Socialisez

FacebookTwitterRSS

Les prostitués politiques de l’histoire du Gabon (Partie 3)

Auteur/Source: · Date: 30 Mai 2011
Catégorie(s): Griffaronades,Opinion

SUITE DE NOTRE CONVERSATION AVEC LE PEUPLE GABONAIS, SUR LES PROSTITUÉS POLITIQUES DE L’HISTOIRE DU GABON

La Plateforme Républicaine-USA, s’inquiète du taux de mortalité très élevé au Gabon! Pourquoi, les dirigeants politiques gabonais vont-ils recevoir les soins médicaux en France et ailleurs: le cas récent de PIÉRRE MAMBOUNDOU, ANDRÉ M’BA OBAME et ALI BONGO ONDIMBA pendant que le petit citoyen dépourvu de moyens meurt sur place à la suite d’un palu?

Comment en 2011 le Gabon, un pays béni de ‘’Dieu’’ n’arrive t-il pas à soigner son peuple malgré son sous-sol riche? La France est-elle responsable du manque de volonté politique, ou l’incapacité notoire de la famille BONGO ONDIMBA à doter le Gabon d’infrastructures susceptibles non seulement de répondre aux besoins en matière de santé PUBLIQUE, mais aussi d’assurer le bien être du peuple? OMAR BONGO ONDIMBA ex-agent des services secrets de la France-Afrique, n’est-il pas mort comme un chien dans l’avion en route pour l’Espagne dans le but de recevoir des soins médicaux?

Autant de préoccupations qui suscitent des commentaires de la part de la nouvelle < <Élite>> politique de diaspora-USA, et d’ailleurs. IL faut reconnaitre d’entrée le constat d’échec d’une famille en perte de vitesse dont la morale peu sérieuse laisse entrevoir une maladie inguérissable, partant un système sanguinaire et sans nous départir de nos aspirations premières que sont la santé, l’éducation gratuite en gros l’accès à la justice pour tous, que la Plateforme Républicaine-USA, par l’ENTREMISE de son Président exige le départ immédiat et sans conditions des BONGO ONDIMBA y compris de cette « élite » politique de l’opposition car le marasme économique provoqué par la mauvaise gestion est plus que le ‘’Sida’’ car mourir avant sa mort est plus qu’une mort.

N’est-ce pas toute politique menée dans des sociétés modernes est pour mieux répondre aux aspirations du peuple, par la mise en place des structures visant à améliorer le bien être de ce peuple que l’on aime autant selon les dires de l’ÉMERGENCE. C’est par exemple les politiques ‘’régaliennes’’ de la santé, l’éducation… que l’on observe dans les pays, ou les dirigeants ont consciences de l’existence du peuple. Mais pourquoi, le peuple Gabonais est-il derrière ses démagogues, prostitués et politicards du ventre?

