Socialisez

FacebookTwitterRSS

Juger Laurent Gbagbo pourrait prendre des années

Auteur/Source: · Date: 21 Juin 2011
Catégorie(s): Afrique

Il faudra peut-être des années avant de pouvoir juger l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et ses collaborateurs pour les crimes de guerre et les affaires de corruption dont les accusent leurs adversaires, a déclaré mardi le ministre ivoirien de la Justice à Abidjan.

Les nouvelles autorités ivoiriennes enquêtent sur des accusations de graves violations des droits de l’homme commises entre l’élection présidentielle du 28 novembre dernier et la capture le 11 avril de Laurent Gbagbo, qui refusait de reconnaître la victoire de son rival Alassane Ouattara.

Des investigations sont également en cours sur de possibles détournements de fonds par l’ancien président et ses associés, a précisé le ministre, Jeannot Ahoussou Kouadio, lors d’une conférence de presse.

Début mai, la Suisse a ouvert une enquête pour blanchiment d’argent à la suite d’une plainte déposée par le gouvernement ivoirien contre Gbagbo, sa femme et plusieurs de ses proches. La Suisse a également gelé 70 millions de francs suisses (58 millions d’euros) d’avoirs liés à l’ex-président ivoirien et à ses proches.

Les investigations préliminaires menées par la police sur les crimes économiques sont terminées, a précisé le ministre de la Justice, “mais cette enquête sur le dossier économique peut prendre un an, deux ans”.

Laurent Gbagbo, sa femme Simone et d’anciens responsables de son gouvernement sont en détention depuis avril.

Des groupes de défense des droits de l’homme ont invité les autorités à ne plus tarder pour présenter les charges qui pourraient être retenues contre les détenus, ou alors à les remettre en liberté.

Parmi d’autres crimes économiques, les forces pro-Gbagbo sont accusées d’avoir pillé le siège local de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) en janvier à Abidjan.

LE CHEF DES “JEUNES PATRIOTES” RÉFUGIÉ AU GHANA

Le président Ouattara a demandé par ailleurs à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye d’enquêter sur les allégations de crimes graves commis entre novembre et avril derniers mais a souhaité que Gbagbo et ses collaborateurs soient jugés en Côte d’Ivoire.

La semaine dernière, le procureur de la CPI a laissé jusqu’au 17 juillet aux témoins éventuels, de quelque bord qu’ils soient, pour faire leurs dépositions.

Les autorités ivoiriennes enquêtent aussi sur les allégations selon lesquelles Laurent Gbagbo ou l’un de ses proches auraient ordonné l’opération du 4 avril contre l’hôtel Novotel d’Abidjan, au cours de laquelle des miliciens ont enlevé quatre personnes, dont le directeur français de l’établissement, Stéphane Frantz di Rippel, et un de ses compatriotes, Yves Lambert, président de la société agroalimentaire Sifca.

“Ils ont été enlevés quand M. Gbagbo était au pouvoir. Où ont-ils été conduits ? Ils ont été conduits au palais présidentiel (…) Ils ont été torturés et battus au palais. Nous avons des témoignages. On a arrêté les miliciens qui ont témoigné”, a dit le ministre de la Justice.

“Les corps ont été ensuite enveloppés de plastique et jetés dans la lagune.”

Quant à Charles Blé Goudé, qui était le chef des Jeunes Patriotes, une milice pro-Gbagbo, il a pu se réfugier au Ghana. Il est accusé par les autorités d’avoir incité ses hommes et la population à s’en prendre aux étrangers et au personnel des Nations unies.

“L’extradition de Charles Blé Goudé, ça se fera. Il pense arriver à se cacher mais il sera poursuivi”, a assuré Kouadio.

Des groupes de défense des droits de l’homme accusent également des partisans d’Alassane Ouattara de crimes graves et demandent qu’ils soient arrêtés.

Kouadio a affirmé que personne n’échapperait à la justice. “Quel que soit le statut social, la justice s’applique à tous”, a-t-il dit.

