- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Politique – Coopération / E. D. Benjaminson apprécie, encourage et félicite le Gabon, mais dénonce les pesanteurs

L’Ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique (USA) accrédité au Gabon, Eric D. Benjaminson s’est entretenu jeudi avec la presse nationale et internationale en vue de mieux expliquer la visite du président gabonais Ali Bongo Ondimba à la Maison Blanche (Présidence américaine) mais également, il a passé en revue la marche du Gabon vers le développement, en appréciant, encourageant, félicitant les nombreuses réformes et initiatives entreprises, tout en dénonçant les maux qui pourraient saper ces efforts si rien n’est fait.

Cette deuxième conférence de presse, huit mois après la première, a permis au diplomate américain d’aborder les questions de coopération et d’intérêt entre le Gabon et les USA, mais aussi d’apprécier les efforts déployés par le Gabon (Ses autorités, ses hommes d’affaires, ses hommes politiques, sa société civile…) pour favoriser un climat de paix, dans un débat contradictoire.

Dès lors, revenant sur le séjour américain du président gabonais, au mois de juin dernier, le représentant de Washington à Libreville n’est pas passé par quatre chemin pour expliquer que les autorités fédérales de son pays, en tête desquelles le président Barack Obama, n’ont de cesse de saluer les réformes et initiatives courageuses lancées par Ali Bongo Ondimba en vue, entre autres, de promouvoir la bonne gouvernance, la lutte contre le réchauffement climatique, la protection de l’environnement, ainsi que l’amélioration du climat des affaires.

A ce niveau, a-t-il reconnu, même si elles (réformes et initiatives) ne sont pas toujours bien comprises et appréciées de certains Gabonais, elles ont au moins le mérite de faire place à une nouvelle vision.

Les questions de sécurité et de défense, a expliqué le diplomate américain, ont également été au centre des échanges entre les Présidents Ali Bongo et Barack Obama. En effet, des stratégies et programmes sont en train d’être étudiées par les deux parties pour faire face à la piraterie maritime et au braconnage qui a fait couler beaucoup de salive et d’encre ces derniers mois au Gabon. Le pays constituant une réserve de la faune et de la flore mondiale.

Outre ce point, Eric D. Benjaminson est revenu sur les tournées qu’il a effectuées à l’intérieur du pays (Gamba, Franceville…) pour évaluer les programmes d’auto assistance financés par l’ambassade des USA à Libreville, au profit des populations, dans le cadre de la santé et de la protection de l’environnement. Des programmes qui sont menés par des associations et ONG dans le pays.

Concernant les partis politiques, la biométrie et le processus électoral, l’Ambassadeur E. D. Benjaminson, se félicitant de la communauté de vue affichée à ce sujet par tous les hommes politiques, a expliqué que son pays est prêt à soutenir ce processus au Gabon. Non pas en terme de finance, mais en terme d’apport technique.

« Nous pouvons aider le Gabon de manière à ce que la liste électorale soit fiable, mais nous ne pouvons dicter aucune directive », a-t-il déclaré.

A propos des accusations portées contre son ambassade par la Majorité qui estime qu’elle soutient l’opposition et la société civile, le diplomate s’est plutôt réjouit de ce que les uns et les autres finissent par lui lancer la pierre.

« C’est drôle parce que c’est aussi l’opposition qui nous accusait d’être proche du gouvernement », a-t-il déclaré avant de soutenir qu’il respecte les lois du Gabon et ne peut par conséquent en passer outre.

A ce niveau, Eric D. Benjaminson a estimé que, sachant que l’Union nationale (UN) est dissoute, il ne peut pas discuter avec ses membres. Cependant, a-t-il relevé, il peut et c’est son souhait, deviser avec les parlementaires qui siègent à l’Assemblée nationale.

Enfin, avant de clore cet échange, le représentant de Washington à Libreville a fait état de quelques mauvais points qu’affiche le Gabon.

Le plus perceptible, selon lui, est celui de la corruption qui gangrène la société gabonaise, à tous les niveaux. « C’est un problème et c’est un défi » auquel le chef de l’Etat doit davantage apporter des solutions efficaces.

