Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Grève de la faim pour un “France go home !”

Auteur/Source: · Date: 19 Juil 2011
Catégorie(s): Françafrique,Politique,Société

«Si la perte de ma vie peut contribuer à démonter aux yeux du monde que le Gabon, mon pays est confisqué par la France, je descendrais heureux dans ma tombe. Je fais don de ma vie pour la libération de mon pays le Gabon». Telle est la profession de foi de Roland Désiré Aba’a, membre du Conseil économique et social (CES), en grève de la faim depuis le 14 juillet, d’abord à l’entrée du carrefour Camp de Gaulle puis sur la Place de l’Indépendance à Libreville, pour «demander la liberté du Gabon vis-à-vis de la France», qu’il résume en trois exigences. Dans l’interview ci-après, le porte-parole du gréviste déjà affaibli revient sur les motivations de cet acte, qui n’a toujours pas suscité de réaction de la part des autorités gabonaises et françaises.

Quelles sont les raisons qui poussent monsieur Roland Désiré Aba’a à entamer une grève de la faim ?

Il faut dire que le compatriote Roland Désiré Aba’a a été au contact d’un certain nombre de réalités qui l’ont révolté et suite à cela, il a décidé d’observer cette grève illimitée de la faim pour demander la liberté du Gabon vis-à-vis de la France que l’on résume en trois exigences. À savoir, la réparation du préjudice causé par la France sur le Gabon. Et monsieur Désiré Aba’a pense que ce préjudice peut être réparé en annulant totalement la dette extérieure du Gabon vis-à-vis de la France.

La deuxième exigence est le démantèlement de toutes les bases militaires françaises au Gabon. Car, pour lui, le Gabon est une nation souveraine et indépendante. La présence d’une armée étrangère ne se justifie pas.

Et la troisième exigence est la renégociation des accords qui nous lient à la République française. Accords qui, sur son volet économique, donnent une part de lion à hauteur de 96,2 % des revenus du sous sol gabonais à la France, 4,5% au président de la République gabonaise et 0,3% au Gabon. Il a été révolté de constater cette répartition, cette injustice. La France qui, pour nous et aux yeux de la communauté internationale, se prévaut d’être un pays de liberté, d’égalité, un pays de droits de l’homme, ne peut pas s’illustrer dans une telle injustice. Voila essentiellement ce qui justifie la grève de la faim illimité du compatriote.

Cela étant, parmi les trois exigences que nous mettons sur orbite, seul le deuxième volet parle de renégociation. C’est qu’il y a des questions ouvertes sur lesquelles on peut effectivement négocier ; par exemple, la répartition des revenus du sous sol gabonais. Par contre, la question concernant la dette est non négociable tout comme celle concernant le démantèlement des bases militaires françaises au Gabon.

D’aucuns disent que le mouvement de grève de faim illimité entamé par Roland Désiré Aba’a visait à protester contre l’arrivée de monsieur François Fillon au Gabon. Pourtant, ce dernier est arrivé. Il a bel et bien été reçu par le président Ali Bongo. On serait tenté de dire que l’action de monsieur Roland Désiré Aba’a s’apparente à un coup d’épée dans l’eau…

Le mouvement entamé par le patriote n’a rien à voir, de près ou de loin, avec l’arrivée de François Fillon. Cela n’a été qu’une coïncidence pour certains, heureuse et pour d’autres, malheureuse. Le patriote a choisi la date butoir du 14 juillet qui symbolise la fête nationale de la France pour contester effectivement les pratiques de cette France vis-à-vis de la Nation gabonaise.

C’est donc au carrefour du Camp de Gaulle qu’il a démarré son mouvement en donnant un point presse et, après cette initiative, il s’est rabattu ici même à la Place de l’Indépendance pour revêtir son action de tous les symboles que vous observez. Cela n’a rien à voir avec l’arrivée de monsieur Fillon.

Quelle a été l’attitude des autorités gabonaises vis-à-vis des revendications qui ont poussé Roland Désiré Aba’a à faire une grève de la faim ? Ont-ils cherché à vous rencontrer pour négocier ?

Il faut dire que le mouvement a démarré le 14 juillet, aujourd’hui cela fait 5 jours et de façon officielle, nous n’avons reçu aucune visite des autorités gabonaises, encore moins celle des autorités françaises. Il faut noter que les revendications sont adressées officiellement à la partie française, car c’est elle qui est interpellée et mise en cause ici. 


