Socialisez

FacebookTwitterRSS

Biens Mal acquis : Les acquisitions continuent malgré la plainte

Auteur/Source: · Date: 10 Juin 2011
Catégorie(s): Politique,Société

Le parquet de Paris a refusé un réquisitoire supplétif au juge Roger Le Loire, qui enquête sur les biens mal acquis, en France, par les chefs d’Etat de la Guinée Equatoriale, du Gabon, du Congo et leurs proches. Selon l’enquête du juge d’instruction, les familles visées par la plainte déposée à Paris en 2008 par l’organisation Transparence International France (TIF), pour “recel de détournement de fonds publics”, ont continué sur leur lancée en procédant à de nouvelles acquisitions.

Les menaces liées à l’instruction judiciaire en cours sur leurs éventuels biens mal acquis en France n’ont pas tempéré leur goût du luxe. Les présidents du Gabon, du Congo et de la Guinée-Equatoriale, visés par la plainte déposée à Paris en 2008 par l’organisation Transparence International France (TIF) pour “recel de détournement de fonds publics”, ont continué depuis lors, comme s’ils se sentaient intouchables, à amasser objets de luxe et voitures d’exception, a rapporté le quotidien français “Le monde” le 9 juin.

Désireux d’étendre leurs investigations à ces présumés nouveaux biens mal acquis, les juges d’instruction parisiens, Roger Le Loire et René Grouman, avaient demandé le 13 avril un réquisitoire supplétif au Parquet, qui a rejeté leur requête le 9 juin.

«C’est une intrusion caricaturale du politique dans le judiciaire», s’est indigné William Bourdon, avocat de Transparency, l’association internationale contre la corruption à l’origine des procédures qui visent les chefs d’État. «Chacun devrait être curieux de savoir quelles assurances ont reçues ceux qui continuent à faire des acquisitions malgré les enquêtes en cours», a-t-il poursuivi.

Les agents de l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF), mandatés par les juges d’instruction parisiens, ont ainsi établi que le président gabonais, Ali Bongo, a acquis en France, en 2009, une Bentley, quelques mois avant son élection. Ce bolide de 2,5 tonnes, capable d’atteindre 322 km/h, est facturé plus de 200 000 euros (plus de 131 millions de francs CFA).

La famille de Denis Sassou Nguesso, président du Congo-Brazzaville, n’est pas en reste. Son épouse a acquis en France, début 2010, une Mercedes classe E immatriculée “corps diplomatique”. De son côté, Wilfrid Nguesso, neveu du chef de l’Etat et patron de la Société congolaise de transports maritimes chargée par Brazzaville de prélever les taxes sur les tankers de pétrole congolais, a, en octobre 2009, jeté son dévolu sur une Porsche Panamera turbo estimé à 137 000 euros.

Mais le constat le plus stupéfiant concerne le fils de Teodoro Obiang Nguema, président de la Guinée équatoriale. Les enquêteurs des douanes ont établi qu’en novembre 2009 «26 voitures de luxe et 6 motos (…) d’occasion d’une valeur de près de 12 millions de dollars ont été acheminées à l’aéroport de Vatry [Marne] en provenance des Etats-Unis [par Teodoro Nguema Obiang] pour réexportation vers la Guinée équatoriale», notamment.

Le 9 novembre 2010 en France, la Cour de cassation avait autorisé la justice française à enquêter sur les conditions d’acquisition en France du patrimoine de trois chefs d’Etat africains, après un rejet en octobre 2009. 