Au-delà de la corruption, le manque d’infrastructures (route, petit aéroport, faible exploitation de la mer…) a été vu comme un handicap pour le Gabon qui invite de plus en plus d’investisseurs à venir dans le pays.

« C’est difficile d’investir dans l’arrière-pays à cause du mauvais état des routes », a-t-il relevé.

GN/DCD/11

Mis à jour ( Samedi, 23 Juillet 2011 20:18 )
 


SUR LE MÊME SUJET
Le président du Bureau exécutif du Conseil national de transition (CNT) libyen, M. Mahmoud Jibril, a rencontré ce vendredi à Libreville, le président de la République Gabonaise, Ali Bongo Ondimba à qui il a adressé ses remerciements, ainsi qu’au gouvernement et au peuple pour la « position courageuse » prise par le Gabon en faveur de la cause défendue son mouvement. Engagé dans un mouvement de contestation populaire, assorti de revendications sociales et politiques, qui a débuté le 15 février 2011 en Libye, contre le régime du frère Guide, Mouammar Kadhafi, Mahmoud Jibril, l’un des responsables des insurgés, dont le bras ...
Lire l'article [1]
Les présidents turc et gabonais, Abdullah Gül et Ali Bongo Ondimba ont paraphé ce vendredi à Libreville, quelques heures après l’arrivée du numéro un turc dans la capitale gabonaise sous une pluie diluvienne, sept conventions pour renforcer la coopération entre les deux pays en matière de touristique, de défense et de santé. Au palais de la présidence de la République ce vendredi, en matinée, le président de la République gabonaise a reçu en audience le chef de l’Etat turc avec qui il a discuté des questions de coopération en vue de renforcer l’axe Libreville –Ankara. Dès lors pour matérialiser cette ...
Lire l'article [2]
Après les sorties médiatiques de l’ex-premier ministre, Casimir Oyé Mba, hiérarque de l’Union nationale (UN, parti de l’opposition dissout) en vue de poser des pistes de réflexion et d’appeler au dialogue en vue de sortir la classe politique gabonaise de l’atmosphère délétère actuelle, le Parti démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) est également monté au créneau pour réaffirmer sa main tendue, mais surtout pour poser des questions de confiance à « ces ex-camarades » de l’opposition. Casimir Oyé Mba, ancien gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), à travers une Tribune Libre publiée mardi dernier dans le quotidien ...
Lire l'article [3]
De retour à Libreville au terme d’un séjour en Arabie Saoudite et à Singapour, le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, a déploré jeudi soir « une attitude arrogante et prétentieuse », des plaignants de l’affaire des biens supposés mal acquis, en référence à la plainte de Transparency International sur le patrimoine, en France de trois dirigeants africains dont feu Omar Bongo Ondimba. S’exprimant face à la presse, à l’aéroport international Léon Mba de Libreville, le président de la République de déclarer : « Je dois dire que ce qui me vient à l’esprit, c’est un adage français qui ...
Lire l'article [4]
De Philippe RATER (AFP) PARIS — L'Afrique retrouve un ministre dans le gouvernement français, puisque le portefeuille de la Coopération est de nouveau attribué, à Henri de Raincourt, mais la relation si complexe de Paris avec ses anciennes colonies devrait continuer d'être gérée de l'Elysée. Le premier dossier brûlant que devrait trouver le nouveau ministre, 62 ans mercredi, sur son bureau de la Convention, une annexe du Quai d'Orsay dans le sud de Paris, va être la Guinée. Les résultats du premier scrutin présidentiel démocratique du pays opposent les deux candidats en lice sur fond de heurts. Face à lui, Henri de Raincourt ...
Lire l'article [5]
