Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Maintien des législatives 2011 pour boycotter la CAN ?

Auteur/Source: · Date: 29 Juil 2011
Catégorie(s): Afrique,Politique,Sports

La société a adressé une lettre ouverte, le 28 juillet, à la Fédération international de football association (FIFA) et à la Confédération africaine de football (CAF), dans laquelle elle exprime ses inquiétudes sur l’état d’avancement des chantiers de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2012, à cinq mois du début de cette compétition. Dans ce courrier, publié in extenso, la société civile alerte également qu’«Ali Bongo et le Parti démocratique gabonais au pouvoir ont décidé de “boycotter” la réussite de la CAN au Gabon» en organisant «les élections législatives dont la décision est déjà contestée par l’opposition et la société civile sans garantie de transparence un mois avant le coup d’envoi des compétitions avec les promesses de contestations politiques qui risquent de démobiliser les populations de cette grande messe du football africain».

Lettre ouverte de la société civile gabonaise

A

Fédération International de Football Association (FIFA)

Confédération Africaine de Football (CAF)

En tant qu’acteurs de la vie socio-politique gabonaise, nous croyons qu’il est de notre devoir de vous écrire pour attirer votre attention sur une préoccupation qui ne saurait être ignorée quant à vos attentes de la réussite de l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nation (CAN) en terres gabonaise et équato-guinéenne en janvier 2012.

Lorsque vous attribuez l’organisation de la CAN, vous avez le souci, sinon, la conviction que cet événement soit une occasion, pour les pays organisateurs, de renouveler les infrastructures sportives, d’en construire des nouvelles, de bâtir un cadre d’hébergement et de restauration des visiteurs adéquats. Vous vous attendez également à la mise en place d’un système de transport viable et fiable pour le déplacement des équipes, de leur délégation et supporteurs et de tous ceux qui doivent venir vivre cet événement d’importance. Vous escomptez y trouver une cohésion nationale et une paix sociopolitique qui offrent un contexte d’accueil et de sécurité propice à un événement de cette importance.

Quand l’État gabonais et l’État équato-guinéen avaient présenté en 2006 leur candidature de l’organisation de la CAN en 2010, vous avez refusé de leur accorder la tenue de l’organisation des jeux en 2010, préférant les attribuer à l’Angola qui présentait une promesse plus adéquate du respect des exigences des cahiers de charge de cet événement. Dans votre décision, vous vouliez laisser plus de temps aux deux pays de disposer des infrastructures sportives, hôtelières, de transport et de sécurité conséquentes.

Tout indique, que pour ce qui est de la partie équato-guinéenne de l’organisation de la CAN, vos attentes seront satisfaites. Nous avons par contre le regret de constater que la partie gabonaise ne semble pas mesurer l’importance de l’événement, contrairement à ce que ses autorités pourront déclarer à cette fin.

A cinq (5) mois de l’échéance de la CAN 2012, le Gabon est à la traîne concernant la construction des stades et autres hôtels pour loger les délégations. A ce jour, aucune installation sportive n’est prête, nous ne savons pas par quel moyen de transport les supporters vont se rendre à Franceville au regard de l’état de vétusté du chemin de fer et du piteux état de la route à moins qu’on ait opté pour l’avion avec le coût que cela comporte.

De plus, au-delà des retards considérables pris dans la construction des installations sportives devant abriter les matches de la compétition et même l’absence patente des infrastructures hôtelières adéquates, Ali Bongo et le Parti démocratique gabonais au pouvoir ont décidé de «boycotter» la réussite de la CAN au Gabon. Ils ont notamment décidé d’organiser les élections législatives dont la décision est déjà contestée par l’opposition et la société civile sans garantie de transparence un mois avant le coup d’envoi des compétitions avec les promesses de contestations politiques qui risquent de démobiliser les populations de cette grande messe du football africain.

