Socialisez

FacebookTwitterRSS

Lettre d’interpellation de la société civile gabonaise pour une ingérence démocratique au Gabon : Libreville, 29 juin 2011

Auteur/Source: · Date: 30 Juin 2011
Catégorie(s): Politique

Aux présidents des Etas unis d’Amérique, et de la République Française, au Secrétaire Général des Nations Unies, au Président de la Commission de l’Union Africaine et au Président de la Commission de l’Union Européenne

C’est au nom de la démocratie, principe universel et fondement des libertés, que nous vous adressons ce cri d’alarme, cet appel au secours en faveur de notre pays le Gabon.

Comme vous le savez, le Gabon est en ruine. Une ruine généralisée provoquée par une oligarchie criminelle au pouvoir depuis près d’un demi-siècle.

Cette oligarchie politico mafieuse a organisé un pillage à grande échelle des richesses du pays et orchestrée une politique criminelle d’assujettissement, d’appauvrissement collectif d’une population réduite à la mendicité et considérablement clochardisée.

Le système oligarchique a organisé la corruption des mentalités et de la pensée : Cette entreprise est planifiée par les idéologues de pensée unique du régime criminel. Au bout du compte, les peuples nobles de ce pays sont de fait poussés à la résignation, à la renonciation de leurs droits légitime, bref, au désespoir.

Depuis 43 ans, le quotidien des gabonais est une véritable tragédie. Les gabonais sont privés de leurs droits fondamentaux en matière d’éducation, de santé, d’accès au logement et à un emploi décent…

Tous les indicateurs socio-économiques démontrent la situation misérable des gabonais et l’incapacité du pouvoir en place à leur offrir le minimum vital. En vérité, les dirigeants gabonais se sont enrichis en milliards de dollars au détriment des deux tiers de la population. Ces ressources volées ont été placées dans les paradis fiscaux et les banques occidentales.

Les nombreuses reformes annoncées en grande pompe par Monsieur Ali BONGO, n’ont connu aucune matérialisation sur le terrain. Pendant ce temps, le président se ballade dans le monde entier au frais du contribuable. Ses déplacements se chiffrent en centaines de milliards de francs CFA.

Contre vents et marées, au mépris des nobles revendications des secteurs sociaux, le Président s’est acheté un palace de plus de 100 millions d’euros à paris.

Cette dépense abjecte est une véritable humiliation à l’égard du peuple gabonais.

Face ces actes ignobles par leur nature et de par leur portée, la société civile marque sa ferme désapprobation de la gestion calamiteuse du Gabon par le clan véreux au pouvoir.

La société civile s’engage devant la communauté internationale et le peuple gabonais à défendre jusqu’au bout la dignité de la personne humaine bafouée dans ce pays.

Le Gabon, comme l’Egypte de MOUBARACK et la Tunisie de BEN ALI est enchaîné, paralysé et prisonnier d’un véritable système famélique.

Comme en Egypte, en Tunisie, en Libye, en Cote d’ivoire et au Sénégal, les gabonais veulent un Etat de droit démocratique, transparent qui préserve les libertés démocratiques de ses citoyens.

Les gabonais veulent une démocratie totale, fondée sur la volonté du peuple à déterminer son avenir et construire un nouveau modèle de gouvernance.

Fort de ce qui précède, les organisations de la société civile gabonaise, appelle la communauté internationale notamment le Gouvernement des Etats Unis, le Gouvernement français, le Conseil de sécurité des Nations Unies, l’Union Africaine et l’Union Européenne, à exercer le droit d’ingérence démocratique au Gabon afin de permettre la tenue des élections libres, crédibles dans un environnement transparent et paisible.

Cette demande se justifie par le blocage actuel du processus démocratique dans le pays par un clan qui refuse toute possibilité d’alternance par les élections libres et transparentes, et la confiscation des instruments de régulation de la démocratie. En 2009, suite au décès de Monsieur Omar BONGO ONDIMBA, deuxième chef de l’Etat, des élections se sont déroulées dans les conditions les plus contestables et ont consacré une succession monarchique au pouvoir à travers le fils du président défunt et le maintien du régime corrompu, oligarchique et responsable du désastre holistique de la nation gabonaise.

