Socialisez

FacebookTwitterRSS

La production agricole accrue au cœur des préoccupations du Gabon

Auteur/Source: · Date: 13 Juin 2011
Catégorie(s): Economie

Progresser vers une plus grande autosuffisance alimentaire et réduire la dépendance aux importations est devenu une priorité absolue pour le gouvernement gabonais dans le cadre de son plan de diversification économique à long terme, Le Gabon émergent.

Le pays revoit actuellement ses politiques agricoles afin de dynamiser la production nationale et accroître les investissements étrangers ; dans cette optique, le gouvernement a annoncé en février la création de l’Agence gabonaise de sécurité alimentaire (AGASA).

L’AGASA, qui a pour vocation d’accroître la production locale et d’améliorer les normes sanitaires, a été chargée d’élaborer un plan d’urgence axé sur la sécurité alimentaire afin de limiter les importations nationales d’au minimum 5 % par an, notamment les importations de denrées alimentaires de base, telles que les céréales et le riz, ainsi que les importations de viande et de légumes.

Malgré l’abondance de terres fertiles et le succès modeste des cultures marchandes, telles que le cacao, le café, le caoutchouc et l’huile de palme, plus de 85 % des besoins alimentaires du Gabon sont satisfaits par les importations, dont le coût atteint chaque année plus de 250 milliards de francs CFA (381,12 millions d’euros).

Au mois de février, le ministre de l’Agriculture, Raymond Ndong Sima, s’est rendu dans les neuf provinces du pays en prévision du lancement d’un autre programme, le Programme agricole de sécurité alimentaire et de croissance (PASAC). Mené sous l’égide du ministère de l’Agriculture, ce programme englobe un certain nombre d’initiatives de petite envergure, ayant toutes pour objectif de créer un secteur agricole compétitif en développant la production locale, en augmentant les exportations, en améliorant l’accès aux financements et en mettant l’accent sur les zones rurales sous-développées. Par ailleurs, le ministère de l’Agriculture destine 34 milliards de francs CFA (51,8 millions d’euros) au financement des investissements agricoles et agro-industriels, et a également mis en place un fonds de garantie agricole de 900 millions de francs CFA (1,4 million d’euros).

Ces diverses initiatives sont le résultat des fluctuations des prix alimentaires sur le marché international, qui ont incité le Gabon à limiter son exposition à la volatilité des prix tout en maximisant les effets multiplicateurs de la production locale. Si le secteur agricole emploie actuellement 35 % environ de la population gabonaise, il ne représente que 5 % du PIB.

Dans le cadre du Gabon vert, l’un des piliers de la stratégie de diversification Le Gabon émergent, le gouvernement a pour objectif d’augmenter d’au moins 20 % la part du secteur agricole dans le PIB, et d’intensifier la production issue des 15 millions d’hectares de terres cultivables que compte le pays. L’une des priorités du gouvernement a été de favoriser les investissements institutionnels privés dans un secteur jusque-là particulièrement fragmenté, même si l’attention reste tournée sur les cultures marchandes.

En octobre 2010, par exemple, Olam, une société multinationale basée à Singapour, a signé un contrat chiffré à 394 milliards de francs CFA (600,6 millions d’euros) avec le gouvernement gabonais concernant le développement de vastes plantations d’huile de palme. La phase initiale du projet portera sur 50 000 hectares de palmeraies. La superficie totale des terres couvertes par le contrat pourrait atteindre 300 000 hectares. La plantation devrait débuter en 2012.

Olam n’est pas la seule société désireuse de renforcer sa présence dans le secteur agricole gabonais. À titre d’exemple, la Société d’investissement pour l’agriculture tropicale (SIAT), implantée en Belgique et présente au Gabon depuis 2004, affiche des rendements de caoutchouc parmi les plus élevés au monde (2.2 tonnes par hectare) dans ses plantations gabonaises. Plus récemment, au mois de mars, le groupe israélien LR a signé avec le gouvernement un accord chiffré à 9,5 milliards de francs CFA (14,5 millions d’euros) portant sur la création de six exploitations agropastorales.

Le gouvernement s’est non seulement donné pour priorité d’accroître le capital et la compétitivité du secteur, mais s’efforce également, dans le même temps, de promouvoir le développement des régions rurales. En 2008, le Gabon a initié le projet de développement agricole et rural (PDAR) afin de faire reculer la pauvreté dans les zones rurales grâce à une diversification des sources de revenus et une amélioration du niveau de vie.

