Socialisez

FacebookTwitterRSS

Mahmoud SHAMMAM: «Il y a des contacts entre Benghazi et Tripoli»

Auteur/Source: · Date: 23 Juin 2011
Catégorie(s): Afrique

INTERVIEW – D’après Mahmoud Shammam, le porte-parole du Conseil national de transition (CNT), les rebelles libyens continuent de faire de l’abandon du pouvoir par le clan Kadhafi la condition préalable d’une solution négociée.

LE FIGARO. – Un émissaire russe a récemment affirmé que les autorités libyennes avaient entamé des négociations directes avec la rébellion. Y a-t-il, oui ou non, des discussions en cours, et à quel niveau ?

Mahmoud SHAMMAM. – Oui, des contacts sont en cours par le biais d’intermédiaires. Mais ces négociations ne sont jamais directes. Elles se déroulent parfois en Afrique du Sud, parfois à Paris, où Kadhafi a récemment envoyé un représentant pour nous parler. Nos conditions demeurent invariables : la participation de Kadhafi et des membres de sa famille à un futur gouvernement est totalement exclue. Nous évoquons avec eux les mécanismes du départ de Kadhafi. Nous considérons qu’il doit se résigner à partir, ou bien accepter une mise en retraite dans une zone reculée de la Libye. Nous ne voyons pas d’inconvénient à ce qu’il se retire dans une oasis libyenne, sous contrôle international. De plus, l’opposition est prête à négocier avec n’importe quel technocrate ou officiel libyen qui n’a pas de sang sur les mains, de façon à l’intégrer à un futur gouvernement intérimaire qui devra organiser des élections.

Et comment réagit Tripoli à ces propositions ?

Leurs réactions sont contradictoires. Parfois nous approchons du but, parfois nous nous en éloignons, ça dépend de l’humeur du moment de Kadhafi.

Comment préparez-vous l’après-Kadhafi, s’il finit par tomber ?

Notre objectif est d’assurer une transition la plus transparente et démocratique possible. Si Kadhafi quitte le pouvoir, les défis sont nombreux : l’organisation d’élections, l’élaboration d’une nouvelle Constitution. Ce processus ne devrait pas excéder huit mois. De plus, les 32 membres du CNT, moi y compris, se sont engagés à ne pas participer à la vie politique du pays durant les quatre années qui suivront la chute de Kadhafi, afin d’éviter les conflits d’intérêt.

Unie contre Kadhafi, la mosaïque des opposants ne risque-t-elle pas de se fissurer à sa chute ?

En quarante-deux ans de pouvoir, Kadhafi a tué l’opposition. Mais aujourd’hui, les Libyens sont soudés malgré leur diversité. Qu’ils soient arabes, berbères, membres de telle ou telle tribu, ils aspirent tous au changement. Il y a une vraie solidarité, un respect mutuel. Je suis optimiste pour l’avenir. Regardez comment la société civile s’organise à Benghazi. Le taux de criminalité n’a pas augmenté depuis le départ des forces de Kadhafi.

Éléments radicaux
Certains, en Occident, s’inquiètent d’une infiltration de la rébellion par al-Qaida. L’extrémisme est-il à craindre ?

La société libyenne est musulmane, mais elle n’est pas fondamentaliste. On ne peut nier la présence d’éléments radicaux. Cependant, ils ne représentent qu’une portion infime, pas plus de 15 % des rebelles, et ne constituent pas, à nos yeux, une menace. Les membres du Groupe islamiste combattant libyen, libérés par Kadhafi avant la révolution, font partie de l’opposition. Nous considérons qu’il est de leur droit, comme les autres composantes de la dissidence, de participer à la politique de la future Libye. Mais s’ils ne jouent pas le jeu de la démocratie, je vous garantis que les Libyens leur réserveront le même sort qu’à Kadhafi.

La rébellion reçoit-elle des aides financières et militaires ?

Nous n’avons pas reçu un seul centime de la communauté internationale. En revanche, nous avons bénéficié d’aides en nature de différents pays : nourriture, médicaments, équipements. Nous avons également reçu de certains pays arabes des armes légères pour nous défendre.

Si l’Otan se retire, comment allez-vous vous défendre ?

Nous continuerons à nous battre jusqu’au bout. Nous n’avons pas d’autre choix.

