Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Prix Goldman ou Prix Foreman ?

Auteur/Source: · Date: 23 Juil 2011
Catégorie(s): Politique

C’est dit : Marc Ona Essangui est prêt à enfiler les gants pour boxer tous ceux qui veulent organiser les élections législatives sans la biométrie. Pour gagner ce combat inédit, contre on ne sait qui, il a mobilisé son club de la société civile pour lancer les hostilités.

C’est au siège de la paléo-UN que le néo caravanier de Mbolezock, Sa Suffisance, commeci comme ça, a sonné la charge. A l’endroit de l’opposition, le grand manitou de la société civile a, sans la moindre arrière-pensée politique, lancé : « Faites un semblant d’unité et la société civile fera le reste ». Et des esprits mesquins qui ne comprennent rien au vrai rôlr des ONG, y puiseront quand même matière à politisation.

De fait, et ça doit vraiment « suffire comme ça », notre incomparable Prix Goldman est au dessus de la politique et des politiques. Quand la politique manque et que les politiques s’éclipsent, il descend dans l’arène pour sauver le débat politique et sortir les acteurs politiques de l’enfer. Mais uniquement la politique d’un camp et les acteurs de ce même camp. Car, le Prix Goldman en est tellement conscient qu’il le dit et l’a redit : son combat c’est de réaliser l’ « unité » d’un camp, celui de l’ancien Sobraga, pour aller massacrer un autre, celui du bord de mer. Diviser les Gabonais, c’est sa marque.

Vraisemblablement, le Prix Goldman a déjà fait son choix. Pour lui, les bons, c’est l’opposition. Et les méchants, le pouvoir. Quant au peuple, il doit uniquement le suivre sans trop se poser des questions. La fidélité du peuple à notre héros doit être de religion. Ainsi, « ça suffira comme ça » pour aller casser les urnes et les isoloirs, agresser les électeurs du camp des mauvais et incendier les véhicules lorsqu’il le demandera pour qu’il n’y ait pas d’élection. Son message est assez limpide : « ou il y a la biométrie ou il n’y a pas d’élections ». Message de paix et parfaitement apolitique.

Pour sûr, ce combattant mène cette énième bataille pour le peuple. Naturellement celui de l’opposition et particulièrement celui d’Engong. Parce que les bougres de Mandji qui ont le pétrole jusqu’aux boyaux et aux poumons ainsi que les déshydratés des quartiers Nord de Libreville qui passent des semaines sans la moindre goutte d’eau, devront s’en remettre à la biométrie pour que leurs problèmes soient résolus. Leur détresse n’est donc qu’un pur vacarme pour les tympans de Marc, si sensibles aux hurlements biométriques. Bref, si Jésus est allé vers le peuple pour le soulager, c’est plutôt le peuple qui doit aller vers Mar Ona Essangui pour être soulagé. Question de méthode, d’intérêt, de tribalisme et d’égo surtout.

Plus qu’une évidence, le Prix Goldman est un cogneur. Il ne choisit d’ailleurs que là où il sait que ça fait mal. Très mal. Et lorsqu’il promet, la main sur le cœur et les mâchoires bien serrées, qu’il empêchera la tenue du scrutin, il faut le croire sur parole puisque, comme à chaque élection, ce roublard ne sera pas candidat et n’ira jamais voter. Il restera bien au chaud chez lui. En un mot, il fait tout ça, juste pour jouer au ngongongo(faire peur, ndlr).

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’il joue aux apprentis terroristes. Dans la fameuse affaire des biens mal acquis, il nous a fait le coup du vertueux chasseur des détourneurs des deniers publics. Apparemment, le gaillard était dans son affaire puisqu’il a justement été licencié et chassé du PNUD pour avoir détourné 400.000 dôlès du cybercafé de cette institution. C’est vrai qu’aucun tribunal n’avait été saisi, le Représentant du PNUD, à l’époque du visage pâle, ayant expié ce péché commis pour une noble cause : soigner une introuvable tantine de notre moralisateur. Et c’est en cela que ces 400.000 dôlès ont été classés dans la catégorie des biens mal acquis.