L’argent facile avili (dégrade) les prostitués politiques du Gabon, pour reprendre l’expression d’un dirigeant de la France-Afrique. Le cas du Gabon est révélateur, la grande majorité des prostitués politiques gabonais sont tous stipendiés à la solde du pouvoir incarné par les BONGO ONDIMBA. Presque tous ont trompés, bafoués, volés, ridiculisés sinon violé les consciences des paisibles citoyens du Gabon.
L’on se demande comment ils peuvent prétendre être les << ‘’meilleurs’’ du Gabon et rester depuis 1990 toujours maitres incontestés de leur parti politique qui sont en principe des “Entreprises” à but lucratif car chaque fois que les BONGO ONDIMBA veulent distraire le peuple, il se sert de ces partis dits de l’opposition pour faire des liaisons. L’opposition prônée par ces partis véreux est juste pour avoir des places de choix, ou encore mettre en branle le clientélisme politique. La Plateforme Républicaine-USA assume, qu’un intellectuel (tel qu’ils se réclament) doit-être comme une lumière qui devrait éclairer la grande majorité. Mais, cette ‘’Élite’’ politique qui n’a comme rêve que de s’enrichir à la vitesse du TGV. Une Élite qui a perdue tout âme, tout sens de responsabilité ou imbu d’esprit patriotisme mesuré, c’est la communauté dans son ensemble qui se délite. C’est pourquoi, la Plateforme Républicaine assume ici bas que seul les opposants dont les noms restent gravés dans les mémoires des gabonais car ayant payé de leur vie, leurs noms JOSEPH REDJAMBE, M’BA Germais, NDOUNA DEPENAUD, MARTINE OULABOU, MAITRE AGONDJO OKAWE, FANGUINOVENI, AMBOUROUE AVARO, Capitaine MANDZA, Capitaine MOMBO, MARTINE BENGONO et bien d’autres encore bénéficient du STATUT d’opposant pour leur courage et fidélité à la patrie. La démocratie comme nous l’a suggérée le sommet de la recolonisation de la Baule en 1987 et ancrée pleinement après la Conférence Nationale n’a pas atteint les résultats escomptés par les Gabonais. En effet, les pseudos partis dits de l’opposition n’ont fait que protéger le régime BONGO ONDIMBA. Juste après la Conférence Nationale, cette opposition qui était en collision avec le pouvoir avait appelée a un boycott massif afin d’offrir un boulevard au régime BONGO ONDIMBA au sortir des législatives. Elle aurait remportée ces législatives de 90, le cours de l’histoire du Gabon aurait changé car des nationalistes y avaient apporté une pierre à ce grand rendez-vous. Tous les gabonais se souviennent encore des accords de Paris, réunis du 5 au 27 septembre 1994 dans la Capitale Française. Les prostitués politiques de l’histoire du Gabon, très gourmands des ‘’Cfa’’ se sont envolés pour Paris, mais pas pour débattre de l’avenir du peuple Gabonais. Pour preuve, ce sont les mêmes qui s’agitent qui ont pris part côtés opposition. Aujourd’hui, ils sont toujours les même à accompagner et à amender les actes d’un système installé, conforté et soutenu par la France-Afrique. Chers compatriotes et amis du Gabon, vous remarquerez que la plupart de ses prostitués politiques ont été membre du gouvernement qu’ils prétendaient combattre. Vous verrez-même qu’ils sont plus arrogants que les membres du parti au pouvoir (PDG). L’argent de la rente pétrolière au lieu de construire les routes, hôpitaux et les écoles pour éduquer le peuple…n’a servi plutôt qu’à nourrir ses prostitués politiques. Ils l’ont d’ailleurs comprise et se font remarquer surtout à la veille de chaque élection en faisant croire leur opposition crédible. Pour parler en bref du rôle des medias au Gabon, aucun n’a jamais sensibilisé l’opinion sur les questions majeures de notre environnement politique, économique et social. C’est croire que le Quatrième pouvoir au Gabon (journaliste gabonais) est de vanter les mérites s’il y en a du pouvoir et de cette fameuse opposition qui n’est jamais allée au bout de sa logique car il y a lieu aussi de souligner ici que la presse nationale est la caisse de résonance des slogans et de l’arrogance du pouvoir BONGO ONDIMBA. Voila, où en est le Gabon des BONGO ONDIMBA et leurs acolytes. La Plateforme Républicaine-USA affirme sans risque de se tromper, que le Gabon mérite ses dirigeants actuels qui ne sont en principe que des bandits de grand chemin, habiter par un esprit animal car ils n’ont comme intelligence que pour voler les Cfa du peuple. Le cas récent de GUY NZOUBA NDAMA qui, après avoir détourné près de 8 milliards de franc Cfa bénéficie toujours de l’immunité parlementaire, La Plateforme Républicaine-USA, profite de cette Tribune Républicaine pour lancer un appel à cette ‘’Elite’’ en perte de vitesse qui brille par des compromissions afin qu’elle se ressaisisse avant qu’il ne soit trop tard car la vie d’une nation est durable dans le temps. La santé de nos concitoyens devenue plus que préoccupante, nous nous devons d’en parler pour établir les points d’action essentiels. Le taux de mortalités au Gabon est trop élevé pour un pays aillant un chiffre démographique aussi faible. La solution semble apparente dans le renouvellement et le développement des infrastructures hospitalières. New York City 5/30/2011 Pour le Président de la Plateforme Républicaine-USA ALLHEN ALLHAN AMBAMANY AUTEUR DE L’ARTICLE INTITULÉ LES PROSTITUÉS POLITIQUES DE L’HISTOIRE DU GABON. NOUS Y REVIENDRONS AVEC LA PROSTITUTION DES GRANDES DAMES ET MAITRESSE AU GABON.  [rps]


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 30 Mai 2011
Catégorie(s): Griffaronades,Opinion
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*