Socialisez

FacebookTwitterRSS

Communiqué: Le mouvement “Bongo Doit Partir” (BDP) condamne la dissolution de l’Union nationale

Auteur/Source: · Date: 30 Juil 2011
Catégorie(s): Communiqués,Communiqués BDP,Diaspora,Politique


Communiqué de presse, pour diffusion immédiate

Le mouvement d’opposition en exil “Bongo Doit Partir” (BDP) condamne avec la plus grande fermeté le rendu du Conseil d’état du 28 juillet 2011 confirmant la dissolution du parti d’opposition gabonais “Union Nationale” (UN).

Cette dissolution constitue une monumentale atteinte aux droits les plus fondamentaux des Gabonais militant au sein de ce parti, et confirme la culture de l’arbitraire pratiquée et cultivée depuis 44 ans par le régime bongoïste.

Le mouvement “Bongo Doit Partir” (BDP) étant avant tout un mouvement constitutionnaliste et réformiste, c’est-à-dire qui s’active à rechercher, au Gabon, l’adoption et l’affirmation inconditionnelle d’une Constitution qui soit non seulement conforme aux idéaux de liberté et de dignité du peuple Gabonais, mais également de nature à débarrasser le Gabon du dictat des Bongo, il lui sera toujours obligatoire de se positionner du côté des opprimés en réclamant une lecture du droit qui soit conforme à ses propres idéaux de démocratie, de liberté et de dignité pour tous, quel que soit le camp politique concerné. Il lui est également obligatoire, de par son idéologie du “Bongo Doit Partir”, de toujours s’opposer à l’arbitraire du clan Bongo, un clan qui veut, par le système bongoïsite mis en place de puis 1967, pérenniser ad vitam aeternam son hégémonie sans partage sur les Gabonais.

A ce titre, il ne fait aucun doute aux yeux du BDP que le Conseil d’Etat gabonais, à l’instar des autres institutions judiciaires gabonaises telles la Cour constitutionnelle et affiliées, n’a jamais considéré le droit que dans le sens qui conforte la dictature des Bongo sur le peuple gabonais. Il est par conséquent presque attendu de voir le type d’amalgame qui est actuellement fait au Gabon par le Conseil d’Etat entre les actes d’un homme politique engagé à titre individuel dans une revendication électoraliste personnelle et ceux d’un parti politique dont la naissance est ultérieure à l’élection concernée.

Autrement dit, le BDP voit mal comment, au regard de la loi, les actes individuels et personnels posés par André Mba Obame, candidat indépendant, peuvent être reprochés à un parti dont le seul tort semble être d’avoir eu, en son sein, un membre se trouvant être à la fois un ancien candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2009 et le Secrétaire Exécutif d’un parti né non pas pour se constituer exclusivement en consortium autour de sa revendication, mais bel et bien, il nous semble, pour promouvoir les idéaux des milliers de Gabonais qui, au sein de ce parti comme au sein de l’opposition de manière générale, aspirent au changement immédiat.

Le BDP soutient, par conséquent, qu’il était nécessaire pour le Conseil d’Etat de:

1) faire une différentiation forte entre les actes d’André Mba Obame, candidat indépendant à l’élection présidentielle dont le contentieux date de 2009, et les actes de l’Union Nationale, parti dont les membres sont libres, en tant que militants, donc citoyens, de soutenir André Mba Obame dans sa revendication, sans que cela engage directement leur responsabilité individuelle ou collective, et ceci nonobstant le fait qu’André Mba Obame soit entretemps devenu Secrétaire Exécutif de ladite Union Nationale. L’on pourrait même ici ajouter que les actes de Mba Obame, en sa qualité d’ancien candidat à l’élection présidentielle de 2009, ne peuvent, dans ce contexte, être directement assimilables aux actes du même Mba Obame devenu Secrétaire Exécutif de l’Union Nationale, surtout quand on sait que l’existence de l’Union Nationale ne fut possible que grâce à la fusion post-électorale de partis pré-existants, à l’instar de l’UGDD dont le président fut le même Zacharie Myboto qui, aujourd’hui, préside à la destinée de l’Union Nationale. Faut-il ici rappeler, également, que ce même Zacharie Myboto avait lui-même été candidat malheureux à la même élection qui fait aujourd’hui l’objet de la revendication d’André Mba Obame, et que le contentieux engagé par André Mba Obame ne pouvait en l’espèce l’être au nom d’une Union Nationale dont la destinée est présidée par un autre candidat malheureux qui avait tout autant qu’André Mba Obame le droit, et en son nom propre, au même type de revendication?

