Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le fumage de poisson, activité principale des femmes à Cocobeach

Auteur/Source: · Date: 22 Août 2011
Catégorie(s): Economie,Société

Les femmes, compagnes des pêcheurs installés au village des pêcheurs de Cocobeach, s’activent de plus bel, à l’activité de séchage du poisson, en complément à leurs époux qui eux, ont le devoir de ravitailler les fumoirs avant l’étape de la vente.

Autrefois réservé aux hommes, l’activité de séchage et de fumage de poisson à grande échelle qui se pratique au village des pêcheurs de Cocobeach se trouve actuellement entre les mains de femmes.

Très habiles, ces femmes passent au fumoir différentes variétés de poisson. Chacune nécessitant une certaine durée bien déterminée.

Pauline N, de nationalité camerounaise, une des plus anciennes du village explique le procédé.

« Cette activité est assez compliquée. Il faut avoir assez de bois pour faire fumer tout ce que l’on a mis sur les fumoirs, sinon le poisson se détériore. Parmi les différentes variétés de poisson que nous avons, c’est la sardine qui nous donne plus de travail. Elle met plus de jours au fumoir que le reste, et s’il y a mille poisson, il faut toucher et retourner les mille, sans quoi c’est peine perdue. La durée varie entre 3 et 5 jours pour avoir du produit fini. Et le palétuvier reste le bois le plus approprié pour le fumage du poisson. Or celui est strictement interdit à l’exploitation », a-t-elle expliquée.

Notons que le palétuvier fait partie des espèces végétales protégées et sert à la reproduction de certaines espèces halieutiques.

Signalons que cette activité de séchage et de fumage de poisson qui permet aux consommateurs d’avoir du bon poisson sur le marché ne se fait pas sans heurts.

« Le travail que nous faisons est aussi dur que celui des hommes qui vont à la pêche. Nous sommes confrontés à la fumée, à la chaleur et notre santé finie par prendre un coup à la longue. Nos yeux qui restent pendant plusieurs heures exposés à la fumée », a déclaré Pauline, avant d’exprimer malgré tout sa fierté d’être aujourd’hui engagée dans une activité qui lui permet d’être autonome et qu’elle transmet à d’autres jeunes femmes de la localité. 