Êtes-vous préparés à ce scénario ?

Bien sûr qu’on travaille là-dessus. Mais je ne peux pas en dire plus.


SUR LE MÊME SUJET
Mahmoud Djibril, Premier ministre de l'insurrection pendant la guerre civile qui a conduit à la chute du régime de Mouammar Kadhafi, souhaite une accélération du processus de transition en Libye afin d'éviter un vide politique selon lui dangereux pour l'indépendance et l'avenir du pays. Dans une interview à Reuters, il a critiqué le calendrier fixé en août par le Conseil national de transition (CNT) qui prévoit la rédaction d'une nouvelle Constitution et l'élection d'un Parlement d'ici la mi-2013. Les 51 membres du CNT doivent apporter leur soutien d'ici la semaine prochaine à un gouvernement intérimaire dirigé par Abdel Rahim al Kib. Selon le ...
Lire l'article
Les rebelles se heurtent à une résistance acharnée à l’aéroport de Tripoli
Charles Onians Agence France-Presse Tripoli La route vers l'aéroport international depuis Tripoli est devenue un terrain d'affrontement entre rebelles qui la contrôlent et forces pro-Kadhafi qui opposent une résistance acharnée. «Nous sommes ici à l'aéroport depuis quatre jours», lance fièrement un rebelle Ahmed Mehdi. Au même moment, tout près de lui une roquette vient de s'abattre incendiant une voiture. Sur le tarmac de l'aéroport trônent toujours majestueusement les luxueux jets privés de Mouammar Kadhafi, visiblement épargnés par les tirs alors qu'à côté on devine les restes d'un airbus de la compagnie Afriqiya. Après la prise du quartier général de Kadhafi à Tripoli des poches de résistance ...
Lire l'article
Les rebelles à une cinquantaine de km à l’ouest de Tripoli
Les rebelles libyens occupaient dimanche le centre-ville de Zaouïah, à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Tripoli, sur la route côtière qui mène à la Tunisie, l'un des derniers liens entre Tripoli et le monde extérieur. Cette offensive marque l'avancée la plus spectaculaire depuis six mois des insurgés dans les zones de l'ouest du pays contrôlées par les partisans de Mouammar Kadhafi. Toutefois, des troupes gouvernementales lourdement armées sont stationnées en nombre sur la route de la capitale, qui ne semble pas directement menacée dans l'immédiat. Un journaliste de Reuters a pu voir dimanche matin une cinquantaine de combattants rebelles près du ...
Lire l'article
Libye: les rebelles percent à Zawiyah, au sud-ouest de Tripoli
Après de violents combats contre les forces fidèles au colonel Mouammar Kadhafi, les rebelles libyens ont pris le contrôle d'une partie de la ville de Zawiyah, en périphérie sud-ouest de Tripoli. Les rebelles ont pénétré en grand nombre samedi en fin d'après-midi jusqu'au centre-ville de Zawiyah, à une quarantaine de kilomètres de la capitale libyenne, a constaté un photographe de l'AFP. Ils ont été attaqués peu après par des pro-Kadhafi armés de chars, de mortiers et de mitrailleuses lourdes. Les combats ont été intenses. "Nos forces contrôlent les entrées ouest et sud de Zawiyah et nous avons pénétré sur trois kilomètres dans la ...
Lire l'article
Le président du Bureau exécutif du Conseil national de transition (CNT) libyen, M. Mahmoud Jibril, a rencontré ce vendredi à Libreville, le président de la République Gabonaise, Ali Bongo Ondimba à qui il a adressé ses remerciements, ainsi qu’au gouvernement et au peuple pour la « position courageuse » prise par le Gabon en faveur de la cause défendue son mouvement. Engagé dans un mouvement de contestation populaire, assorti de revendications sociales et politiques, qui a débuté le 15 février 2011 en Libye, contre le régime du frère Guide, Mouammar Kadhafi, Mahmoud Jibril, l’un des responsables des insurgés, dont le bras ...
Lire l'article
Les rebelles progressent à l’ouest de Tripoli