SUR LE MÊME SUJET
Gabon : grève de faim pour les refugiés devant le siège du HCR à Libreville
Les réfugiés congolais vivant au Gabon ont décidé lundi d'observer une grève de la faim devant le siège du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) à Libreville, pour réclamer leur statut de réfugiés. Mardi 7 février 2012 | 03:03 UTC CommentairesImprimerEnvoyer Ces ressortissants congolais se réfugient au Gabon depuis la guerre civile qui a secoué le Congo entre 1997 et 1999. "Nous réclamons que si le Gabon ne veut plus de nous ici, le HCR nous envoie ailleurs", a déclaré l'un des réfugiés congolais. Selon un communiqué du gouvernement, les personnes en attente de réinstallation au Congo disposent d'un délai ...
Lire l'article
Gabon : Séraphin Moundounga et l’arrêt de la grève de la faim des leaders de la Conasysed
Les neuf leaders de la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (Conasysed) en grève depuis le 2 septembre dernier pour obtenir le rétablissement de leurs salaires, ont suspendu leur grève de la faim le 18 septembre 2011 après avoir obtenu des "garanties" du Premier ministre Paul Biyoghe Mba. Dans la même nuit, le ministre de l’Education nationale a démenti ces fameuses garanties. Les neufs leaders de la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (Conasysed) en grève de la faim illimitée depuis le 2 septembre dernier pour obtenir le rétablissement de leurs salaires, ont suspendu leur mouvement ...
Lire l'article
Initialement prévu pour le 26 août dernier, ce n’est que ce 2 septembre que les neuf leaders de la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed) ont lancé leur grève de la faim illimitée du côté de la cathédrale sainte Marie, à Libreville. Les nouveaux grévistes de la faim réclament le rétablissement, avec rappel, des mois de salaires impayés depuis le 25 janvier ainsi que le paiement de leur Prime d’incitation à la fonction enseignante (PIFE). Les 9 neuf leaders de la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed), dont les salaires ont été suspendus depuis le 25 ...
Lire l'article
Gabon: nouvelle grève de la faim
Le conseiller de la République Roland Désiré Aba'a qui avait entamé une grève de la faim le 14 juillet pour obtenir le départ des forces françaises du Gabon et avait été emmené à l'hôpital lundi a repris sa grève à son domicile aujourd'hui. "Le conseiller Aba'a est sorti de soins (...) il a repris sa grève de la faim chez lui (...)", a déclaré Francis Jean-Jacques Evouna, son porte-parole. "Il ne voulait pas recevoir de soins. Il est parti de l'hôpital parce qu'il ne veut plus de soins, il estime qu'il était séquestré, ce sont ses propres termes", a expliqué M. Evouna. Le ...
Lire l'article
Roland Désiré Aba'a, en grève de la faim depuis douze jours, a été emmené de force à l'hôpital, peu avant minuit le lundi 25 juillet 2011 pour recevoir des soins intensifs. Le conseiller économique et social réclame le démantèlement des bases militaires françaises au Gabon et la révision des contrats miniers entre la France et le Gabon. Après douze jours de grève de la faim, Roland Désiré Aba'a, 42 ans, était en danger de mort. Le conseiller économique et social, qui refusait d'être alimenté par injection intraveineuse, a été amené de force à l'hôpital Jeanne Ebori de Libreville. Son porte-parole, Francis Evouna, ...
Lire l'article
Roland Désiré Aba’a, Conseil de la République gabonaise siégeant au Conseil économique et social (CES), a été admis lundi autour de 23 heures 45 minutes à l’hôpital Jeanne Ebori de Libreville pour recevoir des soins intensifs, après douze (12) jours de grève de la faim pour réclamer « la liberté du Gabon vis- à vis de la France », ainsi que le démantèlement des bases militaires françaises installées dans le pays. La nouvelle de son admission dans cette structure hospitalière a été rendue publique par le Secrétaire général du ministère de la Santé, des Affaires sociales, de la Solidarité et de ...
Lire l'article