SUR LE MÊME SUJET
La pêche en mer dans la région de Cocobeach, chef lieu du département de la Noya, reste jusqu’à ce jour détenue par les ressortissants du Bénin et du Nigéria qui sont par conséquent, seuls maîtres des prix du kilogramme de cette denrée très prisée, en dépit des dispositions et arrêtés édictés par la municipalité. Installés dans cette ville depuis des décennies, plusieurs familles de ressortissants béninois et nigérians, spécialisées dans la pêche font aujourd’hui les bons et mauvais jours des habitants de cette région, qui se disent lésés, en matière de tarification de ce produit. « Nous sommes très lésés ici à ...
Lire l'article
Le prix du poisson frais a plus que grimpé ces derniers temps à Lambaréné, capitale provinciale du Moyen-Ogoué, où le kilogramme de carpe est passé de 700 à environ 2500 francs CFA, pénalisant énormément les consommateurs qui ne savent plus à quel saint se vouer, a-t-on appris. A l’origine de cette situation , la forte pluviométrie de ces derniers temps qui provoque la montée des eaux; toute chose qui empêche les pêcheurs de faire de bonnes parties de pêche. Ainsi, pour la carpe fraîche, poisson très prisé et le moins coûteux, le kilogramme passe de 700 à 2500 FCFA, et les autres ...
Lire l'article
Certains jeunes de la commune de Lambaréné (chef-lieu provincial du Moyen-Ogooué, centre), ont choisi d’embrasser le métier d’écailleur de poisson pour lutter contre l’oisiveté et la délinquance juvénile, a constaté GABONEWS. Surpris sur la berge du quartier commercial d’Isaac (2ème arrondissement) de la commune de Lambaréné, où ils passent presque toute la journée, deux écailleurs de poissons nous ont renseignés sur cette nouvelle activité en pleine expansion. « Je suis arrivé dans ce métier parce que j’ai vu les autres gagner de l’argent », explique Koumba Ngadi qui a dû cesser de travailler dans la livraison de boisson pour devenir ...
Lire l'article
Plusieurs semaines après la période des fêtes du nouvel an, au cours de laquelle il avait déjà connu des fluctuations, le prix du poisson est de nouveau en hausse à Lambaréné (Moyen-Ogooué), au grand dam des consommateurs locaux, a constaté le correspondant de GABONEWS. Parmi les diverses espèces de ce produit alimentaire, celle communément appelée « sans nom », qui jadis faisait le bonheur des familles nombreuses, est désormais facturée, selon le poids, entre 2000 et 2500 francs CFA, une envolée par rapport au prix initial qui ne dépassait pas les 2000 francs. Même constat pour le poisson le ...
Lire l'article
Les femmes gabonaises, engagées dans les affaires, ont échangé lundi, autour du thème « Femmes et entreprenariat », à la résidence de l’ambassadeur des Etat Unis d’Amérique à créditer au Gabon, Eunice S. Reddick, à l’occasion de la célébration, en différée, de la Journée internationale de la femme qui avait cette année 2009 pour thème, « Femmes et Hommes, Unis pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes et des filles ». Pour le Représentant de Washington à Libreville, Eunice Sharon Reddick, « le but de cette rencontre, visait à cerner certains contours en matière d’entreprenariat chez les, en ...
Lire l'article
De nombreux jeunes prennent d’assaut les marchés, les ports, où se vend le poisson, pour proposer leurs services aux acheteurs. Leur travail consiste à écailler le poisson et à le découper, facilitant ainsi la tâche aux consommateurs. Un véritable réseau s’est constitué autour des points de vente de poissons, allant de la vente au transport de la marchandise. Depuis quelques temps, les écailleurs de poisson ont le vent en poupe. Nul ne peut acheter du poisson, sans chercher du regard le jeune homme « à la machette ». Agés de 25 à 30 ans, ces jeunes ont su s’imposer ...
Lire l'article
L'Association ''CRI de FEMMES'', réunie samedi en Assemblée générale à la Chambre de commerce de Libreville, a annoncé par la voix de sa présidente, Geneviève Olui Assengone, une grande campagne de sensibilisation pour l'autonomisation des femmes et des jeunes. ''CRI de FEMMES'' a pour objectifs, l'implication de la femme dans le processus de prise de décision, de lancer des campagnes de sensibilisations auprès de la gent féminine en vue de son autonomisation, de lutter contre la précarité dans laquelle vie la femme gabonaise. Elle préconise une citoyenneté responsable par les formations, des séminaires, des campagnes d'information et de sensibilisation pour l'autonomisation des ...
Lire l'article
Le prix du poisson salé connaît une hausse dans les campements des pêcheurs et au marché municipal de Cocobeach, à plus de 120 km au nord de Libreville, a constaté lundi le correspondant de l'AGP. Vendu habituellement à 1800 FCFA, le kg de Thon et du Mâchoiron est passé à 2300 FCFA, alors que celui du Bar, de la carpe noire, du Capitaine et du poisson rouge est passé de 1900 à 2500 FCFA le kg. Ces prix sont fixés unilatéralement par les commerçants, qui, non seulement ne tiennent pas compte de la mercuriale municipale mais ne donnent aucune raison justificative. Ces derniers ...
Lire l'article
Plusieurs manifestants, dirigés par les femmes commerçantes du marché central de la capitale gabonaise, ''Mont Bouet'', unis pour la circonstance comme un seul homme, ont procédé récemment à une gigantesque marche de protestation en vue de dénoncer, unanimement, la surenchère qui accentue la hausse des prix du poisson, orchestrée par les commerçants grossistes asiatiques exerçant dans les différents marchés de la capitale, a constaté GABONEWS. Ces femmes ont pris d'assaut les couloirs, les allées du marché, munies d’assiettes vides sur lesquelles elles frappaient en scandant « On veut manger, on veut manger, on veut manger ». Le mouvement s'est ...
Lire l'article
Les pêcheurs artisanaux qui alimentent le marché de la capitale en poissons, se plaignent de la pénurie constatée depuis un moment ; une situation qui devient de plus en plus préoccupante pour ces milliers d’hommes et femmes qui ont fait de cette activité, la principale source de revenus, a constaté GABONEWS. Selon Pocho, Nigérian, pêcheur depuis 10 ans, « cette pénurie est surtout due à la vétusté de nos matériels de pêche. Les contrôles incessants de la marine marchande nous empêchent aussi de pêcher normalement depuis l’arrivée de la nouvelle équipe », s’est-il indigné en précisant qu’elle leur demande ...
Lire l'article
Peu de Gabonais dans le secteur de la pêche à Cocobeach
Société / Le prix du poisson frais connaît une hausse vertigineuse à Lambaréné
Débrouillardise : Les jeunes de Lambaréné écaillent du poisson pour lutter contre l’oisiveté et la délinquance juvénile
Moyen Ogooué : Nouvelle hausse du prix du poisson à Lambaréné
Gabon: « Femmes et entreprenariat »: thème abordée par les femmes à la résidence de l’Ambassadeur des USA
Gabon: Ecailleur de poisson, une activité très prisée par les jeunes dans les marchés à Libreville
Gabon: ”CRI de FEMMES” s’annonce dans la lutte pour l’automatisation des femmes
Consommation : Le prix du poisson salé en hausse à Cocobeach
Gabon: Vie chère: les femmes commerçantes du marché ” Mont Bouet” protestent contre la flambée des prix du poisson
Gabon: La pénurie de poisson inquiète les pêcheurs artisanaux de Libreville et Port-gentil


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 22 Août 2011
Catégorie(s): Economie,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*