- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Les Avocats d’Ali Bongo Ondimba invitent Eva Joly à ne pas confondre « ce qui fût ses fonctions de juge d’instruction et ses ambitions politiques »

Dans un communiqué parvenu ce dimanche à la Rédaction de GABONEWS, les avocats du chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, notamment Maître Patrick Maisonneuve et Maître Georges Arama, tous deux avocats au Barreau de Paris (France), ont invité Madame Eva Joly, à ne pas confondre « ce qui fût ses fonctions de juge d’instruction et ses ambitions politiques ».
Les avocats du président de la République gabonaise montent ainsi au créneau suite à tous les amalgames nés des propos de Yannick Jadot, porte-parole de la candidate écologiste à la présidentielle française, Eva Joly, tenus récemment dans le quotidien français Libération.

Après en effet déclarations polémistes de Madame Eva Joly qui exprimait son souhait de remplacer le défilé militaire du 14 Juillet (Fête nationale française) par un « défilé citoyen », son porte-parole avait déclaré que « Quand on ferme les yeux une seconde et qu’on imagine un défilé militaire dans un autre pays, on pense immédiatement à une dictature ».

Dès lors, selon lui, les défilés de 2008 et 2009 en France se sont faits « devant Bachar al-Assad, ou devant des dictateurs africains comme Ali Bongo ».

« Faire défiler nos armées devant des personnes qui massacrent leurs peuples, ce n’est pas un signal très positif envoyé à la République », avait-il dit.

GABONEWS livre ci-dessous le communiqué des Avocats du président Gabonais.

« Objet : Communiqué de Maître Patrick Maisonneuve et de Maître Georges Arama Pour Ali Bongo Ondimba, président de la République Gabonaise

Monsieur,

En notre qualité d’Avocats de monsieur Ali Bongo Ondimba, Président de la République Gabonaise, et à la suite des différents articles parus soient dans la presse écrits, soit sur internet, nous vous indiquons que monsieur Yannick Jadot, porte parole de Madame Eva Joly, ne doit pas recevoir de leçon de notre part mais une convocation devant le tribunal correctionnel de Paris pour diffamation à l’encontre de Monsieur Ali Bongo Ondimba.
Nous maintenons que le fait d’affirmer, comme le fait Yannick Jadot que Monsieur Ali Bongo Ondimba serait « un dictateur » et que l’on pourrait lui imputer des « massacres contre son peuple » constitue une injure et une diffamation d’une gravité majeure.

Quant à madame Eva Joly, nous pensons qu’elle ne devait pas confondre ce qui fût ses fonctions de juge d’instruction et ses ambitions politiques.

Nous tenons également à préciser que Monsieur Ali Bongo Ondimba n’a pas été mêlé ni de près ni de loin à l’affaire dite ‘’ELF’’ ».

Rappelons que la présidence de la République gabonaise a estimé, pour sa part, que l’action en justice constitue « une première réponse aux nombreuses diffamations et préjugés mus par une ignorance profonde des réalités africaines, en général, et du Gabon, en particulier, de la part de certains médias et d’hommes politiques français qui, par voie d’amalgame, instrumentalisent, à leur bénéfice, des pays qui étaient traditionnellement dans la sphère d’influence française ». 