2) faire une différentiation forte entre les actes d’André Mba Obame et le soutien apporté à André Mba Obame par l’Union Nationale en tant que parti politique comportant des citoyens de sensibilités et horizons divers, dont certains ont adhéré à l’Union Nationale non pas pour soutenir André Mba Obame l’ancien candidat, mais pour construire une structure partisane en vue de luttes politiques ultérieures. Il n’est donc pas possible de confondre les aspirations militantes qui ont mené à la naissance de l’Union Nationale et les aspirations présidentielles d’André Mba Obame, qui ne fut nullement un candidat investi par l’Union Nationale pour porter ses couleurs à l’élection présidentielle, mais un candidat indépendant de toute affiliation politique dont la revendication, par voie de conséquence, a toujours reposé sur un acte individuel et non partisan. Autrement dit, l’Union Nationale n’ayant pas été expressément créée pour soutenir les revendications électoralistes du seul Mba Obame, il ne saurait être fait d’amalgame automatique et irréfléchi entre ses aspirations en tant que parti politique responsable devant ses seuls membres et militants, et les aspirations personnelles et individuelles d’un de ses membres, surtout quand de telles aspirations personnelles sont antérieures à l’existence du parti.

Ne pas prendre en compte ces différentiations fondamentales obligerait légalement et constitutionnellement le Conseil d’Etat et le Ministère de l’intérieur à aller au bout de leur logique arbitraire qui, par voie de conséquence, ne saurait échapper aux modalités suivantes:

– Ils doivent immédiatement bannir et dissoudre toutes les autres formations politiques qui, à l’instar de l’Union Nationale, ont vu leurs militants et leaders soutenir l’action politique d’André Mba Obame. Ainsi, au minimum, tous les partis membres de la CPPA (Coalition des Partis Politiques pour l’Alternance), une coalition dont l’Union Nationale était membre, devraient, par simple logique juridique, être également dissouts et/ou bannis puisque s’étant retrouvés dans la même situation que l’Union Nationale à soutenir André Mba Obame dans sa revendication personnelle et individuelle. La preuve de cette “complicité” est facile à établir puisqu’il suffit de se référer à la déclaration conjointe faite par ces partis le 28 janvier 2011 (http://www.bdpgabon.org/articles/2011/01/28/gabon-la-cppa-avec-mba-obame/). Vu que le crime imputé à l’Union Nationale est, aux yeux de la loi et de la Constitution, un crime d’une extrême gravité, il n’y a pas de raison que l’Union Nationale soit le seul parti banni alors même que la déclaration conjointe de soutien à Mba Obame susmentionnée engage, au minimum, tous les partis signataires, dont, notamment, le FAR de Mbou Yembi, le CDJ de Jules Aristide Bourdès Ogouliguendé, le MORENA Unioniste de Victor Alain Eya Mvey, le MORENA de Luc Bengono Nsi, le PGP de Benoît-Joseph Mouity-Nzamba, et l’Union Nationale de Zacharie Myboto. Ceci cadrerait naturellement avec l’argument du Conseil d’Etat à l’encontre de l’Union Nationale, argument selon lequel ce parti se serait rendu “co-auteur” ou, du moins, “complice” d’André Mba Obame, candidat indépendant qui s’était autoproclamé président du Gabon le 25 janvier dernier et qui, par la suite, a formé un gouvernement parallèle. Il est, au vu de cet argument, impératif pour le Conseil d’Etat et le Ministère de l’intérieur de s’en prendre de manière égale aux autres partis “co-auteurs” et “complices”ayant soutenu Mba Obame au même titre que l’Union Nationale. La déclaration conjointe sus-mentionnées en est la preuve la plus irréfutable puisque conjointement signée et validée par tous. Sans cela, il y aurait vice de forme évident.