Guy Kerivel pour le service français
 


SUR LE MÊME SUJET
Côte d’Ivoire: Laurent et Simone Gbagbo inculpés de “crimes économiques”
L'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo et son épouse Simone, en résidence surveillée dans le nord du pays depuis avril, ont été inculpés et placés en détention préventive pour "crimes économiques", a annoncé jeudi le procureur de la République d'Abidjan. L'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo et son épouse Simone, en résidence surveillée dans le nord depuis leur chute en avril après une sanglante crise post-électorale, ont été inculpés et placés en détention pour "crimes économiques", a annoncé jeudi le procureur d'Abidjan. C'est la première fois que leur statut judiciaire est clarifié depuis leur arrestation le 11 avril, à l'issue de deux semaines de guerre qui ...
Lire l'article
Ouattara en appelle à la CPI pour juger Laurent Gbagbo
INFO LE FIGARO - Le nouveau président ivoirien a écrit à la Cour pénale internationale pour lui demander d'enquêter sur les massacres. Que faire de Laurent Gbagbo, assigné à résidence dans le nord de la Côte d'Ivoire depuis son arrestation, le 11 avril dernier ? Alassane Ouattara a tranché en décidant de soumettre son ancien rival à la justice internationale. Le nouveau président ivoirien, qui sera investi samedi prochain, a écrit le 3 mai dernier en ce sens au procureur de la Cour pénale internationale (CPI). Dans sa lettre, dont Le Figaro a pu prendre connaissance, il demande à Luis Moreno ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo et ses proches dans le collimateur de la justice
En Côte d'Ivoire, des « enquêtes préliminaires » ont été ouvertes contre le président déchu, Laurent Gbagbo, son épouse, et une soixantaine de personnes parmi ses proches. C’est ce qu’a annoncé Patrick Achi, le porte-parole du gouvernement, à la télévision ivoirienne TCI , le 26 avril, à l'issue du conseil des ministres du gouvernement d'Alassane Ouattara. Les enquêtes qui sont en cours concernent « les crimes et délits commis » par Laurent Gbagbo et son clan. Près de 1 000 personnes ont été tuées dans des violences lors de la crise post électorale. « Des procédures d'enquêtes préliminaires sont en cours ...
Lire l'article
Des "enquêtes préliminaires" ont été ouvertes contre le président ivoirien déchu Laurent Gbagbo et ses proches, a annoncé mardi le gouvernement du nouveau chef d'Etat Alassane Ouattara sur la télévision ivoirienne TCI. "Concernant les personnes capturées depuis le 11 avril (...), l'ancien chef d'Etat, son épouse et une soixantaine de personnes de son clan ont été assignées en résidence surveillée à Abidjan et dans d'autres villes", a déclaré le porte-parole Patrick Achi dans son compte-rendu du conseil des ministres. "Des procédures d'enquêtes préliminaires sont en cours pour les crimes et délits commis par Laurent Gbagbo et son clan", a-t-il ajouté. Laurent Gbagbo, son ...
Lire l'article
Le chef du parti de Laurent Gbagbo emmené de force par des soldats
Des soldats ont emmené de force, vendredi, le puissant chef du parti politique de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, même s'il était sous la protection des casques bleus de l'ONU dans un hôtel d'Abidjan. La porte-parole du gouvernement d'Alassane Ouattara, Ahoussy Bamba, a indiqué qu'elle n'avait pas d'informations sur ce qui est arrivé à l'ancien premier ministre Pascal Affi N'Guessan, chef du Front populaire ivoirien. Une demi-douzaine d'hommes vêtus d'uniformes militaires sont arrivés à l'hôtel Pergola, vendredi soir, et ont défoncé la porte de la suite où se trouvait M. N'Guessan. Un journaliste de l'Associated Press était présent quand les soldats ont ...
Lire l'article
