Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le Gabon produit 200 tonnes de poisson par an par aquaculture

Auteur/Source: · Date: 10 Juin 2011
Catégorie(s): Economie

Le Gabon produit depuis cinq ans par aquaculture deux cents tonnes de poisson par an, essentiellement du tilapia, selon M. Anicet Mombo, un expert gabonais en aquaculture.

Outre le tilapia, deux autres espèces de poisson, le mâchoiron et le mulet, sont en cours d’expérimentation dans les différentes fermes aquacoles du pays, a indiqué M. Mombo, jeudi à Libreville, en marge d’un séminaire sur les stratégies de développement de l’aquaculture commerciale en Afrique qui s’est achevé vendredi.

Ouverte mercredi dernier, la rencontre de trois jours a regroupé quelque 60 délégués en provenance des Etats africains riverains de l’Océan Atlantique (COMHAFAT), des représentants des aquaculteurs, des institutions nationales de recherches et de formation, des partenaires techniques et financiers (…).

M. Mombo a déploré l’absence de volonté politique, les problèmes de climat, ainsi que l’étroitesse du marché qui sont autant de facteurs limitant pour le développement de l’aquaculture au Gabon.

Selon le responsable du service pisciculture, Alphonse Ndjounga, la Société d’exploitation du parc de la Lékédi (SODEPAL), dans la province du Haut-Ogooué (sud-est), fournie à elle seule 120 tonnes de poisson sur les 200 tonnes produits annuellement dans l’ensemble des fermes aquacoles du pays.

Selon des statistiques du ministère de l’Agriculture, le tilapia (oréochromis niloticus) représente 98% des poissons élevés au Gabon dans les enclos ou dans les cages. Les 2% restants, la portion congrue est consacrée aux autres espèces, notamment le silure.

Les experts gabonais en aquaculture ont invité le gouvernement gabonais à mettre à la disposition des élevages, les aliments appropriés pour élever les alvins, qui représentent 60% des charges.

Citant l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le secrétaire exécutif de la COMHAFAT, Hachim El Ayoubi, a indiqué que l’Afrique ne participe que pour 1,8% à la production aquacole mondiale.