Après le coup de la bonne gouvernance, le dandy a aussitôt lancé, avec sa plume dans son journal de chevet, l’ouverture de la chasse aux étrangers. Notamment ceux du camp des mauvais. La vérité, c’est-à-dire la sienne, étant que dans le camp des bons, il n’y a pas un seul étranger. Et cela restera d’autant plus vrai que personne n’a daigné aller fouiller dans la cuisine de Marc Ona Essangui pour constater que ce redoutable chasseur d’étrangers est en train de bâtir une petite tribu sénégalo-gabonaise avec, justement, une étrangère ; laquelle, dit-on, n’aurait même pas de carte de séjour. Autrement dit…

Cela saute aux yeux, notre bagar a un faible pour les combats qu’il sait déjà perdus. Et rien ne dit que celui de la biométrie sera pas sa première victoire tant le rapport de force est nettement en sa défaveur. Sauf miracle, il va encore ramasser un autre KO. C’est alors que son Prix Goldman risquera de se transformer en Prix Foreman. Gong !

Par Justin Lagryphe
Source : LA GRIFFE 


SUR LE MÊME SUJET
L'Organisation non gouvernementale (ONG) Sos Consommateurs a dénoncé, vendredi à Libreville, la décision unilatérale prise par les boulangers d'augmenter de dix francs le prix de la baguette de pain de 200 grammes. Les boulangers ont justifié la hausse du prix de la baguette de pain, de 125 à 135 francs CFA, par celle du prix de la farine de blé, argument rejeté par le gouvernement. Le ministre gabonais de l’Economie, Magloire Ngambia, a indiqué que le prix du pain est réglementé vu que la farine de blé est subventionnée à raison de 17 milliards de FCFA par l’Etat ...
Lire l'article
De nombreux boulangers ont augmenté depuis le 1er novembre le prix du pain de 200 grammes en le portant de 125 à 150 ou 175 francs CFA, malgré l'opposition des autorités gabonaises, a constaté la PANA sur place. Le ministre gabonais de l'Economie, Magloire Ngambia, a publié un communiqué rappelant que le pain faisait partie des produits dont les prix sont réglementés et ne peuvent être augmentés qu'avec l'accord préalable de l'administration. Selon le communiqué ministériel, les évolutions du prix du blé sur le marché international ne pouvaient avoir une quelconque influence sur le pain fabriqué au Gabon. "C'est pourquoi toute augmentation du ...
Lire l'article
La baguette de pain dont le prix était passé à 150 F CFA il y a trois semaines, a retrouvé son coût habituel de 135 F CFA à Franceville, chef-lieu de la province du Haut-Ogooué (sud-est), a constaté le correspondant de l’AGP. L’augmentation de 11,12 % du prix du pain n’a pourtant pas suscité des remous, même si dans les ménages, on semblait s’en plaindre. Aucune raison n’a été donnée pour expliquer cette soudaine augmentation du côté des boulangers et des responsables de la Concurrence. Les détaillants, quant à eux, ont accusé une augmentation du prix d’achat de la baguette auprès des boulangeries. « ...
Lire l'article
Les prix des produits pétroliers enregistrent depuis vendredi, de nouveaux prix au Gabon conformément au mécanisme d’indexation des prix de ces produits, selon une nouvelle tarification publiée samedi dans le quotidien l’Union. Pour ce mois de mai, le ministère des Finances, le prix du litre de gasoil baisse, puisque de 435 FCFA en avril, il est vendu désormais à 430 FCFA dans les stations services, soit une baisse de 5 FCFA. En janvier et février derniers, les prix affichés à la pompe étaient respectivement de 450 FCFA et 435 FCFA. En revanche, l’essence super est vendue depuis vendredi à la pompe à 480 ...
Lire l'article
Communiqué : Le Dr. Daniel Mengara félicite Marc Ona pour son prix Goldman 2009, déplore l’indifférence des autorités gabonaises
Le Dr. Daniel Mengara s’est rendu vendredi 24 avril à Washington en vue d’y rencontrer Marc Ona Essangui, Prix Goldman 2009, et le féliciter personnellement pour l’honneur qu’il a fait à notre pays de le mettre, par son travail exemplaire, dans l’orbite mondiale et dans un domaine—la protection et la gouvernance de l’environnement—où les Gabonais ne se sont jamais distingués. La visibilité internationale de Marc Ona Essangui est ainsi, aux dires du Dr. Daniel Mengara, « un honneur pour le Gabon et la preuve que l’action citoyenne, d’où qu’elle vienne, ne peut que constituer l’impératif le plus absolu de tous ceux ...