Les insurgés libyens se sont emparés de deux localités jusqu'ici aux mains des forces de Muammar Kadhafi près de la frontière tunisienne. Les rebelles libyens, qui ont nommé des ambassadeurs à Londres et Paris, ont infligé jeudi un nouveau revers au régime de Muammar Kadhafi en s'emparant de deux localités près de la frontière tunisienne, au sud-ouest de Tripoli. Après avoir conquis la ville d'Al Ghazaya, les insurgés ont poursuivi leur route vers le village d'Om al-Far, à une dizaine de kilomètres au nord-est, qu'ils ont pris en fin d'après-midi. Les combats les plus acharnés ont eu lieu dans la partie ...
Lire l'article
Libye: les rebelles avancent vers Tripoli, l’Otan maintient la pression
Les rebelles, soutenus par des frappes de l'Otan, progressaient jeudi vers Tripoli à partir des montagnes du sud et de l'enclave côtière de Misrata, au deuxième jour de leur offensive contre les forces du régime de Mouammar Kadhafi dans l'ouest de la Libye. Alors que le conflit s'enlisait, les insurgés ont déclenché mercredi leur attaque après avoir reçu selon eux "le feu vert" de l'Otan. Ils ont réussi à repousser les pro-Kadhafi de plusieurs kilomètres et à s'emparer du hameau de Goualich, dans les montagnes berbères au sud de Tripoli, bastion du régime. Néanmoins, tout en confirmant que les rebelles avaient pris ...
Lire l'article
Libye: une forte explosion secoue le centre de Tripoli
TRIPOLI - Une puissante explosion a secoué samedi matin le secteur de la résidence du leader libyen contesté Mouammar Kadhafi à Tripoli, visé quotidiennement par des raids nocturnes de l'Otan. La détonation a retenti à 10HOO locale (8H00 GMT) dans le secteur de la résidence du colonel Kadhafi, non loin du centre de la capitale. Peu après, une colonne de fumée blanche s'est élevée au dessus du quartier. Le raid aurait visé une caserne de la garde populaire, à proximité de la résidence, visée quotidiennement depuis quatre jours par des raids nocturnes de l'Otan, selon un correspondant de l'AFP sur place. L'Otan avait ...
Lire l'article
Libye: trois fortes explosions à Tripoli survolé par des avions
Trois fortes explosions ont été ressenties tôt mercredi à Tripoli alors que la capitale libyenne était survolée par des avions, quelques jours après le raid de l'Otan qui a tué l'un des fils de Mouammar Kadhafi. Des tirs d'artillerie ont suivi la deuxième frappe. Selon un témoin, il y a eu au total trois explosions et on pouvait voir de la fumée s'élever dans l'est de la capitale libyenne. Dans la nuit de samedi à dimanche, Moussa Ibrahim, porte-parole du gouvernement libyen, avait annoncé que la maison de Seïf al-Arab Kadhafi, 29 ans, un des six fils du colonel Mouammar Kadhafi, avait été ...
Lire l'article
Les forces régulières libyennes ont repris lundi Zouara, une des dernières villes de l'ouest du pays que tenaient les insurgés. A l'est, Ajdabiya se prépare à subir un assaut des forces de Mouammar Kadhafi. Des bombardements ont déjà visé la ville dans la matinée. Les rebelles en déroute depuis quelques jours, ont promis de défendre Ajdabiya, carrefour routier vital entre plusieurs villes de l'Est. Sur la route entre Ajdabiya et Benghazi, de nombreux civils fuyaient lundi à bord de camionnettes chargées de valises, de sacs et de matelas. Inquiétude à Benghazi Benghazi, fief de l'insurrection situé à 160 km au nord d'Ajdabiya, ...
Lire l'article
Il faut accélérer la transition en Libye, dit Mahmoud Djibril
Les rebelles se heurtent à une résistance acharnée à l’aéroport de Tripoli
Les rebelles à une cinquantaine de km à l’ouest de Tripoli
Libye: les rebelles percent à Zawiyah, au sud-ouest de Tripoli
Coopération Gabon – Lybie: Le président du Bureau exécutif du Conseil national libyen de transition, Mahmoud Jibril, félicite la « position courageuse » du Gabon
Les rebelles progressent à l’ouest de Tripoli
Libye: les rebelles avancent vers Tripoli, l’Otan maintient la pression
Libye: une forte explosion secoue le centre de Tripoli
Libye: trois fortes explosions à Tripoli survolé par des avions
Libye: les pro-Kadhafi reprennent Zouara et marchent sur Benghazi

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 23 Juin 2011
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*