SUR LE MÊME SUJET
La chaîne publique France 24 a retiré une vidéo potentiellement embarrassante de son site internet, à la demande d'une ambassade africaine, et sans en informer ses internautes. S'agissait-il d'une parodie, comme le suggère l'explication officielle donnée en interne, ou d'un cas classique de pression diplomatique sur la « voix de la France » ? Les internautes auraient mérité une explication… Cette vidéo est liée à l'affaire dite des « biens mal acquis », c'est-à-dire l'utilisation de l'argent de la corruption par des chefs d'Etat africains pour acheter des biens immobiliers en France. L'affaire, lancée par des associations (Sherpa, Transparence international (TI) ...
Lire l'article
Le dossier sensible des « biens mal acquis » a été confié à deux juges d’instruction français. Leur mission est d’enquêter sur le patrimoine en France de trois présidents africains : le Gabonais feu Omar Bongo Ondimba, l’Équato-Guinéen Teodoro Obiang Nguema et le Congolais Denis Sassou N’Guesso. Les juges d’instruction Roger Le Loire (doyen des juges d’instruction parisiens) et René Grouman ont été choisis pour prendre en main l’enquête sur les conditions dans lesquelles des biens ont été acquis en France par plusieurs familles de chefs d’État africains, a-t-on appris vendredi 3 décembre. La Cour de cassation de Paris a autorisé le ...
Lire l'article
Les juges d'instruction Roger Le Loire et René Grouman ont été désignés pour enquêter sur l’affaire des biens mal acquis. Un dossier brûlant qui concerne les conditions d'acquisition d'un important patrimoine en France par les chefs d'État du Congo, de Guinée équatoriale et du Gabon. On connait désormais les juges qui auront la lourde tâche de faire la lumière sur l’affaire des biens mal acquis. Il s’agit des juges d'instruction parisiens Roger Le Loire et René Grouman qui enquêteront sur le patrimoine en France de trois présidents africains, Denis Sassou Nguesso (Congo), Teodoro Obiang Nguema (Guinée équatorial), le défunt chef ...
Lire l'article
Une association proche du pouvoir au Gabon a appelé mardi à boycotter pendant une semaine les produits du groupe français Total, qu'elle accuse d'être "le symbole de l'occupation française", pour protester contre la France dans l'affaire dite des "biens mal acquis". Dans une déclaration lue devant la presse par sa présidente, Chantal Ondo, le Mouvement Génération Omar Bongo Ondimba (OBO) - du nom du président gabonais décédé en juin 2009 - affirme avoir décidé ce boycott "suite à la réouverture en France du dossier des présumés biens mal acquis" par M. Bongo, "affaire introduite il y a quelques années par les ...
Lire l'article
Cinq ONG gabonaises ont déposé une plainte, lundi, au tribunal de grande instance de Libreville, contre une ONG française, Transparency International, pour « propos diffamatoires et injurieux » à l’encontre du défunt chef de l’Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba, a constaté GABONEWS. Ces cinq ONG, représentées par Me Ferdinand Abena Bidzo’o, se référant à l’article 283 du code pénal en République gabonaise qui stipule que « toute allégation ou imputation qui font atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne à laquelle elle est adressée, est une diffamation » sont montées au créneau pour protester contre l’ONG française qui ...
Lire l'article
Plusieurs associations gabonaises ont déposé lundi une plainte contre l'ONG Transparency International (TI) dans l'affaire dite des "biens mal acquis" sur le patrimoine en France de présidents africains, pour des "propos diffamatoires" contre l'ex-président Omar Bongo. La plainte des associations gabonaises vise TI "pour propos diffamatoires et calomnieux à l'endroit du défunt président Omar Bongo Ondimba, incitation aux troubles et à la révolte des Gabonais par médias internationaux interposés", selon un document montré à la presse par leur avocat, Me Ferdinand Abéna Bidzo'o. En décembre 2008, TI-France avait déposé une plainte à Paris, demandant une enquête sur le patrimoine en France ...
Lire l'article
Une association gabonaise a annoncé samedi à l'AFP qu'elle portera plainte lundi à Libreville avec plusieurs ONG locales contre l'ONG Transparency International (TI)-France qui a porté plainte en France contre le président gabonais Omar Bongo Ondimba, décédé en 2009. "Nous avons déjà saisi notre avocat, il a la plainte qui sera déposée lundi auprès du procureur général de la République" de Libreville, a déclaré Albert Kassa, porte-parole de Cashbo qu'il présente comme "une association politique de soutien aux actions du pouvoir en place" au Gabon. "Nous sommes une trentaine d'associations et d'ONG gabonaises" à l'origine de cette "plainte pour propos diffamatoires, calomnieux ...
Lire l'article
Le Conseil des Camerounais de la Diaspora (CCD) a déposé ce mardi une plainte à Paris contre Paul Biya le président camerounais pour "recel de détournement de fonds publics" . Dans cette plainte dont Camer.be a pu s'en procurer une copie, le chef de l'Etat Camerounais est accusé d'avoir constitué un patrimoine immobilier en France financé par des détournements des fonds publics. Selon le CCD, des enquêtes multiples et variées ainsi que certaines investigations émanant de publications et magazines reconnus, Français ou Camerounais tel «Le Monde», «Le Canard Enchaîné» ou «Germinal»sans oublier différents observateurs tel l’organisme CCFD ont recueilli un ...
Lire l'article
L'ONG Transparence internationale avait porté plainte en 2008 concernant les biens acquis en France par Omar Bongo du Gabon, Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang de Guinée Equatoriale. Clos avant d’être ouverte ? La Cour d'appel de Paris a refusé jeudi qu'un juge d'instruction lance une enquête sur l'affaire dite des «biens mal acquis» présumés par les présidents du Gabon, du Congo et de Guinée équatoriale et de leur entourage, a-t-on appris de source judiciaire et auprès de l'un des avocats. La chambre de l'instruction de la cour d'appel a jugé irrecevable la plainte de l'ONG Transparence International, spécialisée dans la ...
Lire l'article
La justice française va enquêter sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etat africains. Un juge d'instruction a en effet décidé d'instruire la plainte déposée notamment pour "blanchiment" par une association, Transparence internationale France, a-t-on appris mardi de source judiciaire. "C'est une décision sans précédent. C'est la première fois qu'une enquête est possible s'agissant de chefs d'Etat en exercice", s'est félicité Me William Bourdon, l'avocat de Transparence internationale France. L'avocat se dit confiant, en dépit d'un probable appel du parquet. "Le droit est l'allié des plaignants depuis le début de cette affaire. Cet appel sera perçu comme une tentative politique ...
Lire l'article
« Biens mal acquis » : France 24 trappe une vidéo « off »
Biens mal acquis : deux juges d’instruction pour trois présidents
Justice : Les juges de l’affaire des biens mal acquis connus !
“Biens mal acquis”: appel au boycott des produits de Total Gabon
Politique / « Biens mal acquis »: Cinq ONG gabonaises portent plainte contre Transparency International
“Biens mal acquis” : une plainte déposée au Gabon contre Transparency International
“Bien mal acquis”: plainte lundi au Gabon contre une ONG française
France- Cameroun,Biens mal acquis: Le Conseil des Camerounais de la diaspora (CCD) dépose une plainte contre Biya à Paris
Biens mal acquis : la justice refuse l’ouverture d’une enquête
“Biens mal acquis”: le juge décide d’instruire sur les biens de chefs d’Etat africains


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Juin 2011
Catégorie(s): Politique,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*