Socialisez

FacebookTwitterRSS

Démocratie en Afrique: Que peut l’Amérique ?

Auteur/Source: · Date: 28 Juil 2011
Catégorie(s): Afrique,Monde

Après avoir été conviés au dernier sommet du G8 tenu à Deauville les 26 et 27 mai derniers, les présidents ivoirien, nigérien et guinéen seront les hôtes de marque de la Maison-Blanche le 29 juillet prochain. Mais cette fois-ci, Boni Yayi, président béninois, se joindra à Alassane Dramane Ouattara, Mahamadou Issoufou et Alpha Condé pour une visite d’Etat, d’amitié et de travail au pays de l’Oncle Sam.

L’invitation adressée aux quatre chefs d’Etat africains par Barack Obama suscite des interrogations. Selon le communiqué officiel repris par certaines sources, l’Administration américaine a voulu souligner son soutien aux démocraties en développement, mettre en valeur son partenariat avec les pays concernés, “discuter de l’élaboration d’institutions démocratiques fortes, du développement économique et d`autres sujets régionaux”. C’est sans doute au regard de l’objectif visé par Washington, à savoir accompagner des gouvernements nouvellement installés après des élections démocratiques, que les invités ont été triés sur le volet. Ce choix a donc un lien étroit avec l’attachement prononcé de l’Administration Obama pour les valeurs républicaines et démocratiques.

Et en cela, même si les quatre pays sur qui les USA ont jeté leur dévolu ne sont ni les meilleurs ni les pires en gouvernance démocratique, il n’en demeure pas moins que la Côte d’Ivoire, le Niger et la Guinée reviennent de très loin après une très longue et rude épreuve sur les plans politique et socioéconomique. Ces nations sont en train d’amorcer un tournant décisif de leur histoire et ont réussi, après une longue traversée du désert, à incarner l’une des valeurs essentielles de l’Etat de droit, rarissimes comme un parapluie un jour sans pluie sur le continent noir, à savoir l’alternance au pouvoir. Quant au chef de l’Etat béninois, il a promis de ne pas être candidat à sa propre succession pour la prochaine présidentielle.

Ces efforts collectifs et individuels qui ne courent pas les rues, en Afrique surtout francophone, méritent tout de même d’être salués, encouragés et appuyés. Vu sous cet angle, l’acte du bureau oval se présente comme une prime à la démocratie, qu’elle soit naissante, titubante ou confirmée. Cela confirme le changement de vision de la politique américaine qui, notamment sous la houlette du prédécesseur de Barack Obama, n’hésitait pas à sacrifier les valeurs démocratiques sur l’autel des intérêts géostratégiques. L’option du successeur de George Bush de ne recevoir ou de ne rendre visite qu’à des dirigeants regardants sur la démocratie, est donc porteuse d’espoir pour les Africains.

Car, elle rendra les marches conduisant aux bureaux du US Président plus laborieuses à accéder et à gravir que le perron de l’Elysée. Ce qui rendra aussi plus crédibles les relations entre les États-Unis et les autres pays, et donc plus prisée la destination américaine. C’est en cela aussi que, mieux qu’une invitation du chef de l’Etat français, l’invitation du président du pays le plus puissant du monde peut être une source d’émulation. En attendant de savoir ce qui sortira des échanges entre les cinq têtes couronnées en termes de retombées économiques, l’on peut déjà se délecter de l’avantage politique que cette initiative revêt. Toutefois, gardons-nous de vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Car, une chose est de poser des actes pleins de symboles et une autre consiste, pour celui à qui ils sont destinés, à savoir les décrypter et à en tirer le maximum de profit.

Le président américain a beau vouloir interpeller la conscience des leaders africains pour susciter en eux un changement positif, il n’en demeure pas moins qu’il est très difficile, voire impossible de changer la déhontée façon de s’asseoir d’un chien. Que peut faire réellement l’Amérique face à une boulimie du pouvoir et une incurie systémique qui ont poussé de solides racines pendant un demi-siècle en Afrique francophone surtout ? Les doyens des chefs d’Etat africains dont le rêve le plus constant est de mourir au pouvoir ont-ils vraiment cure d’une quelconque légitimation de leur pouvoir par leur peuple ou par des régimes cités en exemple ? Cela est d’autant plus vrai que ceux qui s’indignent de cette invitation n’ont pas entièrement tort dans la mesure où celle-ci peut laisser entrevoir un type de rapport paternaliste.