Dans les rues d'Abidjan, les forces de Laurent Gbagbo auraient regagné du terrain ce vendredi soir 8 avril 2011. Selon Alain Le Roy, chargé des opérations de maintien de la paix des Nations unies, les forces loyales au chef de l'Etat sortant contrôlent désormais les quartiers du Plateau et de Cocody et disposent toujours d'un arsenal militaire avec chars et armes lourdes. CLIQUER POUR VOIR LE PLAN D'ABIDJAN La guerre est une affaire incertaine où les promesses de victoire d’un jour se retrouvent souvent démenties le lendemain. Jeudi soir, Alassane Ouattara annonçait qu’un blocus allait être imposé autour de la résidence présidentielle. ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire : l’intervention française pousse Laurent Gbagbo à la reddition
La reddition du président ivoirien sortant, Laurent Gbagbo, aux Nations unies semblait acquise hier soir. L'intervention des hélicoptères de la France, qui a reçu le soutien des Etats-Unis, a été déterminante. Au terme de longues et difficiles tractations, la reddition de Laurent Gbagbo, l'ancien président de la Côte d'Ivoire, semblait proche hier soir. Les négociations se poursuivaient pour finaliser l'ensemble des détails. Dans l'après-midi déjà le ton était donné par Paris. Le Premier ministre, François Fillon, avait déclaré que la reddition était « imminente ». Le contact des responsables des Nations unies avec le despote assiégé avait été établi via ...
Lire l'article
● Dans une interview exclusive sur RFI, le président sortant de Côte d'Ivoire reconnaît que son armée a été en grande partie détruite mais il refuse pour le moment de parler de reddition ● Laurent Gbagbo rejette la demande de Paris de reconnaître la victoire d’Alassane Ouattara ● «Pas encore de reddition » du président sortant ivoirien, affirme la présidence française, mais «des tractations» ● Paris exige que Gbagbo signe un document de renonciation au pouvoir ● «Deux généraux proches de Gbagbo négocient une reddition», déclare François Fillon. ● Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a déclaré ce ...
Lire l'article
Le temps est compté pour Laurent Gbagbo, selon Washington
Le temps est compté pour le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo dont la position est considérablement affaiblie et qui devrait céder le pouvoir maintenant afin d'éviter des violences supplémentaires, ont averti jeudi les Etats-Unis. "Il est absolument clair qu'il est dans une position fortement affaiblie après avoir perdu la plus grande partie du territoire qu'il tenait dans le sud et avec les défections dans les rangs" de son armée, a déclaré le secrétaire d'Etat adjoint Johnnie Carson. "Il reste une possibilité pour Gbagbo de s'effacer de manière à prévenir une effusion de sang. Nous espérons qu'il verra et saisira cette occasion de ...
Lire l'article
L'avion de Laurent Gbagbo a été immobilisé sur l'aéroport de Bâle-Mulhouse à la demande des "autorités légitimes" de Côte d'Ivoire, a-t-on appris, dimanche, auprès du ministère français des Affaires étrangères. Le porte-parole du ministère, Bernard Valero, a déclaré : "Les autorités légitimes de Côte d'Ivoire nous ont demandé l'immobilisation de l'appareil, c'est précisément ce que nous avons fait en réponse à cette requête." Le président sortant Laurent Gbagbo, qui n'est pas à bord de l'appareil immobilisé, est sous la menace d'un recours à la force de la part des chefs d'État ouest-africains qui lui demandent de démissionner après l'élection contestée ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire: Laurent et Simone Gbagbo inculpés de “crimes économiques”
Ouattara en appelle à la CPI pour juger Laurent Gbagbo
Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo et ses proches dans le collimateur de la justice
Côte d’Ivoire: “enquêtes préliminaires” contre Laurent Gbagbo et ses proches
Le chef du parti de Laurent Gbagbo emmené de force par des soldats
Côte d’Ivoire : les troupes de Laurent Gbagbo ont regagné du terrain à Abidjan
Côte d’Ivoire : l’intervention française pousse Laurent Gbagbo à la reddition
Laurent Gbagbo sur RFI : «On n’est pas au stade des négociations»
Le temps est compté pour Laurent Gbagbo, selon Washington
L’avion de Laurent Gbagbo bloqué dans un aéroport franco-suisse à la demande de Ouattara


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 21 Juin 2011
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*