Le gouvernement a annoncé que 160 villages représentant quelque 33 % de la population rurale de la province de Woleu-Ntem, située dans le nord du pays, bénéficieraient d’une aide dans le cadre du PDAR. En 2009, la ville d’Oyem a bénéficié à elle seule d’une aide de 768 millions de francs CFA (1,17 million d’euros). En février, le gouvernement a déclaré que 34 nouveaux projets menés dans la province seraient financés dans le cadre du PDAR, avec l’aide du Fonds international pour le développement agricole (FIDA).

Si les importations de denrées alimentaires resteront probablement, dans un futur proche, un poste de dépenses important pour le pays, les efforts déployés récemment pour stimuler la productivité et la compétitivité du secteur devraient toutefois générer à terme des résultats positifs.

Source et Auteur : Oxford Business Group


SUR LE MÊME SUJET
Le gouvernement Gabonais par le biais du ministère de l’Agriculture ambitionne de mécaniser l’agriculture en vue d’une amélioration de la production agricole au Gabon. Pour le gouvernement, cette stratégie vise à sédentariser les populations agricoles en leur donnant les moyens de pratiquer une agriculture intensive et diversifiée, tout en renforçant leurs capacités dans la pratique de l’agriculture de conservation. L’analyse de la situation actuelle et des opportunités faite récemment au cours d’un atelier à Libreville a montré que la réussite de cette opération dépend des solutions apportés à un certain nombre de facteurs concourant à l’amélioration des conditions de travail des ...
Lire l'article
Le ministre gabonais de l’agriculture, Raymond Ndong Sima, a entamé une tournée dans les neuf provinces du pays pour procéder au lancement le Programme agricole de sécurité alimentaire de croissance (PASAC). M. Ndong Sima et sa délégation sont en route pour Tchibanga, chef-lieu de la province de la Nyanga (sud), après avoir séjourné lundi à Mouila, dans la province de la Ngounié (sud), et samedi dernier à Lambaréné, chef-lieu de la province du Moyen-Ogooué (centre), première étape de la tournée de lancement du PASAC. Ce programme se trouve au centre du ‘’Gabon vert’’, un des trois piliers de ...
Lire l'article
Développement et d’investissement agricole Gabon - Le directeur général de l’Institut gabonais d’appui au développement (IGAD), Christian Renardet, a annoncé le lancement au cours de cette année d'un Projet de développement et d'investissement agricole au Gabon (PRODIAG). L'IGAD est l’un des instruments sur lequel s’appuie l’Etat gabonais pour animer sa politique agricole. Son objectif est de contribuer de manière significative au renforcement de la sécurité alimentaire, à la réduction de la pauvreté et à l’amélioration de la part de l'agriculture dans le Produit intérieur brut (PIB) du pays. "L'IGAD apporte un encadrement technique aux créateurs de Petites et moyennes entreprises (PME) ...
Lire l'article
Le directeur général de l'Institut national supérieur d'agronomie et de biotechnologie (INSAB), professeur Benoît Boukila, a dit fonder beaucoup d'espoir sur les travaux de la 1ère conférence sur les perspectives de valorisation des techniques de production agricole en Afrique tenue à Franceville le week-end dernier. '' En organisant cette conférence, nous voulions ouvrir aux étudiants de l'INSAB la pratique quotidienne des domaines agricoles qui ne se font pas au Gabon ou qui ne sont pas valorisées. Ces domaines sont très importants dans le secteur du développement agricole, générateurs d'emplois et de bénéfices, tels que l'apiculture, l'arboriculture ou simplement la pisciculture ", ...
Lire l'article
26 produits alimentaires issus de l’activité agricole, de l’élevage, de la pêche et de la chasse ont été déclarés exonérés de la TVA, selon le Code Agricole gabonais adopté par l’Assemblée nationale et le SENA le 10 décembre 2008, a-t-on appris lors de la conférence de presse organisée lundi à Libreville par le ministère de l’Agriculture. Cette liste concerne en grande partie, pour ce qui est des produits de l’élevage et de la pêche, les viandes de porc, de bœuf, de mouton, les volailles, les œufs, le poisson frais, congelé, fumé et salé. Pour ce qui est de l’agriculture, ...
Lire l'article