SUR LE MÊME SUJET
Les avocats de l’évêque récusent le tribunal dans sa composition collegiale
Les avocats de l’évêque, Mike Jocktane de l’église Christ révélé aux nations, ont récusé le tribunal dans sa composition collégiale pour suspicion légitime, lors de la réouverture hier du procès de leur client. Le feuilleton judicaire de l’évêque Mike Jocktane s’est poursuivi hier avec l’audience en correctionnelle au tribunal de Libreville, sous haute surveillance policière. L’évêque Mike Jocktane de l’église Christ révélé aux nations, par ailleurs ancien directeur de cabinet adjoint du président Omar Bongo Ondimba en 2009, passé à l’Opposition, a comparu à cette audience dans un costume noir et une chemise violette de prélat. Il était accompagné de ...
Lire l'article [1]
Ali Bongo Ondimba dépose plainte contre le porte-parole d’Eva Joly
La présidence gabonaise a déposé plainte en France contre le porte-parole de la candidate écologiste à la présidentielle, Eva Joly. Yannick Jadot avait notamment qualifié Ali Bongo Ondimba de "dictateur" dans une interview à un quotidien français. Ali Bongo Ondimba, le président gabonais, a mis sa menace à exécution. Ses services ont annoncé jeudi qu’une plainte a été déposée en France contre Yannick Jadot. Le porte-parole de la candidate d’Europe Écologie-Les Verts à la présidentielle française, Eva Joly, avait qualifié le président gabonais de « dictateur ». « C’est extrêmement violent… Les propos de M. Jadot relèvent soit de l’ignorance totale de ...
Lire l'article [2]
Après l’annonce d’une plainte d’Ali Bongo contre Yannick Jadot pour injure et diffamation, les avocats du président gabonais ont lancé une pique à Eva Joly, candidate écologiste à la présidentielle française. Dans leur communiqué publié le 24 juillet, Patrick Maisonneuve et Georges Arama estiment qu’«Eva Joly ne devrait pas confondre ce qui fût ses fonctions de juge d’instruction et ses ambitions politiques». Le ton est donné pour ce qui s’annonce comme le feuilleton judicaire de la saison au Gabon. Après la plainte d’Ali Bongo contre Yannick Jadot, porte-parole d’Eva Joly, candidate écologiste à la présidentielle française, pour ses propos rapportés ...
Lire l'article [3]
Le porte-parole de Joly maintient des accusations contre Ali Bongo
Yannick Jadot, porte-parole de la candidate d'Europe Ecologie-Les Verts à la présidentielle Eva Joly, a indiqué vendredi "maintenir" des propos tenus à l'encontre du président gabonais Ali Bongo Ondimba, qui a annoncé son intention de porter plainte contre lui. Selon un communiqué parvenu à l'AFP à Libreville, le président gabonais "va déposer une plainte devant les juridictions françaises pour injure et diffamation" contre M. Jadot pour des propos "rapportés par le quotidien Libération dans son édition du 16 juillet 2011". "Je maintiens que je considère que les élections gabonaises ont été truquées et que Bongo est impliqué dans les affaires de ...
Lire l'article [4]
L'héritier (ici, en visite en Côte d'Ivoire, en janvier) abrège souvent réunions et palabres. AFP
Le président gabonais s'estime diffamé par l'eurodéputé écologiste Yannick Jadot, qui l'a qualifié de "dictateur". Yannick Jadot, porte-parole de la candidate d'Europe Ecologie-Les Verts à la présidentielle Eva Joly, a indiqué vendredi "maintenir" des propos tenus à l'encontre du président gabonais Ali Bongo Ondimba, qui a annoncé son intention de porter plainte contre lui. Selon un communiqué parvenu à l'AFP à Libreville, le président gabonais "va déposer une plainte devant les juridictions françaises pour injure et diffamation" contre M. Jadot pour des propos "rapportés par le quotidien Libération dans son édition du 16 juillet 2011". L'eurodéputé critiquait la présence en 2009 ...
Lire l'article [5]
Libreville abrite depuis le 19 juillet un atelier sur «Les principes et droits fondamentaux au travail». Cette initiative de l’Organisation internationale du travail (OIT) vise à renforcer et actualiser les capacités des magistrats et avocats gabonais en matière de Droit de travail. Le Secrétaire général adjoint du ministère du Travail, Marcel Lékibi, a lancé le 19 juillet à Libreville les travaux de l’atelier sur «Les principes et droits fondamentaux au travail». Initié par l’Organisation internationale du travail (OIT) et le Programme d’appui à la mise en œuvre de la déclaration (PAMODEC), cet atelier vise notamment à renforcer ...
Lire l'article [6]
Bongo Doit Partir
Lire l'article [7]
Libreville, 26 août (GABONEWS) – Le candidat du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir), Ali Bongo Ondimba, était ce mercredi, l’invité de l’émission intitulée « Le Débat », sur les des chaînes nationale de Télévision Gabonaise (RTG1 et 2), dont le leitmotiv est de soumettre les candidats à l’élection présidentielle anticipée du 30 août prochain à un rituel de questions-réponses devant les amener à mieux défendre leur programme de société. En s’acquittant de cet exercice, Ali Bongo Ondimba a justifié sa présence sur la liste des prétendants pour la succession de son défunt père, Omar Bongo Ondimba, par ...
Lire l'article [8]
« Mécontentement et indignation » au sein des familles Ebori et Ondimba après ce qu’elles qualifient de « manœuvres politiques » à la suite de la déclaration vendredi, depuis Barcelone (Espagne) d’André Mba Obame, ministre Chargé de la Coordination et du suivi de l’Action gouvernementale, dans laquelle il se présente en « héritier politique », lors de l’annonce de sa candidature à la présidentielle. Dans un communiqué lu ce samedi soir sur la première chaîne de télévision nationale (RTG1), Monsieur Fernand Epighat s’exprimant au nom des familles Ebori et Ondimba a rappelé que « au-delà de la liberté individuelle de ...
Lire l'article [9]
Quatorze avocats stagiaires ont prêté serment ce vendredi à Libreville, au terme d'une cérémonie solennelle, a constaté un journaliste de l'AGP. Ces nouveaux avocats qui intègrent le barreau, présidé par Me Akubu M’Olouna, ont subi de stage minimum de deux ans dans un cabinet d’avocat légalement constitué tel que le prévoit les textes en vigueur régissant la profession d’avocats au Gabon.
Lire l'article [10]
Les avocats de l’évêque récusent le tribunal dans sa composition collegiale
Ali Bongo Ondimba dépose plainte contre le porte-parole d’Eva Joly
Gabon : Les avocats d’Ali Bongo persiflent Eva Joly
Le porte-parole de Joly maintient des accusations contre Ali Bongo
Ali Bongo veut poursuivre le porte-parole d’Eva Joly
Gabon : Magistrats et avocats sur les bancs de l’OIT
Bongo Doit Partir
Gabon: Présidentielle 2009: Ali Bongo Ondimba dévoile ses ambitions pour le Gabon dans l’émission télévisée intitulée « Le Débat »
Gabon: La famille du président Bongo Ondimba ne « saurait accepter, ni tolérer que le nom de leur frère, oncle et père, ne soit utilisé
Gabon: Quatorze avocats stagiaires ont prêté serment à Libreville, vendredi