– Ils doivent également assumer le corollaire juridique de la dissolution de l’Union Nationale et des autres partis en engageant immédiatement une chasse aux sorcières à l’endroit de leurs militants, sympathisants et affiliés. Autrement dit, dès lors que le bannissement ou la dissolution arbitraire d’un parti politique constituerait, avant tout, un acte de dictature et de privation d’expression politique à l’encontre de ses militants, le corollaire juridique de ce qui précède serait de rechercher immédiatement l’enfermement individuel de tout militant visible ou invisible, et de tous les citoyens gabonais ayant soutenu de près ou de loin l’acte de complot vis-à-vis de l’Etat que l’on reproche à l’Union Nationale. En d’autres termes, dès lors que cet acte a été défini par le Ministre de l’intérieur comme constituant une “atteinte à la forme républicaine de l’Etat, atteinte à la souveraineté nationale et trouble à l’ordre public”, il n’y a qu’une seule conséquence légale possible pour de tels “crimes”, et cette conséquence est clairement définie dans la Constitution et les lois gabonaises. Il est alors hautement contradictoire, au regard de la loi telle qu’elle punit actuellement les actes anticonstitutionnels imputés à l’Union Nationale, de dissoudre la seule Union Nationale tout en laissant en liberté les leaders politiques de l’Union Nationale, leurs militants et les militants et leaders des partis politiques associés. Il y a là un évident vice de forme par lequel on dissoudrait un parti politique sans, dans le même temps, arrêter les responsables et militants à qui l’on reproche l’atteinte à la souveraineté nationale et le fameux trouble à l’ordre public. Cela n’a aucun sens ni aucune logique juridique.

– Ils doivent enfin, pour rester cohérents, forcer la dissolution du “gouvernement” parallèle “nommé” par André Mba Obame et, parallèlement, procéder à l’arrestation immédiate de ses membres. Dès lors que le fameux gouvernement parallèle d’André Mba Obame est lui-même encore en exercice, et que les membres de ce gouvernement exercent encore en parallèle l’autorité qu’ils se ont attribuée, et dès lors que certains de ces membres sont en plus, en exercice dans diverses structures au sein de l’administration Bongo, avec en prime certains exerçant encore la fonction de député au sen du parlement gabonais, il semblerait que la simple dissolution de l’Union Nationale ne va pas au bout de la logique juridique que se sont imposée les institutions bongoïstes plaignantes. On ne peut légalement dissoudre un parti politique pour des crimes aussi graves et, paradoxalement, laisser en liberté les personnes physiques supposées responsables de l’orchestration de ces crimes. Les deux (dissolution et arrestation) doivent obligatoirement aller ensemble.

