Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : «Voyez comment on crée des situations de tension», explique Luc Bengone Nsi

Auteur/Source: · Date: 20 juil 2011
Catégorie(s): Politique

Luc Bengone Nsi, président du Mouvement de redressement national (Morena), a récemment défrayé la chronique pour avoir été l’auteur d’une plainte contre X sur l’acte de naissance controversé du président Ali Bongo. Dans l’interview publiée in extenso, l’opposant revient sur le dénouement de ce dossier et évoque les prochaines élections législatives, auxquelles son parti ne prendra part que «dans les conditions exigées par le peuple gabonais».

Vous aviez rendez-vous avec le tribunal, en début juin dernier, au sujet de la plainte contre X concernant l’acte de naissance controversé du président Ali Bongo. Où en êtes-vous à ce sujet ?

Le 24 mai dernier, j’avais déposé deux plaintes au tribunal de Libreville. Une plainte contre X et une autre contre le maire du 3e arrondissement de Libreville, pour faux et usage de faux. Avant cette initiative, j’avais auparavant déposé une plainte au tribunal correctionnelle de Libreville, le 12 octobre 2009, avant de me rendre à la Cour constitutionnelle. Mais cette première plainte n’a pas prospéré. C’est pour cette raison que j’ai relancé les choses en déposant les deux plaintes de mai dernier. A mon premier rendez-vous avec le greffe du parquet, le 9 juin, les greffiers m’ont laissé entendre que les plaintes ne leur étaient pas parvenues et qu’elles étaient toujours au cabinet du procureur. Devant cette situation, je me suis inquiété car je craignais également que ces deux plaintes ne puissent avoir de suite comme la première. J’ai donc demandé à rencontrer le procureur de la République. Un de ses substitut a pris a pris attache avec lui et rendez-vous m’a été donné pour le 14 juin au matin.

A la date indiquée, après quelques heures d’attente, le procureur a daigné me recevoir. Je ne saurais revenir sur la conversation que nous avons eue à cette occasion, mais il m’a invité de repasser le 16 du même mois, comme me l’avait demandé le greffe. A cette date, je me suis donc rendu au tribunal où j’ai finalement été reçu par le procureur. Après un bref cours de droit, ce dernier m’a annoncé que les deux plaintes étaient classées sans suite, à cause de l’opportunité donnée au procureur de donner suite, ou non, à une plainte, conformément à l’article 22 du code de procédure civile et ce sans aucune explication. J’ai déduis qu’il n’y avait de justice au Gabon, puisque qu’on rend justice à la tête du client. L’autre regret c’est que, malgré la pertinence de ces plaintes, le peuple gabonais semble légèrement indifférent.

Le 15 juillet dernier, vous n’avez pas ratifié la déclaration de l’opposition à travers laquelle cette dernière menaçait de suspendre sa participation au processus de révision des listes électorales en cours. Quelles étaient vos motivations ?

Evidemment, il y a certains passages que j’aurais voulu qu’on ajoute à cette déclaration. Il y avait des passages là-dedans qui, pour moi, paraissaient très importants. Notamment le rappel des conclusions des accords d’Arambo, qui demandaient au gouvernement de prendre toutes les dispositions pour introduire les données biométriques dans la gestion des élections. Or, de 2006 à aujourd’hui, le gouvernement gabonais n’a fait aucun effort. Car, on semble parler de biométrie comme si le dossier n’a été évoqué qu’en 2011. Normalement, même la dernière élection présidentielle aurait du se faire avec les données biométriques, mais personne n’en a parlé. Et on ne reprend ce dossier qu’à quelques jours des élections législatives de cette année.

Donc la plupart des autres pairs n’ont pas voulu qu’on évoque ce problème. Mais vous savez, nous sommes dans un groupe où chacun peut avoir ses appréciations. Il y avait aussi d’autres passages que je n’appréciais pas. Et comme avant la fin des débats j’ai reçu un appel d’urgence, je me suis excusé et suis parti sans avoir signé. Par ailleurs, je suis contre le fait qu’on caresse certains alors qu’ils sont à l’origine des blocages que nous rencontrons aujourd’hui, c’est vraiment l’aspect que je n’apprécie pas beaucoup. Voilà également l’une des raisons qui m’a amené à ne pas entériner ce document, même si j’y adhère dans le fond.