L’entêtement du gouvernement pour organiser ces élections sans les garanties de transparence supplémentaires favorise un climat de tension politique grave. À cinq mois de cet événement d’importance, le pays est dépourvu de couleurs, de symboles et de la mobilisation des populations illustrant l’intérêt manifeste pour cet événement. Rien dans les médias d’État, dans la ville, dans la vie des Gabonais n’indique que la CAN se tiendra au Gabon dans cinq moins.

Au moment où tous les Gabonais attendent que le Chef de l’État en appelle à une union sacrée de toutes les forces vives de la nation autour de la réussite de cette compétition, la première en Afrique centrale depuis 1972, c’est «une boule puante» que constitue les prochaines consultations électorales qu’on lance sur la CAN.

Depuis l’élection présidentielle anticipée d’août 2009, le pays traverse une crise politique latente qui, à l’occasion, entraîne des manifestations sporadiques. Malgré l’accalmie apparente, il couve dans les chaumières du pays une frustration et une colère qui n’attendent qu’une occasion propice pour se manifester.

Il y a une douzaine de jours, un membre du Conseil Économique et social a pris sur lui de sacrifier sa vie en observant une grève de la faim pour manifester son mécontentement de la gouvernance de notre pays et des accords qui lient le Gabon à la France. Les autorités policières et sanitaires ont été contraintes d’intervenir pour éviter que le pire n’arrive à ce compatriote. Ce sont là des nouvelles et des faits qui ne sont pas de nature à offrir la garantie de mobilisation pour la tenue de la CAN au Gabon. Si les délais de livraison des infrastructures sportives ne sont pas respectés, seule une mobilisation du peuple pour cet événement constitue un gage de réussite. Nous pensons que le report de ces consultations électorales après la CAN est nécessaire et présente à nos yeux la seule alternative pour la réussite de cet événement.

Lors de la tenue de la CAN en Angola, alors même que des avertissements d’un certain manque de sécurité des délégations sportives vous avaient été adressés, on a déploré l’assassinat d’un joueur de la délégation togolaise. Faut-il rappeler que le climat politique qui prévalait en ce moment-là en Angola était plus adéquat que celui régnera au Gabon dans quelques semaines.

Il n’est pas dans l’intérêt économique de la FIFA ou de la CAF d’organiser une compétition internationale du calibre de la CAN dans un climat de conflits politiques ou sociaux. Déjà, En plus de ses incapacités à honorer dans les délais raisonnables le cahier des charges de la Confédération Africaine de Football (CAF), on parle également avec insistance des retombées économiques qui risquent de ne pas combler les attentes. Si en plus de cela, il fallait que les populations se détournent de la CAN au Gabon, la situation n’est pas de nature à encourager des gains ou donner une image favorable de la CAN sur le plan international.

Nous sommes d’avis qu’il serait de bons conseils de demander aux autorités politiques gabonaises de reporter la tenue des élections législatives après la CAN. Un tel report devant leur permettre de donner de meilleurs gages de sécurité à la tenue des compétitions.

Nous savons qu’une condition de l’attribution de l’organisation de la CAN est la garantie de sécurité de tous les participants et l’engouement des populations des pays hôtes pour la tenue des compétitions. Vous avez le devoir d’exiger de l’État gabonais qu’ils préservent un climat de paix politique et de sécurité pendant toute la durée des compétitions et bien au-delà.

Messieurs les Présidents, nous savons que vous êtes déjà au courant de certains faits qui vous sont déclinés dans notre correspondance et que vous vous êtes assurés auprès des autorités gabonaises de certaines garanties. Nous vous prions cependant d’aller au-delà de ces garanties pour vous assurer que vous ne tomberez pas dans une duperie.

En espérant que notre lettre trouvera auprès de votre bienveillante attention l’examen soutenu qu’il faut, nous vous prions d’accepter, Messieurs les Présidents, l’expression de haute considération.

