Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le gouvernement gabonais satisfait des conditions d’expulsion de 4700 clandestins dans le nord-est du Gabon

Auteur/Source: · Date: 14 Juin 2011
Catégorie(s): Politique,Société

Le gouvernement gabonais a annoncé, dans un communiqué rendu public, mardi à Libreville, que l’expulsion de quelque 4700 immigrés clandestins du site de Minkébé, dans le nord-est du Gabon, ‘’s’est déroulée dans des conditions satisfaisantes’’.

‘’Aucun acte de violence et aucune exaction n’ont été commis sur les expulsés’’, indique le communiqué du ministère de la défense, portant ‘’un démenti formel aux allégations tendancieuses de certains médias qui ne reflètent nullement la réalité’’.

‘’Chaque individu a pu choisir ce qu’il emportait avec lui, avant de quitter sa case. En définitive, aucun incident, fut-il mineur, n’a été déploré’’, ajoute le communiqué.

Le texte justifie les expulsions par la ‘’recrudescence du braconnage à grande échelle des éléphants de l’ordre d’une vingtaine par jour et de l’intensification de l’exploitation anarchique de l’or’’ sur le site de Minkébé, désormais fermé pour tous depuis le jeudi 2 juin dernier.

‘’En plus de ces activités, Minkébé est devenu le lieu de tous les trafics, notamment du transport des clandestins, de la circulation de toutes sortes de drogues, de la prostitution, de la prolifération des armes à feu de petit calibre’’, poursuit le communiqué, soulignant que ‘’cette situation préoccupante a atteint son paroxysme avec la découverte récente de 30 carcasse fraîches d’éléphants abattus par des braconniers dans la réserve de Wanga Wongué.

Selon le communiqué du ministère de la défense, les premiers départs volontaires des clandestins ont eu lieu dans la journée du mercredi 1er juin 2011 par la rivière, en direction de Mayebout, étape intermédiaire avant Makokou, chef-lieu de la province de l’Ogooué-Ivindo (nord-est), et par la piste de Djoum, en direction du Cameroun voisin, notamment à l’aide d’une quinzaine de pirogues.

Au cours de la conférence de presse clôturant le conseil des ministres délocalisé tenu à Koula-Moutou, chef-lieu de la province de l’Ogooué-Lolo (sud-est), le président Ali Bongo avait qualifié de ‘’scandaleux’’, la situation à Minkébé.

Le chef de l’Etat avait indiqué avoir été obligé d’envoyer les militaires pour veiller à la sécurité du site sur lequel ont été dénombrés 5100 individus, dont seulement 400 Gabonais constituant la population habituelle de Minkébé, un site qui fait partie des 13 parcs nationaux représentant 11% du territoire national, crées en 2002 par le gouvernement gabonais, dans le cadre de la protection de l’environnement et la préservation des écosystèmes.

Les 4700 autres personnes étant des immigrés clandestins en provenance de 14 pays africains, a précisé le ministère de la défense nationale dans son communiqué.


