Socialisez

FacebookTwitterRSS

Une délégation de cinéastes africains a rendu hommage à Charles Mensah à Libreville

Auteur/Source: · Date: 20 Juin 2011
Catégorie(s): Culture,Société

Une délégation de cinéastes africains, conduite par le Secrétaire générale de la Fédération panafricaine des cinéastes (FEPACI), la sud-africaine Seipati Bulang Hopa, a rendu un dernier hommage à Charles Mensah, ancien président de ladite Fédération et par ailleurs ex- directeur général du Centre National du Cinéma Gabonais (CENACI) jusqu’en 2009, aujourd’hui Institut Gabonais de l’Image et du Son IGIS, décédé le 3 juin dernier des suites d’une courte maladie.
La délégation qui a été reçue à Libreville par le Directeur général de l’IGIS, Imunga Ivanga, s’est livrée à GABONEWS en indiquant qu’ « il était important » pour eux de rendre un dernier hommage à Charles Mensah. D’où leur présence à Libreville.

Ce cinéaste gabonais laisse un grand vide derrière lui, aujourd’hui, a-t-elle ajouté, « c’est pour nous une très grande perte parce que la dimension panafricaine et même mondiale de Charles Mensah dans le cinéma et dans les cinématographies africaine est immense. Mais je pense à juste titre que l’on ne se rend pas véritablement encore compte de l’impact de sa disparition, en tant qu’homme et en tant que cinéaste ».

Pour l’histoire, Seipati Bulang Hopa et le défunt Charles Mensah se sont rencontrés en 2006 alors que la Secrétaire général de la FEPACI venait d’être élue.

Les cinéastes se réunirent pour demander à Charles de se positionner à la présidence de la fédération alors qu’il n’était pas candidat. D’après certains membres de la délégation, il avait accepté pour de nombreuses raisons. Mais la plus importante, selon Balufu Bakupa-Kanyinda, cinéaste africain, par ailleurs, président de la Guilde (association des réalisateurs et producteurs africains résidants hors du continent NDLR), « c’est certainement parce qu’il était le seul capable d’accompagner une sœur dans cette tâche difficile. Il a accepté et durant ces 4 années, il a été au sommet, le mentor, l’ami de notre secrétaire général ».

« Nous voulions un président qui puisse accompagner notre Secrétaire général de façon plus claire, sans sexisme et intelligence. Nous voulions un président intelligent, élégant et généreux et Charles était la personne idéale », a-t-il ajouté.

De même, dira la secrétaire générale, «durant notre collaboration, j’ai découvert que Charles s’aimait lui-même car pour aimer les autres, il faut s’aimer d’abord et il voulait que tout le monde soit comme lui et c’était un homme ouvert ».

Aussi, Charles Mensah s’en va et laisse derrière lui un héritage notamment l’IGIS et la FEPACI. « Nous pensons également que cet héritage est resté dans de bonnes mains : ceux d’Imunga Ivanga. Le plus important est qu’il sache le transmettre à ceux qui viendront après nous. Cependant, nous sommes confiants parce que Imunga a les capacités de conduire cet héritage plus loin. Nous pensons que sa mémoire se doit d’être saluée à tout moment et je crois que nous le feront à chaque moment en tant qu’association ou fédération », a précisé Balufu Bakupa-Kanyinda.

Charles est l’une des personnalités africaines de premier plan. Il faisait partie des personnalités les plus importantes en Afrique. « Je pense donc qu’il est du devoir des autorités gabonaises de continuer à soutenir l’IGIS comme ils l’ont fait jusqu’ici, mais surtout de penser que la FEPACI a besoin de tous les gouvernements africains et principalement le gouvernement gabonais, car nous avons un nouveau président qui est jeune et qui aime le cinéma. Il se doit d’être présent à chaque fois que la FEPACI aura besoin de lui.

Aussi, il a tenu a souligné que l’on a souvent fait croire aux africains que leur problème était d’ordre économique, alors que le problème de l’Afrique c’est l’image. « Qu’elle image avons-nous de nous-même et ça, il n’y a que les cinéastes qui savent le faire. Quand on résoudra ce problème vous verrez que les problèmes de développement seront résolus », a-t-il conclu à son tour.

Pour sa part, le Directeur général de l’IGIS, Imunga Ivanga déclarera que « Charles Messah a eu pour action de faire naître et de faire grandir plusieurs d’entre nous. Je pense à Henri Joseph Koumba, à Roland Duboze, à Marcel Sandja, à moi-même (Imunga Ivanga NDLR), et à des jeunes comme Manouchka Labouba, Fernand Lepoko(…). Je pense que c’était une vocation pour lui, dans la mesure où, il n’a pas privilégié sa carrière, mais il s’était donné comme leitmotiv de faire éclore de nouveaux talents. Et pour cette raison, je pense que nous lui devons beaucoup ».

