André Mba Obame poursuit sa grève de la faim
Gabon : Andre Mba Obame dénonce une tentative de hold up électoral

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 27 Mai 2011
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*