Les sages femmes de Libreville bénéficient des techniques plus adaptées en matière de planification familiale et de réanimation néonatologique dans le but d’aider les futurs mamans à une meilleurs planification des naissances. Avec un taux de mortalité estimé à 519 pour 100.000 naissances au Gabon, les gynécologues et sages femmes du Gabon entendent prendre le taureau par les cornes, en vue de réduire considérablement cette donne. Selon les sages femmes et autres médecins accoucheurs, la planification des naissances serait le moyen le plus indiqué pour atteindre cet objectif. «…Mieux les naissances sont planifiées, mieux la santé de la reproduction est protégée », a ...
Lire l'article
A l’initiative du Conseil économique et social (CES), réunie en session ordinaire depuis le 2 septembre dernier autour du thème « L’autosuffisance alimentaire : un défi pour le Gabon», le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Faustin Boukoubi, a présenté mercredi aux la politique agricole du gouvernement gabonais. Dans sa plaidoirie, Faustin Boukoubi a présenté les axes fondamentaux de la politique agricole du gouvernement qui se résume par des missions de conception, de formation, d’encadrement et de contrôle. « Le ministère s’occupe désormais de ses missions régaliennes. Le ministère ne garantit plus la récolte agricole mais veille plutôt à la qualité ...
Lire l'article
Le séminaire de lancement du Projet de développement agricole et rural (PDAR) s'est tenu du 3 au 5 septembre à Oyem, la capitale du Woleu-Ntem, où plus de 250 acteurs du secteur et partenaires économiques et sociaux étaient réunis autour des responsables du projet et des experts internationaux pour planifier des stratégies de renforcement de la production agricole. Les commissions formées pour réfléchir aux trois axes majeurs du projet ont adopté un ensemble de recommandations dont la mise en œuvre devrait permettre d'opérer le saut quantitatif tant attendu du secteur agricole. Une profonde restructuration normative et stratégique pour le développement du ...
Lire l'article
Le ministre de l'Agriculture, Faustin Boukoubi a reçu le 23 juin à Libreville une délégation d'hommes d'affaires Sud africains, conduits par l'ambassadeur de ce pays au Gabon, Jomoh Khasu, pour étudier le potentiel agricole gabonais. Cette réunion a permis de définir les perspectives de partenariat entre les deux pays pour permettre au Gabon de bénéficier de l'expertise sud africaine pour le développement du son agriculture. Une délégation d'hommes d'affaires Sud africains a été reçue le 23 juin par le ministre de l'Agriculture, Faustin Boukoubi, pour étudier les axes d'une future coopération entre les deux pays pour le développement ...
Lire l'article
Le directeur des programmes de l’Institut gabonais d’appui au développement (IGAD), Sébastien Koumba, a exhorté vendredi, les jeunes promoteurs gabonais à plus de dynamisme, de courage et de volonté en vue du développement efficient du secteur agricole au Gabon, a constaté GABONEWS. Au cours d’un entretien accordé à GABONEWS, M. Koumba a déclaré que les jeunes s’impliquent davantage dans ce secteur à cause du chômage qui devient de plus en plus criard. Leur volonté et leur dynamisme en matière d’agriculture et d’élevage redonnent non seulement à l’IGAD une nouvelle vision d’encadrement mais aussi contribuent de manière efficiente à encourager ...
Lire l'article
Société / Mécanisation du secteur agricole au Gabon pour une amélioration de la production
Le ministre de l’agriculture à l’intérieur du pays pour lancer le programme agricole de sécurité alimentaire de croissance
Gabon: L’IGAD va lancer un Projet de développement et d’investissement agricole
Enseignement-supérieur : Le directeur général fonde beaucoup d’espoir sur les travaux de valorisation des techniques de production agricole
Gabon: 26 produits issus de l’activité agricole, de l’élevage, de la pêche et de la chasse exonérés de la TVA
Gabon: Le Planification familiale et la réanimation néonatale au cœur des préoccupations des sages femmes du Gabon
Gabon: CES: Faustin Boukoubi présente la politique agricole du gouvernement
Gabon : Oyem planche sur l’augmentation de la production agricole
Gabon : L’Afrique du Sud évalue le potentiel agricole gabonais
Gabon: L’IGAD exhorte les jeunes promoteurs gabonais à plus de dynamisme dans le secteur agricole

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 13 Juin 2011
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*