Fait à Libreville, le 28 juillet 2011

Pour les Organisations de la Société civile
BRAINFOREST, SAEG, CONASYSED, SNEEPS, USDS, USAP, SYGEF, AFRIQUE HORIZONS, ROLBG, PUBLIEZ CE QUE VOUS PAYEZ, OND, SENA, FESEENA,

Personnalités politiques engagées dans cette action :
Paulette Oyane Ondo : Avocate, Député PDG à l’Assemblée Nationale 


SUR LE MÊME SUJET
Conformément à la loi électorale y relative et sur invitation du président de la CENAP, le Ministre gabonais en charge de l’Intérieur, Jean François Ndongou, a rendu public, le mercredi 21 décembre dernier, les résultats provisoires de l’élection des Députés à l’Assemblée Nationale, qui s’est déroulée le samedi 17 décembre dernier. A-t-on constaté. Le Parti Démocratique Gabonais (PDG) obtient selon les chiffres officiels publiés, une majorité écrasante de 114 députés sur 120. Selon ces chiffres, il y a eu 255.570 votants pour 745.645 inscrits soit un taux de participation de 34,28% (65,72% d’abstention). Le PDG obtient 114 (113 en nom ...
Lire l'article
Selon les premières tendances, les 17 candidats du Parti Démocratique Gabonais (PDG) auraient réalisé un « sans faute » au scrutin du 17 décembre dernier dans la Province du Haut-Ogooué (sud). Ils l’auraient remporté sur leurs adversaires, avec des scores pour la plupart, dépassant les 80% des suffrages exprimés. A Bakoumba, Celestin Bayogha Nembé (PDG) se succède à lui-même, en dépit d’un taux d’abstention frôlant les 70%. C’est le cas dans les deux sièges du Département de Lékoni-Lékori (Akieni) où Luc Marat-Abila et Maurice Eyamba Tsima s’en sortent plutôt bien. A Aboumi, Rachel Ntsimedjara, l’unique femme présentée par le PDG dans cette ...
Lire l'article
En vue de la tenue du scrutin des législatives du samedi 17 décembre 2011, le chef de l’État gabonais et son gouvernement ont décrété la fermeture des frontières aériennes, navales et routières. Dans les pays où l’on respecte scrupuleusement les libertés et les droits des citoyens, ce type de décret est une mesure de déclaration d’État d’urgence. Il faut rappeler que l’État d’urgence est une mesure d’exception prise par un gouvernement en prévention d’un cas de péril imminent dans un pays ou dans une partie du pays. Il entraîne la restriction des libertés fondamentales, comme celle de circuler librement ou ...
Lire l'article
Le candidat indépendant Jean Valentin Leyama, député sortant du siège de Moanda, dans le département de la Lébombi, a interpellé les populations de Moanda vivant à Libreville, sur la nécessité pour elles de voter utile le 17 décembre prochain, c'est-à-dire, voter pour Jean Valentin Leyama, afin de conserver les acquis issues de leur combat commun sur le développement de la ville de Moanda. Dès l’entame de la rencontre, le candidat et député sortant de Moanda, Jean Valentin Leyama, s’est exercé à dresser un bilan de la législature qui s’achève, lequel selon lui, reste positif. Du fait de plusieurs acquis engrangés ...
Lire l'article
GABONEWS vous offre en intégralité le discours du Président de la République, chef de l'Etat, Ali Bongo Ondimba à l'occasion de l'ouverture de la campagne électorale des Législatives du 17 décembre prochain: Mes Chers Compatriotes Le calendrier républicain et institutionnel nous amène aux urnes le 17 Décembre prochain, en vue de renouveler le mandat de nos députés. Ce sont des élections législatives, ciment de la légitimité populaire qui fonde le principe de tout Etat moderne. Un Etat moderne attaché au renouvellement du mandat de ses représentants et tout aussi garant du respect, non seulement de l’expression du suffrage universel, mais surtout ...
Lire l'article
Le Gouvernement réuni, hier, en Conseil des ministres autour du Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, a entre autres sollicité de la Commission nationale autonome et permanente (CENAP), un report de cinq jours de la date limite de dépôt de candidatures par rapport au délai initialement fixé au 31 de ce mois. Le Ministre en charge des Institutions, Aurélien Ntoutoume rendant public le communiqué final du Conseil des Ministres ayant sanctionné les travaux a souligné cette sollicitude du gouvernement qui permettra à la classe politique gabonaise d’effectuer en toute sérénité, le choix de ...
