Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Une société chinoise épinglée pour exportation de bois brut

Auteur/Source: · Date: 22 août 2011
Catégorie(s): Economie

La Société chinoise de développement des bois du Gabon (SDBG) vient d’être prise en flagrant délit par les autorités des ministères des Eaux et Forêts et de l’Industrie. L’entité économique exportait du bois scié sous forme de plots au lieu de produits finis tel que stipulé par les autorités gabonaises, violant ainsi la mesure d’interdiction d’exportation de bois brut en vigueur depuis janvier 2010.

Fin des haricots pour la Société chinoise de développement des bois du Gabon (SDBG). A la suite d’une mission de contrôle inopinée sur le site d’exploitation de cette entreprise, située à Nkok à 27 kilomètres de Libreville, les autorités des ministères des Eaux et Forêts et de l’Industrie ont découvert que cette entité violait la mesure d’interdiction d’exportation de bois en grume, a rapporté le quotidien “L’union” dans sa livraison du 22 août dernier.

«L’opérateur a toujours dit à l’administration forestière qu’il faisait de la transformation du bois. Mais sur place ici, nous avons constaté le contraire», ont indiqué, dans des propos rapportés par le même journal, Paul Koumba Nzaou et Sylvain Ibouanga Mboumba, respectivement directeur général des Forêts et directeur général de l’Industrie.

Selon “L’union”, les clauses du contrat passé avec l’administration forestière, la société chinoise doit transformer localement le bois conformément à la décision du gouvernement d’interdire l’exportation de grumes au profit d’une industrialisation plus poussée de la filière bois. Mais au lieu de cela, SDBG exporte du bois simplement scié en forme de plots. Ces bois sont ensuite mis dans des containers qui sont directement scellés sur le site avant leur exportation. En six mois, SDBG aurait déjà exporté une quarantaine de containers, d’une essence très précieuse et dont le mètre cube vaut au minimum 300 000 francs CFA.

«Nous mettons les grumes au fond des containers et le bois transformé à la fin. Ce qui fait que lors des contrôles, les agents ne voient que les bois sciés», ont reconnu certains employés de l’entreprise. «Les containers doivent être scellés au port et après contrôle des agents du ministère des Eaux er Forêts et ceux de la Douane gabonaise», a expliqué Paul Koumba Nzaou.

Pris en flagrant délit, la SDBG s’expose à des sanctions prévues par la loi 16/01 du 31 décembre 2011 portant code forestier en République gabonaise. Cette loi dispose notamment en son article 279 que «sont punis d’une amende de 2 à 50 millions de francs CFA et d’un emprisonnement de six mois à deux ans, ou de l’une des deux peines, les auteurs des infractions ci-après : non respect du taux de transformation de production, fausse déclaration en matière forestière et faunique…».

L’industrialisation de la filière bois devrait être la seule voie de développement de la filière, après l’interdiction d’exportation des grumes, décidée le 5 novembre 2009. Un sursis de deux ans a été accordé aux entreprises pour l’industrialisation de la filière avec, l’obligation de transformer 60% de la production de grumes en 2010, 75% en 2011 et 80% en 2012. Entre temps, le gouvernement a créé un fonds de soutien de 20 milliards de francs CFA pour les acteurs du secteur, ou encore adopté le projet de décret fixant les règles et conditions d’accès à ce fonds. En juillet dernier, l’Etat gabonais et l’Agence française de développement (AFD) ont signé une convention de financement d’un montant de 1,5 million d’euros pour la mise en place d’un bureau d’accompagnement à l’industrialisation de cette filière stratégique, le Bureau Industrie Bois (BIB).