Si, donc, le Conseil d’Etat, le Ministère de l’intérieur, la Cour constitutionnelle, Ali Bongo et les autres institutions du régime impliquées dans cet imbroglio ne peuvent aller au bout de la logique ci-dessus décrite, c’est-à-dire engager une chasse aux sorcières absolue et immédiate à l’encontre de tous ceux qui, de près ou de loin, au sein de l’Union Nationale et en dehors, sont associés à l’acte personnel et individuel d’André Mba Obame, alors la dissolution de l’Union Nationale ne se justifie aucunement au regard de la loi. Ce serait là une application partielle, voire spécieuse de la loi car l’on ferait payer directement aux militants de l’Union Nationale, et ce par la dissolution injustifiée de leur parti, les crimes lui imputés sans pour autant s’attaquer aux supposés “criminels”, c’est-à-dire les leaders eux-mêmes et leurs complices qui ont remis en cause l’existence même de l’Etat. Autrement dit, il ne saurait, dans l’application d’une loi, y avoir de condamnation (dissolution de parti dans ce cas) sans que les criminels ayant commis les délits évoqués ne soient clairement désignés, puis condamnés. Autrement dit, une application sereine de la loi demanderait d’abord que les culpabilités individuelles soient clairement établies et que, dans le sillage des condamnations subséquentes, les dissolutions de partis s’ensuivent. Si, par contre, le régime des Bongo ne peut se résoudre à appliquer la loi dans toute son ampleur, c’est-à-dire arrêter tout le monde et dissoudre, au minimum, tous les partis membres de la CPPA, il doit évacuer ses accusations à l’encontre de l’Union Nationale. On ne peut tout simplement pas, dans un Etat de droit, choisir quel aspect de la loi appliquer (dissoudre un parti) et ignorer le corollaire de cette application (arrestation des responsables et des militants impliqués), au risque de tomber dans un arbitraire encore plus flagrant, et donc indicateur de tout le caractère arbitraire de la loi sous les Bongo.

Ayant donc constaté les divers vices de forme et logiques arbitraires ci-dessus évoqués, le mouvement “Bongo Doit Partir” considère la décision du Conseil d’Etat de nul effet, et la définit comme une lecture non seulement arbitraire mais également anticonstitutionnelle des lois actuellement en vigueur en république gabonaise. L’Union Nationale doit donc continuer ses activités comme si de rien n’était car la décision du Conseil d’Etat est devenue caduque et inapplicable aussitôt que prononcée. A ce titre, le BDP demande tout simplement à l’Union Nationale d’ignorer la déclaration d’inexistence juridique prononcée à son encontre. Cette décision n’a aucune valeur juridique et n’importe quelle Haute cour dans les pays démocratiques du monde évacuerait une telle décision pour incompatibilité avec les textes en vigueur. Si justice doit être faite et, surtout, rendue aux militants de l’Union Nationale, le regard de la justice doit se porter uniquement sur la personne d’André Mba Obame, qui est la seule ultimement responsable des “crimes” illégalement imputés à l’Union Nationale.

Le mouvement “Bongo Doit Partir” attend ainsi de voir le régime des Bongo faire un choix simple: s’il n’est pas capable d’aller au bout de la logique que lui imposent les textes en vigueur, c’est-à-dire arrêter tous les Gabonais impliqués comme membres ou sympathisants de l’Union Nationale et affiliés, alors il se doit d’évacuer immédiatement sa décision de dissolution de l’Union Nationale, décision qui, pour le moment, se trouve être anticonstitutionnelle de quelque côté qu’on la prenne. Au regard de la loi elle-même telle qu’elle existe aujourd’hui au Gabon, elle est anticonstitutionnelle puisqu’elle ne va pas au bout de la logique dictatoriale que s’est imposée le régime bongoïste de par des lois arbitraires construites pour mater et réduire au silence les aspirations démocratiques des Gabonais. Elle est anticonstitutionnelle également parce que le régime se livre dans ce cas-ci à une application incomplète et discriminatoire de la loi: il ne peut dissoudre un parti pour des “crimes” pour lesquels aucun des “criminels” cités n’a été poursuivi ni condamné. S’il n’y a ni crimes ni condamnation de criminels, pourquoi dissoudre l’Union Nationale pour des crimes qui n’existent pas?

Le gouvernement Bongo, pour rester cohérent, doit donc procéder tout de suite à sa chasse aux sorcières ou alors tout simplement abandonner sa cabale et restaurer les droits des militants de l’Union Nationale à un parti politique dont les actes ne devraient pas se confondre à ceux individuels et personnels d’un ancien candidat indépendant à une élection présidentielle dont la tenue précède l’existence juridique de l’Union Nationale.

