Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Le directeur du journal “Echos du Nord” en danger ?

Auteur/Source: · Date: 3 Juin 2011
Catégorie(s): Médias,Politique

plainte contre X

d'ou vient Ali Bongo

Le directeur de publication de l’hebdomadaire “Echos du Nord”, Désiré Ename, a été l’objet d’un traquenard, le 2 juin dernier, qui l’a conduit à être gardé à vue dans les locaux de la Police judiciaire (PJ). Il n’a été relaxé que vers minuit et devait y retourner ce matin. Les contours de cette interpellation.

Désiré Ename, directeur de publication de l’hebdomadaire “Echos du Nord”, a été interpellé, le 2 juin, et retenu dans les locaux de la Police judiciaire (PJ) jusqu’aux alentours de minuit.

La Police lui a demandé de se présenter à nouveau ce vendredi 3 juin. Il ne s’y est pas rendu «Pour la simple raison qu’il faut qu’ils m’envoient d’abord un mandat en bonne et due forme et parce qu’on ne peut pas me demander d’aller signer un Procès-verbal que j’ai déjà signé hier», explique le directeur de publication, joint au téléphone dans la matinée du 3 juin. De plus, sur recommandation de son avocat, Me Paulette Oyane, il ne devra désormais obtempérer que sur présentation d’un mandat établi en bonne et due forme et en la compagnie de son conseil.

Les conditions de l’interpellation du journaliste tiennent d’ailleurs du traquenard, ainsi qu’il le relate : «Quelqu’un m’a appelé en prétextant qu’il avait une information capitale à me livrer. Ainsi que cela se fait assez souvent dans notre métier, il y a des personnes qui ont peur de se montrer avec les journalistes auxquels ils veulent communiquer des informations. Nous avons donc convenu d’un rendez-vous dans un café tranquille du front de mer. Avant de se pointer, l’inconnu m’a rappelé à 19h14 pour s’assurer de ce que je ne vendrais pas la mèche quant à l’origine des informations qu’il allait me livrer. Je lui ai assuré qu’en tant que professionnel, ce que j’ai de plus cher ce sont mes sources que je les protège toujours et toujours. Lorsqu’il se pointe, il prétexte d’être observé par des personnes bizarres puis ressort du café. C’est à ce moment que trois personnes m’encerclent et m’enjoignent de les suivre parce qu’ils sont de la PJ. J’ai dû regimber, demander des preuves de leur appartenance à la PJ, pour qu’enfin ils me présentent des cartes d’identité de police. C’est à moment que j’ai consenti à les suivre. Nous sommes arrivés dans les locaux de la PJ aux environs de 19h30».

L’interpellation de Désiré Ename se rapporte à la publication, dans la dernière livraison des “Echos du Nord”, d’un article intitulé «D’où vient Ali Bongo Ondimba ?» relatif à un acte de naissance ayant circulé comme un tract lors de la présidentielle anticipée de 2009 et qui fait l’objet d’une plainte contre X déposée au tribunal de grande instance de Libreville pour «usage de faux», le 24 mai 2011. Un collectif de 50 personnes emmenées par le président du Mouvement de redressement national (MORENA, originel), Luc Bengone Nsi, en sont les plaignants. Le tribunal leur a donné rendez-vous le 9 juin prochain à 10 heures.

De nombreux professionnels de la presse estiment que l’article des “Echos du Nord” est équilibré et nullement diffamatoire. Certes interrogatif, le texte cite une certaine Alexandrine Okayi, épouse Otsobogo, qui conforte les thèses de Patience Dabany, mère du président Ali Bongo, au sujet de la naissance de celui-ci. L’article est illustré d’un fac-similé de l’acte de naissance problématique.

Ce document, vulgarisé durant la campagne de l’élection présidentielle de 2009, circulant actuellement sur l’Internet et récemment publié par d’autres journaux, est vraisemblablement le mobile de l’arrestation du journaliste. Les questions qui lui ont été posées par la police ont tourné autour de deux axes principaux : Comment s’est-il procuré cet acte de naissance et quelles relations a-t-il entretenu ou entretient-il avec Luc Bengone Nsi, le président du Morena originel.