Lire l'article
L’Alliance démocratique et républicaine (ADERE, majorité présidentielle) de l’ancien vice-président gabonais Didjob Divungi Di Dinge va présenter deux candidats dans le département de la Douya-Onoye, dans la province de la Ngounié, dans le sud du Gabon, aux élections législatives prévues avant la fin de l’année 2011, a appris vendredi l’AGP. Le secrétaire national du parti, Liévin Idoundou Manfoumbi, va briguer les suffrages des électeurs dans la commune de Mouila, chef-lieu du département et de la province de la Ngounié, un siège très convoité, actuellement détenu par le leader du Parti social démocrate (PSD), Pierre Claver Maganga Moussavou. Un autre cadre de ...
Lire l'article
A force de laisser quelques hommes impopulaires et incompétents de notre majorité faire la pluie et le beau temps sur des questions pourtant très importantes telle que la préparation des élections législatives avec un système à caractères biométriques, nous sommes dorénavant réduits à prendre acte des exigences du peuple gabonais et de l’incapacité du gouvernement à pouvoir y répondre. Cette situation complexe tend à conduire notre pays inexorablement vers le chaos si des mesures républicaines ne sont pas au rendez vous. Et c’est le moins que l’on puisse dire quand on a tous été témoin des évènements qui ont plongé ...
Lire l'article
Les prochaines législatives donnent lieu, depuis quelques jours, à des analyses et suggestions diverses quant à leur mode d’organisation. Des leaders associatifs, membres de la société civile gabonaise, ont rendu public, le 18 juin, une déclaration portant sur la «transparence électorale au Gabon». Le document énumère des recommandations portant sur les listes électorales, les bureaux de vote et la réforme des institutions, présentés comme conditions sine qua non pour la participation de ces ONG au prochain scrutin. L’intégrale de cette déclaration. DECLARATION DE LA SOCIETE CIVILE GABONAISE SUR LA TRANSPARENCE ELECTORALE AU GABON Suite à l’engagement du gouvernement à organiser des ...
Lire l'article
Le conseil des ministres du 14 juin à Libreville a confirmé l’organisation des élections législatives de 2011. A cet effet, le président Ali Bongo a instruit le gouvernement d’ «initier et conduire des actions transparentes et constructives» pour l’organisation d’un scrutin crédible. A l’occasion du conseil des ministres tenu le 14 juin à Libreville, «le président de la République est revenu sur la décision de la Cour constitutionnelle ayant rejeté le report des élections législatives 2011. A cet effet, le chef de l’Etat a enjoint le gouvernement de prendre les dispositions nécessaires pour matérialiser rapidement les recommandations ...
Lire l'article
Législatives 2011 au Gabon : 113 élus pour le PDG (officiel)
Législatives 2011 au Gabon : Une balade de santé pour Jean-Pierre Oyiba
Le Gabon en «État» d’urgence pour cause d’élections législatives, le 17 décembre 2011
Législatives 2011 / Le candidat indépendant Jean Valentin LEYAMA appelle les populations de Moanda à voter pour la consolidation de leurs acquis
Législatives 2011 : Discours du Président de la République gabonaise
Législatives 2011 : Le gouvernement sollicite un report de cinq jours pour le dépôt de candidatures
Législatives 2011 : Deux candidats déclarés pour le compte de l’ADERE
Gabon : Pour les législatives 2011, la biométrie n’est plus possible
Gabon : Les conditions de la société civile pour les législatives 2011
Gabon : Les instructions d’Ali Bongo pour les législatives 2011


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 29 Juil 2011
Catégorie(s): Afrique,Politique,Sports
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*