Aux citoyens gabonais, le mouvement “Bongo Doit Partir” dit ceci: cela fait 12 ans que le BDP affirme que le changement ne viendra pas au Gabon par les urnes ni la bonne volonté des Bongo. Le combat de l’Union Nationale pour la réhabilitation de son existence juridique pourtant protégée par la Constitution est le combat de tous les Gabonais car la folie des Bongo n’épargne personne. Aujourd’hui, c’est l’Union Nationale qui est victime du dictat et de l’arbitraire des Bongo. Demain, ce sera sans doute le mouvement “Bongo Doit Partir”, dont les leaders se rendront très prochainement au Gabon pour réclamer par tous les moyens leur existence juridique en tant que parti politique de masse et commencer leurs activités de terrain en vue de la libération nationale. Cependant, ce qui arrive aujourd’hui à l’Union Nationale, parti pourtant convivial, risque demain d’arriver au mouvement Bongo Doit Partir, qui se voudra un parti de masse mille fois plus radical, mille fois plus indocile et mille fois plus déterminé que l’Union Nationale. Ignorer le combat de l’Union Nationale pour sa réhabilitation juridique, c’est, en définitive, ne pas comprendre, comme l’affirma jadis Jésus-Christ, qu’à chaque fois que l’on brimera l’un d’entre nous, qu’il s’agisse d’un individu ou d’un parti politique, c’est à nous tous qu’on le fera. Il appartient donc à tous les Gabonais épris de liberté de se montrer plus que jamais solidaires aux fins de s’opposer avec force à l’arbitraire des Bongo.

Si le gouvernement des Bongo ne renonce pas à son inconstitutionnalité et à son arbitraire envers l’Union Nationale et continue, dans le même temps, à s’entêter à brimer les Gabonais qui aujourd’hui réclament à cor et à cri une réforme et une démocratisation sans fards avant la tenue de toute nouvelle élection au Gabon, il aura définitivement déclaré la guerre aux Gabonais. Face à cette énième agression, les Gabonais sont en droit de se défendre car face à l’arbitraire d’un état, tout peuple a le droit de défendre son droit à la dignité. Le BDP appelle donc toutes les portions du peuple gabonais qui ne veulent plus subir à s’opposer à l’arbitraire des Bongo par tous les moyens possibles.

Fait le 30 juillet 2011 à Montclair, New Jersey, Etats-Unis d’Amérique

Pour le BDP-Gabon Nouveau

Dr. Daniel Mengara, Président

Bongo Doit Partir
P.O. Box 3216 TCB
West Orange, NJ 07052, USA
Tél.: 973-447-9763
Fax: 973-669-9708 