SUR LE MÊME SUJET
Le vice-président du comité national de pilotage et de suivi des activités du Projet de développement agricole et rural (PDAR) du Woleu-Ntem, M. Barthélémy Bongo Akanga Ndjila, s'est déclaré satisfait par l'état d'avancement des projets en cours de réalisation dans cette province située dans le nord du Gabon. "Nous sommes satisfaits du travail que nous venons de toucher du doigt", a déclaré M. Bongo Akanga Ndjila, à l’issue d’une visite de cinq jours (2 au 6 août) dans les différents sites où sont exécutés des micro-projets de production de banane et de manioc ainsi que des germoirs. Il a pu ainsi ...
Lire l'article
Des militaires gabonais ont perpétré des sévices lors de l'évacuation du site d'orpaillage illégal de Minkébé (nord du Gabon, frontière camerounaise) où se trouvaient des immigrés, a affirmé le porte-parole du gouvernement camerounais à la radio nationale mercredi. Des militaires gabonais rendus sur les lieux (Minkébé) ont perpétré un certain nombre de sévices sur les personnes, occasionnant une fuite massive d'une population d'immigrés évaluée à environ 3.000 personnes, des Camerounais et des étrangers, a affirmé Issa Tchiroma Bakary lors d'une conférence de presse mardi dont des extraits ont été retransmis par la Cameroon Radio-Television (Crtv) mercredi. A l'heure actuelle, la situation (dans ...
Lire l'article
Le président Ali Bongo Ondimba a qualifié ‘’d’inacceptable’’ la situation à Minkébé, une aire protégée dans le nord-est du Gabon, où quelque 4700 immigrés en provenance de 14 pays africains, ont été expulsés début juin, pour s’être livrés sur le site au braconnage à grande échelle des éléphants de l’ordre d’une vingtaine par jour et à l’exploitation anarchique de l’or. ’Ce qui se passait à Minkébé, ce sont des choses qui ne sont pas acceptables’’, a déclaré, mardi à Lambaréné, le chef de l’Etat gabonais, au cours d’une conférence de presse, au terme de son séjour dans le Moyen-Ogooué (centre) ...
Lire l'article
Une enquête sur les conditions de détention des trois immigrés décédés le 16 juin à Bitam (Gabon) et leurs codétenus a été ouverte par la gendarmerie qui a relevé 3 officiers supérieurs de leurs fonctions, a annoncé dimanche le ministère de la Défense gabonais. "Suite à l?incarcération d?une vingtaine d?immigrés clandestins et au décès de trois d?entre eux (...) à Bitam, une enquête vient d?être ouverte par la gendarmerie nationale pour déterminer les conditions dans lesquelles ces personnes ont été détenues", affirme un communiqué. "Par mesures conservatoires, le lieutenant major Christian Ombango, commandant de la gendarmerie de Bitam, l?adjudant chef major Séraphin ...
Lire l'article
Le Comité d’organisation du FESTIDAMES organise en collaboration avec les ministères Gabonais de l’Education et celui de la Santé, une campagne de sensibilisation sur les avortements clandestins au sein des établissements secondaires de la capitale gabonaise, dans le but d’amener les jeunes, plus particulièrement les jeunes filles à adopter une vie sexuelle responsable. Selon Marie Colombe Ngondjou, la fondatrice du Festival des Dames (FESTIDAMES), cette campagne de sensibilisation sur les avortements clandestins, entre dans le cadre des missions que s’est assignée ce concept qui œuvre en faveur de la revalorisation de la gente féminine dans toutes ses actions en faveur ...
Lire l'article
Une pirogue avec à son bord vingt clandestins et trois passeurs a été arraisonnée le 24 avril par la marine nationale dans les eaux de l’île Corisco alors qu’elle tentait de regagner le Libreville. La marine nationale a interceptée le 24 avril au large de l’île Corisco, vingt clandestins et trois passeurs à bord d’une pirogue en provenance du Nigeria et qui tentait de regagner la capitale gabonaise. Confiés à la Police de l’air et des frontières (PAF), les clandestins et les trois passeurs ont été conduits aux services de la Direction générale de la documentation et de la l’immigration ...
Lire l'article
Nouvelle prise pour les agents de la Brigade nautique! Dans la nuit du 7 au 8 novembre dernier, une embarcation avec à son bord 16 immigrés clandestins, a été interceptée près du bord de mer de la commune d’Owendo. Cette nouvelle arrestation devrait fournir des éléments nouveaux aux enquêteurs chargés de mettre en lumière les réseaux de «passeurs» qui permettent l’arrivée incessante des immigrés clandestins sur le sol gabonais. Une pirogue avec 16 clandestins vient d’être interceptée par les services de la brigade nautique, alors qu’elle tentait d’accoster sur le bord de mer de la commune d’Owendo. Cette opération intervient quelques ...
Lire l'article
Les services gabonais de l’immigration ont rapatrié, à destination de Porto-Novo au Bénin (leur port d’origine), dans la nuit de samedi à dimanche, plus de 200 immigrés clandestins, sur les 288 personnes qui avaient été interceptés à bord du navire clandestin ghanéen, le 18 octobre dernier, par la brigade nautique du Port-Môle et l’Unité spéciale de la gendarmerie, rapporte ce lundi le quotidien L’Union. Le navire a été escorté par la marine nationale jusque dans les eaux internationales, afin de s’assurer de son retour effectif à Porto-Novo. En effet, sur les 288 passagers de ce navire, 24 seulement possédaient une documentation ...
Lire l'article
Huit immigrés clandestins en provenance de Minkébé (nord), localité située en amont de la région de l'Ivindo riche en gisement aurifère, ont été arrêtés dans la nuit du 9 au 10 mai dernier, a constaté le correspondant local de l'AGP. Ces clandestins, qui voulaient regagner Libreville via Makokou, sont tombés dans les mains des agents du service de l'immigration, précise-t-on. ''Les sans papiers originaires respectivement du Mali, du Niger et de la côte d'Ivoire seraient entrés au Gabon sans visa, en passant par le Sud Cameroun'', a confié le lieutenant Landry Messa. ''Nous entamons en ce moment la procédure de rapatriement'', a ajouté ...
Lire l'article
La privation en eau dont sont victimes, depuis deux mois, les populations de Tchibanga (sud), remet au goût du jour les raisons pour lesquelles le gouvernement gabonais a décidé de revoir certaines conventions de concession signées avec quelques entreprises. En effet, suite à « la situation préoccupante du service public de l’eau potable et de l’énergie électrique », caractérisée, d’une part, en 2007, par de nombreux délestages imputés, à tort ou à raison, au non renouvellement de l’outil de production et, d’autre, par les nombreuses difficultés qui jonchent le service de distribution de l’eau potable et l’accès à celle-ci dans ...
Lire l'article
PDAR-FIDA : le comité national de pilotage satisfait de l’exécution des projets dans le nord du Gabon
Expulsions dans le nord du Gabon: des militaires ont perpétré des sévices
Le président Ali Bongo Ondimba a qualifié d’inacceptable la situation à Minkébé, une aire protégée dans le nord-est du Gabon
Décès de clandestins au Gabon: enquête ouverte, gendarmes suspendus
Société / Une campagne de sensibilisation sur les avortements clandestins débute mercredi dans les établissements secondaires de Libreville
Gabon : 20 clandestins dans les filets de la marine nationale
Gabon : 16 clandestins dans les filets la brigade nautique
Gabon: Les services de l’Immigration rapatrient plus de 200 immigrés clandestins vers le Bénin
Gabon: Huit immigrés clandestins arrêtés à Makokou
Gabon: Le gouvernement gabonais peu satisfait, boude la qualité des services privatisés

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Juin 2011
Catégorie(s): Politique,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*