Que l’on arrête surtout de tenir l’Occident pour seul responsable du retard accusé par l’Afrique sur les plans politique et économique. Les dirigeants africains en portent la plus grande part de responsabilité pour avoir manqué de courage et de patriotisme. Si, contrairement à ce que suggère la bonne manière, le chef de l’Etat américain qui dit vouloir soutenir ses quatre homologues africains dont certains viennent même d’échapper à des attentats, ne s’est pas déplacé chez eux pour le faire, c’est que les gouvernants africains ne sont toujours pas arrivés à forcer le respect de leurs pairs occidentaux. Il est évident que le rapport de force n’est pas en leur faveur, mais leurs pays ont quand même de quoi intéresser et sur quoi ils peuvent s’appuyer pour peser dans la balance mondiale.

Les Etats-Unis traversent actuellement une mauvaise passe financière, et il n’est pas exclu que, pour cette raison et bien d’autres, les échanges entre les cinq chefs d’Etat, tournent autour de la possibilité d’augmenter l’aide américaine en faveur des quatre pays qui pourraient, à leur tour, accorder des facilités d’accès à leurs ressources naturelles à la nation la plus puissante du monde. Aux quatre mousquetaires de savoir rester vigilants et surtout dignes pour ne pas s’y adonner à d’humiliantes courbettes au point de se laisser duper par des accords inégaux.

Pour y arriver, il leur suffit de ne jamais perdre de vue que l’onction des dirigeants américains ne peut pas à elle seule les légitimer. Ils doivent avant toute chose rechercher l’intérêt et la bénédiction de leurs peuples respectifs, les seuls devant lesquels ils doivent répondre de leurs mandats. 