Grâce à lui, dira ensuite le successeur du défunt Charles à la tête de l’actuel IGIS, « le Gabon a pu avoir une représentation au plan africain et internationale à travers des co-productions ».

Ce qu’il faut retenir au moment où il décède, dans son action en étant président de la FEPACI, c’est que la fédération porte un projet de création d’un fond panafricain de financement du cinéma et de l’audiovisuel, pour permettre à ce que nous puissions avoir une plus grande autonomie dans la mesure où la plus part des fonds qui viennent soutenir nos productions viennent de l’occident », a conclu Imunga Ivanga.

Charles Mensah a été le coréalisateur d’Obali (1976), d’Ayouma (1977) et d’Ilombe (1978). Il a soutenu les longs métrages tels que les Couilles de l’éléphant de Imunga Ivanga, ou encore Orega qui a été entièrement financé par le CENACI sous sa direction.

Il a réalisé des films documentaires, produit et signé avec un collectif de réalisateurs gabonais une grande série télévisée à succès, L’Auberge du Salut (1994).

Hier encore, il a travaillait sur le film, le Collier de Makoko qui, à l’origine s’appelait, le Lion de Poubara

Charles Mensah s’est éteint le 3 juin dernier à l’âge de 64 ans après avoir passé plus de 25 ans à la tête du CENACI, il laisse une femme et des enfants.