L’ambition de relancer la coopération bilatérale entre le Gabon et la Corée du Nord a été affichée au cours de l’entretien que le Premier ministre gabonais Paul Biyoghe Mba a eu lundi dernier avec le président du praesidium de l’Assemblée populaire suprême de la république démocratique de Corée, Kim Yong Nam. L’opportunité a été offerte aux deux parties de dépoussiérer l’accord général sur la coopération économique et technique signé en mai 1977 à l’initiative du défunt président Omar Bongo Ondimba, entre les gouvernements gabonais et nord coréen. Histoire de coller au calendrier de la mise en œuvre du programme de politique ...
Lire l'article [6]
Le président de l’Alliance nationale des bâtisseurs (ANB), Me Séraphin Ndaot, a qualifié de ‘’traîtres’’ les militants de son mouvement nommés à la présidence de la République et minimisé l’impact de leur départ sur le parti. Le président de l’Alliance nationale des bâtisseurs (ANB), Me Séraphin Ndaot, a qualifié de ‘’traîtres’’ les militants de son mouvement nommés à la présidence de la République, dans une déclaration, samedi dernier, à l’occasion d’une rencontre avec les associations féminines du 4ème arrondissement de la commune de Port-Gentil (ouest) venues lui réaffirmer leur soutien. ‘’Les militants sombres qui ont été achetés vont tomber dans les ...
Lire l'article [7]
Bien qu’il ne soit qu’au 9e rang des investissements français en Afrique subsaharienne, le Gabon continue d’être choyé par Nicolas Sarkozy, qui s’y rend pour la troisième fois depuis son élection. Huit mois après la mort du « doyen » Omar Bongo, l’Élysée présente son fils et successeur, Ali Bongo, comme un homme « jeune, moderne, dynamique et animé d’une véritable volonté de réforme ». Pour l’encourager, un accord inédit instituant un « partenariat stratégique » sera signé avec ce petit pays de 1,5 million d’habitants. Il sera notamment assorti d’un prêt de 75 millions d’euros et d’un nouvel accord ...
Lire l'article [8]
Le leader de l'Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD, opposition), Zacharie Myboto a dénoncé samedi à Libreville, le vote multiple des élus communaux dans la capitale lors du scrutin sénatorial de dimanche dernier. ''Les conseillers de chacun des six arrondissements, initialement divisés par le ministère de l'Intérieur en deux groupes et repartis arbitrairement, par décret, comme électeurs dans chacun des deux sièges de sénateur de chaque arrondissement, ont, à la suite de vives réactions de certaines personnalités de la majorité, fini par voter tous dans chaque siège, ce qui veut dire que chaque conseiller d'arrondissement a voté deux ...
Lire l'article [9]
Repêché de justesse après le remaniement ministériel du mardi 18 mars, Jean-Marie Bockel, l'un des symboles de l'ouverture, a perdu son secrétariat d'Etat à la coopération, pour un dossier encore moins en vue, celui des anciens combattants. Dans l'entourage de cet ex-socialiste réélu maire de Mulhouse sous la bannière de l'UMP, on tente de faire contre mauvaise fortune bon coeur. "Jean-Marie Bockel, assure-t-on, est tout au bonheur de sa nouvelle fonction." Officiellement, le ministre, colonel de réserve, est "passionné" par les dossiers du ministère de la défense auquel son secrétariat d'Etat est rattaché. Il souligne qu'il officiera "dans un ministère régalien" ...
Lire l'article [10]
Coopération Gabon – Lybie: Le président du Bureau exécutif du Conseil national libyen de transition, Mahmoud Jibril, félicite la « position courageuse » du Gabon
Politique / Coopération – Gabon: Sept accords paraphés à Libreville
Politique / Le PDG garde la main tendue, mais pose des questions de confiance à l’opposition
Politique / Bien mal acquis: Ali Bongo dénonce « une attitude arrogante et prétentieuse »
La Coopération se dote d’un ministre mais reste sous coupe élyséenne
Politique : Le premier ministre et le numéro 2 Nord Coréen relancent la coopération bilatérale
Politique : Séraphin Ndaot dénonce les traîtres de son parti
Au Gabon, Paris encourage Ali Bongo
Gabon: Politique : Le leader de l’UGDD dénonce un vote multiple à Libreville lors des sénatoriales
Deux mois après avoir dénoncé la “Françafrique”, Jean-Marie Bockel est débarqué de la coopération