SUR LE MÊME SUJET
L'héritier (ici, en visite en Côte d'Ivoire, en janvier) abrège souvent réunions et palabres. AFP
L’affaire judiciaire, aux Etats-Unis, mettant en accusation des hommes d’affaires qui avaient tenté un bakchich avec un ministre de la Défense du Gabon, pourrait être arrivée à son épilogue le 30 janvier dernier. Au terme de dix jours de délibération, le jury n’a pu parvenir à un verdict concernant les chefs d’accusation contre la fratrie John et Jeana Mushriqui, et Morales Marc. Le juge fédéral a donc déclaré le non-lieu concernant l’incrimination de ces personnes, les dernières d’un feuilleton judiciaire qui a fait défiler à la barre vingt-deux personnes, parmi lesquels des agents secrets. Le procès, qui remonte au mois de juin ...
Lire l'article
Membre de la société civile gabonaise, Georges Mpaga revient de Dakar (Sénégal) où il a dernièrement pris part à des assises portant sur le processus de ratification de la Charte Africaine sur la Démocratie. Il en livre sa réflexion à travers le texte ci-après. La Charte Africaine pour la démocratie est une vision d’avenir pour régler de façon durable la crise profonde de la légitimité au pouvoir, des élections truquées, des présidences à vie, des successions héréditaire et de la corruption. Assurément Elle est une chance historique que les démocrates africains se doivent de saisir car le redressement démocratique ...
Lire l'article
Analyse: La jurisprudence Gbagbo, fragile espoir pour la démocratie africaine
L'argument était fort avant les événements d'Abidjan. Il le reste : le maintien au pouvoir de Laurent Gbagbo, vaincu de l'élection présidentielle ivoirienne de novembre 2010, aurait sonné le glas de la démocratie en Afrique. Si le perdant d'un scrutin (dont il avait négocié les règles pendant des années avant de les accepter) peut demeurer dans son palais comme si de rien n'était, à quoi bon organiser des élections ? Or, il se trouve que pas moins de dix-huit scrutins présidentiels sont programmés sur le continent pour la seule année 2011. La chute de M. Gbagbo, par son caractère emblématique, ...
Lire l'article
Les deux piliers de la démocratie sont le bulletin de vote et la liberté de l’information. Ajoutons-y l’indépendance de la justice, appelée à les garantir. Nous savons que, dans les pays développés, la représentation des citoyens est souvent plus formelle que réelle, nous savons que les canaux de l’information sont monopolisés par des intérêts qui n’ont rien à voir avec l’intérêt général. Mais ces libertés publiques fondamentales sont quand même, grâce aux luttes des peuples, un fait établi, qui doit cependant toujours être défendu et perpétuellement réassuré. Nous parlons de pays où ces piliers de base sont absents, non pas qu’ils ...
Lire l'article
Nicolas Sarkozy a plaidé jeudi pour la démocratie et les droits de l'homme en Afrique et réaffirmé sa volonté de mettre en place une "relation renouvelée" entre la France et le continent noir. S'exprimant devant le parlement du Congo, il a en outre invité Denis Sassou Nguesso, président de ce pays emblématique de la "Françafrique", à gagner d'autres batailles que le retour de la sécurité dans l'ancienne colonie française. "La démocratie et les droits de l'homme font partie de notre héritage commun", a dit le président français, soulignant qu'il ne s'agissait pas de valeurs occidentales "artificiellement plaquées" sur les sociétés africaines. Un ...
Lire l'article
Le président gabonais Omar Bongo Ondimba a estimé mercredi dans une lettre adressée au président par intérim de Guinée-Bissau Raimundo Pereira que l'assassinat du président Joao Bernardo Vieira était "un nouveau coup à la démocratie". "Cet attentat qui porte un nouveau coup à la démocratie dans votre pays et suscite l'émotion et l'indignation de tous, le Gabon le condamne avec vigueur et fermeté, tout comme il condamne l'assassinat du chef d'état-major de l'armée le général Tagmé Na Waié", écrit le président gabonais, doyen des chefs d'Etat africains et de la planète dans une missive publiée à la une du quotidien national ...
Lire l'article
La directrice du département Afrique du Fonds monétaire international (FMI), Antoinette M. Sayeh a appelé jeudi dans une vidéo conférence depuis Washington le Gabon et tous le pays africains producteurs de pétrole, confrontés au problème de la baisse du prix du pétrole à s’ajuster à cette nouvelle réalité et apporter plus de transparence dans la gestion de leurs ressources. Le FMI a octroyé près de 102 millions de dollars au titre d'accord de confirmation au Gabon afin de soutenir son programme économique, sur une période de 14 mois, gage de la signature d'un accord final de 3 ans. Un premier décaissement ...
Lire l'article
Mardi soir, une ère sera close : celle de la présidence Bush - même si la passation de pouvoir à son successeur n'interviendra que le 20 janvier 2009. Une présidence que le New York Times a jugée "la pire de l'histoire américaine" : sur le plan de l'économie, de la sécurité nationale, du respect de l'état de droit... Jamais, depuis que ces sondages existent, la cote de popularité d'un président n'était tombée aussi bas : 25 % d'opinions favorables, 68 % de défavorables. Rien d'autre n'explique que Barack Obama ait fait du "changement" le mot-clé de sa campagne. Et que, ...
Lire l'article
Les libertés n’auraient aucun sens et les droits aucune substance, si des facteurs ou des considérations purement conjoncturels étaient susceptibles de les altérer selon quelque marchandage. Par ailleurs, dès lors que l’on débat du sort de l’espèce humaine dans son milieu social et politique, toute démarche qui tendrait à recourir à la mise en exergue des particularismes expose à des déviations voire à des contorsions dangereuses. En fait c’est de la loi et de l’esprit des lois qu’il s’agit en toute chose, dans le contexte de la détermination des libertés et des droits des gens, pris individuellement ou collectivement. Le ...
Lire l'article
France – Afrique: Wade: « La fermeture des bases françaises peut être un facteur de déstabilisation »
Le retrait des troupes françaises des pays africains non compris le Sénégal peut être ’’un facteur de déstabilisation’’, a déclaré jeudi le chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade, qui s’est dit cependant favorable à la révision des accords de défense entre la France et des pays du continent. Le retrait de la France ’’de tous les pays d’Afrique, je ne parle pas du Sénégal, je pense que c’est un facteur de déstabilisation’’, a notamment dit le chef de l’Etat dans un entretien à Radio France internationale (RFI). ’’Il y a des gouvernements en Afrique qui ont besoin d’avoir des accords visibles ...
Lire l'article
Amérique, bakchich et armes vendues au Gabon : l’épilogue ?
Gabon : Georges Mpaga et la Charte Africaine pour la démocratie
Analyse: La jurisprudence Gbagbo, fragile espoir pour la démocratie africaine
France – Afrique : démocratie fantôme
Nicolas Sarkozy plaide pour la démocratie en Afrique
Omar Bongo: l’assassinat de Vieira est un “coup à la démocratie”
Afrique: La directrice Afrique du FMI appelle les pays africains producteurs de pétrole à apporter plus de transparence dans la gestion des ressources
L’ Amérique va-t-elle vivre sa “révolution” du 4 novembre ?
Démocratie des principes et démocratie des compromissions
France – Afrique: Wade: « La fermeture des bases françaises peut être un facteur de déstabilisation »


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 28 Juil 2011
Catégorie(s): Afrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*