SUR LE MÊME SUJET
La Société gabonaise de raffinage (Sogara) vient d’annoncer une production record de 926 000 tonnes pour le compte de l’année 2011. Le directeur de la Société gabonaise de raffinage (Sogara), Pierre Reteno Ndiaye, vient d’annoncer une production de 926 000 tonnes en 2011 contre 900 000 tonnes en 2010. Le patron de la Sogara a également annoncé un objectif de 950 000 tonnes en 2012. La SOGARA produit du fuel, du bitume, du gasoil, de l’essence, du kérosène et d’autres hydrocarbures comme le pétrole lampant et le gaz. 80% de sa production est destinée au marché national dont les besoins sont ...
Lire l'article
Les femmes, compagnes des pêcheurs installés au village des pêcheurs de Cocobeach, s’activent de plus bel, à l’activité de séchage du poisson, en complément à leurs époux qui eux, ont le devoir de ravitailler les fumoirs avant l’étape de la vente. Autrefois réservé aux hommes, l’activité de séchage et de fumage de poisson à grande échelle qui se pratique au village des pêcheurs de Cocobeach se trouve actuellement entre les mains de femmes. Très habiles, ces femmes passent au fumoir différentes variétés de poisson. Chacune nécessitant une certaine durée bien déterminée. Pauline N, de nationalité camerounaise, une des plus anciennes du village explique ...
Lire l'article
La Sucrerie africaine du Gabon (SUCAF-Gabon) vise une production sucrière de 26 600 tonnes pour sa campagne de cette année, lancée le 19 mai dernier, a appris l’AGP de sources proches de l’entreprise. Selon la source, ouvriers de la société et saisonniers ont quatre mois pour récolter les 5 000 hectares de cannes que compte cette entreprise à Ouélé, petite localité située à près de 50 km de Franceville, chef-lieu de la province du Haut-Ogooué (sud-est). L’année dernière, SUCAF-Gabon a produit 26 850 tonnes alors qu’elle s’était fixée pour objectif 26 002 tonnes, contre 26 234 en 2009 et ...
Lire l'article
Le prix du poisson frais a plus que grimpé ces derniers temps à Lambaréné, capitale provinciale du Moyen-Ogoué, où le kilogramme de carpe est passé de 700 à environ 2500 francs CFA, pénalisant énormément les consommateurs qui ne savent plus à quel saint se vouer, a-t-on appris. A l’origine de cette situation , la forte pluviométrie de ces derniers temps qui provoque la montée des eaux; toute chose qui empêche les pêcheurs de faire de bonnes parties de pêche. Ainsi, pour la carpe fraîche, poisson très prisé et le moins coûteux, le kilogramme passe de 700 à 2500 FCFA, et les autres ...
Lire l'article
Plusieurs semaines après la période des fêtes du nouvel an, au cours de laquelle il avait déjà connu des fluctuations, le prix du poisson est de nouveau en hausse à Lambaréné (Moyen-Ogooué), au grand dam des consommateurs locaux, a constaté le correspondant de GABONEWS. Parmi les diverses espèces de ce produit alimentaire, celle communément appelée « sans nom », qui jadis faisait le bonheur des familles nombreuses, est désormais facturée, selon le poids, entre 2000 et 2500 francs CFA, une envolée par rapport au prix initial qui ne dépassait pas les 2000 francs. Même constat pour le poisson le ...
Lire l'article
Le Gabon pourrait produire 250.000 tonnes de clinker (la matière première du ciment) en 2009, selon le quotidien L’Union de vendredi qui cite les responsables de l’unique producteur de ciment dans le pays, Cim-Gabon, filiale du norvégien Scancen. En 2007, l’entreprise n’avait pu livrer que 220. 000 tonnes pour une demande estimée à 360.000 tonnes dans le pays. Privatisée depuis 2000, CIM-Gabon peine à satisfaire la demande locale au point où le Gabon s’est vu obligé d’importer du ciment de l’étranger en Entre 2005 et 2007. L’entreprise dont la capacité de production est de 1000 tonnes jour a été créée en 1978.
Lire l'article
De nombreux jeunes prennent d’assaut les marchés, les ports, où se vend le poisson, pour proposer leurs services aux acheteurs. Leur travail consiste à écailler le poisson et à le découper, facilitant ainsi la tâche aux consommateurs. Un véritable réseau s’est constitué autour des points de vente de poissons, allant de la vente au transport de la marchandise. Depuis quelques temps, les écailleurs de poisson ont le vent en poupe. Nul ne peut acheter du poisson, sans chercher du regard le jeune homme « à la machette ». Agés de 25 à 30 ans, ces jeunes ont su s’imposer ...
Lire l'article
Le département de l’Economie forestière chargé de la Pêche et de l’Aquaculture, procède actuellement à l’expérimentation de l’élevage du poisson tilapia du Gabon (Lambaréné), dans le but de mieux cerner les différents éléments qui pourraient concourir à son alimentation, pour une pisciculture plus variée, composée des espèces halieutiques du Gabon. Avec le développement du secteur piscicole au Gabon, les responsables en charge de ce département mettent les bouchées doubles, en vue de diversifier les espèces de poissons élevés, notamment avec une série d’expériences faites sur le tilapia de Lambaréné, qui pourrait également être d’un apport non négligeable pour la pisciculture au ...
Lire l'article
Le prix du poisson salé connaît une hausse dans les campements des pêcheurs et au marché municipal de Cocobeach, à plus de 120 km au nord de Libreville, a constaté lundi le correspondant de l'AGP. Vendu habituellement à 1800 FCFA, le kg de Thon et du Mâchoiron est passé à 2300 FCFA, alors que celui du Bar, de la carpe noire, du Capitaine et du poisson rouge est passé de 1900 à 2500 FCFA le kg. Ces prix sont fixés unilatéralement par les commerçants, qui, non seulement ne tiennent pas compte de la mercuriale municipale mais ne donnent aucune raison justificative. Ces derniers ...
Lire l'article
Les pêcheurs artisanaux qui alimentent le marché de la capitale en poissons, se plaignent de la pénurie constatée depuis un moment ; une situation qui devient de plus en plus préoccupante pour ces milliers d’hommes et femmes qui ont fait de cette activité, la principale source de revenus, a constaté GABONEWS. Selon Pocho, Nigérian, pêcheur depuis 10 ans, « cette pénurie est surtout due à la vétusté de nos matériels de pêche. Les contrôles incessants de la marine marchande nous empêchent aussi de pêcher normalement depuis l’arrivée de la nouvelle équipe », s’est-il indigné en précisant qu’elle leur demande ...
Lire l'article
Gabon : Production record de 926 000 tonnes à SOGARA
Le fumage de poisson, activité principale des femmes à Cocobeach
SUCAF Gabon table sur 26 600 tonnes de sucre pour la campagne sucrière 2011
Société / Le prix du poisson frais connaît une hausse vertigineuse à Lambaréné
Moyen Ogooué : Nouvelle hausse du prix du poisson à Lambaréné
Le Gabon pourrait produire 250. 000 tonnes de clinker en 2009
Gabon: Ecailleur de poisson, une activité très prisée par les jeunes dans les marchés à Libreville
Gabon: Le tilapia du Gabon en phase d’expérimentation pour une pisciculture plus diversifiée
Consommation : Le prix du poisson salé en hausse à Cocobeach
Gabon: La pénurie de poisson inquiète les pêcheurs artisanaux de Libreville et Port-gentil

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Juin 2011
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*