- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Décès de clandestins au Gabon: enquête ouverte, gendarmes suspendus

Une enquête sur les conditions de détention des trois immigrés décédés le 16 juin à Bitam (Gabon) et leurs codétenus a été ouverte par la gendarmerie qui a relevé 3 officiers supérieurs de leurs fonctions, a annoncé dimanche le ministère de la Défense gabonais.

“Suite à l?incarcération d?une vingtaine d?immigrés clandestins et au décès de trois d?entre eux (…) à Bitam, une enquête vient d?être ouverte par la gendarmerie nationale pour déterminer les conditions dans lesquelles ces personnes ont été détenues”, affirme un communiqué.

“Par mesures conservatoires, le lieutenant major Christian Ombango, commandant de la gendarmerie de Bitam, l?adjudant chef major Séraphin Menié Mezeng, commandant adjoint et l?adjudant chef Nicaise Benga José, commandant de brigade Bitam-centre, ont été relevé de leurs fonctions, à compter du 23 juin 2011”, selon le texte.

“Un rapport d?enquête devra être rendu dans les prochains jours”, conclut le communiqué.

Des immigrés clandestins ouest-africains ont affirmé à l’AFP avoir été enfermés dans une cellule bondée, battus et victimes de traitements humiliants. “On a passé deux jours et deux nuits (en cellule). Il n’y avait pas à boire, pas à manger (…) On dormait dans les excréments, les gens ne respiraient pas bien”, a expliqué l’un deux.

Un autre immigré, également sous perfusion, a expliqué avoir été détenu avec 22 personnes dans une petite cellule: “On dormait dans (les excréments), il n’y avait pas de fenêtre. Ils (les gendarmes) disaient +vous n’avez qu’à mourir dedans+. (…) Les gens buvaient leur urine”.

Dans deux communiqués publiés le 16 et le 19 juin, le gouvernement estimait que les trois clandestins, interpellés avec 17 autres étrangers en situation irrégulière, étaient décédés des suites d’une épidémie et non de leurs conditions de détention.
Le directeur du cabinet du ministre de la Défense, Rufin Pacome Ondzounga, avait affirmé dimanche 19 que leur détention s’était passée “dans les normes” et avait parlé de “désinformation de la presse”. 