Par ailleurs, au sujet de la révision de la liste électorale, au cours d’une réunion organisée par le ministre de l’Intérieur, j’avais demandé à quoi servait la participation de l’opposition dans cette opération. Parce que, en définitive, la confection de la liste électorale se fait à Oloumi, et là-bas, l’opposition n’est pas représentée. Nous sommes associés à la collecte et non au traitement informatique des données. Pour ma part, j’estime depuis trois ans que c’est une opération purement politicienne, qui n’a aucun résultat réel.

Dans ces conditions et dans ce contexte-là, doit-on conclure que le Morena n’ira pas aux prochaines législatives ?

Nous demandons comme tout le monde qu’il y ait des réformes. Ah non, il faut quand même que le gouvernement tienne compte des exigences du peuple gabonais ! Car, il est là pour servir le peuple. Le gouvernement est au service du peuple, et si ce dernier demande des réformes, les dirigeants doivent s’y plier. S’il ne le fait pas et qu’il y a drame, on dira que c’est l’opposition. Voyez-vous comment on crée des situations de tension ? Le Morena est prêt à aller aux élections, mais seulement dans les conditions exigées par le peuple gabonais.
 


SUR LE MÊME SUJET
Luc Bengone-Nsi écrit au Docteur Moucketou de la Radio INRI
Les auditeurs et les membres du panel gabonais et étrangers de l’émission « Dr MOUKETOU reçoit » ont désigné notre compatriote Luc Bengone-Nsi, Président du Mouvement de Redressement National (MORENA), « homme politique de l’année 2011 » du Gabon. De part le courage de ses actes et la justesse de son combat, le Président Luc Bengone Nsi mérite cette honorable. Et, ce n'est qu'une première étape... C'est à cette occasion que celui que nous considérons au Gabon comme l'un des hommes les plus intègres de toute la classe politique de notre pays a pris sa plume pour s'adresser au Dr ...
Lire l'article
Présidentielle au Liberia: tension entre la présidente Sirleaf et son rival
La tension est montée d'un cran samedi au Liberia entre l'opposant Winston Tubman, qui a appelé à boycotter le second tour de la présidentielle prévu mardi, et la présidente sortante Ellen Johnson Sirleaf, qui l'a accusé "de violer la Constitution". L'appel de M. Tubman à boycotter le scrutin est susceptible de provoquer une reprise des violences dans un pays encore hanté par le spectre de guerres civiles qui, de 1989 à 2003, ont fait quelque 250.000 morts, détruit ses infrastructures et son économie. "Winston Tubman a appelé les Libériens à abandonner leur droit de vote. Il a appelé les gens à violer ...
Lire l'article
L'ancien numéro deux de l'Union du peuple Gabonais (UPG-opposition), Richard Moulomba Mombo, a crée samedi dernier à Libreville, un parti politique dénommé l'Alliance pour la renaissance nationale (ARENA). "En mesurant la responsabilité qui est la mienne aujourd’hui, j’ai l’honneur de vous annoncer que j’ai décidé, oui décidé de poursuivre le combat politique à travers la création d’un mouvement dénommé Alliance pour la renaissance nationale (ARENA)", a déclaré M. Moulomba Mombo devant des sympathisants venus assister à la naissance du nouveau parti politique. M. Moulomba Mombo, 43 ans, a débuté le combat politique en 1990 alors qu’il était encore étudiant à l’Université ...
Lire l'article
DE LA DICTATURE A LA DEMOCRATIE, UN OUVRAGE INDISPENSABLE DE GENE SHARP C’est à travers un article du journal New York Times d’aujourd’hui que j’ai découvert l’existence de ce livre qui montre comment les populations peuvent renverser les régimes dictatoriaux par « la défiance politique », c’est-à-dire par le « combat nonviolent » se traduisant par la protestation, la non-coopération, et diverses formes de défis politiques. L’ouvrage aurait inspiré les mouvements qui ont balayé les régimes tunisiens et surtout égyptiens. Il propose et analyse différentes stratégies de lutte contre les dictatures. Il a été financé par l’Institution Albert Einstein, qui organise ...
Lire l'article
Face au tout-puissant PDG au pouvoir, des caciques serrent les rangs au sein d’une nouvelle coalition. Ils ont fait mentir les sceptiques qui les disaient incapables de s’entendre. Les principaux candidats malheureux à la présidentielle du 30 août dernier ont constitué leur grand parti : l’Union nationale. Le 10 février, « à la mi-journée, nous avons déposé le dossier de légalisation sur la table du ministre de l’Intérieur », se félicite Casimir Oyé Mba, l’ancien ministre des Mines. Il partage désormais le titre de vice-président de l’Union nationale avec Jean Eyeghé Ndong, Pierre Claver Zeng Ebome, Jean Ntoutoume Ngouah et Bruno Ben ...