De nombreux journalistes gabonais s’étonnent d’autant plus que cette interpellation porte sur des questionnements que de nombreux autres titres de la place ont poussé à la suite de la plainte susmentionnée de Bengone Nsi.

Interrogé sur les plausibles artisans de son interpellation, le directeur des “Echos du Nord” explique : «Je relate un fait simple. C’est que lundi, après la parution du journal, quelqu’un s’est présenté à moi comme étant un émissaire de Mr Frédéric Bongo, que je ne connais pas, pour me faire entendre que celui-ci me règlera mes comptes ainsi qu’à mon journal. Je ne peux pas dire qu’il est à l’origine de mon interpellation, mais je dois relever cet antécédent que je ne trouve pas du tout négligeable. Parce que, c’est à la suite de cela que les choses se sont enchainées, dont ce qui m’est arrivé hier et qui n’avait rien à voir avec une arrestation mais un enlèvement.»


SUR LE MÊME SUJET
Suspendu par le Conseil national de la communication (CNC) le 10 juin dernier, l’hebdomadaire "Echos du Nord" a purgé sa peine d’un mois et se retrouve à nouveau dans les kiosques. Durant cette absence relativement courte, des avis recueillis çà et là ont démontré que ce titre figure dans le fleuron de la presse libre du Gabon. Anatomie d’un succès éditorial que certains lecteurs présentent comme la mauvaise conscience des gouvernants du Gabon. Beaucoup moins iconoclaste que "La Nouvelle République" et loin du caractère effronté du satirique "Edzombolo", l’hebdomadaire "Echos du Nord" est indiscutablement un succès éditorial, un journal atypique ...
Lire l'article
Après l’interpellation de son directeur par la Police judiciaire, le 2 juin dernier, l’hebdomadaire "Echos du Nord" a été suspendu par une décision du Conseil national de la communication (CNC), toujours au sujet de l’article intitulé «D’où vient Ali Bongo ?» relatif à une plainte contre X au tribunal de grande instance de Libreville. La décision du CNC est intervenue dans un contexte marqué par les attaques des médias américains au sujet de la restriction des libertés démocratiques au pays d’Ali Bongo, reçu le 9 juin dernier par Barack Obama. Il n’a fallu que trois mois à Jean Ovono Essono ...
Lire l'article
Depuis la publication d’un article intitulé «D’où vient Ali Bongo ?» relatif à un acte de naissance faisant l’objet d’une plainte contre X au tribunal de grande instance de Libreville, l’hebdomadaire "Echos du Nord" est l’objet d’inimitiés diverses, caractérisées par deux convocations administratives de son directeur et son interpellation par la Police judiciaire, le 2 juin dernier. Une rumeur récurrente fait maintenant état de l’interdiction imminente de ce titre. Gaboneco s’est rapproché, à cet effet, de Désiré Ename, directeur de la publication. Aviez-vous, lors de votre dernière interpellation par la Police judiciaire, été physiquement maltraité, ainsi que le prétend une ...
Lire l'article
d'ou vient Ali Bongo
Le Directeur de publication du journal gabonais « Echos du Nord » est retenu dans les locaux de la Police judiciaire à Libreville depuis le 02/06/11, après plusieurs heures d’interrogatoire. L’interpellation du journaliste a eu lieu aux environs de 19h30 : un individu se faisant passer pour un informateur lui a donné rendez-vous. Une fois sur place, Désiré ENAME est appréhendé par des policiers en civil qui vont le conduire dans les geôles de la PJ où il passera la nuit, après plusieurs heures d’interrogatoire. Lequel portera essentiellement sur un article relatif au « vrai-faux acte de naissance du président Ali ...
Lire l'article
Pour une affaire remontant à 2004 et procédant du délit de presse, le journaliste et directeur de la publication du bimensuel gabonais "Le Temps", Jean-Yves Ntoutoume, a été incarcéré à la prison centrale de Libreville. Il s’agit d’une «contrainte par corps» pour l’obliger à débloquer 10 millions de francs CFA. Cette arrestation relance le débat sur la dépénalisation du délit de presse au Gabon. Répondant à une convocation de la Police judiciaire le 26 octobre dernier, Jean-Yves Ntoutoume, directeur de la publication du bimensuel gabonais "Le Temps" a été incarcéré à la prison centrale de Libreville. Joint au ...