SUR LE MÊME SUJET
Comme annoncé, une enquête a été ouverte pour déterminer les conditions de détention des trois immigrés décédés le 16 juin à Bitam et de leurs codétenus, à Bitam. A cet effet, le ministère de la Défense a annoncé, le 26 juin, la suspension de trois officiers supérieurs de la gendarmerie, par mesures conservatoires. Suite à l’incarcération d’une vingtaine d’immigrés clandestins et au décès de trois d’entre eux le 15 juin 2011 à Bitam, une enquête vient d’être ouverte par la gendarmerie nationale pour déterminer les conditions dans lesquelles ces personnes ont été détenues, a annoncé le ministère de la Défense, ...
Lire l'article [1]
Le gouvernement gabonais a annoncé, dans un communiqué rendu public, mardi à Libreville, que l’expulsion de quelque 4700 immigrés clandestins du site de Minkébé, dans le nord-est du Gabon, ‘’s’est déroulée dans des conditions satisfaisantes’’. ‘’Aucun acte de violence et aucune exaction n’ont été commis sur les expulsés’’, indique le communiqué du ministère de la défense, portant ‘’un démenti formel aux allégations tendancieuses de certains médias qui ne reflètent nullement la réalité’’. ‘’Chaque individu a pu choisir ce qu’il emportait avec lui, avant de quitter sa case. En définitive, aucun incident, fut-il mineur, n’a été déploré’’, ajoute le ...
Lire l'article [2]
Le Comité d’organisation du FESTIDAMES organise en collaboration avec les ministères Gabonais de l’Education et celui de la Santé, une campagne de sensibilisation sur les avortements clandestins au sein des établissements secondaires de la capitale gabonaise, dans le but d’amener les jeunes, plus particulièrement les jeunes filles à adopter une vie sexuelle responsable. Selon Marie Colombe Ngondjou, la fondatrice du Festival des Dames (FESTIDAMES), cette campagne de sensibilisation sur les avortements clandestins, entre dans le cadre des missions que s’est assignée ce concept qui œuvre en faveur de la revalorisation de la gente féminine dans toutes ses actions en faveur ...
Lire l'article [3]
Une pirogue avec à son bord vingt clandestins et trois passeurs a été arraisonnée le 24 avril par la marine nationale dans les eaux de l’île Corisco alors qu’elle tentait de regagner le Libreville. La marine nationale a interceptée le 24 avril au large de l’île Corisco, vingt clandestins et trois passeurs à bord d’une pirogue en provenance du Nigeria et qui tentait de regagner la capitale gabonaise. Confiés à la Police de l’air et des frontières (PAF), les clandestins et les trois passeurs ont été conduits aux services de la Direction générale de la documentation et de la l’immigration ...
Lire l'article [4]
Au terme de sa vaste campagne de contrôle d’identité à Libreville, 358 ressortissants étrangers en situation irrégulière ont été rapatriés le 23 février par la Direction générale de la documentation et de l’immigration (DGDI). Selon certaines sources, ces clandestins ont été reconduits dans leurs pays respectifs par bateau ou par route pour les pays limitrophes, et par avion pour les autres. Dans le cadre de la lutte contre la montée fulgurante de l’immigration clandestine et pour servir d’exemple aux autres, plus de 350 immigrés clandestins ont été rapatriés le 23 février par les services de la Direction générale de ...
Lire l'article [5]
Nouvelle prise pour les agents de la Brigade nautique! Dans la nuit du 7 au 8 novembre dernier, une embarcation avec à son bord 16 immigrés clandestins, a été interceptée près du bord de mer de la commune d’Owendo. Cette nouvelle arrestation devrait fournir des éléments nouveaux aux enquêteurs chargés de mettre en lumière les réseaux de «passeurs» qui permettent l’arrivée incessante des immigrés clandestins sur le sol gabonais. Une pirogue avec 16 clandestins vient d’être interceptée par les services de la brigade nautique, alors qu’elle tentait d’accoster sur le bord de mer de la commune d’Owendo. Cette opération intervient quelques ...
Lire l'article [6]
Les services gabonais de l’immigration ont rapatrié, à destination de Porto-Novo au Bénin (leur port d’origine), dans la nuit de samedi à dimanche, plus de 200 immigrés clandestins, sur les 288 personnes qui avaient été interceptés à bord du navire clandestin ghanéen, le 18 octobre dernier, par la brigade nautique du Port-Môle et l’Unité spéciale de la gendarmerie, rapporte ce lundi le quotidien L’Union. Le navire a été escorté par la marine nationale jusque dans les eaux internationales, afin de s’assurer de son retour effectif à Porto-Novo. En effet, sur les 288 passagers de ce navire, 24 seulement possédaient une documentation ...
Lire l'article [7]
Gros coup de filet pour la marine gabonaise qui a arraisonné dans la soirée du 17 octobre dernier au Cap Estérias un bateau transportant plus de 200 immigrés clandestins qui tentaient de rallier Libreville nuitamment. En attendant la fin du contrôle des papiers des passagers, le bateau a été immobilisé au large et sera reconduit à la frontière des eaux territoriales gabonaises avec ceux dont la clandestinité aura été avérée. Au large du Cap Estérias, à une quarantaine de kilomètres au Nord de Libreville, la marine gabonaise a intercepté dans la soirée du 17 octobre dernier un bateau en provenance d'Afrique ...
Lire l'article [8]
Huit immigrés clandestins en provenance de Minkébé (nord), localité située en amont de la région de l'Ivindo riche en gisement aurifère, ont été arrêtés dans la nuit du 9 au 10 mai dernier, a constaté le correspondant local de l'AGP. Ces clandestins, qui voulaient regagner Libreville via Makokou, sont tombés dans les mains des agents du service de l'immigration, précise-t-on. ''Les sans papiers originaires respectivement du Mali, du Niger et de la côte d'Ivoire seraient entrés au Gabon sans visa, en passant par le Sud Cameroun'', a confié le lieutenant Landry Messa. ''Nous entamons en ce moment la procédure de rapatriement'', a ajouté ...
Lire l'article [9]
Plus d'une dizaine de clandestins essayant de s'infiltrer au Gabon ont été appréhendés le 6 avril dernier par les éléments de la Direction générale de la documentation et de l'immigration (DGDI) en collaboration avec la police judiciaire. Partis du Cameroun, certains d'entre eux ont déboursé jusqu'à 600.000 FCFA pour franchir la frontière gabonaise. Les éléments de la Direction générale de la documentation et de l'immigration (DGDI) ont mis la main sur un réseau de clandestins le 6 avril dernier. De sources proches de la DGDI, c'est un indicateur qui a appelé la Direction générale de la documentation ...
Lire l'article [10]
Gabon : Trois gendarmes suspendus à Bitam
Le gouvernement gabonais satisfait des conditions d’expulsion de 4700 clandestins dans le nord-est du Gabon
Société / Une campagne de sensibilisation sur les avortements clandestins débute mercredi dans les établissements secondaires de Libreville
Gabon : 20 clandestins dans les filets de la marine nationale
Gabon : Plus de 350 clandestins rapatriés par le DGDI
Gabon : 16 clandestins dans les filets la brigade nautique
Gabon: Les services de l’Immigration rapatrient plus de 200 immigrés clandestins vers le Bénin
Gabon : 200 clandestins arrêtés sur un bateau au Cap Estérias
Gabon: Huit immigrés clandestins arrêtés à Makokou
Gabon : 17 clandestins arrêtés par les forces de l’ordre à l’entrée de Libreville