Les handicapés gabonais réunis au sein du ''collectif 116'' ont entamé, mardi à Libreville, une grève de la faim illimitée pour réclamer les financements promis par l’Etat en vue de leur autonomisation, a constaté un journaliste de l'AGP. ’’Nous allons nous laisser mourir de faim si rien n’est fait pour débloquer la situation’’, a confié le porte-parole du collectif, Jean Makita. ’’Nous ne comprenons pas pourquoi la financement débloqué par l’Etat en vue de l’autonomisation de la personne handicapée tarde à venir’’, a ajouté M. Makita, soulignant qu’aucune explication valable ne leur a été fournie pour justifier cette situation. Depuis le 15 ...
Lire l'article
Deux dirigeants syndicaux gabonais, incarcérés depuis juillet à la suite d'un mouvement social d'agents municipaux de Libreville protestant contre des retards de salaires, observent une grève de la faim contre leur détention "arbitraire", a-t-on appris jeudi auprès de leur avocat. Alexandre Nzengui, président du syndicat des agents de la mairie de Libreville (SYAML), et Olui Nzué Memine, secrétaire général de l'Action pour le renouveau municipal (ARM), refusent de s'alimenter depuis mardi, ont indiqué à l'AFP un agent municipal et le cabinet de l'avocat René Fidèle Gomes qui les défend. Les deux syndicalistes entendent protester contre leur détention préventive qu'ils jugent "arbitraire", a ...
Lire l'article
LIBREVILLE — Bruno Ben Moubamba, candidat issu de la société civile à l'élection présidentielle gabonaise du 30 Août prochain, en grève de la faim depuis le 15 août pour réclamer le report de l'élection, a annoncé vendredi qu'il continuait son mouvement. "Je poursuis ma grève de la faim qui est une dénonciation d'un système qui a assez duré", a affirmé à l'AFP le candidat, qui campe devant l'Assemblée nationale depuis une semaine. La présidente gabonaise par intérim Rose Francine Rogombé, qui a succédé au président Omar Bongo décédé en juin après 41 ans au pouvoir, avait dépêché cette semaine des émissaires lui ...
Lire l'article
LIBREVILLE — Bruno Ben Moubamba, candidat issu de la société civile à l'élection présidentielle gabonaise du 30 Août prochain, en grève de la faim depuis le 15 août pour réclamer le report de l'élection, a annoncé vendredi qu'il continuait son mouvement. "Je poursuis ma grève de la faim qui est une dénonciation d'un système qui a assez duré", a affirmé à l'AFP le candidat, qui campe devant l'Assemblée nationale depuis une semaine. La présidente gabonaise par intérim Rose Francine Rogombé, qui a succédé au président Omar Bongo décédé en juin après 41 ans au pouvoir, avait dépêché cette semaine des émissaires lui ...
Lire l'article
Gabon : grève de faim pour les refugiés devant le siège du HCR à Libreville
Gabon : Séraphin Moundounga et l’arrêt de la grève de la faim des leaders de la Conasysed
Gabon : Les leaders de la Conasysed en grève de la faim illimitée
Gabon: nouvelle grève de la faim
Le conseiller gabonais, gréviste de la faim, emmené de force à l’hôpital
Roland Désiré Aba’a admis à l’hôpital après 12 jours de grève de la faim
Des handicapés gabonais en grève de la faim
Gabon: deux dirigeants syndicaux incarcérés en grève de la faim
Gabon: une semaine de grève de la faim pour un candidat
Gabon: une semaine de grève de la faim pour un candidat


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 19 Juil 2011
Catégorie(s): Françafrique,Politique,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Gabon : Grève de la faim pour un “France go home !”

  1. MENGUE ME NZOME, Marie-Claire

    21 Juil 2011 a 12:32

    Je pensais être seule à avoir cette idée de faire une grêve de faim !!! … C’est depuis que le Réseau Foccard de la Francafrique nous a encore imposé Alain Bongo , que cette idée me ronge la tête, faire cette grüve devant la place de l’ONU et des droits de l’homme à Genève . J’estime avoir déjà vécue tant mieux que mal et que pour la bonne cause , je serais prête à me sacrifier pour l’avenir du Gabon , même si le résultat se ferait sentir dans 100 ans . En effet faire des sacrifices aujourd’hui est l’investissement à long terme au profit des générations futures … Voici enfin une personne couargeuse : Tsira Aba’a !!! … qui ose une action remarquable qui pourrait attirer une quelconque attention sur le gabon et les gabonais qui pensent et rêvent de voir un jour leur beau pays vraiment retrouver SA DIGNITE perdu depuis 43 ans !!!! …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*