SUR LE MÊME SUJET
Déclaration du mouvement « Bongo Doit Partir » : Le moment est venu pour l’opposition et la société civile radicales de clarifier leurs discours
Déclaration du mouvement « Bongo Doit Partir » : Le moment est venu pour l’opposition et la société civile radicales de clarifier leurs discours La version PDF peut s'obtenir ici pour impression et lisibilité plus facile. Depuis le malheureux et inopportun décès prématuré du très regretté Pierre Mamboundou, les données ont fondamentalement changé sur le terrain politique au Gabon. Ce changement de données appelle à une urgente et immédiate clarification non seulement du discours, mais également de l’objectif, de la part de toutes celles et de tous ceux qui se sont déclarés parties prenantes de l’idéal radical selon lequel aucune élection ne devrait se ...
Lire l'article
Communiqué: Le mouvement “Bongo Doit Partir” pleure le départ de Pierre Mamboundou
C'est avec la plus grande consternation que le mouvement "Bongo Doit Partir" a appris le décès, ce samedi 15 octobre 2011, de Pierre Mamboundou, opposant historique au régime des Bongo. Aux familles éprouvées par cette grosse et soudaine perte, et au peuple gabonais qui pleure avec nous son plus digne fils, notre mouvement transmet ses condoléances les plus émues. En Pierre Mamboundou vient de s'éteindre prématurément un monument national, un héros citoyen dont l'action politique désormais inachevée laisse dans le deuil et le désarroi un peuple qui attendait encore de lui le parachèvement de l'oeuvre de libération nationale commencée. Parmi tous les opposants ...
Lire l'article
Le Mouvement « Bongo Doit Partir » répond favorablement à l’appel à l’unité de Pierre Mamboundou et de la Société Civile Gabonaise
Pour obtenir le PDF, Cliquez ici Prenant acte des appels à l’unité lancés, d’une part, par Pierre Mamboundou, président de l’UPG, et, d’autre part, par la société civile gabonaise par le biais de la coalition associative «Ça suffit comme ça », le mouvement politique en exil « Bongo Doit Partir » (BDP) affirme son adhésion totale et inébranlable à ces appels. Saluant le rapprochement actuellement en cours entre la société politique et la société civile au Gabon, le BDP tient cependant à mettre en garde les acteurs de ce rapprochement contre toute attitude de naïveté qui consisterait, comme cela a souvent été le cas, à ...
Lire l'article
Lundi, la Cour constitutionnelle a rendu publique la décision prise lors de sa séance plénière du 28 février dernier indiquant que les élus de l’Union nationale (UN, parti de l’opposition dissout après l’auto proclamation et la prestation de serment d’André Mba Obame en tant que président de la République le 25 janvier dernier, suivi de la nomination d’un contre gouvernement), conservent leur mandat électif « à titre individuel ». « Les élus de l’ancien parti politique dénommé Union Nationale conservent leurs mandats à titre individuel, sans préjudice de la constatation de la déchéance de l’un quelconque de ces élus dans ...
Lire l'article
Le ministère gabonais de l’Intérieur a, par un arrêté rendu public vendredi à Libreville, dissout officiellement l’Union nationale (UN, opposition), confirmant le communiqué de mardi dernier, annonçant la dissolution de ce parti suite à l’auto proclamation de son secrétaire exécutif, André Mba Obame comme président de la République. ‘’Le parti politique dénommé Union nationale (UN) est dissout pour non respect des principes démocratiques, atteintes à la forme républicaine de l’Etat, atteinte à la souveraineté nationale, trouble à l’ordre public’’, souligne le décret transmis à la presse. Ce même document indique qu’il est à compter de sa date de signature, fait défense ...
Lire l'article
Communiqué: Le Mouvement « Bongo Doit Partir » condamne la énième prise en otage du Gabon par les Bongo, et soutient l’Union Nationale
Communiqué de presse pour diffusion immédiate Le mouvement en exil « Bongo Doit Partir » (BDP-Gabon Nouveau) exprime sa vive inquiétude devant la montée actuelle de la répression et de l’arbitraire politiques au Gabon et s'étonne de la dissolution de l'Union Nationale. La dissolution d’un parti politique, quel qu’il soit, et la répression policière à l’endroit de citoyens exprimant leur souveraineté devant l’arbitraire et la dictature, sont des actes extrêmement graves et inacceptables qui ne peuvent laisser aucun Gabonais indifférent. Ces actes de dictature avérée commandent que chaque citoyen se rende désormais compte, plus que jamais, et une bonne fois pour toutes, que le changement ...
Lire l'article
ATTENTION - NOTICE: Le BDP-Gabon Nouveau de Daniel Mengara dément radicalement l'information contenue dans l'article ci-dessous. Nous le publions ici juste pour des questions d'information, mais le démenti officiel du BDP-Gabon Nouveau existe sur ce site. Pour lire le démenti du BDP-Gabon Nouveau, cliquez ici. Le BDP-Gabon Nouveau ne s'est jamais compromis et ne se compromettra jamais. Vous pouvez lire les péripéties de Daniel Mengara au Gabon sur cette page. Le Secrétaire national du mouvement « Bongo Doit Partir (BDP) Gabon nouveau », Heinz Essongué, au cours d’une Assemblée générale tenue ce mercredi à Libreville, a annoncé l’abolition de la nomination ...
Lire l'article
Où est donc passé Omar Bongo Ondimba? Le mouvement “Bongo Doit Partir” pose la question à Rio ce Samedi à 15h00
En considération de la mystérieuse absence d'Omar Bongo qui semble avoir déserté ses fonctions dans le plus grand des secrets et sans que le peuple ait été informé des conditions de son absence, et de l'immobilisme des institutions de la République (Parlement et Cour constitutionnelle) n'osant déclarer la vacance pourtant plus qu'évidente du pouvoir au Gabon conformément aux injonctions de l'Article 13 de la Constitution gabonaise, la Coordination Nationale du BDP-Gabon Nouveau au Gabon a décidé de commencer à Rio, dès ce samedi 23 mai 2009 à 15h00, le débat de l'alternance politique démocratique au Gabon. La Coordination Nationale est ainsi ...
Lire l'article
Au nom du peuple gabonais, du mouvement " Bongo Doit Partir " (BDP-Gabon Nouveau), et de mon nom propre en tant que Président de ce mouvement, je tiens ici à saluer la décision rendue ce mardi 5 mai par la juge d'instruction française Françoise Desset trouvant recevable la plainte déposée par les associations Sherpa et Transparency International contre les trois dictateurs kleptocrates africains que sont Denis Sassou Nguesso du Congo Brazza, Omar Bongo du Gabon et Teodoro Obiang Nguéma de Guinée Equatoriale. Dans ce dossier qui a connu mille revirements et rebondissements, la recevabilité de cette plainte pour recel, blanchiment et ...
Lire l'article
Déclaration du mouvement « Bongo Doit Partir » : Le moment est venu pour l’opposition et la société civile radicales de clarifier leurs discours
Communiqué: Le mouvement “Bongo Doit Partir” pleure le départ de Pierre Mamboundou
Le Mouvement « Bongo Doit Partir » répond favorablement à l’appel à l’unité de Pierre Mamboundou et de la Société Civile Gabonaise
Politique / Malgré la dissolution l’Union nationale, ses élus à l’Assemblée Nationale conservent leur mandat
Le ministère de l’Intérieur confirme la dissolution de l’Union nationale
Communiqué: Le Mouvement « Bongo Doit Partir » condamne la énième prise en otage du Gabon par les Bongo, et soutient l’Union Nationale
Bongo Doit Partir
Gabon: « Bongo Doit Partir » devient « Bloc Démocratique populaire» et soutien Ali Bongo Ondimba
Où est donc passé Omar Bongo Ondimba? Le mouvement “Bongo Doit Partir” pose la question à Rio ce Samedi à 15h00
Communiqué: Le mouvement “Bongo Doit Partir” salue la décision de la justice française jugeant recevable la plainte contre Omar Bongo et appelle le parquet de