Lire l'article
Le candidat du Mouvement de redressement national (MORENA), l'opposant Luc Bengone Nsi, s’est prêté le 23 août dernier aux questions des journalistes lors des «Débats» de la RTG1, où il a présenté ses «101 propositions pour sauver le Gabon». Le candidat d'un des plus vieux parti de l'opposition a notamment dénoncé le scrutin à un tour et les problèmes de légitimité que cela pourrait engendrer. © D.R. - Le candidat du Mouvement de redressement national (MORENA), l'opposant Luc Bengone Nsi Le président du Mouvement de redressement national (MORENA), Luc Bengone Nsi, ...
Lire l'article
Le président du Mouvement de redressement national (MORENA), Luc Bengone Nsi, a posément exposé le 23 août dernier à l'occasion des «Débats» de la RTG1, les 101 solutions qu'il propose aux Gabonais pour sortir le pays de la situation difficile dans laquelle il se trouve. Le candidat du MORENA originel a introduit de débat en soulignant les carences de la Constitution gabonaise pour l'organisation des élections. «En 1991, l’élection était prévue à deux tours, mais aujourd’hui nous avons une élection à un tour et la conséquence c’est que celui qui risque d’être élu demain n’aura pas toute ...
Lire l'article
Le président de la ligue de handball de l’Estuaire, Maurice Leflem Obiang a fait annuler la 5ème journée du championnat, qui devait se jouer ce week-end, pour permettre aux responsables des clubs engagés dans cette compétition de régulariser leurs situations administrative et financière. Interpellé par le bureau de la fédération gabonaise de handball pour cette entorse à la règle, M. Leflem Obiang a fait passer une circulaire auprès des responsables des clubs qui les exige de s’acquitter de leur devoir vis-à-vis de la ligue. Depuis la première journée, les joueurs de différent club évoluent sans licence. Mais il était convenu, à l’assemblée ...
Lire l'article
Nommée à la tête de la diplomatie gabonaise en février dernier pour succéder à Jean Ping élu à la tête de l'Union Africaine (UA). Laure Olga Gondjout précise dans une interview accordée au site www.afriquecentrale.info, les axes de la diplomatie gabonaise. Elle se prononce sur le rôle des femmes dans la diplomatie d'Etat et revient sur la polémique née des investissements chinois en Afrique, contre lesquels s'est érigé le président français Nicolas Sarkozy dans son discours à l'ONU le 23 septembre. Vous avez été nommée ministre au début de cette année, quel changements dans la diplomatie gabonaise? Laure Olga Gondjout : Même ...
Lire l'article
Les membres cercle de réflexion « Ubuntu existentiel », en tête desquels Anicet Bongo Ondimba, Gaèl Koumba Ayounè et Gérémie Moutandou Mboubma, sous l’invitation du Cercle de réflexion des étudiants des littératures africaines (CRELAF) de l’université Omar Bongo, ont conjointement animé jeudi dernier en après-midi, au sein de cet établissement, une conférence dont le thème portait sur la « Démarche de valorisation culturelle et développement à la gabonaise », au cours de laquelle ils ont profité pour présenter aux étudiants leur mouvement ainsi que la philosophie qui est véhiculée, a constaté GABONEWS. En prélude de leur exposé, ils sont ...
Lire l'article
Luc Bengone-Nsi écrit au Docteur Moucketou de la Radio INRI
Présidentielle au Liberia: tension entre la présidente Sirleaf et son rival
Un dissident de l’UPG créé son parti
GABON : Comment renvenser une dictature ?
Gabon: L’opposition crée l’Union nationale
Gabon : Bengone Nsi, «c’est 50% ou 51% qui donne la légitimité»
Gabon : Bengone Nsi, «c’est 50% ou 51% qui donne la légitimité»
Gabon: La ligue de l’Estuaire annule la 5ème journée et somme les clubs de régulariser leurs situations financières
Gabon : Laure Olga Gondjout explique les axes de la diplomatie gabonaise
Gabon: Enseignement supérieur / Le Concept « Ubuntu » expliqué aux étudiants de l’Université Omar Bongo


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading ... Loading ...

Auteur/Source: · Date: 20 juil 2011
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>