Lire l'article
Alors que le Front de refus du coup de force électoral a appelé les populations à observer une «ville morte» les 14, 15 et 16 septembre, en hommage aux victimes des émeutes de Port-Gentil et pour dénoncer la fraude électorale, Libreville a fonctionné normalement. Aucune baisse d'activité significative n'était perceptible dans la capitale gabonaise, où les populations dénonçent une coalition tardive de l'opposition et des impératifs professionnels pour subvenir à leurs besoins. © gaboneco - Les rues de Libreville résonnaient de leurs activités habituelles le 14 septembre 2009 Circulation normale, commerces ...
Lire l'article
Gabon : Pierre Mamboundou en danger de mort’
Le président de l’Union du Peuple Gabonais (UPG, opposition), Pierre Mamboundou, a révélé le 8 août à Libreville « les preuves » d’un complot savamment organisé visant, selon lui, à l’élimination physique de sa personne. Une élimination qui devait avoir lieu le « 15 » ou le « 17 août 2008 », en pleine commémoration de la fête de l'indépendance. Pierre Mamboundou est certain que ses jours sont comptés. Au cours d'une conférence de presse qu'il a animé le 8 août à Libreville, le président de l’Union du Peuple Gabonais (UPG) a révélé qu'un complot visant son ...
Lire l'article
Paris, le 1 août 2008 Monsieur le Président, Les excellents rapports que vous entretenez avec le président du Gabon sont de notoriété publique. Or, comme vous le savez, des responsables d’organisations de la société civile gabonaise – de longue date victimes d’innombrables harcèlements et menaces sur leurs personnes et leurs droits – sont à nouveau visés par le pouvoir gabonais en raison de leur combat contre la pauvreté, la corruption, l’opacité de l’utilisation des revenus miniers et le détournement de l’argent public. Pour avoir dénoncé un scandale financier dans lequel serait impliqué le Procureur de la République du Tribunal de première instance de ...
Lire l'article
Selon El-Ghassim, porte-parole de la Commission de l’Union africaine (UA), le président de la Commission de cette instance, Jean-Ping, est «hors de danger». En effet, victime d’un malaise lors d’une réunion à Toyako, dans l’île japonaise de Hokkaïdo, avec des Chefs d’Etat et de gouvernement du G8, Jean-Ping a été brièvement hospitalisé. «Comme il est tard au Japon, a-t-il confirmé à l’AFP, les médecins ont préféré le garder en observation, mais il est hors de danger ». Jean-Ping, 65 ans, ancien ministre gabonais des Affaires étrangères et vice-Premier ministre, a été élu le 1er février 2008 à la présidence de la Commission ...
Lire l'article
Le BDP-Gabon Nouveau fonctionne avec un Comité Directeur organisé sous le modèle d'un gouvernement parallèle. Ce comité est fait de membres qui occupent des postes de réflexion bien définis, avec des conseillers pour les assister. Ces postes de réflexion sont au nombre de 12. Pour des raisons stratégiques, seul le Président du BDP-Gabon Nouveau est habilité à révéler son identité (pour le moment). Le Comité Directeur Dr. Daniel Mengara Président et Membre Fondateur du BDP-Gabon Nouveau Chargé des Affaires étrangères et de la coopération internationale Intérieur, défense nationale et protection du citoyen Santé, bien-être de la population et recherche médicale Sports, loisirs, environnement, promotion et conservation du patrimoine ...
Lire l'article
Gabon : Le phénomène “Echos du Nord”
Gabon : Polémique pour la suspension du journal “Echos du Nord”
Gabon : Vers une suspension du journal “Echos du Nord” ?
Gabon : Urgent : Désiré ENAME, Directeur du journal « Echos du Nord », détenu à la PJ
Gabon : Arrestation du directeur du journal “Le Temps”
Gabon : L’opération «ville morte» sans échos à Libreville
Gabon : Pierre Mamboundou en danger de mort’
Les militants pour la démocratie et des droits de l’Homme au Gabon en danger
Jean Ping hors de danger
Le Comité Directeur

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 3 Juin 2011
Catégorie(s): Médias,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*