A ce moment là, l’implication de la communauté internationale devient alors vitale car le Gabon est désormais au bord du gouffre et de l’implosion, tellement les violations des droits fondamentaux des citoyens, les frustrations incessantes du peuple par une gestion orgueilleuse de l’Etat par cette oligarchie sont devenues légion. En effet, le peuple gabonais dans sa globalité n’a plus pour désir ardent que de se libérer de la tyrannie et d’un système d’esclavage corrompu. Nous demandons le démantèlement de ce système qui écrase tout un peuple et qui déshumanise les enfants de ce pays. Certes le système a changé de tête, mais la structure politique dans son orientation idéologique et son organisation totalitaire demeure en place. C’est pour cette raison que l’ingérence de la communauté internationale au Gabon est la condition sine qua non pour éviter le chao et l’anarchie.

Fait à Libreville, le 29 juin 2011
 


SUR LE MÊME SUJET
Elections législatives du 17 décembre 2011 au Gabon: Déclaration N°3 de la Société Civile Gabonaise
Déclaration N°3 de la Société Civile Gabonaise Les résultats des élections législatives 2011 organisées au Gabon le 17 Décembre 2011 ont considérablement accentué la crise politique et la dégradation de l’environnement démocratique dans le pays. Cette élection s’est tenue dans un climat politique délétère marqué par la volonté et le refus du Gouvernement Gabonais à composer avec l’opposition et le Mouvement Ca suffit comme Ca qui ont proposé la mise en oeuvre des reformes politiques afin d’améliorer de façon significative le système démocratique et de régler de manière durable la question de la légitimité des dirigeants. Face au refus du camp au ...
Lire l'article
Déclaration de la Société Civile sur  les Elections Législatives du  17 Décembre  2011 au Gabon
L’appel lancé par les forces démocratiques gabonaises opposition politique et la Société Civile libre autour du Mouvement Citoyen « ça suffit comme ça » à savoir « Pas de Biométrie, pas de Transparence, Pas d’Élection » a été largement et massivement suivi. Le Peuple Gabonais, dans une maturité sans précédent vient de rejeter et de désavouer le système PDG. À travers tout le pays, les bureaux de vote sont restés vides : plus de 95 % des Gabonais ne sont pas allés voter. Cet échec constaté par la presse ...
Lire l'article
La Coalition de la Société Civile par la voix de son porte parole, Guy René Mombo Lembomba a fustigé ce lundi à Libreville le comportement de certains de leurs membres qui selon eux, sème la confusion au sein des organisations de la société civile. Ce comportement concourt à jeter l’opprobre sur la société civile en appelant les populations à l’incivisme et programmer le chaos. Dans son allocution, le porte parole a indiqué qu’«il avait été convenu que les prochaines élections au Gabon s’organiseraient autour de la crédibilité et de la transparence. Condition sine qua non et gage d’un réel développement du ...
Lire l'article
Mesdames et messieurs, distingués invités, Chers partenaires de la société civile Au cours de la visite officielle que le président de la République gabonaise vient d’effectuer aux Etats-Unis d’Amérique, le Président OBAMA a invité le Gabon à mener des réformes démocratiques et institutionnelles profondes. Dans son discours historique d’ACCRA, destiné à l’Afrique, le Président OBAMA rappelle le lien fondamental entre le progrès et la démocratie ainsi que la nécessité de renforcer les institutions et les normes démocratiques en Afrique. Ce discours vient d’être conforté par l’allocution du Secrétaire d’Etat CLINTON à ADDIS-ABEBA, concernant les alternances démocratiques et la durée au pouvoir de ...
Lire l'article
Il s'est tenu ce mercredi, 29 juin 2011 à l'hôtel LAICO Libreville, une réunion de concertation entre la société civile et les partis politiques en présence des Représentants des Ambassades des Etats Unis, de la France et de l'Union Européenne sur le processus électoral et l'environnement démocratique au Gabon. Au terme de cette concertation, les deux parties se sont accordées de ce qui suit : Réformer fondamentalement la cour constitutionnelle Réviser la loi électorale Réformer le Conseil National de la Communication Réformer la CENAP en intégrant les membres de la société civile Ramener le mandat présidentiel à cinq (5) ans renouvelable une ...
Lire l'article