SUR LE MÊME SUJET
Le cinéaste gabonais, Charles Mensah, décédé le 3 juin dernier de suites d’une courte maladie, sera inhumé vendredi à Libreville, sa terre natale, a appris l’AGP de sources proches de l’illustra disparu. Jeudi, l’ancien directeur général de l’ex Centre nationale du cinéma (CENACI), désormais Institut gabonais de l’image et du son (IGIS) a reçu à son domicile de l’ancien SOBRAGA, les hommages du ministère de la Communication et de plusieurs de ses collègues cinéastes et professionnels de la télévision. ‘’Charles était un homme qui aimait beaucoup son travail. Il le faisait avec rigueur, objectivité, aimait la perfection. C’était un personnage simple ...
Lire l'article
Le cinéaste Gabonais Charles Mensah, ancien directeur du Centre gabonais du cinéma (Cenaci) et réalisateur entre autres d’ "Ayouma" et "Obali", est mort ce vendredi 3 juin à Libreville à l'âge de 63 ans des suites d’une crise cardiaque, selon des sources de l’Institut gabonais de l'image et du son (IGIS). Sa présence a été signalée il y a un peu plus de deux semaines au 64è Festival de Cannes où, avec Henri-Joseph Koumba Bididi, il était allé présenté au Marché du film "Le Collier de Makoko", dernier long métrage gabonais. Un jeune homme de 63 ans ...
Lire l'article
« Césaire, le veilleur de consciences », livre-hommage et critique sur l’œuvre et la vie du père de la négritude, Aimé Césaire, décédé le 17 avril 2008, écrit sous la direction scientifique du sémioticien, Georice Berthin Madébé de l’Institut de recherche en Sciences humaines (IRSH) et du poéticien, Steeve Robert Renombo, chef du Département de Lettres Modernes de l’UOB a été présenté vendredi dernier au Centre culturel français Saint-Exupéry de Libreville (CCF). Présentant l’ouvrage, Georice Berthin Madébé, l’un des éditeurs et auteur du livre a déclaré que « le présent ouvrage est un livre-hommage à Césaire. Il est composé de quatre ...
Lire l'article
La communauté universitaire, conduite par le recteur, Pierre Fidèle Nze Nguema, a rendu un dernier hommage vendredi dernier à l’Université Omar Bongo (UOB), au plus ancien enseignant de l’institution, Alphonse Ignace Patinon Aikepvi, journaliste de formation, spécialiste en Histoire Médiévale de l’Afrique au Département d’Histoire. Alphonse Ignace Patinon Aikepvi est décédé à Libreville le 29 mars dernier à l’âge de 67 ans après avoir exercé de 1972 à 1997. « Nous sommes réunis ce jour pour rendre un dernier hommage à notre ami, collègue, maître », a déclaré le Pr. Ange Atos Ratanga qui l’a côtoyé depuis la France et qui l’aurait ...
Lire l'article
Les 8 soldats de l’armée française, morts samedi dernier aux larges des côtes gabonaises dans le crash d’un hélicoptère de type Cougar, ont reçu ce mercredi un dernier hommage à Libreville avant leur rapatriement vers la France. La cérémonie présidée par le général d'armée Elrick Irastorza qui a effectué déplacement de Libreville pour la circonstance, s’est déroulée sur la place de France du Camp de Gaulle. Le secrétaire général du ministère de la Défense, le général de corps d’armées, Robert Mangolo Mvoulou, représentant le ministre de la Défense nationale, l’ensemble des généraux gabonais et officiers de l’armées française basée à Libreville ...
Lire l'article
Un dernier hommage sera rendu le mercredi 21 janvier 2009, au Camp de Gaulle de Libreville, aux 8 soldats morts samedi dernier dans le crash de l’hélicoptère de l’Armée française aux larges des Côtes gabonaises, a-t-on appris d’un communiqué du service de Communication des Forces française au Gabon (FFG). La note indique que « le mercredi 21 janvier 2009 dès 07 h 45, une cérémonie officielle en hommage aux 8 victimes de l’accident du COUGAR se tiendra au sein des Forces Françaises au Gabon, sur la place de France du Camp de Gaulle ». Selon un autre communiqué du même service ...
Lire l'article
Le ministre de la Fonction publique, Alain Mensah Zoguelet, dans un communiqué à la presse parvenu vendredi à GABONEWS, demande aux agents du ministère de la Fonction publique de « dénouer la grève pour sauver le secteur de l'éducation nationale». « Le traitement des dossiers des agents de la Fonction publique est en train de se faire, il faut reprendre le travail afin de finaliser certains dossiers de fonctionnaires », a déclaré Alain Mensah Zoguelet. Pour le ministre de la Fonction publique et de la Modernisation de l’Etat, « on peut attendre les revendications en exerçant les tâches journalières, ...
Lire l'article
Alain Mensah Zouguelet, candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), a été donné vainqueur, vendredi, par la Cour constitutionnelle de l’élection législative partielle du 21 septembre dernier dans le département d’Etimboué (sud-ouest). Selon les résultats publiés par la Haute Cour, l’actuel ministre de la Fonction publique aurait récolté plus de 52% des suffrages exprimés, devançant ainsi ses challengers, Eugène Binet de l’Union pour la nouvelle république (UNPR) et la candidate indépendante, Elisabeth Opouma Mousme. Mensah Zouguelet conserve ainsi le siège laissé vacant par son mentor, Jean Ping, élu en février 2008 à la tête de la Commission de l’Union Africaine (UA). ...
Lire l'article
Le ministre de la Fonction publique, Alain Mensah Zoguelet, a été élu le 21 septembre au 1er siège d’Omboué, dans le département d’Etimboué. Il prend ainsi le siège laissé vacant par Jean Ping après son élection à la présidence de la Commission de l’Union africaine. Malgré les retards enregistrés dans la publication de la liste électorale, la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP) a maintenu le scrutin du 21 septembre, dont la médiatisation a été occultée par le 9e congrès du Parti démocratique gabonais (PDG). Le scrutin pour la succession de Jean Ping au 1er siège d’Omboué a finalement eu ...
Lire l'article
Le ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Etat, Alain Mensah Zoguelet a assuré, jeudi, soit la veille de la commémoration de la Journée Africaine de l’Administration et du Service public, dont le thème s’intitule « Du concept à l’application des résultats obtenus », que le mouvement des réformes ambitieuses engagées par le gouvernement pour moderniser enfin l’appareil d’Etat, accusé de clientélisme et d’affairisme, puis gangrenée par l’ethnisme, la corruption et surtout la « politisation outrancière » est irréversible si l’on veut éviter l’affaiblissement de l’Etat, conscient que ce diagnostic déjà effectué par le président de la ...
Lire l'article
Le cinéaste gabonais Charles Mensah inhumé vendredi à Libreville
Gabon : Le cinéaste Charles Mensah tire sa révérence
Gabon: Un hommage rendu à « Césaire, le veilleur de consciences » au Centre culture français Saint-Exupéry de Libreville
Gabon: La communauté universitaire a rendu un dernier hommage au plus ancien enseignant de l’UOB, Alphonse Ignace Patinon Aikepvi
Gabon: Un dernier hommage rendu aux victimes françaises de l’accident du Cougar à Libreville
Gabon: Un dernier hommage rendu mercredi aux 8 victimes du crash du COUGAR de l’Armée française au Gabon
Gabon: Alain Mensah Zoguelet exhorte les syndiqués à reprendre le travail
Gabon: Législative partielle / Alain Mensah Zougelet remporte le siège de Ping à Etimboué
Gabon : Mensah Zoguelet succède à Jean Ping à Omboué
Gabon: Fonction Publique / Mensah Zoguelet (Ministre) et le défi des réformes dans l’Administration confrontée au clientélisme politique

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 20 Juin 2011
Catégorie(s): Culture,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*