Lire l'article
Le leader gabonais de la société civile, Marc Ona Essangui, président de l’ONG environnementale Brainforest et principal dénonciateur des répercussions écologiques du projet Bélinga, s’est vu décerner ce 20 avril l’un des cinq prix Goldman Environnement 2009, l’équivalent du Prix Nobel pour la défense de l’Environnement. Ce prix récompense son engagement dans la dénonciation des projets d’Etat qui menacent l’équilibre environnemental du pays, comme le projet d’exploitation du fer de Bélinga dans le Nord-Est gabonais, ou la construction d’un nouvel aéroport dans une forêt protégée au Nord de Libreville. Le militant écologique gabonais Marc Ona Essangui, président de l’ONG environnementale Brainforest ...
Lire l'article
Un militant gabonais figure parmi les six lauréats des prix Goldman, des récompenses annuelles remises à des personnes s'étant distinguées dans la lutte pour la protection de l'environnement, ont annoncé dimanche les organisateurs. Marc Ona Essangui a été distingué pour avoir mis au jour et dénoncé un accord conclu avec une entreprise minière chinoise mettant en danger la forêt équatoriale de son pays, en particulier un parc national situé dans la province de l'Ogooué-Invindo (nord-est) abritant des éléphants et des primates. Les prix Goldman, d'une valeur de 150.000 dollars, récompensent chaque année depuis 1989 six personnes originaires d'autant de parties du ...
Lire l'article
Le Gabonais Marc Ona Essangui a remporté, samedi, le Goldman Environnemental price, l’équivalent du Prix Nobel pour la défense de l’environnement, mentionne Info plus Gabon. Il s’était battu contre l’exploitation de la mine de fer de Belinga au nord-est du Gabon dans un parc national et la construction d’un aéroport au nord de Libreville, la capitale gabonaise, dans la forêt de la Mondah.
Lire l'article
Les Librevillois ont déploré mercredi l'augmentation du prix du gaz butane, qui passe de 5625 Fcfa à 6000 Fcfa, a constaté un journaliste de l'AGP, au cours d'un micro-trottoir effectué dans la capitale gabonaise. ''Je me demande dans quel pays je vis actuellement. Avec le peu que je gagne, je n'arrive même pas à joindre les deux bouts. L'augmentation du prix du gaz vient en sorte signer un peu plus mon arrêt de mort'', s'indigne Mme Bivouli, tenancière d'une buvette. Pour Mr. Pendi, Photographe reporter, le relèvement du prix de la bouteille de gaz à Libreville enfonce de plus en plus les ...
Lire l'article
Le prix du carburant à la pompe a respectivement baissé de 55 francs CFA pour le litre du super et de 20 francs CFA pour celui du gasoil. En décidant de cette baisse, le gouvernement indexe le prix du carburant au cours du pétrole tout en respectant l’esprit du programme triennal avec le FMI pour la période 2007-2011. Les nouveaux prix à la pompe sont de 540 FCFA au lieu de 595 FCFA pour le super et 450 FCFA au lieu de 470 FCFA pour le gasoil. Les prix du pétrole lampant et celui du gaz butane restent inchangés. «L’initiative est très ...
Lire l'article
Une ONG gabonaise dénonce la hausse du prix du pain
Des boulangers augmentent unilatéralement le prix du pain au Gabon
Le prix du pain revient à la normale à Franceville
Gabon: Les prix des carburants enregistrent une nouvelle tarification à la pompe depuis vendredi
Communiqué : Le Dr. Daniel Mengara félicite Marc Ona pour son prix Goldman 2009, déplore l’indifférence des autorités gabonaises
Gabon : Marc Ona lauréat 2009 du prix Goldman Environnement
Un Gabonais parmi les lauréats des prix Goldman de l’environnement
Gabon : Marc Ona Essangui reçoit le prix Goldman de l’environnement 2009
Gabon: Les Librevillois déplorent l’augmentation du prix de la bouteille de gaz
Gabon: Baisse effective du prix du carburant à la pompe


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 23 Juil 2011
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*