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 30 Juil 2011
Catégorie(s): Communiqués,Communiqués BDP,Diaspora,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

2 Réponses à Communiqué: Le mouvement “Bongo Doit Partir” (BDP) condamne la dissolution de l’Union nationale

  1. engong

    31 Juil 2011 a 18:53

    Devinette :
    Un membre de l’UN assez médiatique jubile depuis la confirmation de la dissolution de l’UN parce que l’objectif de sa motivation réelle est atteint :
    sa très prochaine promotion dans l’équipe émergente (directe ou indirecte)
    Ce citoyen dont on pouvait douter du charisme spontané qui était le sien dès 2008, avait révélé les arcanes de sa motivation en oubliant que les murs ont des oreilles et les fenêtres des yeux.
    Et d’ailleurs il a prévenu, dans ces dernières interventions, de la dissolution de l’UN, il suffit de bien lire à travers ses interventions pour le voir. Il a posé une équation simple à une inconnue.
    Qui est-il ?
    Bravo monsieur l’imbu, infiltrat d’Ali.
    Vous avez réussi à éliminer celui dont vous nous parliez il y a 3 ans.
    Affaire à suivre.

  2. ph

    30 Juil 2011 a 17:03

    yes “le mouvement “Bongo Doit Partir”, dont les leaders se rendront très prochainement au Gabon pour réclamer par tous les moyens leur existence juridique en tant que parti politique de masse et commencer leurs activités de terrain en vue de la libération nationale”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*