Mesdames et messieurs les Représentants du corps diplomatique ; Mesdames et messieurs les Représentants des partis politiques ; Mesdames et messieurs les Membres de la Société Civile ; Mesdames et messieurs, honorables invités, L’occasion qui nous est offerte aujourd’hui nous permet de mettre au grand jour, une fois de plus, la situation vécue par les populations gabonaises en général et des travailleurs en particulier. En effet, depuis plusieurs années, en dépit des consensus gouvernement/partenaires sociaux à travers la trêve sociale de 3 ans, le quotidien des travailleurs est loin de s’améliorer. Faute de dialogue social franc, nous assistons à des grèves sans fin dans tous ...
Lire l'article
Les prochaines législatives donnent lieu, depuis quelques jours, à des analyses et suggestions diverses quant à leur mode d’organisation. Des leaders associatifs, membres de la société civile gabonaise, ont rendu public, le 18 juin, une déclaration portant sur la «transparence électorale au Gabon». Le document énumère des recommandations portant sur les listes électorales, les bureaux de vote et la réforme des institutions, présentés comme conditions sine qua non pour la participation de ces ONG au prochain scrutin. L’intégrale de cette déclaration. DECLARATION DE LA SOCIETE CIVILE GABONAISE SUR LA TRANSPARENCE ELECTORALE AU GABON Suite à l’engagement du gouvernement à organiser des ...
Lire l'article
Pour les législatives partielles du 6 juin prochain, des acteurs de la société civile fédérés au sein du Réseau de défense des droits humains au Gabon (REDDHGA) ont initié le 29 mai à Libreville un séminaire de formation pour une centaine d’observateurs qui devraient être déployés dans les différents bureaux de vote concernés. 100, c’est le nombre d’observateurs formés par le Réseau de défense des droits humains au Gabon (REDDHGA), et qui devraient être disséminés à travers les différents bureaux de vote lors du scrutin du 6 juin prochain comptant pour les élections législatives partielles. A l’occasion du séminaire de formation ...
Lire l'article
Lettre du Dr. Daniel Mengara à Pierre Mamboundou: “Appel à une large concertation nationale des forces vives de l’opposition et de la société civile gabonaises”
Dans une lettre adressée aujourd'hui même au leader de l'Union du Peuple Gabonais (UPG), le Dr. Daniel Mengara, Président du BDP-Gabon Nouveau et candidat déclaré à l'élection présidentielle anticipée de 2009, appelle Pierre Mamboundou et les autres leaders de l'opposition et de la société civile à une large concertation nationale des forces vives de l’opposition et de la société civile gabonaises, en vue de barrer le chemin au bongoïsme. Notant les gros vices de forme ayant émaillé la transition actuele au Gabon, le Dr. Daniel Mengara remet en cause la possibilité d'une élection transparence au Gabon et invite plutôt l'opposition à ...
Lire l'article
Des leaders de la société civile gabonaise, réunis ce jeudi après – midi à la Chambre de commerce de Libreville, ont appelé les plus hautes autorités du pays à la mise sur pieds d’un « Fonds de vigilance démocratique » en vue de crédibiliser la future élection présidentielle anticipée devant mettre un terme à la période de transition de 30 à 45 jours. Selon Marc Ona Essangui, l’un des leaders de la société civile, ledit Fonds veillera à la bonne tenue des élections présidentielles anticipées. « Ce qui nous anime, c’est l’assainissement de la situation économique sociale et politique du pays ...
Lire l'article
Elections législatives du 17 décembre 2011 au Gabon: Déclaration N°3 de la Société Civile Gabonaise
Déclaration de la Société Civile sur les Elections Législatives du 17 Décembre 2011 au Gabon
La société civile gabonaise fustige le comportement de certains de ses membres
Discours du représentant de l’Ambassade des USA au Laïco Hôtel le 29 juin 2011 lors de la réunion société civile-partis politiques sur le processus électoral
Déclaration commune société civile-partis politiques sur le processus électoral et l’environnement démocratique au Gabon
Rencontre société civile – acteurs politiques le mercredi 29 juin 2011 au Laïco: Contribution des organisations syndicales
Gabon : Les conditions de la société civile pour les législatives 2011
Gabon : 100 observateurs de la société civile pour le scrutin du 6 juin
Lettre du Dr. Daniel Mengara à Pierre Mamboundou: “Appel à une large concertation nationale des forces vives de l’opposition et de la société civile gabonaises”
Gabon: Période de transition: La société civile gabonaise veut la création d’un « Fonds de vigilance démocratique »


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 30 Juin 2011
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*