Publié le 22-08-2011 Source : L’union Auteur : Gaboneco  


SUR LE MÊME SUJET
La société chinoise Peng Xin construit actuellement deux usines de transformation de bois à Kango, non loin de Libreville, la capitale gabonaise, pour un montant global de 6 milliards de francs CFA, a-t-on appris de source officielle. « Les investissements déjà réalisés en quatre mois, permettent pour l’instant une production ne dépassant pas 5000 m3 de bois par mois et au cours du premier trimestre, nous avons exporté 7000 m3 de bois », a précisé Jufeng Wu, responsable du site. « Nous prévoyons d’investir encore 2 milliards de francs CFA pour le montage de deux autres unités de transformation », a-t-il ajouté. L’Etat ...
Lire l'article
Lors du passage à Libreville – 17 juillet- du premier ministre français François Fillons plusieurs conventions ont été signées parmi lesquelles celle relative à la Conversion de Dettes pour le Développement Durable des Ecosystèmes Forestiers du Gabon d’un montant de 1,5 million d’euros destinée au financement du Bureau Industrie Bois (BIB). Selon le communiqué des services de presse de l’Ambassade de France à Libreville parvenu ce mardi à GABONEWS, la Convention de financement d’un montant de 1,5 million d’euros pour la mise en place d’un bureau d’accompagnement à l’industrialisation de la filière bois a été signée par Magloire Ngambia, ...
Lire l'article
Libreville et Paris viennent de signer un accord de conversion d’une partie de la dette gabonaise vis-à-vis de la France pour plus de 970 millions de francs CFA. Cette initiative permettra de créer un Bureau industrie bois (BIB) destiné à appuyer l’industrialisation de la filière bois. A l’occasion de la quatrième réunion du comité d’orientation stratégique de l’accord de conversion de dettes, le 11 février à Libreville, le Gabon et la France ont signé deux nouvelles décisions d’engagement des fonds d’un montant de plus de 970 millions de francs CFA destinées au secteur bois. La convention ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais a annoncé, dans un communiqué rendu public jeudi à Libreville à l’issue du conseil des ministres, réuni par le président par Ali Bongo Ondimba, qu'il allait s’approprier tout bois abandonné dans la nature. ’’A l’issue du délai de six mois prévu à l’article 134 du Code Forestier, le bois abandonné devient propriété de l’Etat", souligne le communiqué, ajoutant qu’un tronc d’arbre abattu, ébranché, étêté, tronçonné ou scié issu d’une exploitation forestière, et les bois délaissés dans les parcs à bois et chantiers fonctionnels sont considéres comme du bois abandonné. Cette mesure a pour but de préserver ...
Lire l'article
A partir du 15 mai prochain, le Gabon n'exportera plus les grumes à l'état brut, a annoncé, mardi soir, à la télévision nationale, le Premier ministre gabonais, Paul Biyoghé Mba, cette mesure visant à promouvoir l'industrialisation de la filière-bois. A partir de cette date, le bois gabonais sera donc transformé sur place avant d'être exporté. La forêt occupe 22 millions d'hectares, soit 80 pour cent du territoire du Gabon, où avec 6 pour cent du Produit intérieur brut (PIB) hors pétrole, le secteur du bois reste le principal employeur privé, avec environ 15.000 emplois directs et 5.000 emplois indirects, selon des chiffres ...
Lire l'article
Le projet de construire une usine ultramoderne de bois au Gabon a été évoqué lundi au cours de la séance de travail que le président de la république Ali Bongo Ondimba a eue avec des partenaires italiens conduits par le directeur général de la firme de transformation de bois ‘’Cremona’’, Camillo Botti, indique un communiqué de la presse présidentielle. Le président de la république Ali Bongo Ondimba a reçu lundi en audience le directeur général de la firme italienne Cremona, Camillo Botti, venu échanger avec le chef de l’Etat sur un projet important concernant l’industrialisation de la filière bois dans notre ...
Lire l'article
Les professionnels de la filière bois au Gabon ont perdu le sourire. La cause ? Le gouvernement a confimé de l’interdiction d'exporter le bois en grumes. Les opérateurs de la filière doivent désormais respecter cette directive du Chef de l'Etat Ali Bongo qui espère favoriser la transformation à 100% du bois au Gabon. Dans la pratique,les choses se passent autrement, et selon certains, les conséquences négatives de la mesure se font déjà sentir. « On vu déjà la réduction de notre personnel, donc en quelque sorte une compression du personnel sur tous les chantiers en pleine forêt qui coupe directement le ...
Lire l'article
Le pays africain n’exporte plus de bois vers la France, qui emploie 497 salariés dont 235 à Lisieux. Le gouvernement gabonais a interdit l’exportation de bois en grumes, depuis le début de l’année. Les salariés lexoviens « dérouleront toujours le bois en provenance d’autre pays, comme la République démocratique du Congo ou la Guinée Équatoriale », rassure François Wu, directeur général de Plysorol. La mesure prise par le gouvernement gabonais vise à accélérer l’industrialisation de la filière et la production nationale, pour faire face à la concurrence. Le bois est l’une des richesses naturelles les plus importantes du Gabon.
Lire l'article
La Commission interministérielle de suivi des mesures de sortie de crise de la filière bois a tenu une réunion le 13 mars dernier à Libreville pour dresser le bilan de leurs travaux sur les moyens de redresser ce secteur durement touché par la crise. La concertation des différents acteurs de ce secteur qui interviennent notamment dans le transport et la logistique des grumes a permis d’adopter des mesures incitatives susceptibles de permettre aux opérateurs du secteur de surmonter la baisse de la demande extérieure induite par la récession économique mondiale. Face aux dommages collatéraux engendrés par la dégradation de ...
Lire l'article
La direction générale de l’Economie prévoit pour 2008 une baisse de la production nationale des grumes, a appris la PANA mercredi, de source bien informée. Du fait de l’application stricte de la politique des quotas, les exportations de grumes connaîtraient un tassement de volume autour de 1,7 million de m3, dont 1,4 million de m3 pour les quotas autorisés et 300 000 m3 pour les forestiers non assujettis au principe de quotas. Au port d’Owendo réservé au bois, non loin de la capitale gabonaise, il est possible de constater que la crise mine la filière gabonaise du bois, car l’espace réservé ...
Lire l'article
Gabon : La société chinoise Peng Xin investit 6 milliards de francs CFA dans le secteur bois
Une Convention de 1,5 millions d’euros pour le financement du Bureau Industrie Bois au Gabon
Gabon : 970 millions de FCFA pour l’industrialisation de la filière bois
L’Etat gabonais décide de s’approprier le bois abandonné dans la nature
Le Gabon n’exportera plus de grumes à l’état brut à partir du 15 mai prochain
Economie : Bientôt une nouvelle usine ultramoderne de bois
Le Gabon ambitionne de transformer 100% de son bois sur place
Pas de bois du Gabon pour Plysorol
Gabon : La filière bois s’organise pour sortir du bourbier
La production gabonaise de bois en pleine crise


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading ... Loading ...

Auteur/Source: · Date: 22 août 2011
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>